03 mai
2014

Tournai : expressions tournaisiennes (272)

Cha alleot mieux dins l'temps !

Combin d'feos on a d'jà, tertous, intindu ceulle réflexieon que feont les perseonnes pus âgées dins leu conversatieon : cha alleot mieux dins l'temps ! Ch'est vrai... quand on aveot vingt ans, on éteot d'jà des sauvaches pou nos parents. I-a eu les génératieons zazous, blouseons noirs, yé-yé, beatnicks, punks ou bin gothiques... et, à chaque feos, pou les adultes de l'époque : ch'éteot mieux avant ! Mais quand on busie bin dins no tiête... quoisque ch'éteot l'beon vieux temps, l'ceu que certains orgrettent.  

On mingeot sain !

Ces gins nous raqueontent que l'vie éteot beauqueop pus belle et moins tchère qu'aujord'hui, ainsin, quand on alleot chez l'boulanger, on payeot huit francs (0,20 euros) pou l'pain, ave invireon chint francs (2,50 euros) on aveot l'viante à peu près pou toute l'sémaine, les légueumes et les fruits qui v'neotent d'Kain, d'Eperchin ou bin d'Lesdain, i-aveot'ent pus d'goût et on n'metteot pos pa d'zeur de l'pourette d'perlimpinpin. Comme on mingeot seul'mint les produits qu'on produiseot pos leon dusqu'on habiteot, que les cosses qu'on acateot n'deveot'ent pos printe l'avieon pou arriver ichi et comme i-n'aveot pos chinquante intervenants pou s'sucrer au passache, bé tout cha coûteot... presque rien. Bin seûr, on éteot habitué à n'pos faire gnein-gnein, on orcheveot des mandarines à l'Saint-Nicolas et pos souvint des mangues ou des ananas, on n'saveot pos che qu'éteot ein kiwi ou bin des litchees, on attindeot l'meos d'sétimpe pou minger des peommes ou du rogin et pou garder les fruits pou l'morte saiseon, nos gramères quand i-in aveot d'treop, feseot'ent des confitures et des fruits au chireop. Nos mamères prépareot'ent des tartes au risse, aux preones ou au mateon et j'ai l'raminvrance de leu beonne naque quand elles cuiseot'ent dins l'four de l'cuisinière au carbeon. Cha alleot bin mieux avant !

L'cauffache... ch'éteot ein ouvrache !

Ahais, mes gins, dins l'temps, on n'aveot pos l'cauffache central, ch'est au beos ou carbeon qu'on cauffeot nos maseons. Quand l'auteomne frappeot à no porte, on veyeot passer les carbonniers portant les sacs su leu deos pou vider pa les rayères d'cave. Seule l'pièche ou s'teneot éteot cauffée et l'saleon, seul'mint, quand on orcheveot des invités. Au soir, avant d'aller coucher, on preneot l'brique in tierre cuite qu'on aveot mis dins l'four, on l'intoureot d'un essuie et on l'placheot dins no lit pour récauffer les draps. Au matin, l'hiver, on veyeot les fleurs de gel su les cassis, spectaque éphémère que l'solel s'impresseot d'faire feonte. Pindant que l'mopère s'prépareot pou partir à l'ouvrache, l'mamère allumeot l'feu-crapéaud in mettant du beos, du papier et du carbeon, cha finqueot dins l'maseon et montant pa l'quémeinée, l'feumée invahisseot alors l'ruache in ein brouillard qui f'seot picoter les is et à l'gorche feseot des catoupis. A l'feos, i-aveot ce qu'on app'leot ein ortour d'flamme, cha buqueot dins l'poêle et bin qu'on éteot habitué, on n'pouveot pos s'impêcher d'sursauter. I-a pos à dire cha alleot mieux avant.

A l'usine !

Les ouverriers commincheot'ent à ouvrer à quinze ou seize ans ou parfois bin avant. A l'usine, l'ouvrache i-s'feseot à l'forche des poignets, on aveot intérêt d'avoir les bras bin musclés car ch'est pindant pus d'quarante-chinq heures su l'sémaine qu'on travailleot. A l'fin du meos, l'ouverrier orcheveot s'n'inv'loppe ave s'salaire, i-aveot tout au puque deux ou treos mille francs (chinquante euros à septante-chinq euros). L'lindi, à chinq heures, après s'n'ouvrache, i-resteot in route, i-alleot au cabaret boire ses pintes et jeuer aux fiers ou à cartes. Quand ch'éteot les fiêtes patronnales, les ceulles qu'on appelle aussi les "fiête des saint qu'on beot" (Sainte-Cécile, Sainte-Barbe, Saint-Eleo...), i-rintreot bin tard et dins l'quartier on intindeot les cris de l'bacchanale, l'feimme berler, à chaque queop qu'elle alleot l'quitter, les infants braire et les tchiens des visins aboyerQuand commincheot'ent à voler les assiettes s'écrasant su l'rue in passant pa l'ferniête, on veyeot s'abouler treos ou quate sergints d'ville qui v'neot'ent pou tout calmer. L'lind'main, l'ménache rabistoqué pourméneot comme si i-n's'aveot rien passé !I-a vraimint pos à dire cha llaeot bin mieux avant.

On saveot s'ditraire ave deux fois rien ! 

Pou jeuer, ein infant feseot appel à s'n'imaginatieon. Ainsin pou créer ein meonte tout intier, on li donneot quelques morcieaux d'beos, du carteon et de l'pâte à modeler, ave des soldats d'pleomb ou bin des poupées d'chiffeons, garcheons et files i-jeueot'ent dins ein coin de l'maseon. Ave ein jeu d'cartes, l'mamère feseot des réussites, l'mopère liseot in tirant su s'touquette, à l'caleur de l'busse, l'gramère réciteot, d'eine veox base, s'cap'let et l'grand'père dormeot dins l'fauteul. L'après-deîner du diminche, l'vie éteot rythmée pa l'grante horloche murale dont l'balancier feseot intinte ein tic-tac qu'on écouteot pus. Les nuits du saim'di au diminche éteot'ent calme, propices à l'orpeos après eine leonque sémaine, i-n'aveot pos ein bruit, si fait, à l'feos, l'pétarade d'eine auteo ou d'eine moteo ou bin l'cancheonne d'ein quervé qui s'in alleot, d'leon in larche du trottoir, in ortrouvant toudis l'quémin de s'maseon. L'diminche au soir, l'feimme prépareot l'malette de s'heomme, l'lind'main, elle n'areot pus qu'à mette l'galu rimpli d'café et les tarteines au gambeon ou au fromache. Puisqu'on vous l'dit que cha alleot mieux avant !

On aveot des principes !

L'mam'zelle, elle alleot pou l'prumière feos au bal, l'jour de ses vingt ans pasqu'i-commincheot à ête temps de li trouver ein galant. Pou asseurer s'sécurité, papa et maman éteot'ent à ses côtés. Ch'est au mopère et à l'mamère qui deveot tout d'abord plaire, le brafe cavalier avant d'avoir l'autorisatieon d'imm'ner l'file valser. In l'observant discrèt'mint, les parints de l'file essayeo'tent d'juger si ch'éteot ein garcheon d'beonne famile et pou la rincontrer après ch'éteot pos dins l'rue qu'i-alleot li queonter fleurette mais bin à domicile. Les jeones tourtereaux alleot'ent courtiser pindant au moinse toute eine ainnée. Bé cha alleot bin mieux avant !

In conclusieon !

On mingeot sain, on feseot vife les producteurs d'no régieon, on n'aveot pos b'soin de l'Afsca, su les produits i-n'aveot pos d'date d'péremptieon. Comme on n'éteot pos fort riche, qu'on n'aveot pos bramint d'liards, on éviteot l'gaspillache et i-aveot presque pos d'chômache, ave nos déchets, on n'pollueot pos les bords des qu'mins, les boutelles vides on les ortourneot au magasin, on aveot ein cabat pou les commissieons, pos ein seul sac in plastique à no maseon, inter visins on saveot acore s'parler et avoir de l'solidarité quand i-d'aveot ein in difficulté. Ch'est vrai que pou tout cha, cha alleot pétête mieux avant ! 

 

(lexique : tertous : tous / ceulle : cette / des sauvaches : des sauvages / busier : penser / l'tiête : la tête / minger : manger / raqueonter : raconter / beauqueop : beaucoup / tcher : cher / aujord'hui : aujourd'hui / ainsin : ainsi / l'viante : la viande / les légueumes : les légumes / Eperchin : Esplechin, village appartenant au grand Tournai / pa d'zeur : dessus / l'pourette : la poudre / leon : loin / dusque : où / acater : acheter / printe : prendre / l'passache : le passage / bin seûr : bien sûr / faire gnein-gnein : faire la fine bouche, être exigeant / orchevoir : recevoir / sétimpe : septembre / du rogin : du raisin / l'chireop : le sirop / tarte au risse : tarte au riz / tarte aux preones : tarte aux prunes / avoir l'raminvrance : se souvenir / l'naque : l'odeur / l'carbeon : le charbon / l'cauffache : le chauffage / ein ouvrache : un ouvrage, un travail / du beos : du bois / cauffer : chauffer / les carbonniers : les marchands de charbon / l'deos : le dos / eine rayère : un soupirail, une ouverture en façade pour avoir accès à la cave et déverser le charbon / l'pièche : la pièce / l'tierre : la terre / placher : placer / récauffer : réchauffer / les cassis : les châssis / l'spectaque : le spectacle / l'solel : le soleil / feonte : fondre / l'mopère : le père / l'mamère : la mère / finquer : dégager énormément de fumée / l'quémeinée : la cheminée / l'feumée : la fumée / l'ruache : le quartier / les is : les yeux / l'gorche : la gorge / les catoupis : les chatouilles (faire des catoupis : chatouiller) / à l'feos : parfois / ein ortour : un retour / buquer : faire un bruit d'explosion, frapper violement sur une porte / les ouverriers : les ouvriers / ouvrer : travailler / à l'forche : à la force / quarante-chinq : quarante-cinq / l'meos : le mois / tout au puque : tout au plus / l'lindi : le lundi / jeuer aux fiers : jouer au jeu de fers, jeu typique tournaisien dont vous trouverez une description sur ce blog (taper jeu de fers dans la colonne rechercher) / les fiêtes : les fêtes / beot : boit / berler : hurler / queop : coup / les infants braire : les enfants pleurer / les tchiens : les chiens / les visins : les voisins / l'ferniête : la fenêtre / s'abouler : accourir / les sergints d'ville : les agents de police / l'ménache : le ménage / rabistoquer : raccomoder  sommairement / ein meonte : un monde / des morcieaux : des morceaux / chiffeons : chiffons / garcheons et files : garçons et filles / l'touquette : la pipe, ce mot, au départ, désignait la portion de tabac qu'on plaçait dans le fourneau de la pipe / à l'caleur de l'busse : à la chaleur de la buse pour désigner une personne qui se réchauffait au coin du feu / l'cap'let : le chapelet / l'horloche : l'horloge / l'saim'di : le samedi / l'orpeos : le repos / leonque : longue / si fait : si, si /  l'cancheonne : la chanson / ein quervé : un ivrogne / d'leon in larche : de long en large / l'quémin : le chemin / l'malette : à l'origine sac de toile qu'emportait un ouvrier avec sa nourriture pour la journée, (faire malette : prendre son repas sur un chantier) / l'galu : la gourde en fer blanc dans laquelle le travailleur versait son café et le réchauffait au moment de le boire sur le feu de l'atelier ou du chantier / des tarteines : des tartines / l'gambeon : le jambon / l'fromache : le fromage / l'mam'zelle : la demoiselle / l'prumière feos : la première fois / asseurer : assurer / brafe : brave / queonter : conter / les jeones : les jeunes / vife : vivre / bramint : beaucoup / des liards : de l'argent / l'gaspillache : le gaspillage / l'chômache : le chômage / les boutelles : les bouteilles / ein cabas : un sac à provisions / inter : entre / pétête : peut-être).

S.T. mai 2014

13:45 Écrit par l'Optimiste dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : tournai, patois, picard |

Les commentaires sont fermés.