07 mars
2014

Tournai : expressions tournaisiennes (264)

 

 

tournai,patois,picard,cabaret wallon

Lucien Feron entouré de ses parrains René Godet (à gauche) et Jean Pierre Verbeke (à droite) en 1984

 

Lette à Lucien.

M'bin cher amisse,

Dins no vie, i-a des rincontes qui s'feont dins les rues et peu à peu les gins n'seont pus des inconnus. L'soir, quand j'te croiseos au bas de l'rue Saint-Martin, j'ignoreos qu'l'heomme que j'rincontreos s'app'leot Lucien. J'te veos acore l'pétite serviette à t'main que te feseos balancher tout au leon d'qu'min. On a comminché à écanger quelques meots comme : "Allez, bonjour, aujord'hui, i-fait bieau". Ch'areot ainsin pus contineuer des ainnées si te n'aveos été primé au Concours Prayez. Ch'éteot in 82 si j'm'in souvins bin, j'découvreos t'neom te t'app'leos Feron, préneom Lucien. In septimpe, te v'neos jusse d'avoir 43 ans et pou les membres du Cabaret t'éteos presqu'ein infant !

"i-s'a fait tout p'tit" ch'éteot là l'tite de t'cancheonne, on a tout d'suite vu que t'aimeos no lanque walleonne. L'ainnée d'après, ch'est ave l'tite "L'mareonne" que t'éteos ortenu dins l'catégorie cancheonne. Au grand jour, t'talent v'neot infin d'éclater, ein an pus tard, ch'éteot eine belle razzia au Prayez. A l'porte de l'Compagnie te n'as pos du buquer, on attindeot d'pus lommint ein nouvieau cancheonnier, t'aveos vraimint tout pou les amadouer, tes écrits éteotent pétris d'qualités.  

"Te les veos passer l'diminche matin, in couleurs : te direos d'z'arlequins, ein' réclam' dins l'deos pou des saucisses, cha ch'est l'cyclotourisse". I-a pos à dire t'aveos ein deon d'observatieon, i-a toudis éclaté dins toute tes cancheons. T'as souvint fait rire tes amisses du cabaret, perseonne n'a jamais su combin t'éteos stressé. Dins les tous prumiers rangs pou mieux t'vir su l'ponteon, j'veoyeos tes fuelles tranner pindant l'temps de t'cancheon. Pou deonner du lari au parterre des amisses, j'sais combin t'as bin souvint mouiller t'quémisse.

Te saveos aussi à l'feos deonner d'l'émotieon, "Ch'est Meura, i-a vingt ans" ch'éteot l'raminvrance de t'professieon car si tertous saveot'ent que t'ouvreos à Belgacom, ch'est dins l'usine d'Warchin que t'aveos qu'minché t'vie d'heomme. I-feaut aussi, qu'aujord'hui, j'te l'avoue m'n'amisse, te m'as fait braire ave "quand les lilas fleurissent". T'aveos fini ave ses meots : "Quand Saint-Pierre venn'ra m'querre, si cha cait, la héaut on s'ortrouv'ra... Là, m'mamère, si les lilas fleurissent, j'espère bin ête infin dins tes bras".

J'ai 'cor dins m'tiête "L'lette à matante Martha", les meots réseonnent asteur que te n'es pus là. I-éteot fin bin comique, l'sujet pos banal, les avintures d'ein paufe gars à l'hôpital, te t'neos là d'dins des propeos tell'mint optimisses que l'public, à chaque feos, t'réclameot des bis. Ave c'séjour à l'hôpital, te sais, on a bin ri mais on ignoreot que pou ti ch'éteot l'prumier d'eine leongue série.

Au meos d'octope 1994, te v'neos jusse d'fiêter, tes dix ainnées d'eine riche présince au Cabaret, ch'est à c'momint là que l'crape i-s'a réveillé, ceulle sale biête nous a privé à jamais de t'n'amitié. D'puis lors quand j'passe à l'feos dins l'rue Roc Saint-Nicaisse, j't'imagine su l'porte d't'maseon, tout fin bénaisse, m'lanchant comme au beon temps, ces quelques meots : "et alors, m'n'amisse, aujord'hui, hein.. i-fait bieau".

Les jours, les meos et les ainnées i-ont passé, tout au fin feond d'mi j'ai wardé t'n'amitié. Je m'deminde commint on areot pus oblié, ein garcheon qui, tant d'plaisi nous aveot toudis deonné. I-a pus d'ein an asteur, j'ai été tout mansé, Luc, t'n'infant, i-éteot rintré au Cabaret. "L'bonheomme" que dins eine cancheon t'aveos mimé, blotti dins les bras de s'mopère in train d'bercher, i-aveot li aussi été primé au concours Prayez, l'beon sang n'sait pos mintir, l'adache i-éteot confirmé. Même présince, mêmes mimiques, tout autant stressé, i-a pos à dire t'garcheon, ch'est t'portrait tout craché.

Quand mardi, au soir, l'cabaret i-est passé su No Télé, j'ai acouté l'cancheonne qu'i-t'aveot dédiée, j'ai vu dins l'salle des heommes ave des larmes plein les is, je n'sareos pos t'espliquer ce qu'in mi j'ai orsinti. J'ai pinsé que t'éteos à ses côtés et que te li souffleot : "Mais arrête ainsin, Luc, d'tranner... quoisque les gins i-veont pinser".

Ov'là ce que j'vouleos t'dire, m'n'amisse, j'sus seûr, que la-héaut, au paradis, t'as ortrouvé tous tes amis et celle qui a partagé t'vie. Te n'as pos b'soin d'télé et quand ch'est Cabaret, avec tous les ceusses de l'compagnie, te deos seûrmint d'minder : "ein ban pou l'pétit" !

(s) L'Optimisse

P.S. : si te caches après ein anche pou orchevoir ceulle lette, Luc i-l'fait, i-a pos lommint, à l'dernière orvue du Cabaret !

 

(lexique : eine lette : une  lettre / bin : bien / m'n amisse : mon ami / eine rinconte : une rencontre / balancher : balancer / le qu'min ou l'quémin : le chemin / commincher : commencer / écanger : échanger / des meots : des mots / septimpe : septembre / jusse : juste / ein infant : un enfant / l'cancheonne : la chanson / l'lanque : la langue / l'mareonne : le pantalon, la culotte / ortenu : retenu / buquer : frapper / lommint : longtemps / ein cancheonnier : un chansonnier / l'deos : le dos / toudis : toujours / prumier : premier / vir : voir / les fuelles : les feuilles / tranner : trembler / deonner du lari : donner du plaisir, de la joie / l'quémisse : la chemise / l'raminvrance : la souvenance, le souvenir / ouvrer : travailler / braire : pleurer /  querre : chercher / si cha cait : si cela tombe, si cela arrive / m'mamère : ma mère / matante : tante / tell'mint : tellement / l'crape : le crabe / ceulle : cette / à l'feos : parfois / fin bénasisse : bien heureux, content / lancher : lancer / warder : garder / asteur : maintenant / ête mansé : avoir la gorge serrée / l'mopère : le père / bercher : bercer / acouter : écouter / les is : les yeux / orsinti : ressenti / ov'là : voilà / là-héaut : là-haut / les ceusses : ceux / seûr'mint : sûrement / cacher après : chercher / ein anche : un ange / orchevoir : recevoir / orvue : revue).

S.T. mars 2014

 

17:23 Écrit par l'Optimiste dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : tournai, patois, picard, cabaret wallon |

Commentaires

Bonjour Serge, je suis venu te lire aujourd'hui avec un peu d'avance, c'est avec ma tasse de café cette fois... Juste le temps d'une petite pause que j'ai un peu prolongéé vu le sujet ...
Merci pour cette surprise et pour ce magnifique souvenir que j'ai imprimé pour le classé parmi mes petits trésors.
J'espère pouvoir continuer sur cette même voie.
Je te demanderai juste une petite correction S.T.P., papa est décédé en 1994 et non en 2004.
Merci pour cette page et reçois encore, de tout coeur, tous mes encouragements et félicitations pour ton blog.
Bonne continuation à toi.
Amitié.
Luc.

Écrit par : Luc FERON | 10/03/2014

Répondre à ce commentaire

chapeau l'artiste ! Comme il a du apprécier de là-bas où il est !

Écrit par : rauwers | 15/03/2014

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.