12 avril
2014

Tournai : expressions tournaisiennes (269)

I-a bin lommint que les cloques n'veont pus à Rome.

Quand j'éteos acore ein p'tit rotleot, à peine pus héaut qu'treos peommes, m'mamère elle-m'diseot toudis que, l'Jeudi Saint, les cloques alleot'ent querre les ouès d'Pâques à Rome. Vous allez seûrmint m'dire que tout cha ch'éteot des infantillaches mais j'pinseos in mi-même qui d'veot avoir, dins l'ciel, d'riches imbouteillaches. Dins l'pus grand des silences, on attindeot l'diminche au matin, impatients d'aller cacher après les ouès que les cloques aveot'ent muchés dins l'gardin.

Des oués, des poules, des lapins, des cloques in chucolat, d'quoi attraper eine belle crisse de foie.

Asteur, dins no ciel, symboles d'l'époque, les avieons ont rimplaché les cloques. L'diminche de Pâques au matin, les gardins sont vides, i-orsannent à des mornes plaine pasque bramint d'gins seont partis pou l'Espane, l'Tunisie ou bin in acore l'République dominicaine.

I-feaut dire que les cloques, aujord'hui, elles ne seont, pa cartains, pus aussi bin vues, Sainte-Magritte, l'Madeleine, les Rédemptoristes, peu à peu, les églisses ont disparu. Les Pères d'Ere, les p'tites Sœurs des Paufes, les Clarisses, les Carmélites ou bin les Sœurs de Charité, presque tous les couvints seont désormais serrés et des cloques de ces maseons on n'intind pus l'seon aigrelet. Même dins no cathédrale on les a impriseonnées in mettant, tout autour des cheonq clotiers, ein corset d'beos et d'acier. Pou qu'on soiche bin seûr qui n'leu prind pos eine invie d'décollache, bé, on a intouré l'tout dins ein bieau plastic d'imballache.

Dins nos villaches, hélas, ch'n'est pos beauqueop mieux, les cloques de l'nuit n'seonnent pus les heures pasque les nouvieaux habitant n'seont pos hureux. I-seont allés là-va pou avoir l'tranquilité et pou cha i-feaut faire taire les vieux clotiers. Cha f'seot, à l'feos, pus d'chint ans ou chint-chinquante que l'cloque rythmeot l'vie des paysans.

Asteur, de l'nuit, l'veox mélodieusse d'nos vieux clotiers a été rimplachée pa les soneos des auteos ou des fiêtes de quartiers. Les nuits d'été, in s'foutant pos mal de l'orpeos des visins, on n'hésite pos d'berler dins les gardins jusqu'à deux ou treos heures au matin.

On dit que chaque générératieon a ses spécificités, l'ceulle actuelle elle manque d'beauqueop  d'solidarité.

J'vas devoir la faire courte, j'deos d'jà vous laicher là, j'm'in vas pasqu'au leon j'intinds l'cloque qui seonne l'orpas.

"M'pétite poulette, quoisque t'as fait pou deîner ? Du pisseon, ahais, ch'est verdi, j'areos pu l'adveiner".

 

(lexique : lommint : longtemps / les cloques : les cloches / ein p'tit rotleot : un petit roitelet, désigne à Tournai un petit enfant / m'mamère : ma mère / toudis : toujours / querre : chercher / des ouès : des œufs / seûrmint : sûrement / des infantillaches : des enfantillages, des choses puériles / les imbouteillaches : les embouteillages, les bouchons / cacher : chercher / mucher : cacher / l'chucolat : le chocolat / l'gardin : le jardin / asteur : maintenant / rimplaché : remplacé / orsanner : ressembler / bramint : beaucoup / bin : bien / les paufes : les pauvres / serrés : fermés / les cheoncq clotiers : les cinq clochers / du beos : du bois / les villaches : les villages / là-va : là-bas / à l'feos : parfois / chint : cent / chinquante : cinquante / l'veox : la voix / in s'foutant po mal : en ne se moquant pas mal / l'orpeos : le repos / les visins : les voisins / berler : crier, hurler / l'ceulle : celle / beauqueop : autre mot pour beaucoup / laicher : laisser / pasqu'au leon : parce qu'au loin / l'orpas : le repas / quoisque t'as fait : qu'as tu fait / deîner : dîner / du pisseon ou picheon : du poisson / ahais : oui / verdi : vendredi / adveiner : deviner).

S.T. avril 2014

 

09:26 Écrit par l'Optimiste dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : tournai, patois, picard |

Les commentaires sont fermés.