30 août
2014

Tournai : expressions tournaisiennes (275)

Il survient des moments dans la vie où pour bien peu de choses on témoigne encore de l'envie. L'Optimiste n'a pas échappé à cette règle, aux nombreux petits moments de bonheur a succédé, cet été, le plus grand des malheurs et c'est ainsi qu'a été remisée l'hebdomadaire rubrique, "les expressions tournaisiennes", teintées de connotations humoristiques. Il est des blessures si difficiles à cicatriser qu'on songe parfois à tout arrêter.

Dernièrement, lors du classement d'archives, j'ai retrouvé un texte écrit, il y a bien longtemps déjà, et je l'ai exhumé en pensant à celui qui, au moment de l'écrire, m'avait encouragé, il s'appelait...René Godet.

Avec une pensée pour lui qui nous a également quittés, ce texte, je voudrais le dédier à ces milliers de courageux qui, par tous les temps, enfourchent la bicyclette pour, durant la journée dominicale, parcourir parfois des centaines de kilomètres. Ils ont pour prénom Michel, Muriel, Frédéric, Danicau ou Eddy, c'est à eux que ce petit texte, sans prétention, je dédie.

 

"Je n'sus pos cyclo

Quand j'éteos ein p'tit rotleot, j'passeos mes diminches à lusoter, m'mamère toudis m'diseot qu'i z-aveot'ent été pour cha invintés. Asteur, tout au leong d'ein' sainte sémaine, du lindi au saim'di, j'ouèfe, j'sue, je m'démène, dins l'attinte du septième jour et de... m'lit. Vous adveinez, mes gins, quand j'ai appris, qu'certains, c'jour-là i-infourchent leu bicyclette, j'd'ai été saisi qu'à m'fusil, in m'demindant quoic'qu'i-aveot'ent dins leu tiête.

Mi, l'diminche, j'sus bénaisse, j'm'orpose et j'ingraisse. Siept heures au matin, i-est pos tard, mais m'visin i-infile déjà s'cuissard. Huit heures, j'ouvère timid'mint ein ouel; Michel, li, i-est d'jà in face du câtieau d'Belouel. Nuèv'heures, j'vas acore attinte jusqu'à trente, pindant qu'l'ami cyclo i-peste in plein mitan d'eine pente. Dix minutes pus tard, j'risque ein pied su l'carpette, pindant qu'l'artisse i-avale des kilomètes.

Dins l'boîte à lettes, j'vas printe l'gazette. A la Une : photeo d'Albert et Zézette. Léginte : "A mille, i-z'eont grimpé Jubaru". Eh bé, vingt bougres, ch'est ein véritape cauch'mar d'morue". A onze heures, l'ciel i-ouvère ses éclusses, mi, à c'momint-là, ch'est eine trapisse que j'éclusse. I-fait ein temps à n'pos mette ein tchien à l'porte, mais dins les villaches, les cyclos i-seont cohortes. A midi, j'béfielle in ravisant l'orpas, mais ov'là qu'arrife Michel, i-est au bord du trépas !

J'ouvère l'cassis et j'ingache l'conversatieon. Li, i-attind pou répeonte qu'ormeonte... s'tinsieon. I-a de l'bédoule jusqu'au bord de s'casquette, mais ch'est pou li, ein jour de fiête ! I m'anneonche qu'i-va s'alleonger après-deîner et Madame, elle, après l'orlavache, elle va gardeiner. I-graiss'ra pou l'sémaine qui vient s'bicyclette, pindant que s'feimme, elle donnera ein queop d'raclette.

Du lind'main, i-raqueontra ses esploits au bouleot. Vous n'pinsez pos alfeos qu'tous ces gins i-seont seots, de s'fatiguer ainsin quand ch'est ein jour d'orpeos. Vous adveinez, mes amisses, pourquoi je n'sus pos cyclo.

 

(lexique : ein rotleot : un roitelet, un jeune enfant / lusoter ; flâner / m'mamère : ma mère / asteur : maintenant / j'ouèfe, : je travaille / adveiner : deviner / ête saisi jusqu'à s'fusil : être profondément surpris /  bénaisse ; content / s'orposer : se reposer / siept : sept / m'visin : mon voisin / j'ouvère : j'ouvre / ein ouel : un œil / l'câtieau : le château / nuef : neuf / in plein mitan : au beau milieu / l'artisse : l'artiste / léginte : légende / les éclusses : les écluses / écluser : avaler une bière souvent d'une seule traite / ein tchien : un chien / béfieller : baver de gourmandise / l'orpas : le repas / l'cassis : le châssis, la fenêtre / ormeonter  : remonter / l'bédoule : la boue / anneoncher : annoncer / l'orlavache : la vaisselle / gardeiner : jardiner / in queop : un coup / au bouleot : au boulot, au travail / alfeos : parfois / seots : sots).

S.T. (texte écrit dans le courant des années nonante).  

 

 

11:44 Écrit par l'Optimiste dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : tournai, patois, picard |

Commentaires

Bon courage Serge.

Écrit par : Un petit Belge | 31/08/2014

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.