05 avril
2014

Tournai : expressions tournaisiennes (268)

Ch'est pus possipe, mais alors vraimint pus possipe !

J'areos voulu, comme les eautes meos, vous parlez d'no beonne cité d'Clovis et d'ses travéaux, mais ceulle feos chi, j'vous l'avoue, j'ai bin été obligé d'déclarer forfait pasque je n'sais pus où deonner de l'tiête, je n'sais pus pa dusque j'deos qu'mincher.

Ainsin pou mi aller m'pourméner in ville, comme m'maseon est à eine paire d'kilomètes, j'deos printe m'n'automobile et cacher après eine plache d'préférince sans parcmète, ch'est pos gagné d'avanche pasque, dins nos rues incombrées, i-a tell'mint d'chantiers que les implach'mints devienne'tent d'pus in pus rares pou ti statieonner. Seul'mint avant d'espérer trouver ceulle plache in or, i-feaut pouvoir intrer in ville tout d'abord et là ch'est leon d'ête gagné, ch'est pos facile, savez. Ch'est sans doute pou commémorer l'chintenaire de l'grande guerre et l'raminvrance d'ses infants qu'on nous impose ainsin, tous les jours, l'parcours du combattant ! 

Si te viens pa no gare, ch'est seûr et certain, t'es d'jà bloqué à l'plache Crombrez, pindant huit meos, au moinse (pasqu'à Tournai les chantiers i-avanchent à eine vitesse qu'aucun Namurois pourreot nous invier), adeon, pindant huit meos, l'rue Royale elle va ête serrée in journée pou mette des tuyeaux d'ieau et d'gaz. Si, à l'feos, te pinses pousser eine pointe jusqu'à l'rue des Croisiers, là-va, t'es détourné vers Saint-Brice ou l'boule'vard Walter de Marvis, tout cha pasque pou mette les impétrants on n'peut pus passer à l'plache Gabrielle Petit (impétrants ch'est ein bieau meot pou tout simplemint dire qu'on va faire des tréos). Si t'arrives pa l'rue de l'Mad'leine, t'iras pos pus leon que les Quate coins Saint-Jacques, l'rue d'Courtrai elle est barrée pou mette des dalles à l'plache des pavés, pire acore, à chint mètes, su l'plache Paul Emile Janson, au pied d'no cathédrale, l'pavache i-nest pos terminé à causse de l'fameusse fuite d'ieau qui a eu lieu au meos d'janvier ou féverrier. Comme dins ces cas là, tertous i-s'rinvoit'ent l'balle, ch'est pos d'main l'velle qu'on pourra y rouler. I-a des travéaux tout du leong du Luchet d'Antoing, on rabistoque les trottoirs à l'rue Dorez, on a ouvert les ceusses de l'rue Bonnemaison, l'av'nue des Erables i-a bin lommint qu'elle est serrée à l'circulatieon, même su l'plache du Becquerelle on a fait des treos dins les trottoirs. L'plache Verte et l'rue des Jésuites, ch'est toudis l'même état, on a fiêté l'prumier anniversaire de l'effondremint de l'voirie.

Et i-a pire acore, j'vas vous espliquer.

Au début du meos d'mars, on a meonté ein échafaudache tout autour d'no conservatoire, on a prévu deux ans d'travéaux, ahais, à condition qui comminchent pasque un leuger détal de dernière minute a fait que cha fait quinze jours qu'on a pus vu ein ouverrier. Ch'est ainsin dins no ville, mais quoisqu'i-feont nos édiles ? On comminche tout et on n'finit rien. On a ein éch'vin de l'mobilité, feaudreot aussi créer l'fonctieon d'éch'vin d'l'immobilité, vingt milliards, m'n'heomme i-va queurir seot du matin au soir si i-deot aller vir tout c'qui n'bouge pos.

Dins m'quartier, ch'est pos mieux, on a berteonné pindant tout l'hiver, six meos pou mette les nouvieaux tuyeaux d'gaz d'Ores et l'câbles d'Belgacom, j'pinse que j'vous in ai assez parlé. I-a ein meos que l'calme i-éteot orvenu dins no ruache, l'bédoule elle commincheot même à partir du dallache quand l'Administratieon Communale nous a inveyé eine belle et leongue lette disant qu'on alleot asteur orfaire les trottoirs. On n'a vu aucun plan, aucun projet jusqu'au moumint où l'chantier i-a comminché. Neon seul'mint on fout in l'air nos inciens trottoirs, mais on inliève aussi eine partie de l'asphalte pour rétrécir l'rue, on va supprimer des plaches de parking et chaque feos qu'on orviendra d'no commissieons, on va êtes obligé d'rintrer no voiture a no maseon, rintrer et sortir du garache, j'comprinds que l'gins i-s'foutent in rache. J'plains bin l'paufe commissaire Orlandi, pasque tertous i-dise'tent que tout cha ch'est à causse d'li, on a même  déclaré qu'i-veut tell'mint d'sécurité qu'ein jour on va tertous rester à l'arrêt, mi j'ai toudis apprécié l'ouvrache qui fait pou no sécurité et su c'brafe policier je n'vas pos déblatérer su s'deos, mais quand j'intinds combin on parle d'li au leong d'eine sainte journée, bé, je m'dis que ses orelles elles doive'tent chiffler. Tous ces pinseux qui faitent les projets, i-n'voudreot'ent pos d'cha face à leu maseon mais nous eautes on deot dire ahais, amen, on n'peut pos dire neon, on est quand même de l'beonne sémaine. Dis hardimint qu'elle est belle no démocratie, elle n'existe qu'au momint d'voter pou ein parti. L'Administratieon a décidé et on voudreot bin vir que vous avez ein séquoi à dire. J'sus ein beon garcheon, bin poli et bin él'vé mais i-a des feos j'comprinds pourquoi i-a des révolutieons.

I-a ein seul avantache, ch'est des ouverriers flaminds qui feont l'ouvrache. Ch'est bin malhureux à constater mais ces gins là, contrair'mint aux Walleons, i-save'tent ouvrer, i-ont du corache. I-comminchent à huit heures au matin, arrêtent eine demi-heure à midi pou deîner et i-ortourne'tent à leu maseon à chinq heures. Si l'traval qui ont qu'minché i-n'est pos terminé, bé, i-ouèftent vingt chinq minutes in puque. Les Walleons, eusses, arriveot'ent à huit heures et quart, à l'feos même pus tard, i-commincheotent pa boire eine jatte de café dins l'camieon et i-éteot pos leon d'nuef heures quançqu'i-s'metteotent à l'ouvrache. A dix heures, on f'seot eine petite pause et à midi on arrêteot treos quart d'heure pou minger. Après on parleot pou organiser l'traval de l'après-deîner, ch'est important d'communiquer, et on orcommincheot à eine heure. A treos heures trente chinq, l'journée elle éteot d'jà oute, on attindeot près des camionnettes qui soiche l'heure et eine demi-heure après, on éteot parti. I-a même des feos qu'i-n'veneot'ent pos et que l'ouvrache i-resteot in plan. Quançque les Walleons i-veont ouvrer comme les Flaminds cha ira ein peu mieux dins no belle Wallonie.

Après avoir vu l'vidéo su internet, i-d'a qui veont pétète prier l'Beon Dieu pou avoir comme bourguémette Gérard Depardieu mais i-feaudra pou cha qui sache infin que ch'est pos ein canal qui passe à Tournai mais l'Esqueaut et que dins no ville on a aussi l'sang quieaud.

Tout cha, vous l'avez compris, ch'est bin seûr pou rire mes gins, mais vous l'avoir dit cha m'a  fait quand même du bin.

(lexique : possipe : possible / les eautes meos : les autres mois / ceulle feos chi : cette fois ci / pasque : parce que / dusque : où / qu'mincher ou commincher : commencer / pourméner : promener / printe : prendre / cacher après eine plache : chercher une place / ein parcmète : un horodateur / avanche : avance / les implach'mints : les emplacements / ti : toi / intrer : entrer / leon : loin / l'chintenaire : le centenaire / l'raminvrance : le souvenir / ch'est seûr et certain : c'est sûr et certain, c'est indéniable / ein meos : un mois / au moinse : au moins / adeon : donc / serrer : fermer / l'ieau : l'eau / si à l'feos : si parfois / ein meot : un mot / des tréos : des trous / l'pavache : le pavage / féverrier : février / tertous : tous / tout du leong : tout au long / rabistoquer : rafistoler / lommint : longtemps / l'prumier : le premier / ahais : oui / leuger : léger / ein ouverrier : un ouvrier / quoisqu'i-feont : que font / queurir : courir / vir : voir / berteonner : bougonner, grommeler / orvenu : revenu / l'ruache : le quartier / l'bédoule : la boue / l'dallache : le dallage / invéyé : envoyé / asteur : maintenant / l'moumint : le moment / inciens : anciens / l'maseon : la maison / s'foute en rache : se mettre en colère, en rage / l'paufe : le pauvre / toudis : toujours / à causse : à cause / l'deos : le dos / les orelles : les oreilles / chiffler : siffler / eine séquoi : quelque chose / garcheon : garçon / l'avantache : l'avantage / ouvrer : travailler / l'corache : le courage / i-ouèftent : ils travaillent / oute : terminée / l'bourguémette : le bourgmestre / l'Esqueaut : l'Escaut / quieaud : chaud / bin : bien)

S.T. avril 2014    

10:05 Écrit par l'Optimiste dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : tournai, patois, picard |

Commentaires

un seul mot......EXCELLENT!

En ce qui concerne le conservatoire, en 1975 Albert Coens, dans la revue en parlait déjà, à l'époque, c'était la salle des concerts...comme quoi, rien n'a changé !!!!

Écrit par : rauwers | 09/04/2014

Répondre à ce commentaire

Je suis né à TOURNAI en 1951 j'ai habité TOURNAI Jusque 1979.

Baudouin REMACLE

Écrit par : REMACLE | 14/04/2014

Répondre à ce commentaire

DuPicard qui ressemble à l'argot des titis Parisiens TOURNAI, est la ville qui parle le meilleur français de BELGIQUE.

La bague du ROI CHILDERIC à fait un parcours que l'on retrouve sur WIKIPEDIA

Écrit par : REMACLE | 14/04/2014

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.