18 avril
2014

Tournai : expressions tournaisiennes (270)

 L'roi n'est pos toudis l'ceu qu'on creot !

L'histoire vraie que j'vas aujord'hui vous raqueonter n'date pos d'hier mais d'i-a bin des ainnées, ch'est eine vielle feimme que tertous app'leot Emilienne qui aimeot bin in parler l'soir à l'écrienne.

In mille nuef chint trinte-quate, au second meos d'l'ainnée, pus précisémint, l'dix-huit d'féverrier, au matin, Adrienne parteot à commissieons quand elle a rincontré au coin de l'rue, Edmeond. S'réputatieon d'feimme legère, Adrienne, elle la d'veot aux amants qu'elle aveot pa dizaines. Edmeond, ch'éteot ein brafe garcheon, ein militaire, lommint él'vé dins l'écour de s'mamère.

"A sortir ainsin, Adrienne, in caraqueo, bé paufe file, vous n'devez pos là avoir fort quieaud".

N'aveot pos l'lanque dins s'poche, l'file de l'rue à Peos, elle li a dit : "te m'prindras dins tes bras si j'ai freod". L'réflexieon de l'donzelle aveot fait mouque, l'paufe garcheon n'saveot même pus orserrer s'bouque.

Profitant de s'n'avantache, elle fit ein sourire et li d'minda : 'Alors, ch'est tout c'que t'as à m'dire".

Edmeond i-est orvenu su tierre, i-a atterri et i-a orpinsé à ce que s'mamère li aveot dit :

"Hier, l'natieon intière a vécu ein drame, on a ortrouvé le roi mort à Marche les Dames".

Alors là, l file, in plein mitan du trottoir s'a misse à rire à n'pos savoir s'ravoir.

"Te n'devreos pos rire, Adrienne, le roi s'a tué, i-a cait et i-éteot couché au pied du rocher". 

"Quoisque te dis ichi, mo Dieu... bé... t'es fêlé, quoisqu'i-t'prind, on n'deot pos dire des affaires ainsin, te deos bin savoir que cha n'me fait pos rire, à t'intinte, bé fieu, j'ai ichi failli... flaubir... m'anneonché tout à n'ein queop qu'Leroy s'a tué, niqu'doule, i-m'a acore invitée hier à souper".

L'heomme qu'on appeleot Leroy éteot ein d'ses amants, ein simpe neom su eine très leonque liste d'soupirants et si l'albran voleot ainsin d'dames in dames, i-n'areot seûrmint pos meonter les rochers d'Marche les Dames.

"J'pinse, Mam'zelle, que vous n'm'avez pos bin compris, j'vous parleos d'Albert, l'ceu qu'i-est roi d'no pays".

"Eh bé, espèce de biec-beos, te m'in diras tant, quand on dit eine histoire parelle on met des gants, ch'est beauqueop moins grafe que j'n'aveos d'abord pinsé, pasque Leroy, i-m'deot des liards que j'li ai prêté".

L'bin brafe Edmeond qui éteot ein beon militaire, n'areot pos pinsé qu'ceulle file éteot tierre à tierre. Alors que l'brafe roi éteot brait pa l'natieon intière, elle pinseot d'abord à ses rintrées financières !

Laichant là, in plan, l'belle courtisane, Edmeond, i-a queuru pour raqueonter s'n'histoire à s'maseon. Ch'éteot là certain'mint pos l'pus belle des idées, i-l'a compris in veyant s'mamère l'raviser. Quand l'vielle feimme a intindu eine affaire parelle, elle li a foutu ein cachireon su s'n'orelle.

"Ceulle calotte elle est pou ti, mon bieau militaire, cha t'rappelle de n'pos parler aux avinturières. Elle est connu dins tout Sainte-Magritte, l'donzelle, elle attrape les bonheommes comme eine vraie mouque à miel.

On n'a pos su si Leroy l'aveot rimboursée mais quand Edmeond la veot i-passe d'l'eaute côté, pasque d'puis qui aveot orchu l'calotte bin tassée, à chaque feos ses fuelles de chou qu'mincheot'ent à chiffler.

 

(lexique : toudis : toujours / l'ceu : celui / qu'on creot : qu'on croit / aujord'hui : aujourd'hui / raqueonter : raconter / les ainnées : les années / eine veille feimme : une vieille femme / tertous : tous / à l'écrienne : à la veillée / mille nuef chint trinte-quate : mille neuf cent trente-quatre / l'meos : le mois / féverrier : février / ein garcheon : un garçon / lommint : longtemps / l'écour : le giron / s'mamère : sa mère / ainsin : ainsi / ein caraqueo : une blouse légère / l'file : la fille / quieaud : chaud / n'pos avoir s'lanque dins s'poche : savoir répondre du tac au tac / l'rue a Peos : la rue As-Pois ou As-Poids dans le quartier de Sainte-Marguerite, une rue populaire / freod : froid / mouque : mouche / n'pos orserrer s'bouque : ne pas refermer sa bouche, rester bouche bée / avantache : avantage / orvenu : revenu / su tierre : sur terre / orpinsé : repensé / in plein mitan : au beau milieu / ortrouvé : retrouvé /  cait : tombé / quoisque : qu'est-ce que / ichi : ici / fieu : forme picard de fils / flaubir : défaillir / tout à n'ein queop : tout à coup / niqu'doule ou niquédoule : imbécile / ein simpe neom : un simple nom / eine leonque liste : une longue liste / l'albran : le garnement / seûmint : sûrement / mam'zelle : mademoiselle / ein biec-beos : au sens premier un pic-vert, un niais, personne dénuée de bon sens / parelle : pareille / grafe : grave / braire : pleurer / laichant : laissant / queuru : couru / l'maseon : la maison / veyant : voyant / raviser : regarder / ein cachireon : une gifle / eine mouque à miel : une abeille / pasque : parce que / ses fuelles de chou : ses feuilles de chou, (oreilles décollées) / qu'mincher : commencer / chiffler : siffler).

S.T. avril 2014 

 

16:41 Écrit par l'Optimiste dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : tournai, patois, picard |

Commentaires

Bonsoir Serge,
Une petite histoire coquine, j'ai compris beaucoup de choses.
Merci pour le lexique, ça aide, pas facile le tournaisien !
Avec un peu de retard, je te souhaite une belle fête de Pâques, bonne soirée, bisous.

Écrit par : Mousse | 20/04/2014

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.