25 avril
2014

Tournai : expressions tournaisiennes (271)

Pus qu'on ormue ein brin pus qu'i-sint !

Ceulle espressieon tournisienne veut dire qu'eine affaire qui n'est pos fort claire, i-veaut mieux n'pus in parler pasque cha risque, dins tous les cas, d'inveyer d'nouvelles espitures et d'orlancher les débats.

Adeon, j'aveos promis de n'pus jamais vous parler des travéaux qui a dins m'quartier et cha...d'puis des meos... et pourtant suite au commintaire que j'ai orchu d'ein lecteur, i-a pos d'avanche, j'me suis ormis à busier à nos malheurs.

Nos édiles i-veule'tent nous faire accroire qu'on va ichi avoir ein quartier idyllique, fantastique, ahais, pétête, mais... pou l' momint ch'est catastrophique et après cha n's'ra pos fort pratique, i-feaut ichi que j'vous esplique :

L'dossier i-ormeonte presque au temps d'Mathusalem ou puteôt au temps du bourguémette Christian Massy in deux mille dix. Comme les trottoirs, vieux d'quarante ainnées, i-éteot'ent in mauvais état et à certains indreots effeondrés, l'ville a dit : "on passe à travers" et elle a décidé de les orfaire. Bin seûr, ch'éteot eine beonne idée pasqu'à chaque feos qu'on marcheot on risqueot d'bourler ! Seul'mint... l'ov'là, dins ein bureau, pa d'vant s'n'ordinateur, un heomme qu'on appelle chef de projet i-a comminché à délirer. Dins s'tiête, i-a pinsé : pou éviter les accidints, on va faire là-va eine zone de rincontes (n'vous méprenez pos su l'meot, mes gins, ch'est simpe, cha veut dire que l'ruache i-va ête partagé inter les auteos, les véleos, les piéteons et les infants qui veont jeuer, i'n'va pos ichi avoir, ave des courts cotreons, des jeones files su les trottoirs). On va limiter l'vitesse à trinte kilomètes/heure, on va mette des casse-vitesse et, pa d'vant les maseons, on va ... réduire le stationn'mint des véhicules à... s'pus simpe espressieon. Les gins i-veont mette l'auteo dins l'garache ou dins l'allée et on va dessiner treos ou quate plaches pou parquer, vite fait, bin fait, pou nous continter. Dins l'rue, i-a seize maseons, cha orprésinte vingt voitures, six intrées d'garaches n'permette'tent pos de mette l'auteo sineon l'arrière i-est su l'rue, pos d'beauqueop, ein trintaine de chintimètes mais on n'peut pos ainsin l'mette et quand on va faire venir des amisses, i-feaudra limiter les invitatieons, pasque, les ceusses qui n'seont pos à l'heure, i-veont aller mette leu carette aux chint mille diapes.

Eviter les accidints ! Mo Dieu l'espécialisse, te m'in diras tant. L'malhureux busieu i-n'éteot pétête pos acore né quand on est v'nu habiter dins l'quartier et i-connaît l'coin, ch'est seûr, seul'mint in ravisant ein plan su l'ordinateur. Ichi, Mossieu l'ingénieur, i-n'a jamais eu ein accidint, pos ein accrochache, pos ein blessé, les infants pouveot'ent su l'rue, sans problème, jeuer, bin intindu, i-aveot de l' l'circulatieon... au momint dusque les gins rintreot'ent à leu maseon ! Asteur, ch'est pire acore, ch'est presque tous des ortraités qui, eine feos au volant de leu voiture, seont leon d'ête débaltés.

Vous savez combin on a du souffère pindant les six meos qu'on a mis des tuyéaux d'gaz et des fils pou l'télépheone, on a du vife dins l'poussière, dins l'bédoule, dins les treos, dins l'bruit, on rameneot d'riches placards d'tierre accrochés à nos sorlets dins nos maseons. Les feimmes elle n'éteot'ent pus à printe ave des pincettes de l'rache qu'elles deveot'ent nettier deux feos su eine journée. Be quand tout i-a été fini, à l'fin du meos d'féverrier, ch'est là qu'on a comminché à souffler. Pos pou lommint, l'vingt-deux d'mars, les bulls seont arrivés, les camieons i-ont débarqué, les martieaux-pics ont vibré, tout i-a tranné et on s'a délaminté, i-ont inl'vé les dalles, les bordures, l'asphalte, i-eont fait des treos pa d'avant les maseons qu'on areot dit des catieaux-forts pa derrière des douves, ch'éteot tell'mint vrai que quand i-pleuveot cha s'rimplicheot même d'ieau.

"Ch'est pou deux semaines invireon" que l'responsape du chantier i-nous a dit... ahais, cha fait quate semaines et ch'est pos fini.

Après, pa d'vant les maseons, i-a eu du nouvieau, asteur, on a mis des palettes in beos ave des p'tits pavés pa d'zeur, asteur, ch'est pus l'moyen-âche, ch'est les tranchés d'l'Yser, j'vas d'mindé à No Télé pou v'nir, i-va là avoir l'décor pour orfaire des r'portaches su l'grante guerre. On est tertous ortranché, acore hureux qu'on n'sort pos les casques et les vieux fusils in disant : "asteur... cha suffit". Cha pourreot arriver, éné, les gins i-seont in foufielle, i-seont in rache su tertous et su nos édiles qui n'seont jamais v'nu dins no quartier pou nous accouter, qui s'muchent derrière des décisieons de l'Région Walleonne ou bin d'l'I.B.S.R, in pinsant qu'on est des crédules et qu'on va facil'mint avaler la pilule.

"Ch'est pos mi, ch'est l'eaute", ch'est l'crédeo déjà bin incien que professent d'puque in puque nos politiciens.

In puque, i-a eine cosse que j'n'ai jamais compris, te deos d'mindé eine autorisatieon pou canger l'teinte de tes cassis ou bin pou faire ein abri d'gardin pou mette tes otieus pasque, ch'est bin normal, te canges l'état des lieux. Mais ichi, on n'a pos vu d'plan, on a même pas été mis au courant, tout s'a fait dins l'plus grand des secrets pétête pou que les gins n'se mettent pos à berler. Vous allez m'printe pou ein révolutionnaire, pos du tout, j'sus seul'mint in colère.  

Hier, i-a eu ein consel de guerre dins l'quartier, on s'a dm'indé queulle arme on alleot utiliser, ein visin a fait mouque in mettant des photeos su Facebook, ein eaute vouleot qu'on alleot faire bacchanale pa d'vant l'maseon communale, comme on n'est pos des sauvaches, qu'on est po ein groupe hystérique, nous eautes, les brafes titis tournisiens, on vouleot eine guerre... comme qui direot... pacifique.  

Après avoir raqueonté tout cha, j'vous fais eine lette, Mossieu l'Politicien, que vous lirez pétête, si vous comperdez l'tournisien, pinsez à vos concitoyens, soignez vos électeurs, vo n'ouvrache quotidien après tout ch'est d'faire leu bonheur ! 

(lexique : ormuer : remuer / ein brin : une bouse, une déjection animale ou... humaine / sintir : sentir / ceulle : cette / pasque : parce que / inveyer : envoyer / des espitures : des éclaboussures / orlancher : relancer / adeon : donc / orchu : reçu / avanche : avance / ormis : remis / busier : penser / accroire : croire / ahais : oui / pétête : peut-être / puteôt : plutôt / ainnées : années / des indreots : des endroits / orfaire : refaire / bin seûr : bien sûr / bourler : tomber / comminché : commencé / rinconte : rencontre / simpe : simple / l'ruache : le quartier, la rue / inter : entre / jeuer : jouer / des cotreons, : des jupons / des jeones files : des jeunes filels / pa d'vant : devant / l'garache : le garage / treos ou quate plaches : trois ou quatre places / orprésinter : représenter / beauqueop : beaucoup / chintimètes : centimètres / les amisses : les amis / les ceusses : ceux / aux chint mille diapes : littéralement aux cent mille diables, bien loin / l'especialisse : le spécialiste / acore : encore / l'momint : le moment / dusque : où / les ortraités : les retraités, les pensionnés / leon : loin / débaltés : déchaînés / souffère : souffrir / vife : vivre / l'bédoule : la boue / les sorlets : les souliers / les feimmes : les femmes / féverrier : février / lommint : longtemps / tranner : trembler / s'délaminter : se lamenter / des catieaux-forts : des châteaux-forts / s'rimplir : se remplir / l'ieau : l'eau / invireon : approximativement, environ / asteur : maintenant / in beos : en bois / pa d'zeur : dessus / l'moyen-âche : le moyen-âge / grante : grande / tertous : tous / ortranché : retranché / éné : n'est-ce pas / ête in foufielle : être dans tous ses états / in rache : en rage, en colère / accouter : écouter / s'mucher : se cacher / d'puque in puque : de plus en plus / eine cosse : une chose / canger : changer / les cassis : les châssis / l'gardin : le jardin / les otieus : les outils / ichi : ici / berler : crier, vociférer / ein consel : un conseil / queulle : quelle / ein visin : un voisin / mouque : mouche / ein eaute : un autre / des sauvaches : des sauvages / raqueonter : raconter / eine lette : une lettre / comperdez : comprenez / vo n'ouvrache : votre travail)

S.T. avril 2014.

 

17:26 Écrit par l'Optimiste dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : tournai, patois, picard |

Commentaires

As-tu été à la marche à bâtons du Lundi de Pâques au Mont-Saint-Aubert? Bon week-end Serge.

Écrit par : Un petit Belge | 25/04/2014

Répondre à ce commentaire

Salut valeureux combattant de "14" ... de "2014", je veux dire !

Comme je te comprends, toi de l'autre côté de nos tranchées ! Je t'approuve totalement. Et on pourrait écrire ... et écrire ... et écrire sur certaines aberrations mais le "rouleau" s'est mis en marche et rien ne l'arrêtera puisque, au début, un rapport rendu officiel a mentionné que c'était "comme ça" qu'il fallait agencer les lieux ... et "comme ça", comme on dit par ichi, ch'est les évangiles ! Bah ! un jour, i aura un 11 novembre ...

Jacques ... de l'aut' côté de l'tranchée

Écrit par : jacques De Ceuninck | 28/04/2014

Répondre à ce commentaire

Bonne semaine et à bientôt Serge.

Écrit par : Un petit Belge | 28/04/2014

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.