05 mars
2014

Tournai : des chantiers évoluent, d'autres débutent !

Le visage d'une cité n'est jamais figé, il évolue avec le temps. De liftings en liftings, les chantiers, plus ou moins importants, perturbent les habitudes des habitants. Depuis le début du XXIe siècle, le Tournaisien est confronté avec des travaux qui bouleversent le paysage urbain. "Il faut souffrir pour être beau", une phrase maintes fois entendue mais qui ne fait jamais le bonheur des victimes ! 

Voici donc maintenant près de quatorze ans, que Tournai vit à l'heure de chantiers imposants !

A tout seigneur, tout honneur, commençons par évoquer un de ses phares qui l'a fait connaître dans le monde entier : la cathédrale Notre-Dame et ses cinq clochers. Le chantier, ayant débuté au tout début des années 2000, est entré, depuis le mois de septembre, dans une nouvelle phase, celle-ci est chronologiquement la troisième après la stabilisation de la tour Brunin et la rénovation de la nef romane. Cette fois, l'entreprise s'attaque à un plat de résistance, les cinq clochers. Des semaines ont été nécessaires pour les ceindre d'échafaudages montant jusqu'au sommet des croix les couronnant, pour confectionner un vaste plancher au-dessus de la tour lanterne qui servira de base pour les ouvriers qui travailleront à une altitude dépassant les quatre-vingts mètres, afin d'installer des voiles qui dissimuleront pudiquement au regard des passants la prochaine mise à nu de ses murs où les pierres les plus malades seront remplacées et l'ensemble rejointoyé. La vieille dame veut se faire belle pour ses admirateurs mais ne souhaite pas offrir aux passants la souffrance qui sera sienne durant cette délicate intervention chirurgicale. Dans trois ou quatre années, si la météo le permet, les clochers devraient réapparaître dans toute leur splendeur d'origine recouverts comme la nef de tables de plomb. Le joyau d'architecture romano-gothique rivalisera alors avec son voisin, le beffroi, son cadet de quelques années, restauré voici deux décennies.

Autour du prestigieux édifice, les travaux de rénovation du quartier cathédral se poursuivent. La pose des dalles dans la rue des Chapeliers est terminée, celle de la place Paul Emile Janson est en cours. La presse nous a annoncé que tout prochainement, le chantier allait se déplacer dans la rue de Courtrai. Dans un premier temps, c'est la partie comprise entre la rue du Four Chapitre et la rue des Choraux qui sera concernée, ensuite celle entre la rue des Choraux et les Quatre coins Saint-Jacques. Période délicate entre toutes car ce lieu est la véritable épine dorsale de la traversée de la ville d'Ouest en Est. L'adage "savoir souffrir pour être beau" ne sera probablement pas du goût des commerçants de cette rue qui risquent de voir, comme ce fut le cas ailleurs, diminuer leur chiffre d'affaires en raison de l'inaccessibilité pour les voitures. On sait combien l'automobile est devenue incontournable pour effectuer les commissions et combien la marche à pied est désormais honnie par nos contemporains.

Profitant du congé de carnaval (voilà une attitude extrêmement positive qui mérite d'être signalée), de nombreuses entreprises vont procéder cette semaine à l'ouverture de voiries pour la pose d'impétrants. C'est le cas à la rue de l'Athénée pour la traversée d'un câble électrique, c'est le cas également sur le quai Saint-Brice pour la pose d'un câble haute-tension.

D'importants travaux concernant la pose de nouvelles conduites d'eau par la SWDE et de câbles par Ores vont concerner la rue Royale dès la mi-mars. La première phase concernera la section comprise entre la place Crombez et la rue Beyaert, elle sera terminée pour le marché aux fleurs du Vendredi Saint. La seconde phase débutera après Pâques, elle concernera alors la section comprise entre la rue Beyaert et le pont Notre-Dame.

D'autres chantiers débutent, ils provoqueront plus d'embarras de circulation. Ainsi le renouvellement de l'égouttage sera réalisé dans le quartier Saint-Jean, entre la place Gabrielle Petit et la rue Galterie Saint-Jean. Ces travaux sont attendus par les riverains, victimes d'inondations à répétition lors d'averses importantes, ils dureront jusqu'au 14 juillet.

Des travaux d'égouttage sont également nécessaires au boulevard Lalaing face à l'Hôpital Civil. La circulation en provenance de la porte Saint-Martin sera basculée, pendant la durée du chantier, sur la voie opposée mise à double sens.

Des travaux de pose d'impétrants sont en cours dans la rue Bonne Maison et à la rue du Vert Bocage, il s'agit de la pose de câbles.

Les arbres bordant l'avenue des Peupliers ont été abattus par les services techniques de la Ville, ceci dans le cadre de la prochaine ouverture des trottoirs pour la pose d'impétrants. Les trottoirs de l'avenue Beau Séjour et ceux de l'avenue Vert-Bois vont être prochainement refaits par le remplacement des dalles par des pavés autobloquants.

L'avenue des Erables est toujours en chantier, on a fait sauter les dalles de béton qui dataient des années cinquante lors de la construction de ce nouveau quartier et qui étaient fissurées.

Un autre chantier important a débuté ce lundi 3 mars, il va durer deux ans. Les ouvriers ont placé le matériel qui servira à la restauration du conservatoire de Tournai, un bâtiment que les habitants de la ville nomment la "salle des Concerts" et les plus anciens, le "tambour à pattes". Une partie des emplacements de stationnement a été sacrifiée pour assurer la sécurité des passants.

Les travaux de la place de Willemeau sont toujours en cours. Un coup d'accélérateur devrait être donné dans les prochaines semaines !

L'impressionnant chantier de construction du complexe qui abritera bientôt le siège d'Ideta, des crèches et des appartements de standing sur la place du Becquerelle avance rapidement. En ce début du mois de mars, la grue et les échafaudages ont été démontés, le gros œuvre est pratiquement terminé, l'agencement intérieur a débuté.

Sur la place de Lille, le chantier de transformation de l'église Sainte-Marguerite en appartements de haut standing et une salle culturelle se poursuit. La dalle de béton coulée, on consolide les ouvertures faites dans les murs.

A l'avenue de Troyes, les travaux de gros œuvre se poursuivent pour la résidence à vocation commerciale au rez-de-chaussée et à appartements de standing à l'étage.

La rue Frinoise est momentanément mise en sens unique (on peut circuler dans le sens boulevard Léopold vers le Floc à Brebis) en raison de la construction de deux immeubles qui se font face à hauteur de l'ancien cinéma Eden.

Les travaux de pose d'impétrants se terminent dans la rue des Augustins, seule la partie comprise entre la rue Blandinoise et le boulevard Léopold est encore concerné par le chantier.

En ce qui concerne le parking souterrain de la rue Perdue, son ouverture pour Pâques semblait compromise, les travaux de finitions et de sécurisation se poursuivant, ce sont les différents accès au parking pour les piétons qui font l'objet de travaux cette semaine. L'inauguration aura néanmoins lieu le 25 mars et dès le lendemain le parking sera accessible !   

(S.T. mars 2014) 

Commentaires

vous allez payer des impôts avec toute cette mise en oeuvre ... rire

Écrit par : TooTsie | 05/03/2014

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.