28 mars
2014

17:06

Tournai : expressions tournaisiennes (267)

"Artifices et Illusieons" !

 

Tournai est in fiête, verdi et saim'di, on va vir pus d'deux chints confréries invahir nos rues et no plaches pou l'Carnaval du Laetare, l'pus grand charivari. Tous l'z'ans, un thème nouvieau est proposé pa l'joyeusse équipe d'Marjorie Bonnet, l'grante papesse du rassimblemint qui veut faire oblier l'hiver aux gins.

Ceulle feos, i-a pos à dire,  les Tournisiens i-eont eu l'grand frisseon quand i-eont découvert, su l'affiche, les deux meots : "Artifices et Illusieons". Dins no beonne ville qu'on n'se fasse pos d'illusieon, tertous i-veont s'masquer pou répeonte à ceulle invitatieon.

"Artifices et illusieons", ov'là eine thème pos bin difficile, éné, des cosses ainsin on in rinconte dins no vie tout au leon d'eine journée.

Vous voulez ein eximpe pou comprinte, bé...j'vas pos vous faire attinte.

Mardi, tout au matin, à jeun, j'deveos aller à l'clinique pou des examens, comme j'n'aime pos d'queurir et d'arriver tout cru pas d'vant l'docteur, j'pars toudis à l'avanche, bin souvint, d'eine beonne demi-heure. Arrivé su l'drève de Maire, au carrefour de l'route de Courtrai ave l'ceulle d'Roubaix, j'ai bin eu du mau à m'intégrer dins l'file d'auteos pratiqu'mint à l'arrêt. I-n'aveot pos d'problème ave les feux d'signalisatieon et pourtant i-aveot treos agints d'police pou faire l'circulatieon. Bé là, j'ai eu eine prumière illusieon, j'ai pinsé :

"On ara oblié d'nous prév'nir qu'Obama passeot pa Tournai".

J'aveos bieau scruter l'éther (mais que bieau parlache, ch'est l'apanache de l'âche), on n'y veyeot pos ein seul hélicoptère.

Bé neon, neon... i-paraît que ch'éteot à causse des traveaux qu'on f'seot su l'autoroute pou boucher les treos, ainsin, tout l'meonte i-a déquindu à Ramegnies-Chin et on éteot là, tertous à l'arrêt, comme des annochints. Ch'est là que j'ai eu eine illuminatieon, j'me sus dit :

"J'vas aller pa l'quai... i-ara pétête moinse d'circulatieon".

Ch'éteot acore eine illusieon ! Pa eine barrière, je m'sus ortrouvé stoppé, pasque su ein batieau, eine grosse cuve on éteot in train d'charger. J'ai du ortourner dusque j'veneos et orprinte l'file ein p'tit queop penaud. Trinte-chinq minutes pou arriver à destinatieon et dix-huit quançequ'on a pris m'tinsieon. L'docteur i-m'a dit :

"A m'mote que vous êtes parti treop tard de vo maseon ?"

Tins, quand j'ai intindu cha, acore hureux qui n'a pos orpris m'tinsieon, s'n'apparel i-areot fait esplosieon !

Comme i-f'seot bieau, pourménant su l'quai, mercredi après-deîner, ch'est nos deux amisses Edmeond et Fifinne que j'ai rincontrés.

"Quoisque vous fesez ichi, si teôt, à deux chints mètes du Pont des Treos, vous êtes bin leon d'vo maseon de l'rue Montifaut ?".

"Te n'vas pos dire, l'Optimisse, que te n'es pos au courant d'nos coutumes, saim'di... bé, ch'est carnaval et on a, tout simplemint, été querre nos costumes".

Comme i-n'aveot'ent qu'ein sac dins leu main, j'ai pinsé que ch'éteot ein déguis'mint pou ein nain.

"Mo bé... c'que vous avez acaté, cha m'a l'ar bin menu, vous n'allez quand même pos faire carnaval tout nu ?"

"Neon, tout nu, cha ch'est quançqu'on a fait l'thème du cinéma, i-deux ans, Fifinne elle éteot déguisée in Jeanne et mi, poussant des cris d'biête, j'éteos...Tarzan".

J'areos voulu vir cha, Edmeond in Tarzan, ave s'moumoute et surtout s'carrure d'boutelle de stout. I-a certain'mint pos beauqueop d'feimmes dins les rues à qui i-a fait illusieon, in l'veyant, elles n'ont seûr'mint pos attrapé l'souglou et pa d'vant parel athlète elles n'eont pos du caire in pamoiseon.  

"Je m'deminde quoisque vous avez acaté, i-n'a pos l'air bin lourd vo saclet".

Edmeond i-m'a fait ein clin d'ouèl, i-a sorti du sac ein grante orelle et aussi eine antenne et ein énorme GSM.

"Te veos ichi, fils, cha ch'est nos artifices, ave cha... on va faire illusieon" qui m'a dit tout bénaisse Edmeond. "Mi j'vas avoir l'Gsm et Fifinne l'grante orelle et l'antenne".

J'sus resté sans réactieon, j'attindeos pus d'explicatieons.  

"Te veos ce qu'on va orprésinter nous eautes... t'as compris ? Néon, bé, annochint, ch'est... les écoutes téléphoniques d'Sarkosy".

Edmeond i-orsanne autant au p'tit Nicolas que mi j'orsanne au grand Obama.

"Ch'est vrai, inter nous, vo choix n'est pos banal mais quoisque cha a à vir ave l'thème du carnaval ?".

"Ah mais, Fifinne elle va pourméner ave dins l'deos, attaché pa eine fichelle ein grand panneau, on verra l'tiête d'ein juche à l'air mourdreux, dire i-n'feaut pos s'faire d'illusieon, i-n'a pos d'feumée sans feu".  

J'ai laiché caire là nos deux braques in disant :

"i-est l'heure d'ortourner à m'baraque !"

Je n'vouleos pos rater l'discours du Présidint des Etas-Unis pasque, l'velle, ein comarate m'aveot dit qu'i-alleot défintiv'mint régler l'problème de l'guéguerre inter Elio Di Rupo et Bart De Wever. Bé si jamais m'n'heomme, i-parvient à faire eine cosse parelle, d'la paix, Barak i-est seûr et certain d'voir l'prix Nobel.

Vous l'avez compris : illusieon, illusieon, tout n'est qu'illusieon... ch'est difficile d'réussir  l'mariache d'ein panda et d'ein papilleon.

 

(lexique : fiête : fête / verdi : vendredi / saim'di : samedi / vir : voir / chint : cent / plaches : places / ceulle feos : cette fois / tertous : tous / répeonte : répondre / ov'là : voilà / éné : n'est-ce pas / des cosses : des choses / tout au leon : tout au long / ein eximpe : un exemple / attinte : attendre / queurir : courir / tout cru : tout mouillé, en transpiration / pa d'vant : devant / toudis : toujours / l'avanche : l'avance / avoir du mau : avoir du mal, avoir des difficultés / treos : trois / oblié : oublié / l'parlache : le langage / l'âche : l'âge / à causse : à cause / les treos : les trous / ainsin : ainsi / déquindu : descendu / des annochints : des innocents / pétête : peut-être / ortourner : retourner / dusque : d'où / orprinte : reprendre / ein p'tit queop : un petit coup, ici un petit peu / quançque : quand, lorsque / à m'mote : à mon idée, selon moi / pourméner : promener / après-deîner : littéralement après le dîner, après-midi / les amisses : les amis / querre : chercher / acater : acheter / eine moumoute : un postiche, une perruque / eine boutelle : une bouteille / feimmes : femmes / l'souglou : le hocquet / caire : tomber / ein saclet : un petit sac, une bourse, une aumonière (ici utilisé pour montrer que le sac était vraiment petit) / l'ouèl : l'œil / eine orelle : une oreille / bénaisse : content / orsanne : ressemble / inter nous : entre nous / eine fichelle : une ficelle / l'tiête : le tête / ein juche : un juge / mourdreux : grincheux, hargneux / l'feumée : la fumée / laicher : laisser / les braques : les écervelés / l'velle : la veille / ein comarate : un camarade).

S.T. Mars 2014 

 

17:06 Écrit par l'Optimiste dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : patois, picard |

25 mars
2014

16:52

Tournai : les festivités d'avril

Si les activités sont encore nombreuses en ce quatrième mois de l'année, elles marqueront néanmoins une courte pause en raison des vacances scolaires.

 

Mercredi 2, Halle-aux-Draps, "Le festival des gosses", une organisation du service Jeunesse de la Ville de Tournai.

Mercredi 2, Conservatoire, Salle des Concerts, 18h30, "Ainsi soient-elles", spectacle de l'Atelier d'écriture "Plumes de Femmes" soutenu par les Ecrivains Publics.

Mercredi 2, Maison de la Culture, salle Jean Noté, 20h,  "Mazùt" par le Baro d'Evel Cirk Cie, avec Camille Decourtry et Blaï Mateu Trias.

Jeudi 3, Maison de la Culture, 14h30, "L'Art et la Manière de faire, Le Corbusier", conférence par Sylvie Esteve, dans le cadre de l'Université du Temps Disponible.

Jeudi 3, Maison de la Culture, salle Jean Noté, 17 et 20h, "Québec" une conférence par André Maurice dans le cadre du cycle "Exploration du Monde".  

Jeudi 3, Esplanade du Conseil de l'Europe, sous chapiteau, 20h, "La Chant de la Source", spectacle présenté par le théâtre forain "les Baladins du Miroir", cette première soirée est une organisation du Rotary Club de Tournai.

Vendredi 4, Maison de la Culture, salle Frank Lucas, 20h, "Albin de la Simone" en concert.

Vendredi 4, Esplanade du Conseil de l'Europe, sous chapiteau, 20h, "Le Chant de la Source" par le théâtre forain "Les Baladins du Miroir".

Vendredi 4, Templeuve, église Saint-Etienne, 20h, "concert de la musique militaire grand-ducale", une organisation de l'Union Musicale de Templeuve et de la Fanfare les Gais Amis d'Esplechin.

Samedi 5, Tournai-Expo, dès 15h, "La Smala Festival" avec Raggasonic, Lyricsson, Kaen Wapalek, La Smala, Electric Swing Circus...

Samedi 5, Water Moulin, "André Brasseur Party", concert de l'organiste belge le plus connu dans les années soixante et septante, dans le cadre du 5e anniversaire.

Samedi 5 et dimanche 6, Froyennes, Foyer Saint-Eloi, "Expo Toutes Collections" organisée par le Cercle des Collectionneurs de Froyennes.

Dimanche 6, "Visite guidée du musée de Folklore".

Mercredi 9, Maison de la Culture, salle Jean Noté, 20h "Les hommes viennent de Mars et les Femmes de Vénus - 2ème partie" spectacle de et avec Paul Dewandre.

vendredi 11 au dimanche 13, Tournai-Expo, "Le Village provençal et le Marché du Sud".

Samedi 12, Kain, église Notre-Dame de la Tombe, 20h, "concert du Royal Cercle Choral Tornacum".

Vendredi 18, dans les rues de la ville, dès 8h, "Traditionnel grand Marché aux Fleurs".

Vendredi 18, dans les rues de la villes, 20h, " Traditionnel Chemin de croix".

Vendredi 18, Water Moulin, 20h40, "Carlton Melton" (US) et "El Tucano" (It) en concert.

Du vendredi 18 au dimanche 20, Esplanade du Conseil de l'Europe, "12e Custom Tuning International de Tournai".  

Lundi 21, Mont Saint-Aubert, toute la journée, "Traditionnelle Marche à Bâton", musique, petite restauration...

Mercredi 23 avril, Hôtel de Ville, Salon de la Reine, 18h, "Accoucher aujourd'hui", conférence par les docteurs Marc Wayembergh, Ingrid Ingargolia, Maïté Delfosse et la sage-femme Caroline Delrue du CHWAPi dans le cadre de conférence Santé

Mercredi 23, Maison de la Culture, salle Jean Noté, 20h, "Crazy", le nouveau spectacle de Claudia Tagbo.

Jeudi 24, Maison de la Culture, 14h30, "Les destins d'Averroès, grand prince de l'Islam... philosophie et science" par Hossam Elkhadem, professeur émérite à l'U.L.B. dans le cadre de l'université du Temps Disponible.

Jeudi 24, Maison de la Culture, salle Frank Lucas, 20h, "Le jour où ma mère a rencontré John Wayne" par la Cie de la Langue Pendue, Rachid Bouali.

Vendredi 25, Maison de la Culture, salle Jean Noté, 20h, "Maxime le Forestier" en concert.

Vendredi 25, Maison de la Culture, salle Frank Lucas, 20h30, "Concert d'Arpèges et rencontre", organisé par les élèves du groupe de l'IES et des Colibris avec la participation du "Jazz Music Orchestra" sous la direction de Charles Michiels.

Vendredi 25 et samedi 26, Conservatoire, salle des Concerts, 20h, "Vivre sans but transcendant est devenu possible", pièce d'Antoine Lemaire par l'Atelier Technique du Spectacle, Art Dramatique, Mise en scène de Jacques Lecomte.

Samedi 26, salle La Fenêtre, 20h, "Les Nouvelles de l'Espace", en invité l'auteur-compositeur-interprète- producteur Lou Deprijck face aux chroniqueurs habituels Anne Simon, Jean-Michel Briou, Loulou Godet, Jean-Louis Leclercq, Dominique Watrin et Renaud Ziegler.

Samedi 26, Esplanade du Conseil de l'Europe, sous chapiteau, dès 19h30, "Childerock" avec entre autres Whatever You Want (cover de Status Quo), Hollywood Bowl (cover des Doors)...

Samedi 26, Maison de la Culture, salle Jean Noté, 20h "Zidani" et son spectacle "Retour en Algérie", organisé par le Kiwanis Club Tournai Picardie

Dimanche 27, Terrasse de la Madeleine, 15h, "visite du Béguinage de Tournai" en compagnie des Guides de Tournai.

Dimanche 27, Halle-aux-Draps, 15h, " le karaoké des personnalités", spectacle annuel organisé au profit de l'Asbl L'Entracte.

Mardi 29, Maison de la Culture, salle Jean Noté, 20h, "The Farewell", spectacle chorégraphique de Claire Croizé autour des dernières symphonies de Gustav Mahler.

Mercredi 30, Maison de la Culture, salle Frank Lucas, 20h, "Nés poumon noir" par le théâtre L'Ancre, interprété par Mochelan.

 

Expositions.

 

Jusqu'au 14 avril, Rasson Art Gallery, "Les œuvres de Kosta Kulundzic", du jeudi au dimanche de 14 à 18h30 et sur rendez-vous.  

Jusqu'au 20 avril, Maison de la Culture, exposition dans le cadre du 125e anniversaire de la section ébénisterie de l'école Saint-Luc.

Jusqu'au 27 avril, Musée de la Marionnette, "Maurice Maeterlinck (1862-1949), une œuvre-vie"

Jusqu'au 29 juin, Musée d'Histoire Naturelle, "Produire de l'électricité du XVIIe au XXIe siècle".  

Du vendredi 4 avril au 22 juin, "exposition triennale d'Art Public de la Région wallonne" dans divers lieux publics et au cimetière du Sud.

Du 24 au 30 avril, Maison de la Culture, "Art et différences", un art brut, sincère et spontané au service de la personne handicapée, organisation de l'IES et des Colibris.

du 24 avril au 1er juin, Maison de la Culture, "Le lointain de près, jeune graphisme iranien"

Du 24 avril au 25 mai, Maison de la Culture, Espace bis, "Les éditions Gitan", Charlotte Dunker, Sébastien Delahaye, Monsieur Pimpant.

Du 26 avril au 29 septembre, Musée des Beaux-Arts, "Exposition James Ensor".

 

N.B. Ce programme est susceptible d'ajouts et/ou de modifications.

S.T. mars 2014 

  

21 mars
2014

12:48

Tournai : expressions tournaisiennes (266)

Ov'là l'printemps et l'caleur n'est pos beonne pou mi !

"Mars qui rit malgré les averses prépare en secret le printemps", les pus inciens ont seûr'mint tertous intindu l'poème dins le jeone temps, su les bancs de l'pétite école. Ceulle ainnée, on n'peut pos dire que l'printemps i-est discret et i-n'se muche certain'mint pos pou moutrer qu'i-est béteôt arrivé.

Jeudi, au momint où j'écris m'babillarte, i-fait près d'vingt degrés déhors, les moucheons cantent et battièltent su les branques, l'agache fait s'nid in piochant dans les ceusses des eautes, les prumiers bourgeons seont d'jà su les arpes, i-a même ein lapin qui a traversé m'gardin tout ébeubi de m'vir.  

Dire qu'i-a ein an, au début du printemps, on grelotteot pa moins chinq, i-aveot même eu eine panne de l'élestrique pindant eine journée intière à causse des potieaux qui aveotent cait pos leon d'Estaimbourg. On aveot du acater des pneus pou l'neiche qui n'eont servi qu'ein seul hiver, ein riche investiss'mint.

I-a pos à dire l'météo elle est bin détraquée, ch'est l'récauff'mint climatique ou bin eine cosse ainsin qui s'reot à l'origine de ces cang'mints.

J'in veos d'jà tout fin bénaisses pinsant que d'ichi dix ans on n'areot pus b'soin d'cauffage, que n'devr'eot pus mette d'éoliennes et que l'photovoltaïque ne posera pus d'problème vu qu'on n'devra pus in mette su les toitures. A les intinte, on va ichi queurir à mitan tout nu et on ara acore treop quieaud.

Holà, holà...on n's'imballe pos, pasque les éoliennes elles servireont alors à faire tourner les climatisatieons et i-feaudra toudis d'l'élestrique pou préparer à minger ou faire marcher l'leumière ou l' télévision.

I-paraît que d'ichi vingt ans, ch'est anneonché, on va avoir quarante à quarante-chinq degrés l'été, bé acore hureux que j's'rai probablemint à Mulette pasque tertous i-veont ête comme des équettes, les panches veont feonte comme neiche au solel, l'graisse va s'évaporer, on pourra passer pa d'rière les affiches sans les décoller.

Les glaches du pôle Nord et du pôle Sud i-veont disparaîte ein p'tit peu à l'feos et les mers elles veont meonter d'chinq à six mètes à beauqueop d'indreots. Si te prinds eine carte d'Belgique, te vas vite constater que l'Mer du Nord elle va ichi arriver aux portes d'no cité. On ira passer l'diminche su l'île d'Bellegem ou on s'in ira à barquette à Kluisbergen. A Tournai, ch'est presque pus l'peine d'élargir l'Esqueaut et on peut garder no Peont des Treos, on li mettra même des battantes pou les serrer in cas d'grantes marées.

No Meont Saint-Aubert i-s'ra l'nouvieau Meont Saint-Michel et l'gardin des poètes deviendra l'chim'tière des marins : "Combien de marins, combien de capitaines sont partis joyeux pour des courses lointaines" (cha vous orvient les inciens ?). J'veos bin Mme Monique Willocq orprinte l'rôle de la Mère Poulard et préparer des coucoubaques au fromache, au gambeon, au chuque ou à l'castonate. Ein Galafe comme mi, i-n'va pos hésiter à meonter le meont pou aller goûter les orcettes de s'maseon.  

J'ai orchu eine propositieon que je sus in train d'analyser, on m'a d'mindé si j'pouveos héberger ein panda qui risque d'ête victime de l'meontée des ieaux. J'ai bin l'impressieon que ch'est eine intourloupe ou bin eine blaque qu'on m'a faite pasqu'l'panda i-n'viendreot pos d'Chine mais d'ichi pos leon, d'Anvers précisémint. Ch'est bizarre eine affaire parelle pasque i-n'a pos d'panda dins ceulle ville, on me l'areot dit !

A Péronnes, ch'est aute cosse, alors que ch'est pas 'cor construit on pinse d'jà app'ler l'nouvieau projet neon pus "l'grand larche" mais... "l'appel du larche", i-feaut dire qu'on va sintir l'iode à plein nez et on va vir ornaîte l'chantier naval Plaquet.

Les ouverriers qui ouèftent su les clotiers d'no cathédrale historique, i-veont mette des phares tout in héaut pou guider les batieaux qui veont arriver d'l'Atlantique, les cales rimplies d'picheons, d'crapes et d'guernates et François du batieau i-va ingager comme dins l'temps des débardeux.

A l'hôtel de ville, on pinse neommer ein éch'vin de la marine, comme i-feaut savoir nager inter deux ieaux et bin souvint ramer, i-n'va pos minquer d'candidats.

L'patreon des autocars qui f'seotent l'liaiseon Tournai-La Panne, i-va écanger ses bus conte des batieaux et proposer des voyaches in mer ou des journées d'pêque au greos.

Mais on n'est pos acore là, l'seule ieau qui coule aujourd'hui, ch'est ceulle de m'freont pasque j'busie d'puis t'taleur a trouver ein sujet à vous raqueonter. Ch'est pos facile, éné, je n'peux quand même vous dire des cacoules, j'ai bin treop d'respect des gins qui m'feont plaisi de m'lire.

J'ai bin eine informatieon à vous deonner, vous savez que l'sémaine prochaine ch'est l'carnaval de Tournai et chaque ainnée, les confréries i-ont l'habitude d'inv'lopper nos statues ave des ferloupes. Ceulle feos ichi, i-ont fait fort i-ont même plastifié ein clotier d'Noter-Dame et l'intièr'té du Conservatoire de musique et i-paraît que cha va rester ainsin pindant des meos et des meos ! Si te creos ceulle-là, j't'in raqueonte eine eaute !

J'sus fort occupé et j'pinse que je n'vas rien trouver. J'm'escusse même d'vous d'minder pardon si j'vous fais asteur faux beond ! L'caleur n'est pos beonne pou mi !

Saim'di au soir, su l'queop d'huit heures, j'vas aller à l'églisse Saint-Paul à l'avenue du Saule acouter l'concert de gala que l'asbl Michaël elle deonne pou bin fiêter ses vingt ans, ch'est des artisses qu'on va pouvoir intinte, l'ensemble vocal du conservatoire d'Mossieu Jakobiec que ch'est l'directeur de ceulle brillante académie d'musique, l'orchestre à cordes de Madame Diricq, violoncelliste, que ch'est presque m'voisine et qui deonne des concerts neon seul'mint in Belgique mais aussi dins les eautes pays et infin les flûtes des P'tits Colibris d'Mossieu Watteau, des infants qui ont des difficultés mais qui jeue'tent de l'musique sans même connaîte les notes, ni l'solfèche !

Ch'est du plaisi pou pas tcher et ch'est aussi pou eine beonne causse pasque les bénéfices i-seont intégral'mint partagés inter l'Entracte, la Ferme d'Ere et les Aubépines, des maseons qui apouchennent les infants et les adultes qui seont chez eux.

(lexique : ov'là : voilà / l'caleur : la chaleur / les pus inciens : les plus anciens / tertous : tous / jeone : jeune / ceulle : cette / mucher : cacher / moutrer : montrer / béteôt : bientôt / l'babillarte : la lettre / les moucheons : les moineaux / battlier : batailler / les branques : les branches / l'agache : la pie / les ceusses : ceux /les arpes : les arbres / l'gardin : le jardin /  ébeubi : étonné, stupéfait / vir : voir / chinq : cinq / l'élestrique : l'électricité / à causse : à cause / les potieaux : les pylônes, les poteaux / pos leon : pas loin / acater : acheter / l'neiche : la neige / eine cosse : une chose / ein cang'mint : un changement / bénaisses : contents / l'cauffage : le chauffage / intinte : entendre / queurir : courir / à mitan : à moitié / acore : encore / quieaud : chaud / minger : manger / anneoncher : annoncer / eine équette : un petit morceau de bois, par extension désigne une personne très maigre / eine panche : un ventre / feonte : fondre / pa d'rière : par-derrière / les glaches : les glaces / ichi : ici / diminche : dimanche / l'Esqueaut : l'Escaut, le fleuve qui traverse Tournai / l'Peont des Treos : le Pont des Trous / des battantes : des panneaux de bois pour clore une ouverture, une fenêtre / serrer : fermer / grantes : grandes / l'chim'tière : le cimetière / orprinte : reprendre / des coucoubaques : des crêpes / l'gambeon : le jambon / l'chuque : le sucre / l'castonate : la cassonade / galafe : goinfre, glouton / les orcettes : les recettes / orchu : reçu /  eine blaque : une blague, une plaisanterie / parelle : pareille / l'larche : le large / ouèftent : travaillent / ein clotier : un clocher /  les picheons : les poissons / les crapes : les crabes / les guernates : les crevettes / des débardeux : des débardeurs, hommes qui déchargeaient les bateaux jadis / inter : entre / écanger : échanger / l'pêque : la pêche / busier : songer, penser / t'taleur : tantôt, tout à l'heure / raqueonter : raconter / éné : n'est-ce pas / des cacoules : des mensonges / ave : avec / des ferloupes : des lambeaux de tissu / des meos : des mois /  saim'di : samedi / su l'queop : sur le coup / acouter : écouter / fiêter : fêter / eautes : autres / jeuer : jouer / apouchenner : dorloter, être aux petits soins).

S.T. mars 2014

 

   

 

 

12:48 Écrit par l'Optimiste dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : tournai, patois, picard |

18 mars
2014

22:50

Tournai : l'histoire tragique et merveilleuse du soldat La Violette

Avant-propos.

Passionné d'histoire et particulièrement de celle de la Ville de Tournai, c'est toujours un régal pour moi à chaque fois que je rencontre Yvonne Coinne, une habitante de la chaussée de Lille, bien connue au sein de ce faubourg où ses parents tinrent une boulangerie.

Yvonne est une fouineuse qui reconstitue méthodiquement la grande et petite histoire de la Ville grâce à ses recherches approfondies, à ses documents convenablement classés, à son plaisir non dissimulé de conter le fruit de ses découvertes. Elle a aussi publié le fruit de ses recherches sur les "salines" et a participé à l'élaboration du livre consacré aux "Mémoires du faubourg de Lille" paru en 2012.

Une récente conversation m'a permis d'apprendre un fait probablement méconnu par les plus jeunes générations. Celui-ci était contenu dans une farde de couleur verte portant comme indication : "Claude Méret, dit la Violette".

Une biographie d'un homme ordinaire qui débouche sur une histoire extraordinaire, dans laquelle se mêlent étroitement souffrance et merveille, un fait oublié avec le temps mais qui a marqué de très nombreuses personnes vivant à l'ombre des cinq clochers à la fin du XVIIe siècle.

Un soldat du régiment du Dauphin.

Claude Méret était natif de Chanteau, un bourg à cinq lieues d'Orléans. Il appartenait au régiment du Dauphin et il participa à la bataille de Steinkerque, dans le Hainaut, remportée par les troupes françaises face à celles de Guillaume d'Orange. Une confrontation terrible qui fit plus de dix mille morts en moins de cinq heures. Il existait une tradition à l'époque, chaque soldat prenait un nom de guerre, le grenadier Méret était surnommé "La Violette".

Dans le cours d'un détachement où il avait été commandé, le grenadier La Violette s'était fracturé la jambe en franchissant un fossé. La troupe l'avait laissé entre les mains d'un chirurgien du lieu qui s'était très mal pris pour panser la fracture, quelques jours plus tard, il fut mis sur un caisson et amené à l'Hôpital Royal de Tournai dit "de Marvis".

L'hôpital de Marvis.

L'Hôpital de Marvis était une des institutions les plus anciennes de Tournai puisqu'on en trouve déjà une trace en 619 lorsque le pape Boniface la prit sous sa protection. Sous le règne de Louis XIV, ses bâtiments avaient, principalement, été affectés à la fonction d'hôpital militaire. En cette fin du XVIIe siècle, l'hôpital ne recevait qu'un nombre très restreint de malades, variant de 16 à 20, bien qu'il fut assez vaste pour en contenir un plus grand nombre. Il servait surtout pendant les périodes calamiteuses et lors des guerres où il accueillait les soldats blessés.

Le chirurgien-major de cet hôpital, Mr. Martial Gralhat fit au blessé un nouveau bandage, après avoir remis en place les os déplacés. On souligne qu'aucun cri, aucun soupir ne sortit de la bouche du soldat malgré la douleur extrême que cette intervention avait engendrée.

Malgré les soins qui lui furent prodigués, le pauvre soldat La Violette ne put se remettre de cette blessure, l'inflammation gagna le membre atteint, la fièvre fit son apparition. Son état se dégrada au point que ce soldat catholique reçut le viatique et l'extrême-onction juste avant de mourir dans d'horribles souffrances le 11 octobre 1692 (certains historiens parlent du 11 novembre pourtant sur la pierre qui fut gravée, il est fait mention du "11 Obre de l'an 1692" (sic).

L'histoire n'est pas finie !

Le récit aurait pu se terminer là, sur la mort presque normale résultant d'une gangrène chez un homme blessé au combat et soigné avec les moyens de l'époque, bien rudimentaires comparés à ceux de notre époque, toutefois, de banal, le récit va devenir merveilleux et cette mort va soudainement prendre une autre dimension.

Dès qu'il eut expiré, les infirmiers portèrent le corps sur un tas de paille qui se trouvait dans la cour de l'hôpital. Revenant le lendemain pour l'ensevelir, ils furent tout étonnés de lui trouver un teint vermeil et l'air paisible d'un homme endormi. Les religieuses hospitalières, averties, recommandèrent de le laisser, sans y toucher, jusqu'à nouvel ordre. Les jours passèrent et le cadavre ne changea pas. Les responsables, le docteur Brisseau et Mr. Martial furent surpris de ce phénomène inexplicable et conseillèrent, à nouveau, de laisser le corps sur le tas de paille.

Après seize jours, celui-ci ne présentait aucune altération, dans une lettre décrivant ses observations, le docteur Brisseau écrivait :

"Nous lui trouvâmes le teint fort beau, les joues et le front rouges comme on les a par pudeur, les lèvres très vermeilles, enfin la mine d'un homme qui dort tranquillement après avoir bien soupé, ce qui me parut d'autant plus surprenant, que pendant sa maladie, il avait le visage d'un mort et qu'après sa mort, il avait le visage d'un vivant (...), il avait les articulations des membres très souples, il ne dégageait nulle mauvaise odeur, ni la bouche, ni les plaies n'avaient aucune infection".

La rumeur enfle et se transmet.

Le bruit de cette merveille se répandit à la campagne et dans les villes voisines, des gens vinrent à pied, à cheval, dans des voitures pour admirer le prodige, toutes ces personnes venaient à Tournai comme on se rend à une fête champêtre, à une franche foire, les auberges affichaient "complet". On fut contraint de barricader les portes de l'hôpital pour empêcher que les huit ou dix mousquetaires qui montaient la garde ne fussent forcés par la violence de cette foule.

Autorisées à entrer, les personnes qui approchaient le corps le touchaient avec un linge, des chapelets ou autres objets qui devenaient subitement de précieuses reliques. La nouvelle parvint jusqu'au régiment auquel appartenait le soldat La Violette et on vit un lieutenant et un aide-major se déplaçaient à Tournai pour voir le corps de ce grenadier qui, de son vivant, était décrit comme un homme fort grossier, peu instruit et indocile. Lors de leur présence, une scène assez rare se produisit, les deux hommes fondirent en larmes, levèrent les mains au ciel et embrassèrent les pieds du soldat comme dans une demande de pardon.

L'enterrement du soldat La Violette.

A cette époque, la ville de Tournai dépendait de l'archevêché de Cambrai, celui-ci envoya des commissaires pour enquêter sur cet évènement, rejoints par des représentants de l'Etat-Major et du Parlement. Après vingt trois jours, le corps n'était toujours pas altéré ! Le directeur de l'hôpital, l'abbé Josse, le commissaire des guerres, Mr. de Neuville et le conseiller du Parlement, Mr. de la Vingne dressèrent un procès-verbal des constations effectuées et firent, enfin, placer le corps dans un cercueil de plomb, on inhuma celui-ci à proximité de l'autel de la chapelle. Sur une pierre de marbre, on fit graver cette épitaphe :

"Ici git Claude Méret, dit La Violette, duquel le corps fut 23 jours exposé au peuple sans corruption, son procès dans son tombeau en fait mention, l'an 1692".

L'histoire est, cette fois, loin d'être finie !

Comme on le devine, l'inhumation de Claude Méret n'a pas mis fin à la dévotion populaire, bien au contraire, son tombeau devint l'objet d'un pèlerinage, on lui attribua même une guérison. En 1694, le grand Dauphin, fils de Louis XIV, commandant en chef des armées des Flandres, passant à Tournai, se rendit à l'hôpital de Marvis pour voir le tombeau du soldat La Violette et complimenter les religieuses d'avoir un grenadier, issu de son propre régiment, auteur d'un miracle signalé.

Tombé dans l'oubli.

Lorsque la ville de Tournai passa sous le régime hollandais, le culte tomba peu à peu dans l'oubli, l'ennemi héréditaire des Français ne voulut point en entendre parler. Diable, le Hollandais protestant n'allait pas rendre un hommage à un soldat français, catholique de surcroit ! Au moment de l'indépendance de la Belgique, en 1830, on ne parlait plus de La Violette, mort 38 ans plus tôt. Peu avant le premier conflit mondial, le vieil hôpital de la rue Marvis fut démoli, la lame funéraire de Claude Méret commença un périple dans la cité. On la trouva chez un particulier, Mr. Delhaye-Verdure, avant la seconde guerre mondiale, Jules Messiaen signale son existence dans un corridor des Archives situées près de la cathédrale, l'auteur d'un livre sur la bataille de Steinkerque la situe ensuite au musée d'Histoire et d'Archéologie de la rue de Carmes, enfin certains l'ont découverte en la cathédrale Notre-Dame près de la porte du Capitole, accrochée à une colonne.

Voilà l'histoire tragique et merveilleuse d'un soldat du Dauphin, né près d'Orléans et mort à Tournai en 1692. On retrouve sa trace dans la "Notice historique des divers hospices de la ville de Tournai", un ouvrage de Delannoy, paru en 1880 à Tournai, dans les "Etrennes Tournaisiennes" de 1890, dans "Les Infants d'Tournai", revue de la Royale Compagnie du Cabaret Wallon Tournaisien datée de juillet 1966, dans "L'Histoire de Tournai" de Poutrain ou encore dans le "Tournai, Ancien et Moderne" de Bozière. Elle fit aussi l'objet d'un article dans un bulletin de la Société d'Histoire et d'Archéologie de la ville.

Je remercie Yvonne Coinne de m'avoir permis de consulter ces documents à la base de cette présentation.

S.T. Mars 2014.

 

14 mars
2014

17:16

Tournai : expressions tournaisiennes (265)

Dreôle d'indreot pou ein rinconte !

Cha f'seot lommint que j'n'aveos pus parler de nos deux albrans, Edmeond et Fifinne. Ceulle sémaine, pourménant, su l'grand-plache (cha d'veot ête lindi), j'pinseos à eusses et bin qu'i-aveot du meonte aux terrasses des bistreots, i-brilleottent pa leur absince. I-n'seont pos greos mais comme i-babièlent toudis bin fort, d'habitude, on les intind du bieffreo à Saint-Quentin.

Ch'est mercredi, après-deîner, que j'sus cait su nos deux amisses (rasseurez-vous j'm'sus pos fait mal, ch'est eine façeon d'parler, éné) à l'porte d'Mulette (l'chim'tière du Sud pou les gins qui n'seont pos d'Tournai). I-z'aveotent été mette ein bieau bouquet d'rôsses rouches su l'teombe de leu matante Alice, eine sœur au mopère d'Fifinne.

"Bé, cha ch'est eine affaire !" qui m'a fait ainsin Edmeond in m'orgardant, mi j'pinseos qui m'aveot trouvé cangé d'puis l'temps qu'on s'aveot pus vus mais neon, neon, i-parleot de l'constructieon in fier qu'on est in train d'faire à l'intrée du chim'tière.

"Bé, hureus'mint que j'ai vu l'cirque Bouglione in passant ave l'auteobus tout d'leonque de l'plaine des Manouèfes, j'areos cru qu'i-éteot v'nu s'installer su l'pélouse d'honneur"

"Ch'est vrai qu'on direot qu'on a planté des potieaux pou dresser ein chapitéau" que j'li ai dit in ravisant ceulle riche trouvalle mais... i-feaudra vir quand cha s'ra fini, cha s'ra pétête bieau".

"Pou mi ch'est tout vu et acore hureux que quand j'vas ortourner m'brouette, j'vas aller à Navieaux et pos à Mulette, si j'deveos passer près d'ein machin parel, j'm'ortourn'reos dins m'cerqueul, j'in s'reos malate, j'areos l'larme à l'ouèl".

"N'fais pos 'cor ichi des m'noules, grand dépindeu d'andoule, quand on est mort, on n'sint pus rien, on n'a pus mau à ses dints" que li a dit s'feimme qui jusqu'alors n'aveot pos acore dit ein meot.

"Tins, Fifinne, j'pinseos que t'éteos aphone, que te n'saveos pus parler, on n't'aveos pos 'cor intindu berdéler".

"J'berdèle quand j'veux et où j'veux... t'as compris l'Optimisse".

On areot dit ein coq dressé su ses ergots, prêt à batt'lier.

"T'as beauqueop d'imaginatieon d'vir ein cirque dins ceulle constructieon, quand j'ai vu cha, j'éteos tout saisi, j'pinseos que j'éteos à l'intrée de Walibi. Te n'truèfes pos que cha orsanne à eine montane russe et ave cha, comme direot'ent les jeones d'asteur, ch'est ...flashy".

"T'as l'morgue d'Mossieu Jacky Legge, à deux pas d'ichi, ein musée d'poche, comme i-dit, où te peux vir des belles pièches d'collectieon, du temps où les artisans i-feseot'ent acore des cosses qu'i-orsanneot à eine séquoi".

J'ai voulu canger l'conversatieon, comme l'temps i-simbleot arnu et j'ai pris ainsin l'prumière idée qui dins m'tiête est v'nue :

"A propeos d'cirque, pindant l'sémaine, t'as été vir Bouglione su l'plaine ?"

Edmeond i-a orfait ein beond et comme ein mourdreux i-m' ravisé, j'ai compris que j'n'areos pos du aborder l'sujet. Fifinne éteot d'accord ave li,  ceulle feos, ch'est les deux insanne que j'ai eu su l'deos.

"Intrer dins ein cirque ? Pus jamais... D'puis qu'Gaya i-a d'mindé au gouvernemint d'interdire les biêtes sauvaches pasque dins ein ou deux cirques i-aveotent vu qu'i-z'éteotent maltraitées, on a dit qu'on nous verreot pus jamais acaté ein ticket"

"Pou aller vir des magiciens ou bin des clowns, merci, j'in veos d'jà ein bieau à m'maseon, d'clown" qu'elle a dit Fifinne.

"Que mes gins s'occupent de l'protectieon des animeaux, ch'est tout à leur honneur mais comme i-seont in train d'dev'nir pus catholique que l'pape et qu'i-comminchent à mette des interdits su tout, cha ch'est du dictateur. I-veont bétêot aller analyser l'qualité du bambou qu'on deonne aux deux pandas à Paira Daiza, i-pourreot'ent même s'in printe à nos amisses du Cabaret Walleon, Jean-Michel et Pierre pasque qu'i-ont jeué les pandas à No Télé".

"Qu'on cache après les gins qui feont morir les biêtes sans soins dins les pâtures, on est d'accord, qu'on moute du deogt et condamne les gins qui feont du mau à leu tchien ou à leu cat, on est toudis d'accord, qu'on interdisse les courses d'lévriers in Espane ou ailleurs, on applaudit, qu'on traque les gins qui feont rintrer in fraude des biêtes, on signe à deux mains... mais s'attaquer ainsin aux rêves des p'tits et des grands, cha d'vient du seot, dire que des minisses, pou ête bin vu pas ces gins là et pétête avoir leu veox, ont marché dins l'combine sans faire l'part inter les biêtes bin soignées et les maltraitées, ch'est bin malhureux d'vir cha ! Si i-feont ein jour eine collecte ch'est pos à mi qui vous veont avoir des liards".

"Tout ce qui est outrancier est insignifiant" i-a dit ein beon français Edmeond.

"A m'mote que t'as mis t'lanque d'diminche" li a dit Fifinne.

Quoisque j'aveos acore été dire là, j'aveos semé l'vint et j'récolteos l'timpête.

"A propeos d'cirque, j'vas ichi t'in raqueonter eine beonne, cha s'a passé, i-a bin lommint. Dins eine usine, i-aveot ein ouverrier qui mingeot sans arrêt, i-éteot boulimique qui li aveot dit l'docteur. I-qu'mincheot s'journée, à nuef heures, pa s'dejeuner : chinq tartines au fromache ou bin au gambeon et après ein beon chint grammes d'fromache blanc au lait intier, falleot vir l'chuque qui metteot pa d'zeur, i-alleot seûr'mint l'acater in greos à l'chuqu'rie d'Barry-Maulde. A dix heures, i-orcommincheot, eine tablette intière d'chucolat, à midi, i-preneot l'orpas complet à l'cantine : l'potache, l'intrée, l'plat et l'dessert, comme ch'éteot ein self, i-arriveot à s'plache ave eine assiette à clotier, mi j'd'areos eu assez pou m'journée. A deux heures, i-déballeot ein paquet d'waufes d'chez Marquette où s'mamère elle ouvreot et l'paquet d'chinq pièches i-passeot d'ein seul queop que cha soiche à l'vanile ou bin à l'castonate. A quate heures, ch'éteot l'goûter, deux ou treos tartine au choco ou bin à l'confiture d'preones. I-diseot qu'in rintrant à s'maseon, s'n'apéro i-éteot prêt ave des chips ou des morcieaux d'gouda et après i-mingeot, bin souvint, eine platélée d'frites avec trois chint grammes d'viante et des légueumes. Pa d'vant l'télé, i-pluqueot 'cor". I-li est à l'feos arrivé de s'lever pindant l'nuit pasqu'i-aveot eine faim d'leu".

"Bé m'n'heomme i-d'veot peser..."

"Bé ahais, Edmeond, pos leon d'deux chints kileos, quand i-monteot dins s'carrette après l'ouvrache, on areot dit que les quate roues alleot'ent déclarer forfait, l'bas d'caisse traîneot presqu' à tierre et l'moteur i-aveot bin du mau pou meonter l'rue des Choraux".

I-a ein ouverrier, ein jour, in l'veyant qui li a d'mindé :

"A propeos, Batisse, t'as d'jà fait t'testamint".

" Bé neon, neon, ch'est pos l'peine, bâti comme j'sus, j'vas vous intierrer tertous, m'mamère elle m'aveot deonné comme petit neom Gargantua"

"Ch'est malhureux, t'areos pus léguer t'pieau pou in faire eine bache de cirque".

Ch'éteot ein parole malhureusse, j'in conviens bin, l'hercule i-a attrapé l'pétit pa s'cravatte et i-l'areot étroner si on n'éteot pos intervenu".

D'puis lors, chaque feos que j'veos ein cirque à Tournai, j'orpinse à Batisse, j'sus même triste pasqu'on m'a dit qu'i-éteot mort d'eine leonque et pénible maladie et qui n'peseot pus bin lourd l'jour où on l'a conduit à Mulette.

Edmeond i-aveot arrêté d'm'acouter, i-orwettieot les fleurs.

"L'nature elle est bin avanchée c't'ainnée, les gringottes seont d'jà fleuries, dins l'camp pos leon de m'maseon, l'sucrieon i-est d'jà bin poussé, si cha continue ainsin, on va mette les chrysanthèmes de l'Toussaint au momint de l'karmesse de sétimpe.

Ch'est su ces considératieons horticoles qu'on s'a quittés. Edmeond i-areot bin voulu aller in boire eine su l'grand-plache mais Fifinne li a dit qu'i-éteot l'heure de l'autobus, i-feaut dire que de Mulette à l'rue Montifaut, i-a eine fameusse trotte et au meos d'mars, l'conditieon physique elle n'est pos' cor orvenue.

 (lexique : ein indreot : un endroit / lommint : longtemps / des albrans : des garnements / pourméner : promener / du meonte : du monde / ein bistreot : un café / babiéler : bavarder / toudis : toujours / l'bieffreo : le beffroi / après-deîner : littéralement après le dîner, repas de midi en Belgique, ici signifie donc : après-midi / cait : tombé / éné : n'est-ce pas / l'chim'tière : le cimetière / des rôsses rouches : des roses  rouges / l'matante : la tante / l'mopère : le père / in fier : en fer / cangé : changé / tout d'leonque : tout du long / les manouèfes : les manœuvres / ein potieau : un poteau / raviser : regarder / eine trouvalle : une trouvaille / pétête : peut-être / ortourner : retourner / navieaux : navets, désigne ici le cimetière du Nord de Tournai / l'cerqueul : le cercueil / l'ouèl : l'œil / faire des m'noules : faire des petits contes, de l'embarras, dire des futilités / ein dépindeu d'andoules : un grand efflanqué / les dints : les dents / l'feimme : la femme / berdéler : rouspéter / batt'lier : se batailler / beauqueop : beaucoup / ceulle : cette / les jeones d'asteur : les jeunes d'aujourd'hui, de notre époque / ichi : ici / vir : voir / des cosses : des choses / orsanner : ressembler / eine séquoi : quelque chose / arnu : orageux / prumière : première / ein beond : un bond / ein mourdreux : un hargneux / insanne : ensemble / béteôt : bientôt / morir : mourir / moutrer du deogt : montrer du doigt / faire du mau : faire du mal / l'tchien : le chien / l'cat : le chat / eine veox : une voix / inter : entre / les liards : l'argent / à m'mote : selon moi / l'lanque d'diminche : la langue du dimanche, le bien parler / Quoisque vous avez : qu'avez-vous / raqueonter : raconter / chint : cent / l'chuque : le sucre / pa d'z'eur : dessus / seûr'mint : sûrement / acater : acheter / l'orpas : le repas / l'palche : la place / à clotier : à clocher / des waufes : des gaufres / l'mamère : la mère / ouvrer : travailler / l'pièche : la pièce / l'vanile : la vanille / l'castonate : la cassonade, la vergeoise / des preones : des prunes / des morcieaux : des morceaux / eine platélée : une grosse platée, une assiette qui déborde / des légueumes : des légumes / pluquer : grignoter / à l'feos : parfois / eine faim d'leu : une faim de loup / ahais : oui / pos leon : pas loin / l'ouvrache : le travail / ein ouverrier : un ouvrier / intierrer : enterrer / l'pieau : la peau / étroner : étrangler / acouter : écouter / orwettier : regarder / avanchée : avancée / les gringottes : les jonquilles, variété de narcisses / l'camp : le champ / l'sucrieon : l'escourgeon, de l'orge hâtive / l'karmesse : la kermesse / sétimpe : septembre / eine fameusse trotte : un bon bout de chemin, une longue distance / l'meos : le mois). 

17:16 Écrit par l'Optimiste dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : tournai, patois, picard |

12 mars
2014

17:10

Tournai : ce jour-là, le 17 mai 1892.

Un basculement soudain dans l'horreur.

L'histoire d'une ville est souvent marquée par des catastrophes qui subsistent longtemps dans la mémoire de ceux et celles qui les ont connues. Un de ces terribles faits divers s'est déroulé le mardi 17 mai 1892 à la rue de Cologne (actuelle rue de l'Yser) et a eu pour cadre le n° 34 où se trouvait une teinturerie exploitée par M. Georges Sachse-Spatz. L'immeuble voisin était une horlogerie-bijouterie tenue par Mme Veuve Sachse.

Ce jour-là, vers 3h30 de relevée (15h30 de l'après-midi), un bruit sourd se fait entendre à plusieurs centaines de mètres à la ronde, une explosion vient de se produire dans la cave de la teinturerie. Toute la façade du rez-de-chaussée est détruite, le mobilier et les marchandises contenues dans le magasin ont été projetés sur la voie publique, la puissance du souffle a détruit les vitrines des commerces situés de l'autre côté de la rue tandis que quelques passants ont été légèrement blessés ou profondément choqués. L'étalage de l'horlogerie voisine a également été pulvérisé et les montres, chaînes, pendules et bijoux jonchent le trottoir.

Les témoins n'ont pas le temps de se remettre de leurs émotions provoquées par ce fracas aussi inattendu qu'assourdissant qu'une personne, flambant comme une torche se précipite en hurlant. On se jette sur le pauvre homme, on essaie d'éteindre les flammes, on lui arrache les vêtements en feu et on le conduit chez un voisin, M. Lecat.

Des secours improvisés tentent de pénétrer dans le bâtiment et, au travers d'un rideau de fumée, découvrent une seconde victime, à moitié carbonisée, ne présentant presque plus de signe de vie. Celle-ci est transportée chez le bandagiste Dechaux. Du corps médical appelé d'urgence, c'est le médecin légiste Schrevens qui parviendra le premier sur les lieux et donnera les premiers soins aux blessés.

Entretemps, les pompiers sont arrivés sur place sous les ordres du lieutenant de Formanoir. Les Volontaires arrosent le rez-de-chaussée, la fumée intense empêche les hommes de progresser plus avant dans l'immeuble, il faut attendre que celle-ci se dissipe (les moyens techniques de l'époque sont limités, on ne possède ni extracteur de fumée, ni bouteilles d'oxygène). Quand tout risque est écarté, on investit le bâtiment et on découvre encore une jeune fille gravement brûlée sur tout le corps. On s'interroge sur ce qu'est devenu le propriétaire des lieux, Georges Sachse-Saptz, personne ne l'a revu, sa mère et sa jeune épouse implorent les pompiers de sauver leur fils et mari. C'est dans la cave, au pied de l'escalier, que son corps carbonisé sera retrouvé.

Que s'est-il réellement passé ?

L'enquête va reconstituer le scénario de cette catastrophe et démontrer qu'un concours de circonstances fut à la base de celle-ci.

Vers 14h30, M. Georges Sachse a réceptionné une tonneau de naphte (un liquide issu du pétrole utilisé pour le nettoyage des tissus, hautement inflammable). Vers trois heures, il s'est mis à transvaser le liquide dans des bonbonnes, une de celle-ci a basculé et s'est brisée, le naphte s'est répandu sur le sol. Le teinturier a appelé un ouvrier pour venir éclairer le sol afin qu'il puisse éponger avec des chiffons. Fatale décision car, à peine le jeune Jules Dochy, 16 ans, avait-il pénétré dans la cave et commencé à descendre l'escalier muni d'une lanterne qu'une flamme jaillit et une puissante déflagration se produisit, le gaz émis par le liquide venait de s'enflammer en explosant. En haut de l'escalier se tenait Jean Dupré, un ouvrier de 40 ans, celui-ci vit ses vêtements s'embraser et se précipita vers l'extérieur en hurlant. Le jeune Dochy voulut le suivre, mais l'explosion avait refermé la trappe d'accès à la cave. Au prix d'un effort surhumain, il parvint à la soulever et tenta lui aussi de sortir de l'immeuble sinistré. Le patron teinturier ne put atteindre l'escalier, brûlé et blessé, il fut probablement asphyxié par les fumées. On retrouva son corps recroquevillé au pied de l'escalier.

La violence de l'explosion fut telle que la grille du soupirail de la cave pourtant retenue par une solide chaîne fut arrachée et projetée sur la façade du magasin Masquelie, situé de l'autre côté de la rue de Cologne.

Un lourd bilan : trois morts et de nombreux blessés.  

Georges Sasche est mort dans l'explosion, Jules Dochy (certains journaux l'appellent Dorchy) et Jean-Baptiste Dupré, habitant tous les deux la même maison dans la rue Haigne ont été transportés à l'hôpital et n'ont pas survécu à leurs brûlures. Des ouvriers travaillant à l'étage ont pu sortir, certains présentaient des blessures à des degrés divers : Eugénie Lahousse, 17 ans, ouvrière employée au lavage des gants avait le côté gauche de la tête et la main gauche brûlée au 3e degré, Gustave Triquet avait les deux bras entièrement brûlés ainsi que le côté droit de la tête, Henri Deloyt présentait des brûlures à la figure et était blessé à la main, Edmond Coinne, demeurant rue Claquedent, était brûlé à la face, une des douze repasseuses, Maria Vanardois était, elle aussi, légèrement blessée, une passante, Pauline Devallée avait été renversée par le souffle de l'explosion et blessée par des briques et des débris divers. Un voyageur de commerce allemand présentant ses marchandises dans le magasin Masquelie avait été coupé au crâne par un éclat de verre. Fortement choqué, M. Ooghe, un ouvrier de la teinturerie, s'était enfui en direction de la Grand-Place, avec des brûlures aux bras.

Un dénommé R. de la Horie a dressé un croquis des lieux du sinistre, celui-ci a été publié quelques jours plus tard sur la première page du journal l'Omnibus illustré, on y voit le rez-de-chaussée de la teinturerie et de l'horlogerie complètement dévasté, on peut également constater que la maison voisine porte l'enseigne "Au Phénix" dont le propriétaire était M. Garet. L'épouse de ce voisin a souffert d'un eczéma consécutif à la violente peur qu'elle avait ressentie.

Une miraculée.

Au moment de l'explosion, une fillette de 14 ans, Louise Devallée, demeurant à la rue Duwelz et commissionnaire au service de Mme Cazy se trouvait dans le couloir de la teinturerie, elle fut rejetée violemment dans le magasin et ensevelie sous des décombres d'où seule sa tête émergée. Elle fut dégagée par un passant, M. Coevoet, brûlée à la face et aux jambes son état fut cependant jugé peu inquiétant.  

Les dégâts.

La cave et le rez-de-chaussée des immeubles abritant la teinturerie et l'horlogerie dont les caves été communicantes, sont totalement dévastés, les planchers n'existent plus, les voûtes sont percées, les maisons voisines et celles situées de l'autre côté de la rue ont vu toutes leurs vitres brisées, l'arrière des bâtiments sinistrés est crevassé. 

Des vies brisées.

Georges Sachse, âgé de 29 ans, laissa une jeune veuve et un enfant en bas âge, une fillette d'à peine quatre ans. Les familles de deux ouvriers ont été endeuillées. Jules Dorchy vivait avec ses parents et avait six frères et sœurs et un des enfants était aveugle, Mr. Dupré, célibataire, vivait avec ses parents âgés ainsi qu'un frère et une sœur dont il était le soutien. Quant aux blessés, ils purent reprendre le travail après un ou deux mois de soins.  

Un patron prévoyant.

Fait très rare pour l'époque, la maison Sachse était assurée contre l'incendie et l'explosion, tous les cas possibles de ce genre d'accident avaient été étudiés par son jeune patron. Son commerce prospérant, Georges Sachse avait lui-même proposé une augmentation de police de 10.000 francs de l'époque, une modification de contrat qu'un représentant de l'assurance lui amenait juste à signer au moment de l'explosion. Il avait en outre assuré tout le personnel contre les accidents du travail, toutes les victimes touchèrent donc une indemnité. Le recours des voisins n'avait pas été oublié par l'homme assurément prévoyant et ceux-ci furent dédommagés des dégâts subis lors de cette catastrophe.

Si, par la suite, la teinturerie a ouvert à nouveau ses portes à la rue de Cologne, le nettoyage à sec, les réserves de naphte et de benzène furent transférés "extra-muros" sur des terrains situés le long de l'Escaut.

(sources : Le Courrier de l'Escaut des 18, 19, 20 mai et 22 mai 1892 - La Feuille de Tournay du 22 mai 1892 - L'Omnibus Illustré, journal des familles n°22 du 29 mai 1892, mes remerciements à Mme Yvonne Coinne, parente d'une des personnes blessées, qui m'a permis de consulter ses archives).

  

10 mars
2014

16:48

Tournai: modifications des règles de circulation

Le beau temps de ce week-end a permis aux promeneurs de (re)découvrir les rues de la cité des cinq clochers. Certains ont pu ainsi juger de l'état d'avancement des travaux du quartier cathédral.

Une balade permet de constater que de nombreux automobilistes, pas seulement étrangers, semblent ignorer que des modifications sont intervenues au niveau des règles de circulation dans les rues à nouveau ouvertes au trafic.

Des changements méconnus ! 

La plupart des voiries sont devenues des zones de rencontre favorisant la mobilité des usagers faibles (piétons, cyclistes, voiturettes pour personnes handicapées...), la vitesse des voitures et autres engins motorisés y est désormais limitée à 20km/h. C'est ainsi le cas dans les rues des Orfèvres, du Four Chapitre, des Choraux, des Fossés, Dame-Odile, des Puits l'Eau (section basse) ou de l'Hôpital Notre-Dame. Bien souvent, on constate que des conducteurs méconnaissent le panneau bleu posé à l'entrée de ces zones et empruntent ces voiries en pensant pouvoir rouler jusqu'à 50Km/h. Il n'est pas rare de voir l'un ou l'autre camion de livraison dévaler ces rues comme pour rattraper un éventuel retard. Il est tout aussi malheureux de constater que des piétons faisant usage du droit qui leur est donné en abusent et narguent les automobilistes en marchant au beau milieu de la rue dont la largeur permet pourtant de satisfaire tous les usagers. L'Homme est ainsi fait qu'il préfère ignorer ses obligations et abuser de ses droits.

Des priorités modifiées ?

Elles sont passées inaperçues mais certaines priorités d'hier ont été modifiées, peut-être un peu trop discrètement. Au bas de la rue du Four Chapitre, la priorité de droite était d'application depuis son instauration dans le code de la route, il y a une cinquantaine d'années. Depuis la rénovation de la voirie, elle a été supprimée, un signal "Cédez le passage" a été apposé contre la façade de l'immeuble faisant le coin, des triangles blancs ont été dessinés au sol malheureusement entre la fin du dallage et le passage pour piétons, se fondant un peu dans tout ce marquage. De nombreux automobilistes, étrangers ou locaux, continuent à user de leur priorité de droite au moment d'aborder le carrefour formé avec la rue de Courtrai et la rue du Curé Notre-Dame.

Un "Stop" qui n'a pas été supprimé !

Au carrefour formé par la rue de l'Hôpital Notre-Dame et les quais, au moment d'aborder le franchissement de l'Escaut par le pont Notre-Dame, le signal "Stop" destiné aux automobilistes venant du quai Notre-Dame est toujours d'application. Il faut donc marquer l'arrêt et céder la priorité aux automobilistes venant de la rue de l'Hôpital Notre-Dame mais aussi à ceux qui viennent du pont et souhaitent tourner vers le quai du Marché aux Poissons. Trop souvent des conducteurs pensent que la priorité de droite est d'application et s'ils laissent le passage à ceux venant de la rue de l'Hôpital, ils démarrent et coupent la route à ceux venant du pont.

Un signal non respecté !

La rue des Puits l'Eau (dite section basse) permet de circuler du quai vers la carrefour du Dôme. A la jonction avec la rue des Puits l'Eau (section haute), il y a lieu de céder le passage aux véhicules venant du pont et il y a également obligation de virer à droite. Il arrive que des files se forment parce que le premier automobiliste ignore absolument cet obligation et décide de se diriger vers le pont !

Un piétonnier peu respecté !

La circulation et le stationnement des véhicules automoteurs sont interdits dans le piétonnier de la Croix du Centre (rue Gallait, rue de la Cordonnerie, des Chapeliers et des Puits Wagnon). Les cyclistes sont autorisés à circuler tout en roulant avec prudence et en s'abstenant de mettre en danger les piétons qui y déambulent et les enfants qui y jouent. Le chargement et le déchargement des véhicules de livraison y est autorisé entre 5 et 10h du matin.

Trop souvent, on voit des camions de livraison ou des véhicules de commerçants emprunter le piétonnier à d'autres heures que celles autorisées et on ne compte plus les mobylettes qui y pétaradent !

Une dépose-minute bafouée!

Au carrefour du Dôme, une bande dite "dépose-minute" a été créée pour les cars venant déposer les touristes qui se rendent au Centre de Tourisme. Bien souvent des automobilistes prennent cette bande pour leur stationnement personnel, le temps de faire quelques commissions dans le quartier.

Si tout le monde apprenait à respecter les règles, on circulerait un peu mieux à Tournai et les promeneurs se sentiraient en plus grande sécurité.

(S.T. mars 2014) 

 

 

 

16:48 Écrit par l'Optimiste dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : tournai, circulation, quartier cathédral, code de la route |

07 mars
2014

17:23

Tournai : expressions tournaisiennes (264)

 

 

tournai,patois,picard,cabaret wallon

Lucien Feron entouré de ses parrains René Godet (à gauche) et Jean Pierre Verbeke (à droite) en 1984

 

Lette à Lucien.

M'bin cher amisse,

Dins no vie, i-a des rincontes qui s'feont dins les rues et peu à peu les gins n'seont pus des inconnus. L'soir, quand j'te croiseos au bas de l'rue Saint-Martin, j'ignoreos qu'l'heomme que j'rincontreos s'app'leot Lucien. J'te veos acore l'pétite serviette à t'main que te feseos balancher tout au leon d'qu'min. On a comminché à écanger quelques meots comme : "Allez, bonjour, aujord'hui, i-fait bieau". Ch'areot ainsin pus contineuer des ainnées si te n'aveos été primé au Concours Prayez. Ch'éteot in 82 si j'm'in souvins bin, j'découvreos t'neom te t'app'leos Feron, préneom Lucien. In septimpe, te v'neos jusse d'avoir 43 ans et pou les membres du Cabaret t'éteos presqu'ein infant !

"i-s'a fait tout p'tit" ch'éteot là l'tite de t'cancheonne, on a tout d'suite vu que t'aimeos no lanque walleonne. L'ainnée d'après, ch'est ave l'tite "L'mareonne" que t'éteos ortenu dins l'catégorie cancheonne. Au grand jour, t'talent v'neot infin d'éclater, ein an pus tard, ch'éteot eine belle razzia au Prayez. A l'porte de l'Compagnie te n'as pos du buquer, on attindeot d'pus lommint ein nouvieau cancheonnier, t'aveos vraimint tout pou les amadouer, tes écrits éteotent pétris d'qualités.  

"Te les veos passer l'diminche matin, in couleurs : te direos d'z'arlequins, ein' réclam' dins l'deos pou des saucisses, cha ch'est l'cyclotourisse". I-a pos à dire t'aveos ein deon d'observatieon, i-a toudis éclaté dins toute tes cancheons. T'as souvint fait rire tes amisses du cabaret, perseonne n'a jamais su combin t'éteos stressé. Dins les tous prumiers rangs pou mieux t'vir su l'ponteon, j'veoyeos tes fuelles tranner pindant l'temps de t'cancheon. Pou deonner du lari au parterre des amisses, j'sais combin t'as bin souvint mouiller t'quémisse.

Te saveos aussi à l'feos deonner d'l'émotieon, "Ch'est Meura, i-a vingt ans" ch'éteot l'raminvrance de t'professieon car si tertous saveot'ent que t'ouvreos à Belgacom, ch'est dins l'usine d'Warchin que t'aveos qu'minché t'vie d'heomme. I-feaut aussi, qu'aujord'hui, j'te l'avoue m'n'amisse, te m'as fait braire ave "quand les lilas fleurissent". T'aveos fini ave ses meots : "Quand Saint-Pierre venn'ra m'querre, si cha cait, la héaut on s'ortrouv'ra... Là, m'mamère, si les lilas fleurissent, j'espère bin ête infin dins tes bras".

J'ai 'cor dins m'tiête "L'lette à matante Martha", les meots réseonnent asteur que te n'es pus là. I-éteot fin bin comique, l'sujet pos banal, les avintures d'ein paufe gars à l'hôpital, te t'neos là d'dins des propeos tell'mint optimisses que l'public, à chaque feos, t'réclameot des bis. Ave c'séjour à l'hôpital, te sais, on a bin ri mais on ignoreot que pou ti ch'éteot l'prumier d'eine leongue série.

Au meos d'octope 1994, te v'neos jusse d'fiêter, tes dix ainnées d'eine riche présince au Cabaret, ch'est à c'momint là que l'crape i-s'a réveillé, ceulle sale biête nous a privé à jamais de t'n'amitié. D'puis lors quand j'passe à l'feos dins l'rue Roc Saint-Nicaisse, j't'imagine su l'porte d't'maseon, tout fin bénaisse, m'lanchant comme au beon temps, ces quelques meots : "et alors, m'n'amisse, aujord'hui, hein.. i-fait bieau".

Les jours, les meos et les ainnées i-ont passé, tout au fin feond d'mi j'ai wardé t'n'amitié. Je m'deminde commint on areot pus oblié, ein garcheon qui, tant d'plaisi nous aveot toudis deonné. I-a pus d'ein an asteur, j'ai été tout mansé, Luc, t'n'infant, i-éteot rintré au Cabaret. "L'bonheomme" que dins eine cancheon t'aveos mimé, blotti dins les bras de s'mopère in train d'bercher, i-aveot li aussi été primé au concours Prayez, l'beon sang n'sait pos mintir, l'adache i-éteot confirmé. Même présince, mêmes mimiques, tout autant stressé, i-a pos à dire t'garcheon, ch'est t'portrait tout craché.

Quand mardi, au soir, l'cabaret i-est passé su No Télé, j'ai acouté l'cancheonne qu'i-t'aveot dédiée, j'ai vu dins l'salle des heommes ave des larmes plein les is, je n'sareos pos t'espliquer ce qu'in mi j'ai orsinti. J'ai pinsé que t'éteos à ses côtés et que te li souffleot : "Mais arrête ainsin, Luc, d'tranner... quoisque les gins i-veont pinser".

Ov'là ce que j'vouleos t'dire, m'n'amisse, j'sus seûr, que la-héaut, au paradis, t'as ortrouvé tous tes amis et celle qui a partagé t'vie. Te n'as pos b'soin d'télé et quand ch'est Cabaret, avec tous les ceusses de l'compagnie, te deos seûrmint d'minder : "ein ban pou l'pétit" !

(s) L'Optimisse

P.S. : si te caches après ein anche pou orchevoir ceulle lette, Luc i-l'fait, i-a pos lommint, à l'dernière orvue du Cabaret !

 

(lexique : eine lette : une  lettre / bin : bien / m'n amisse : mon ami / eine rinconte : une rencontre / balancher : balancer / le qu'min ou l'quémin : le chemin / commincher : commencer / écanger : échanger / des meots : des mots / septimpe : septembre / jusse : juste / ein infant : un enfant / l'cancheonne : la chanson / l'lanque : la langue / l'mareonne : le pantalon, la culotte / ortenu : retenu / buquer : frapper / lommint : longtemps / ein cancheonnier : un chansonnier / l'deos : le dos / toudis : toujours / prumier : premier / vir : voir / les fuelles : les feuilles / tranner : trembler / deonner du lari : donner du plaisir, de la joie / l'quémisse : la chemise / l'raminvrance : la souvenance, le souvenir / ouvrer : travailler / braire : pleurer /  querre : chercher / si cha cait : si cela tombe, si cela arrive / m'mamère : ma mère / matante : tante / tell'mint : tellement / l'crape : le crabe / ceulle : cette / à l'feos : parfois / fin bénasisse : bien heureux, content / lancher : lancer / warder : garder / asteur : maintenant / ête mansé : avoir la gorge serrée / l'mopère : le père / bercher : bercer / acouter : écouter / les is : les yeux / orsinti : ressenti / ov'là : voilà / là-héaut : là-haut / les ceusses : ceux / seûr'mint : sûrement / cacher après : chercher / ein anche : un ange / orchevoir : recevoir / orvue : revue).

S.T. mars 2014

 

17:23 Écrit par l'Optimiste dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : tournai, patois, picard, cabaret wallon |

05 mars
2014

09:15

Tournai : des chantiers évoluent, d'autres débutent !

Le visage d'une cité n'est jamais figé, il évolue avec le temps. De liftings en liftings, les chantiers, plus ou moins importants, perturbent les habitudes des habitants. Depuis le début du XXIe siècle, le Tournaisien est confronté avec des travaux qui bouleversent le paysage urbain. "Il faut souffrir pour être beau", une phrase maintes fois entendue mais qui ne fait jamais le bonheur des victimes ! 

Voici donc maintenant près de quatorze ans, que Tournai vit à l'heure de chantiers imposants !

A tout seigneur, tout honneur, commençons par évoquer un de ses phares qui l'a fait connaître dans le monde entier : la cathédrale Notre-Dame et ses cinq clochers. Le chantier, ayant débuté au tout début des années 2000, est entré, depuis le mois de septembre, dans une nouvelle phase, celle-ci est chronologiquement la troisième après la stabilisation de la tour Brunin et la rénovation de la nef romane. Cette fois, l'entreprise s'attaque à un plat de résistance, les cinq clochers. Des semaines ont été nécessaires pour les ceindre d'échafaudages montant jusqu'au sommet des croix les couronnant, pour confectionner un vaste plancher au-dessus de la tour lanterne qui servira de base pour les ouvriers qui travailleront à une altitude dépassant les quatre-vingts mètres, afin d'installer des voiles qui dissimuleront pudiquement au regard des passants la prochaine mise à nu de ses murs où les pierres les plus malades seront remplacées et l'ensemble rejointoyé. La vieille dame veut se faire belle pour ses admirateurs mais ne souhaite pas offrir aux passants la souffrance qui sera sienne durant cette délicate intervention chirurgicale. Dans trois ou quatre années, si la météo le permet, les clochers devraient réapparaître dans toute leur splendeur d'origine recouverts comme la nef de tables de plomb. Le joyau d'architecture romano-gothique rivalisera alors avec son voisin, le beffroi, son cadet de quelques années, restauré voici deux décennies.

Autour du prestigieux édifice, les travaux de rénovation du quartier cathédral se poursuivent. La pose des dalles dans la rue des Chapeliers est terminée, celle de la place Paul Emile Janson est en cours. La presse nous a annoncé que tout prochainement, le chantier allait se déplacer dans la rue de Courtrai. Dans un premier temps, c'est la partie comprise entre la rue du Four Chapitre et la rue des Choraux qui sera concernée, ensuite celle entre la rue des Choraux et les Quatre coins Saint-Jacques. Période délicate entre toutes car ce lieu est la véritable épine dorsale de la traversée de la ville d'Ouest en Est. L'adage "savoir souffrir pour être beau" ne sera probablement pas du goût des commerçants de cette rue qui risquent de voir, comme ce fut le cas ailleurs, diminuer leur chiffre d'affaires en raison de l'inaccessibilité pour les voitures. On sait combien l'automobile est devenue incontournable pour effectuer les commissions et combien la marche à pied est désormais honnie par nos contemporains.

Profitant du congé de carnaval (voilà une attitude extrêmement positive qui mérite d'être signalée), de nombreuses entreprises vont procéder cette semaine à l'ouverture de voiries pour la pose d'impétrants. C'est le cas à la rue de l'Athénée pour la traversée d'un câble électrique, c'est le cas également sur le quai Saint-Brice pour la pose d'un câble haute-tension.

D'importants travaux concernant la pose de nouvelles conduites d'eau par la SWDE et de câbles par Ores vont concerner la rue Royale dès la mi-mars. La première phase concernera la section comprise entre la place Crombez et la rue Beyaert, elle sera terminée pour le marché aux fleurs du Vendredi Saint. La seconde phase débutera après Pâques, elle concernera alors la section comprise entre la rue Beyaert et le pont Notre-Dame.

D'autres chantiers débutent, ils provoqueront plus d'embarras de circulation. Ainsi le renouvellement de l'égouttage sera réalisé dans le quartier Saint-Jean, entre la place Gabrielle Petit et la rue Galterie Saint-Jean. Ces travaux sont attendus par les riverains, victimes d'inondations à répétition lors d'averses importantes, ils dureront jusqu'au 14 juillet.

Des travaux d'égouttage sont également nécessaires au boulevard Lalaing face à l'Hôpital Civil. La circulation en provenance de la porte Saint-Martin sera basculée, pendant la durée du chantier, sur la voie opposée mise à double sens.

Des travaux de pose d'impétrants sont en cours dans la rue Bonne Maison et à la rue du Vert Bocage, il s'agit de la pose de câbles.

Les arbres bordant l'avenue des Peupliers ont été abattus par les services techniques de la Ville, ceci dans le cadre de la prochaine ouverture des trottoirs pour la pose d'impétrants. Les trottoirs de l'avenue Beau Séjour et ceux de l'avenue Vert-Bois vont être prochainement refaits par le remplacement des dalles par des pavés autobloquants.

L'avenue des Erables est toujours en chantier, on a fait sauter les dalles de béton qui dataient des années cinquante lors de la construction de ce nouveau quartier et qui étaient fissurées.

Un autre chantier important a débuté ce lundi 3 mars, il va durer deux ans. Les ouvriers ont placé le matériel qui servira à la restauration du conservatoire de Tournai, un bâtiment que les habitants de la ville nomment la "salle des Concerts" et les plus anciens, le "tambour à pattes". Une partie des emplacements de stationnement a été sacrifiée pour assurer la sécurité des passants.

Les travaux de la place de Willemeau sont toujours en cours. Un coup d'accélérateur devrait être donné dans les prochaines semaines !

L'impressionnant chantier de construction du complexe qui abritera bientôt le siège d'Ideta, des crèches et des appartements de standing sur la place du Becquerelle avance rapidement. En ce début du mois de mars, la grue et les échafaudages ont été démontés, le gros œuvre est pratiquement terminé, l'agencement intérieur a débuté.

Sur la place de Lille, le chantier de transformation de l'église Sainte-Marguerite en appartements de haut standing et une salle culturelle se poursuit. La dalle de béton coulée, on consolide les ouvertures faites dans les murs.

A l'avenue de Troyes, les travaux de gros œuvre se poursuivent pour la résidence à vocation commerciale au rez-de-chaussée et à appartements de standing à l'étage.

La rue Frinoise est momentanément mise en sens unique (on peut circuler dans le sens boulevard Léopold vers le Floc à Brebis) en raison de la construction de deux immeubles qui se font face à hauteur de l'ancien cinéma Eden.

Les travaux de pose d'impétrants se terminent dans la rue des Augustins, seule la partie comprise entre la rue Blandinoise et le boulevard Léopold est encore concerné par le chantier.

En ce qui concerne le parking souterrain de la rue Perdue, son ouverture pour Pâques semblait compromise, les travaux de finitions et de sécurisation se poursuivant, ce sont les différents accès au parking pour les piétons qui font l'objet de travaux cette semaine. L'inauguration aura néanmoins lieu le 25 mars et dès le lendemain le parking sera accessible !   

(S.T. mars 2014) 

03 mars
2014

09:30

Tournai : l'année 1855 sous la loupe.

Au cours de l'année 1855, la Belgique va fêter le 25e anniversaire de son indépendance.

Sur le plan international, l'actualité est toujours dominée par la guerre de Crimée, un conflit qui sera marqué par deux évènements importants : le 2 mars, le tsar Nicolas I meurt et Alexandre II lui succède à la tête de la Russie, le 10 septembre, c'est la prise de Sébastopol par les troupes Franco-Britanniques.  En France, Napoléon III échappe à deux attentats, le premier, le 28 avril  sur les Champs Elysées et le second, le 8 septembre à Bellemare. Le 26 janvier marque la disparition de l'écrivain et poète français Gérard de Nerval, à l'âge de 47 ans.

Sur le plan national, l'instabilité politique est toujours présente. Le 2 mars, le gouvernement dirigé par De Brouckère présente sa démission au Roi, le 30 mars, Pierre De Dekker, connu pour être un catholique modéré, tente de mettre sur pied un nouveau gouvernement unioniste composé de catholiques et de libéraux. Le 2 juillet, suite au peu d'égard porté par les dirigeants belges au Mouvement Flamand et à ses revendications linguistiques, les poètes flamands refusent de participer au concours organisé dans le cadre du 25e anniversaire de la Belgique.

Sur le plan local, on peut presque dire que les années se suivent et se ressemblent. Pour dresser un tableau de l'actualité tournaisienne au cours de cette année 1855, il faut rechercher la "chronique locale" publiée en deuxième page du journal "Le Courrier de l'Escaut" qui en compte toujours quatre.

Cette "chronique locale" est une sorte de fourre-tout puisqu'on y trouve : les faits divers (accidents, noyades, incendies, vols, meurtres...), l'ordre du jour et le compte-rendu du conseil communal mensuel, le résultat d'élections partielles, le prix des céréales sur le marché, les actes de bravoure, les annonces d'offices religieux (Te Deum, fêtes patronales ou paroissiales ...), l'annonce et le compte-rendu de processions, de festivités, de concerts, les nécrologies très fouillées de personnalités décédées, les listes des citoyens désignés comme jurés aux Assises, les nominations politiques ou dans l'ordre judiciaire, les nominations, mutations ou admissions à la pension pour les militaires (il est étonnant de constater que le nom des personnes figurent ainsi que le montant de la pension qui lui sera octroyée), le tirage au sort pour le service militaire, les remises de prix dans les écoles et au Conservatoire de Musique, les avis de disparition, les objets trouvés et les convocations à des réunions d'associations diverses. Malgré toute cette matière, cette rubrique n'est pas quotidienne ! 

Parmi ces centaines d'informations, voici un extrait des plus représentatives de l'esprit de l'époque, comme à chaque fois, l'usage de l'italique traduit qu'il s'agit de la copie sans aucune modification de l'article, il permet de restituer le style et les tournures de phrases de l'époque, montrant la différence avec les écrits d'aujourd'hui. Il ne viendrait plus en effet sous la plume du reporter actuel des phrases du genre : "l'honorable membre de l'assemblée répond au préopinant...." (relation d'un conseil communal).

La tradition des étrennes (extrait du mercredi 10 janvier 1855).

"La mauvaise habitude d'aller demander des étrennes aux pratiques pour lesquelles on a travaillé pendant l'année tend de plus en plus à se perdre et nous avons l'espoir de la voir, dans quelques années, entièrement effacée de nos mémoires. Hier nous avons rencontré peu d'ouvriers quêteurs et presque pas d'ivrognes. C'est un fait que nous aimons à constater".

Dans certaines catégories d'ouvriers ou de fonctionnaires, cette tradition va quand même perdurer jusqu'à l'aube des années 2000.

Absence de règlement pour la protection du travail (extrait du vendredi 12 janvier). 

"Un grand malheur est arrivé, hier, vers quatre heures de l'après-midi, à la fabrique de Mr. Philippart-Gransart, rue des Croisiers. La femme Beghain, demeurant Luchet d'Antoing, fut prise par ses vêtements entre les deux arbres tournants de la machine et a eu la tête fracassée et les bras horriblement mutilés. On la transportait directement chez elle. La mort avait été instantanée".

Les relations d'accident du travail ou sur la voie publique n'épargnaient aucun détail. De nos jours, on dirait que la personne n'a pas survécu à ses graves blessures. On remarque également que, pour la plupart des accidents survenant sur les lieux du travail, blessée ou morte, on avait l'habitude de ramener la victime à son domicile .

Les incendies sont nombreux à cette époque (extrait du samedi 13 janvier).

Dans le seul arrondissement de Tournai, en moins de cinq semaines, on a constaté 9 incendies causés par l'imprudence et un dommage de 24.650 francs. Ceux-ci semblent causés par l'usage impudent des allumettes au phosphore, en particulier, par de jeunes enfants. On en voit même jouer sur la voie publique avec de telles allumettes.

L'aide aux plus démunis (extrait du lundi 22 janvier).

"Nous apprenons que l'administration des hospices de cette ville vient de prendre une résolution des plus honorables. Vu la rigueur de la saison et le "chéreté" (sic) des substances, cette administration a décidé qu'à partir de cette semaine, elle ferait, chaque jour, donner à dîner à 80 pauvres parmi les chefs de famille les plus nécessiteux et qui seront désignés par les comités de charité. Ces indigents recevront la nourriture que l'on donne aux pauvres de la deuxième section, dite des collets rouges".

Il est important de définir ce qu'étaient les "collets rouges". Il s'agit d'un "atelier de charité" créé en 1825 par un membre de la commission de surveillance de l'hôpital, Mr. Léopold Lefebvre, destiné à accueillir des hommes qualifiés de "débiles" et incapables d'assurer leurs moyens d'existence. Pour les désigner à la population comme étant les bénéficiaires de cet atelier, ils étaient affublés d'une veste de drap gris, avec un collet rouge, d'un pantalon de toile pour l'été ou de drap pour l'hiver. Cette forme de charité paraît réellement d'un autre âge.

Les mouvements de population en 1854 (extrait du jeudi 25 janvier).

Chaque année, en janvier, la presse reçoit les mouvements de la population enregistrés par le service de l'Etat-civil.

Naissances en 1854 : 818 soit 382 garçons et 367 filles légitimes, 31 garçons et 38 filles illégitimes ! Mariages : 170 dont 136 entre filles et garçons, 19 entre garçons et veuves, 19 entre veufs et filles et 11 entre veufs et veuves. Un divorce a été prononcé.Décès : 990 soit 513 hommes et 477 femmes, parmi ceux-ci on compte 74 personnes étrangères à la ville (non inscrites dans le registre de la population).737 personnes sont venues s'établir à Tournai et 662 ont quitté définitivement la ville.

On admirera les précisions données à l'époque en ce qui concerne les naissances d'enfants légitimes et illégitimes et les unions matrimoniales.

Les vols dictés par la misère ou... l'oisiveté (extrait du 21 février).

"On a arrêté, hier soir, dans notre cathédrale, un garçon de 19 ans environ, nanti d'outils pour crocheter les troncs. Il a été aussitôt conduit à la maison d'arrêt".

Les relations de conseils communaux (extraits de différentes éditions).

Le Conseil Communal a été obligé de traiter deux affaires délicates et inattendues.

La première concerne la fuite du directeur du théâtre parti sans laisser d'adresse et sans avoir payé les artistes, la seconde, ayant pour décor le même lieu et plus rocambolesque encore comme on va le voir.

"On a trouvé lors de la démolition du théâtre en y faisant de nouvelles fondations, quantités de médaille anciennes, vases différents en grès et autres... ces objets sont la propriété de la ville. Sur la demande de Mr. l'architecte Bourla, de lui laisser les antiquités, pour s'y livrer à une étude sérieuse et faire un rapport fructueux pour la ville. L'Administration n'a pas cru refuser et a accepté à Mr. Bourla l'objet de sa demande. Aujourd'hui, paraît-il, celui-ci refuse de restituer les dits objets, disant qu'il les remettra que lorsqu'il aura terminé avec l'Administration et réclamant de ce chef une somme de 60 francs qu'il dit avoir payée aux ouvriers employés à ce travail. Après diverses correspondances, pourparlers et citations, l'architecte a enfin décidé et a promis la restitution immédiate. Le Collège est autorisé par le conseil à plaider, dans le cas non-avenu, et le Conseil exige que tous les frais soient à charge du prévenu".

Pour les amateurs d'Art (extrait du dimanche 15 avril).

"On est occupé à placer, dans l'église Sainte-Marguerite, une chaire de vérité qui, de l'avis de tous les connaisseurs, surpassera en beauté, toutes les autres de notre ville".

Dans une édition suivante, le journal nous renseigne qu'elle est l'œuvre des Frères Peeters-Divort de Turnhout. Ceux qui voudraient retrouver sa description peuvent consulter l'édition du Courrier de l'Escaut du 20 avril 1855, celle-ci est très précise et beaucoup trop longue pour figurer dans cet article.

Une journée à la mer ! (extrait de journaux parus en juillet).

Chaque année un train, dénommé "train de plaisir", quitte Tournai pour Ostende. En 1855, ce voyage se passe le dimanche 5 août. Il quitte la station de Tournai, située sur le quai de l'Arsenal à 6h40 pour arriver à Ostende à 10h40. Le soir, il quitte Ostende à 7h. Le prix des places est fixé à 8,50 francs pour une première classe, 6,30 francs pour la seconde classe et 4,20 francs pour la troisième classe.

Attention, âmes sensibles s'abstenir ! (extrait du mercredi 22 août). 

"Hier soir, vers 10h, un nommé Dufour placé sous la surveillance de la police et demeurant rue Merdenchon (actuelle rue Cherquefosse) en cette ville, a porté à sa femme un coup de couteau, au moment où elle se disposait à se mettre au lit, et lui a fait à la gorge une blessure profonde et dangereuse. Aux cris poussés par cette malheureuse, des voisins accoururent pour connaître l'origine de ces cris mais ils furent frappés d'épouvante, en voyant cette femme toute sanglante, étendue sur son lit et demandant du secours. On s'empressa aussitôt d'aller chercher un docteur. Mr. le médecin Dupire arriva en même temps que Mr. le Curé de Saint-Piat  qui avait aussi été prévenu. La police était accourue à son tour. Se voyant découvert et croyant avoir fait une blessure mortelle à sa femme, ce mari assassin s'est fait justice à lui-même, en se coupant la gorge au moyen d'un rasoir. Tous les secours qu'on lui a administrés, ont été inutiles. Transporté à l'hôpital, il n'a pas tardé à rendre le dernier soupir. L'état de la femme, conduite également à l'hôpital, est assez satisfaisant. On espère la conserver en vie. Ce ménage, paraît-il, n'était pas en très bonne intelligence, depuis quelques temps, le mari avait déjà, dit-on, proféré des menaces de mort contre sa femme".  

Incroyable, mais vrai ! (extrait du vendredi 24 septembre).

La police fait un travail remarquable en voici encore une preuve.

"La dame qui a été volée de 20 francs, au marché aux grains, Grand'Place (pour les puristes je rappelle que c'est ainsi qu'on désignait le forum tournaisien à l'époque), le samedi 22 septembre vers midi, peut réclamer cette somme au bureau de Mr. le Commissaire de Police".

Encore un succès de la police (extrait du samedi 6 octobre).

"La police de notre ville vient de mettre la main sur une bande de petits voleurs dont leur chef, surnommé l'Escarbille n'est âgé que de 15 ans(...) Ils ont été conduits à la prison des Carmes".

Offre d'emploi (extrait du samedi 20 octobre).  

"La place de maître de calligraphie à l'Athénée de Tournai aux appointements de 300 francs, est vacante. Les personnes qui désireraient l'obtenir sont invitées à faire la demande  au bureau administratif de cet établissement".

Accident ou suicide ? (extrait du samedi 17 novembre).

"Hier, on a trouvé noyée dans l'abreuvoir du faubourg de Lille, l'épouse du nommé Joseph Mollet, boutiquier, domiciliée audit (sic) faubourg".

Des débaucheurs (extrait d'éditions parues en septembre et en décembre).

En septembre, un individu d'origine française a été arrêté, il se trouvait aux abords de la caserne Saint-Jean et tentait d'enrôler des militaires pour la Légion étrangère. En décembre, il est condamné à 13 mois de prison.

Ainsi va l'actualité de cette année 1855, au travers de ces relations on constate que deux classes existaient à Tournai comme partout ailleurs, une classe dirigeante et une classe ouvrière au bord de la misère. La plupart des faits divers se déroulent sur un fond de misère et d'alcoolisme, la situation n'évoluera que très peu dans les décennies qui vont suivre.

(sources : Le Courrier de l'Escaut, éditions complètes de l'année 1855)

S.T. mars 2014.