14 mars
2014

Tournai : expressions tournaisiennes (265)

Dreôle d'indreot pou ein rinconte !

Cha f'seot lommint que j'n'aveos pus parler de nos deux albrans, Edmeond et Fifinne. Ceulle sémaine, pourménant, su l'grand-plache (cha d'veot ête lindi), j'pinseos à eusses et bin qu'i-aveot du meonte aux terrasses des bistreots, i-brilleottent pa leur absince. I-n'seont pos greos mais comme i-babièlent toudis bin fort, d'habitude, on les intind du bieffreo à Saint-Quentin.

Ch'est mercredi, après-deîner, que j'sus cait su nos deux amisses (rasseurez-vous j'm'sus pos fait mal, ch'est eine façeon d'parler, éné) à l'porte d'Mulette (l'chim'tière du Sud pou les gins qui n'seont pos d'Tournai). I-z'aveotent été mette ein bieau bouquet d'rôsses rouches su l'teombe de leu matante Alice, eine sœur au mopère d'Fifinne.

"Bé, cha ch'est eine affaire !" qui m'a fait ainsin Edmeond in m'orgardant, mi j'pinseos qui m'aveot trouvé cangé d'puis l'temps qu'on s'aveot pus vus mais neon, neon, i-parleot de l'constructieon in fier qu'on est in train d'faire à l'intrée du chim'tière.

"Bé, hureus'mint que j'ai vu l'cirque Bouglione in passant ave l'auteobus tout d'leonque de l'plaine des Manouèfes, j'areos cru qu'i-éteot v'nu s'installer su l'pélouse d'honneur"

"Ch'est vrai qu'on direot qu'on a planté des potieaux pou dresser ein chapitéau" que j'li ai dit in ravisant ceulle riche trouvalle mais... i-feaudra vir quand cha s'ra fini, cha s'ra pétête bieau".

"Pou mi ch'est tout vu et acore hureux que quand j'vas ortourner m'brouette, j'vas aller à Navieaux et pos à Mulette, si j'deveos passer près d'ein machin parel, j'm'ortourn'reos dins m'cerqueul, j'in s'reos malate, j'areos l'larme à l'ouèl".

"N'fais pos 'cor ichi des m'noules, grand dépindeu d'andoule, quand on est mort, on n'sint pus rien, on n'a pus mau à ses dints" que li a dit s'feimme qui jusqu'alors n'aveot pos acore dit ein meot.

"Tins, Fifinne, j'pinseos que t'éteos aphone, que te n'saveos pus parler, on n't'aveos pos 'cor intindu berdéler".

"J'berdèle quand j'veux et où j'veux... t'as compris l'Optimisse".

On areot dit ein coq dressé su ses ergots, prêt à batt'lier.

"T'as beauqueop d'imaginatieon d'vir ein cirque dins ceulle constructieon, quand j'ai vu cha, j'éteos tout saisi, j'pinseos que j'éteos à l'intrée de Walibi. Te n'truèfes pos que cha orsanne à eine montane russe et ave cha, comme direot'ent les jeones d'asteur, ch'est ...flashy".

"T'as l'morgue d'Mossieu Jacky Legge, à deux pas d'ichi, ein musée d'poche, comme i-dit, où te peux vir des belles pièches d'collectieon, du temps où les artisans i-feseot'ent acore des cosses qu'i-orsanneot à eine séquoi".

J'ai voulu canger l'conversatieon, comme l'temps i-simbleot arnu et j'ai pris ainsin l'prumière idée qui dins m'tiête est v'nue :

"A propeos d'cirque, pindant l'sémaine, t'as été vir Bouglione su l'plaine ?"

Edmeond i-a orfait ein beond et comme ein mourdreux i-m' ravisé, j'ai compris que j'n'areos pos du aborder l'sujet. Fifinne éteot d'accord ave li,  ceulle feos, ch'est les deux insanne que j'ai eu su l'deos.

"Intrer dins ein cirque ? Pus jamais... D'puis qu'Gaya i-a d'mindé au gouvernemint d'interdire les biêtes sauvaches pasque dins ein ou deux cirques i-aveotent vu qu'i-z'éteotent maltraitées, on a dit qu'on nous verreot pus jamais acaté ein ticket"

"Pou aller vir des magiciens ou bin des clowns, merci, j'in veos d'jà ein bieau à m'maseon, d'clown" qu'elle a dit Fifinne.

"Que mes gins s'occupent de l'protectieon des animeaux, ch'est tout à leur honneur mais comme i-seont in train d'dev'nir pus catholique que l'pape et qu'i-comminchent à mette des interdits su tout, cha ch'est du dictateur. I-veont bétêot aller analyser l'qualité du bambou qu'on deonne aux deux pandas à Paira Daiza, i-pourreot'ent même s'in printe à nos amisses du Cabaret Walleon, Jean-Michel et Pierre pasque qu'i-ont jeué les pandas à No Télé".

"Qu'on cache après les gins qui feont morir les biêtes sans soins dins les pâtures, on est d'accord, qu'on moute du deogt et condamne les gins qui feont du mau à leu tchien ou à leu cat, on est toudis d'accord, qu'on interdisse les courses d'lévriers in Espane ou ailleurs, on applaudit, qu'on traque les gins qui feont rintrer in fraude des biêtes, on signe à deux mains... mais s'attaquer ainsin aux rêves des p'tits et des grands, cha d'vient du seot, dire que des minisses, pou ête bin vu pas ces gins là et pétête avoir leu veox, ont marché dins l'combine sans faire l'part inter les biêtes bin soignées et les maltraitées, ch'est bin malhureux d'vir cha ! Si i-feont ein jour eine collecte ch'est pos à mi qui vous veont avoir des liards".

"Tout ce qui est outrancier est insignifiant" i-a dit ein beon français Edmeond.

"A m'mote que t'as mis t'lanque d'diminche" li a dit Fifinne.

Quoisque j'aveos acore été dire là, j'aveos semé l'vint et j'récolteos l'timpête.

"A propeos d'cirque, j'vas ichi t'in raqueonter eine beonne, cha s'a passé, i-a bin lommint. Dins eine usine, i-aveot ein ouverrier qui mingeot sans arrêt, i-éteot boulimique qui li aveot dit l'docteur. I-qu'mincheot s'journée, à nuef heures, pa s'dejeuner : chinq tartines au fromache ou bin au gambeon et après ein beon chint grammes d'fromache blanc au lait intier, falleot vir l'chuque qui metteot pa d'zeur, i-alleot seûr'mint l'acater in greos à l'chuqu'rie d'Barry-Maulde. A dix heures, i-orcommincheot, eine tablette intière d'chucolat, à midi, i-preneot l'orpas complet à l'cantine : l'potache, l'intrée, l'plat et l'dessert, comme ch'éteot ein self, i-arriveot à s'plache ave eine assiette à clotier, mi j'd'areos eu assez pou m'journée. A deux heures, i-déballeot ein paquet d'waufes d'chez Marquette où s'mamère elle ouvreot et l'paquet d'chinq pièches i-passeot d'ein seul queop que cha soiche à l'vanile ou bin à l'castonate. A quate heures, ch'éteot l'goûter, deux ou treos tartine au choco ou bin à l'confiture d'preones. I-diseot qu'in rintrant à s'maseon, s'n'apéro i-éteot prêt ave des chips ou des morcieaux d'gouda et après i-mingeot, bin souvint, eine platélée d'frites avec trois chint grammes d'viante et des légueumes. Pa d'vant l'télé, i-pluqueot 'cor". I-li est à l'feos arrivé de s'lever pindant l'nuit pasqu'i-aveot eine faim d'leu".

"Bé m'n'heomme i-d'veot peser..."

"Bé ahais, Edmeond, pos leon d'deux chints kileos, quand i-monteot dins s'carrette après l'ouvrache, on areot dit que les quate roues alleot'ent déclarer forfait, l'bas d'caisse traîneot presqu' à tierre et l'moteur i-aveot bin du mau pou meonter l'rue des Choraux".

I-a ein ouverrier, ein jour, in l'veyant qui li a d'mindé :

"A propeos, Batisse, t'as d'jà fait t'testamint".

" Bé neon, neon, ch'est pos l'peine, bâti comme j'sus, j'vas vous intierrer tertous, m'mamère elle m'aveot deonné comme petit neom Gargantua"

"Ch'est malhureux, t'areos pus léguer t'pieau pou in faire eine bache de cirque".

Ch'éteot ein parole malhureusse, j'in conviens bin, l'hercule i-a attrapé l'pétit pa s'cravatte et i-l'areot étroner si on n'éteot pos intervenu".

D'puis lors, chaque feos que j'veos ein cirque à Tournai, j'orpinse à Batisse, j'sus même triste pasqu'on m'a dit qu'i-éteot mort d'eine leonque et pénible maladie et qui n'peseot pus bin lourd l'jour où on l'a conduit à Mulette.

Edmeond i-aveot arrêté d'm'acouter, i-orwettieot les fleurs.

"L'nature elle est bin avanchée c't'ainnée, les gringottes seont d'jà fleuries, dins l'camp pos leon de m'maseon, l'sucrieon i-est d'jà bin poussé, si cha continue ainsin, on va mette les chrysanthèmes de l'Toussaint au momint de l'karmesse de sétimpe.

Ch'est su ces considératieons horticoles qu'on s'a quittés. Edmeond i-areot bin voulu aller in boire eine su l'grand-plache mais Fifinne li a dit qu'i-éteot l'heure de l'autobus, i-feaut dire que de Mulette à l'rue Montifaut, i-a eine fameusse trotte et au meos d'mars, l'conditieon physique elle n'est pos' cor orvenue.

 (lexique : ein indreot : un endroit / lommint : longtemps / des albrans : des garnements / pourméner : promener / du meonte : du monde / ein bistreot : un café / babiéler : bavarder / toudis : toujours / l'bieffreo : le beffroi / après-deîner : littéralement après le dîner, repas de midi en Belgique, ici signifie donc : après-midi / cait : tombé / éné : n'est-ce pas / l'chim'tière : le cimetière / des rôsses rouches : des roses  rouges / l'matante : la tante / l'mopère : le père / in fier : en fer / cangé : changé / tout d'leonque : tout du long / les manouèfes : les manœuvres / ein potieau : un poteau / raviser : regarder / eine trouvalle : une trouvaille / pétête : peut-être / ortourner : retourner / navieaux : navets, désigne ici le cimetière du Nord de Tournai / l'cerqueul : le cercueil / l'ouèl : l'œil / faire des m'noules : faire des petits contes, de l'embarras, dire des futilités / ein dépindeu d'andoules : un grand efflanqué / les dints : les dents / l'feimme : la femme / berdéler : rouspéter / batt'lier : se batailler / beauqueop : beaucoup / ceulle : cette / les jeones d'asteur : les jeunes d'aujourd'hui, de notre époque / ichi : ici / vir : voir / des cosses : des choses / orsanner : ressembler / eine séquoi : quelque chose / arnu : orageux / prumière : première / ein beond : un bond / ein mourdreux : un hargneux / insanne : ensemble / béteôt : bientôt / morir : mourir / moutrer du deogt : montrer du doigt / faire du mau : faire du mal / l'tchien : le chien / l'cat : le chat / eine veox : une voix / inter : entre / les liards : l'argent / à m'mote : selon moi / l'lanque d'diminche : la langue du dimanche, le bien parler / Quoisque vous avez : qu'avez-vous / raqueonter : raconter / chint : cent / l'chuque : le sucre / pa d'z'eur : dessus / seûr'mint : sûrement / acater : acheter / l'orpas : le repas / l'palche : la place / à clotier : à clocher / des waufes : des gaufres / l'mamère : la mère / ouvrer : travailler / l'pièche : la pièce / l'vanile : la vanille / l'castonate : la cassonade, la vergeoise / des preones : des prunes / des morcieaux : des morceaux / eine platélée : une grosse platée, une assiette qui déborde / des légueumes : des légumes / pluquer : grignoter / à l'feos : parfois / eine faim d'leu : une faim de loup / ahais : oui / pos leon : pas loin / l'ouvrache : le travail / ein ouverrier : un ouvrier / intierrer : enterrer / l'pieau : la peau / étroner : étrangler / acouter : écouter / orwettier : regarder / avanchée : avancée / les gringottes : les jonquilles, variété de narcisses / l'camp : le champ / l'sucrieon : l'escourgeon, de l'orge hâtive / l'karmesse : la kermesse / sétimpe : septembre / eine fameusse trotte : un bon bout de chemin, une longue distance / l'meos : le mois). 

17:16 Écrit par l'Optimiste dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : tournai, patois, picard |

Commentaires

Bonsoir cher Serge,
Merci, j’apprends doucement le patois !
J'ai lu ton billet en-dessous, c'est la date de mon anniversaire, pas la même année, (rires), il y a eu un fameux drame, j'en ai des frissons.
C'est le printemps, c'est bien agréable, l’hiver nous a oublié cette année, tant mieux, nous avons moins de frais de chauffage, ce n'est pas normal ce temps.
Demain, il ne fera plus aussi beau, c'est bien dommage.
Bonne soirée, bisous.

Écrit par : Mousse | 14/03/2014

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.