11 sept.
2014

Tournai : expressions tournaisiennes (277)

Histoire de treos.

Quand on habite eine des pus vielles villes de Belgique et qu'on comminche à y faire des travéaux, on est à peu près seûr et certain d'caire su ein témoignache d'no passé : les fondatieons d'eine incienne maseon du temps des gallo-romains, ein chim'tière de l'même époque, l'teombe d'Childéric, des chintaines d'esquélettes, des sacorphaches et bin seûr des munitieons des deux guerres. Adeon, ch'est ave l'prudince du Sioux que les ouverriers  devreot'ent ouvère les tranchées, ahais, queomte là d'zeur, l'grutier i-va d'beon coeur !

Pasque des treos à Tournai, i-d'a bramint ! Je n'vous parle pos des rocs des alintours mais bin des treos qui feont orsanner no ville à ein fromache d'Gruyère.

Ainsin, i a eine paire de jours, l'sol i-s'a effondré sous eine cayère d'eine terrasse de no Grand-Plache, si jamais pa d'zeur, i-aveot ein heomme in train d'siroter s'n'apéreo, l'malhureux i-a du s'dire :

"A mi les murs, l'tierre m'abandeonne" et si ch'éteot l'prumier verre d'eine leonque série, i-ara pinsé :

"Quoisqu'i-m'arriffe ichi, je n'sais pus boire !".

Bin vite les ouverriers d'no ville ont réglé l'problème, in mettant ein peu d'tierre et d'asphalte comme eine implâtre su eine gampe de beos. Treos ou quate jours pus tard, ch'est in plein mitan du carrefour, au pied d'no bieffreo, qu'ein nouvieau treos a fait s'n'apparitieon.

Mais tout cha ch'est des roupies d'sansonnet pasque les vrais treos, on les trouèfe à l'rue des Jésuites, à l'Plache Verte, au boulevard du Roi Albert, au boulevard Lalaing et au carrefour des Résistants.

A l'rue des Jésuites, on a mis des barrières pindant eine année pou éviter l'circulatieon pasque les pavés i-z'éteot'ent déquindus d'ein fameux queop. Asteur, ch'est réparé, ch'éteot probablemint l'conséquence du rude hiver de l'ainnée dernière.

A la Plache Verte, ch'est l'même mais là-va i-a dix-huit meos que l'rue elle est barrée à un point que les hierpes pousse'tent inter les pavés.

Au boulevard du Roi Albert, ch'est beauqueop pus sérieux, on dit que ch'est eine incienne galerie des souterrains de l'ville partant de l'chitadelle de Vauban qui n'a pos t'nu l'queop à causse des greos camieons qui passe'tent su l'route. Les maseons des riverains sont findues et i-a ein heomme que j'conneos qui s'attind toudis d'déquinte d'ein étache !

Au boulevard Lalaing, ch'est acore pus sérieux. In creusant eine tranchée pou mette ein tuyéau, l'grue elle a passé au travers d'un mur découvrant ein abri anti-aérien de mille nuef chint quarante : vingt mètes d'larche, deux mètes de héaut, on areot pu y mette tous les malates de l'Hôpital Civil.

J'vous veos d'jà v'nir, vous vous dîtes, ch'est pos difficile, pou n'pos ête imbêté, i-suffit d'l'orboucher. Ahais, mais ch'est là le hic, quand on a évoqué ceulle solutieon si facile, ch'est à c'momint-là que les Croisés s'croisèrent, que les Athéniens s'atteignirent et que l'balle fut invoyée d'ein camp à l'eaute comme dins ein match d'coupe du meonde au Brésil.

Qui alleot payer l'rawette ? Ch'est l'questieon qui, tertous, inquiète ! L'terrain i-appartient à la Région Wallonne mais comme elle n'existeot pos 'core in quarante (ceulle affaire là, ch'est eine invintieon récente), elle dit n'pos avoir deonné l'autorisatieon de creuser, là, ein treos. La ville, elle n'peut pus d'dminder des dommaches de guerre, ch'est ein peu comme si on d'mindreot aux Français d'payer des dommaches pou l'quartier Sainte-Catherine que Louis XIV i-a foutu in l'air pou construire s'chitadelle ! In attindant l'abri s'aère, i-d'veot seûrmint sintir l'rance.

Au carrefour des Résistants, ch'est eine canalisatieon d'eau qui a sauté et l'route elle s'a affaissée, d'puis ceulle sémaine, ch'est sur eine seule file que les auteos doiv'tent rouler. A l'heure de pointe, t'es d'jà arrêté au boulevard Bara, in face de l'kermesse et t'as presque l'temps d'aller acater des boules à l'graisse.

Et à part cha vous allez m'dire ? Bé... on creuse à l'rue Royale, à l'avenue des Peupliers, à la rue des Sports, au boulevard Léopold, à l'rue des Croisiers, à l'rue Bonnemaison. Tournai va béteôt ête aussi connu pou ses treos que pou ses chinq clotiers ("Visiter Tournai in hauteur et profondeur", l'Office du Tourisme devreot d'jà y pinser). 

In parlant d'treos, i-paraît que no beon vieux Peont des Treos i-est sauvé, l'rache de démoliteon qui prind alfeos, comme eine colique, nos autorités et surtout les patreons avides de toudis faire d'nouvieaux bénéfices simble s'êt'e, pou l'momint, apaisée. Pou eusses qu'est-ce qu'on a à foute de ces vieus'ries, si ein jour on fait ein batieau d'trinte mètes d'larche, vous verrez, mes gins, i-z'ireont jusqu'à d'minder d'raser l'mitan de l'ville de Tournai pou satisfaire leu soif des affaires.

Infin, i-a ein treos qu'on n'veot pos mais qui est bin là, ch'est l'ceu du budget communal. No ville comme beauqueop d'eautes deot faire cheinture et à causse de cha, i-feaut réduire l'voilure de l'renovatieon de l'Maseon de la Culture. Près d'vingt millieons d'Euros, huit chint millieons de francs d'avant, cha n'a pos coûté autant pou la faire? Ch'est pus du cuivre qu'on va mette su les murs, ch'est d'l'or massif.

J'vous ai assez parlé d'treos et... treop, ch'est treop !

(lexique : des treos : des trous / commincher : commencer / seûr : sûr / caire : tomber / l'maseon : la maison / l'chim'tière : le cimetière / des chintaines : des centaines / des esquelettes : des squelettes / adeon : donc / les ouverriers : les ouvriers / ouvère : ouvrir / ahais : oui / queompte là d'zeur : compte là-dessus / pasque : parce que / bramint : beaucoup / les alintours : les alentours / orsanner : ressembler / ainsin : ainsi / eine cayère : une chaise / pa d'zeur : dessus / l'prumier : le premier / leonque : longue / eine gampe de beos : une jambe de bois / in plein mitan : au beau milieu / l'bieffreo : le beffroi / on truèfe : on trouve / l'plache : la place / déquindu : descendu / ein queop : un coup / les meos : les mois / les hierpes : les herbes / inter : entre / beauqueop : beaucoup / l'chitadelle : la citadelle / larche : large / orboucher : reboucher / ceulle : cette / l'rawette : le supplément / tertous : tous / les dommaches : les dommages / acater : acheter / des boules à l'graisse : des beignets / les chinq clotiers : les cinq clochers / alfeos : parfois / des vieus'ries : des vieilleries, des choses anciennes / cheinture : ceinture / treop : trop).

S.T. septembre 2014            

 

11:07 Écrit par l'Optimiste dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : tournai, patois, picard |

Les commentaires sont fermés.