30 juin
2014

19:44

Tournai : l'histoire continue !

Il arrive dans la vie où les plus grandes passions deviennent futilités, il est des jours où on a envie de baisser les bras, de tout laisser tomber ! 

Le départ inattendu d'un enfant plonge dans le désarroi ses parents.

Sans effacer le souvenir de l'être chéri, du fils tant aimé, il faut après la terrible épreuve pourvoir redémarrer. La peine devra être, bien entendu, contenue, les larmes retenues mais resteront les souvenirs de la belle histoire qu'ensemble nous avons vécue.  

Pour lui, me voir rédiger, travailler sur l'ordinateur, c'était des moments partagés, de furtifs instants de bonheur.

Désormais quand j'écrirai mes articles sur Tournai, la ville où il aimait tant, en ma compagnie, se balader, je sentirai peut-être sa présence invisible à mes côtés.

 

S.T. (en mémoire de Michaël)

 

 

 

 

19:44 Écrit par l'Optimiste dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (7) |

01 juin
2014

12:37

Tournai : expressions tournaisiennes (274)

Le blog est actuellement en pause. De nouveaux articles seront publiés dès que possible et notamment la série consacrée à la commémoration des évènements qui marquèrent la cité des cinq clochers durant le premier conflit mondial.  

Dans l'attente, je vous invite à lire ou à relire les 1.515 articles parus depuis sa création en avril 2007.

"Visite Virtuelle de Tournai" compte à ce jour près de 667.000 visites et enregistre plus de 1.000 commentaires ou demandes d'informations. Cela fait pas mal de passionnés de l'histoire de Tournai !

 

Dans la rubrique "Expressions tournaisiennes", voici sous forme de texte, une chanson d'Eloi Baudimont (voir l'article que lui est consacré) intitulée : "Ein infant" (un enfant), écrite en 1966 et dédiée à son fils.

 

Ein infant, cha t'arrife au moumint qu'te n'pinses pos et quand te sais qu'i-est là, t'as toudis l'air saisi... On direot que te n'sais pos que t'as tout fait pour cha. Ch'n'est fauqu'ein p'tit rotleot, ch'n'est fauqu'ein p'tit morcieau, ein pétite boule de chair. Pourtant à li tout seu, tout jeone ménache que t'es, i-te l'fout'reot in l'air. Ch'est tell'mint capricieux, ch'est tellm'int coléreux, que pour ein rien cha berrielle. Comme t'es là tous les deux, à cacher quoi c'qui veut, forcémint te battielles ! Et in f'sant les chint pas, de l'nuit, in l'esqueuant, jusqu'à perte t'n'haleine, tout boursouflé d'sommel, te barbottes dins tes dints :" Bé mon vieux, t'm'in fous eine".

Ein infant, cha grandit, cha print eine carnassière et cha va d'sur ein banc pour essayer d'apprinte tout c'que t'as eu tant d'mal, à apprinte, ti, dins l'temps. Et cha chuche s'crayon, les yeux dins les étoiles, mains jointes d'ssus s'problème, pindant que, ti, te t'escrimes à infeoncher dins s'tiête, l'base du théorème. Et quand i-arrife, à l'feos, que te n'sais pus t'ortenir et que l'rache elle te prind, cha t'orwète tout saisi avec ein point d'orproche dins des yeux annochints. Et quand tout débalté, te dis :"Va t'in au diape, te n'as qu'à tirer t'plan", cha orferme s'cahier, cha pousse ein cri d'victorie et "Youppi", cha fout l'camp.

Ein infant, cha grandit et tout au leong des jours cha devient pus déroutant. Cha a des goût bizarres, cha s'habille drôl'demint, cha essaye d'ête dins l'vent. Cha sait pindant des heures, l'orelle au transitor, batte ein pied in cadence in poussant des p'tits cris que te direos eine (feimme) qu'elle est dins les souffrances.  Cha pourmène tout partout, ein p'tit air sûr de soi, te direos eine masse d'affaires, cha n'a pos 'cor ein poil, ein poil pa d'zous ses bras, et cha t'appelle : "vieux frère". Et quand cha sorte l'soir et que te dis par cont'nance : "Attintieon, hein, d'bonne heure", d'eine pétite voix qui mue, cha répeond :"N't'in fais pos, allez, tchao, à t'taleur".

Ein infant, cha grandit, et cha d'vient tell'mint grand que cha d'vient pus grand qu'ti. Cha prind si belle tournure qu'in cachette, dins l'mireo, t'orwètes si t'es comme li... Et ein jour, mine de rien, d'ein air tout naturel, à l'aisse et sans manière, cha ramène à t'maseon ein infant du même âche mais du sexe contraire. Et cha fait des projets, et cha calcules des dates, cha parle d'paradis et ti, dins t'pétit coin, que t'parles ou qu'te n'dis rien, on s'fout pos mal d'ti. Et quand l'grand jour arrife que te l'veos, li, in noir, que te l'veos, elle, in blanc, ein infant cha t'imbrache et puis quand cha s'in va, cha s'in va pou longtemps... et tout in l'imbrachant, d'ein seul queop, in même temps, te t'sins viéli d'vingt ans !

 

(lexique : cha : cela / moumint : moment / toudis : toujours / cha n'est fauq'ein  : ce n'est seulement qu'un / ein rotleot : un roitelet, terme affectueux pour qualifier un petit enfant / ein morcieau : un morceau / tout seu : tout seul / ein jeone ménache : un jeune ménage, un jeune couple / tell'mint : tellement / berielle : crie, hurle / à cacher : à chercher / battieller : se disputer, batailler / chint : cent / esqueuer : secouer, ici dans le sens de bercer un enfant qui ne veut pas dormir / eine carnassière : un cartable / apprinte : apprendre / chucher : sucer / infeoncher : enfoncer / ortenir : retenir / l'rache : la rage, la colère / orwettier : regarder / ein orproche : un reproche / annochints : innocents / débalté : exaspéré / diape : diable / te n'as qu'à tirer t'plan : tu n'as qu'à te débrouiller / orfermer : refermer / l'orelle : l'oreille / pos 'cor : pas encore / pa d'zous : en dessous / l'mireo : le miroir / à l'aisse : à l'aise / l'âche : l'âge / on s'fout pos mal d'ti : on se moque pas mal de toi / imbracher : embrasser / d'ein seul queop : d'un seul coup / viéli : vieilli).

S.T. juin 2014. 

Un enfant est le plus beau fruit d'un amour, un cadeau qu'on croit offert pour toujours, le ravissement de nos vieux jours. Un enfant ne devrait jamais être souffrant qu'il soit petit ou bien plus grand. Pour le couple qui l'a conçu, il est la concrétisation de tous ses espoirs, un soleil qui illumine son existence, un phare qui ne devrait jamais les plonger dans le noir. Combien de pères et de mères désemparés, durant leur vie, ont vu leur enfant confronté à la maladie, chose horrible, des hommes le pire ennemi. Une de ces douleurs qui broie l'âme autant que le le cœur, une terrible épreuve qui presse l'être jusqu'aux pleurs. Et quand arrive pour les parents le bout du chemin, le temps n'est plus à la joie et aux rires, rassemblant les dernières forces, il faut absolument la vaincre ou bien... mourir !

12:37 Écrit par l'Optimiste dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : tournai, patois, picard |