28 févr.
2014

17:33

Tournai : expressions tournaisiennes (263)

Les arondielles n'seont pos 'cor orvenues mais... les ouverriers i-seont infin disparus !

Vous n'allez pétête pos accroire ce que j'vas ichi vous dire, mes gins, mais... si fait, dins no quartier, les ouverriers seont partis... infin, cha nous fait même tout dreôle, on commincheot tout douch'mint a ête habitué à leu présince. I-aveot siept meos qui z'éteot'ent là à ouvère les trottoirs, à les orfermer, à orcommincher, à daller et à inl'ver les dalles qui v'neotent d'ête posées, à faire des treos dins nos gardins, à étinte à l'raclette l'chimint. Asteur, l'grue n'est pus là pou ouvère des tranchées, l'marteau-pic i-n'nous fait pus tranner, les camieons ont fini d'passer et rapasser, l'calme i-est orvenu, l'silence i-est orcait.

Pou autant, tout n'est pos l'pus bieau dins l'meilleu des meontes pasqu'i-nous ont laiché ein bel héritache, eine rude pourchell'rie, ein bieau dégueulache. Ainsin, l'firme qui a ouvré pou l'queompte d'Belgacom, elle a obliée d'ormette des dalles pa-d'vant l'maseon du Présidint du Cabaret Walleon et d'ses visins, chinq carrés d'bédoule in plein mitan des trottoirs qui viennent d'ête orfaits, i-a pos à dire, ch'est du pus bel effet.

L'interprisse qui ouvreot pou l'queompte d'Ores, elle, elle a laiché des meonts d'tierre, d'sape, d'vielles dalles, des palettes de beos in plein mitan du qu'min ou bin pa d'vant les maseons des riverains, ainsin, au bout de m'rue pou tourner, on deot manœuvrer ave s'n'auteo, raviser à deux feos pou n'pos foncher dins l'monchéau.  

I-a plein d'chimint dins les rigoles et les avaloirs et du sape su les trottoirs, on direot des planches d'jeu d'fier et ave cha, cha gliche, cha croque, on in a plein les sorlets, on in met plein les maseons, m'feimme elle est toudis ave s'loque. Quand l'pluèfe elle comminche à caire, les rues seont trinsformées in patinoire à causse de l'bédoule laichée pa les ingins d'chantier.

D'jà in décimpe, j'aveos interrogé l'responsape des travéeaux de l'ville et m'aveot asseuré que tout deveot ête ormis in état à l'fin du chantier. I-f'reot bin d'v'nir faire ein tour, vir ichi l'tablature qu'on nous a laichée, i-comprindra bin vite pourquoi on est à l'feos débalté.

J'sais bin, on n'deot pos treop s'plainte pasqu'à Tournai, on est bramint logé à l'même inseine, à l'rue des Cap'liers, à la plache Paul Emile Janson, cha fait des meos qu'on slalome inter les treos, les meonts d'tierre, les bulls et les camieons, l'ville elle areot pu déposer s'candidature pou les Jeux Olympiques à l'plache de Sotchi, on areot eu l'slalom au pied de l'cathédrale, l'patinache au Vert-Beos et on areot fait l'déquinte de l'rue du Four Chapitre à ski. Pou le ski acrobatique, on areot éviter les treos de l'rue des Jésuites, ch'éteot pos l'peine d'dépinser des milliards d'Euros et cha nous areot fait acore ein peu puque d'publicité que l'arrivée du Tour de France dins no cité.

Pou no quartier, je n'sus pos fort optimisse, pasqu'on a d'jà vu dins l'gazette qu'eine interprisse aveot été désignée pour orfaire les trottoirs in p'tits pavés, on nous a dit que ch'est prévu pou l'meos d'mai mais à l'vitesse que cha va d'ordinaire, on risque d'avoir nos trottoirs, ave ein peu d'sanche, pou l'début d'l'hiver.

On m'a toudis dit que "faire et défaire, ch'éteot d'l'ouvrache", cha permetteot à des ouverriers de n'pos aller au chômache, bé alors, quoisqu'on attind pou faire ein beon nettiache, cha n's'reot pos dammache et pou tertous cha s'reot ein avantache.

Hureus'mint, ein responsape qui aveot été mis au courant, à l'interprisse i-a télépheoné et, verdi au matin, l'meont i-a infin été inl'vé. Mais... on a d'jà déposé pos bin leon de nouvieaux tuyéaux moutrant qu'on alleot béteôt orcommincher les travéeaux.

(lexique : les arondielles : les hirondelles / Les ouverriers : les ouvriers / pétête : peut-être / accroire : croire / ichi : ici / on commincheot : on commençait / douch'mint : doucement / siept meos : sept mois / ouvère : ouvrir / orfermer : refermer /  les treos : les trous / les gardins : les jardins / l'chimint : le ciment / asteur : maintenant / tranner : trembler / orcaire : retomber / l'meonte : le monde / laicher : laisser / eine pourchell'rie : une porcherie, un lieu très sale / ein dégueulache : un mauvais travail , une saleté repoussante / ainsin : ainsi / l'queompte : le compte / oblier : oublier / pa d'vant : devant / les visins : les voisins / l'bédoule : la boue / in plein mitan : au beau milieu / l'interprisse : l'entreprise / ouvrer : travailler / les meonts d'tierre : les monts de terre / l'sape : le sable / du beos : du bois / l'qu'min : le chemin / raviser : regarder / l'monchéau : le tas / glicher : glisser / les sorlets : les souliers /  l'feimme : la femme / toudis : toujours / l'pluèfe : la pluie / les ingins : les engins / décimpe : décembre /  l'responsape : le responsable / vir l'tablature : voir nos tracas, notre situation anormale / à l'feos : parfois / débalté : exaspéré / l'puche : le puits /  seûrmint : sûrement / bramint : beaucoup / l'inseine : l'enseigne / l'rue des Cap'liers : la rue des Chapeliers / la plache : la place / inter : entre / ein peu puque : un peu plus / l'sanche : la chance / l'chômache : le chômage / nettiache : nettoyage / dammache : dommage / tertous : tous / verdi : vendredi / pos bin leon : pas bien loin / moutrer : montrer / béteôt : bientôt).

S.T. février 2014.

17:33 Écrit par l'Optimiste dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : patois, picard. |

25 févr.
2014

10:27

Tournai : les festivités de mars

Durant ce mois de mars, comme cela est habituel dans la cité des cinq clochers, il sera encore difficile d'assister à toutes les manifestations inscrites au programme et une fois encore il faudra faire des choix ou jouer serré avec les horaires !  Théâtre, conférences, concerts, spectacle humoristiques, expositions sont au menu de ce mois du carnaval.

 

Samedi 1er, après-midi, Le "Carnaval de Kain" se déroule dans les rues du village.

Samedi 1er, Maison de la Culture, salle Jean Noté, 20h, "Bigard n°9" spectacle de l'humoriste Jean-Marie Bigard.

Samedi 1er (20h) et dimanche 2 (16h), Halle-aux-Draps, spectacle de cabaret patoisant : "Les Filles, Celles Picardes fêtent leurs 10zans !" (voir l'article que nous venons de leur consacrer).

Du samedi 1er au dimanche 16, esplanade du conseil de  l'Europe, "le cirque Alexandre Bouglione" et son spectacle "Tsiganes".

Vendredi 7, Halle-aux-Draps, 20h, spectacle de cabaret patoisant : "Les Filles, Celles Picardes fêtent leurs 10zans !".

Vendredi 7, Maison de la Culture, 20h, "Quand la musique danse" spectacle avec la Chapelle Musicale de Tournai sous la direction de Philippe Gérard et "The Young Talents", chorégraphie de Valou Schepens au profit de Cap48.

Vendredi 7 mars, salle Saint-Lazare, 19h30, "On d'attrape eine beonne", cabaret patoisant par El Bistreot Tournisien.

Samedi 8, Vaulx, au départ de la salle du Pas du Roc "Carnavô", le carnaval de Vaulx.

Dimanche 9, Halle-aux-Draps, 16h, spectacle de cabaret patoisant : "Les Filles, Celles Picardes fêtent leurs 10zans !".

Dimanche 9, salle Saint-Lazare, 15h, "On d'attrape eine beonne", cabaret patoisant par El Bistreot Tournisien.

Mardi 11, auditoire du séminaire, 13h45, "Zone euro : comment gouverner sans gouvernement ?", conférence par Philippe Maystadt, Ministre d'Etat, Président de l'European Policy Center dans le cadre du cycle "Connaissance et Vie d'Aujourd'hui".

Mercredi 12, Maison de la Culture, salle Jean Noté, 20h, "Eclipse totale" par la compagnie de la Bête Noire, texte et mise en scène de la Tournaisienne Céline Delbecq.

Jeudi 13, Maison de la Culture, salle Frank Lucas, 14h30, "La politesse, modérateur social et art d'être humain", conférence par Geneviève Lacroix, historienne, dans le cadre de l'Université du Temps Disponible.

Jeudi 13, au Water Moulin, "Mr. Marcaille + Dalida!!+Vatican", concert.

Du vendredi 14 au lundi 17, Tournai-Expo, salon "Déco et Jardin". 

Samedi 15, église Saint-Lazare, 20h, "Les Voix de la Passion", concert lyrique avec Carine Chantry, soprano, Ludovic Crombé, baryton et Céline Donatello, pianiste, une organisation des Amis de Saint-Lazare.

Samedi 15 (20h) et dimanche 16 (16h), spectacle de cabaret patoisant : "Les Filles, Celles Picardes, fêtent leurs 10zans !".

Dimanche 16, salle Saint-Lazare, 15h, "On d'attrape eine beonne", cabaret patoisant par El Bistreot Tournisien.

Mardi 18, auditoire du Séminaire, 13h45, "Quel christianisme pour le 21e siècle ?" conférence par Gabriel Ringlet, Prêtre, écrivain et théologien dans le cadre du cycle "Connaissance et Vie d'Aujourd'hui".

Jeudi 20, Maison de la Culture, salle Frank Lucas, 14h30, "Saint-Exupéry, pilote et aventurier" conférence par Chantal Verbiest, romaniste dans le cadre de l'Université du Temps Disponible.

Samedi 22, Maison de la Culture, 15h, "Le courrier des enfants" par le théâtre du Tilleul, spectacle familial dès 7 ans.

Samedi 22, salle Saint-Lazare, 19h30, "On d'attrape eine beonne", cabaret patoisant par El Bistreot patoisant.

Samedi 22, Esplanade du Conseil de l'Europe, sous chapiteau, "Sttella" en concert. 

Samedi 22, salle La Fenêtre, 20h, concert de Guillaume Ledent et Ploum collectif.

Samedi 22, église Saint-Paul, 20h, "Concert de Gala" pour les 20 ans de l'asbl Michaël avec l'Orchestre à Cordes du Conservatoire sous la direction de Christiane Diricq, l'Ensemble vocal du Conservatoire sous la direction de Michel Jakobiec et les Flûtes des "P'tits Colibris" sous la direction de Christophe Watteau, au profit de l'Entracte à Tournai, de la Ferme et du Manège d'hippothérapie d'Ere et des Aubépines à Sart Risbart.

Samedi 22 et dimanche 23, Halle-aux-Draps "4e Festival brassicole de Tournai". 

Dimanche 23, salle Saint-Lazare, 15h, "On d'attrape eine beonne" cabaret patoisant par El Bistreot Tournisien.

Lundi 24 et mardi 25, Maison de la Culture, 20h, salle Frank Lucas, "Le Carnaval des Ombres" par le Rideau de Bruxelles dans une mise en scène de Michaël Delaunoy.

Mardi 25, auditoire du séminaire, 13h45, "France-Allemagne, regards croisés", conférence par Heinz Wismann, Philosophe, philologue, Professeur à l'EHESS de Paris.

Jeudi 27, Maison de la Culture, salle Frank Lucas, 14h30, "Une brume de Belgitude" par Eveline Legrand, récitante et Pirly Zurstrassen, musicien et compositeur, dans le cadre de l'Université du Temps Disponible.

Jeudi 27, Hôtel de Ville, salon de la reine, 18h, "Les soins dentaires sont ils une priorité ?", conférence par Michel Devriese, Président de la Société de Médecine Dentaire, dans le cadre des Conférences Santé.

jeudi 27, Maison de la Culture, salle Jean Noté, 17 et 20h, "Les Grands Pays de l'Est-Congo Nature" présenté par Tanguy Dumortier et Philippe Lamair dans le cadre du cycle "Exploration du Monde".  

Vendredi 28 et samedi 29 : "Le Carnaval de Tournai" sur le thème "Artifices et Illusions" avec ses animations, ses deux cents confréries, son jet de "Pichou", la crémation du géant.

Dimanche 30, Froyennes, 10h, "visite commentée du cimetière", ordres religieux, personnalités, blasons... par Francis Dorpe et Jacky Legge.

Dimanche 30, Place Verte, 10 à 12h, "rencontre mains vertes", échange de plantes, graines, semences et conseils avisés ! 

Dimanche 30, Mont Saint-Aubert " traditionnelle course de côte".

 

Expositions :

Jusqu'au 23, Maison de la Culture, Espace bis, "Dix artistes à l'Espace bis".

Du vendredi 14 au vendredi 28, librairie Siloë, rue des Jésuites, "La Bible, patrimoine de l'Humanité".

Jusqu'au 20 avril, Maison de la Culture, exposition d'œuvres dans le cadre du 125e anniversaire de la section ébénisterie de l'école Saint-Luc.

Musée des Arts de la Marionnette : "Maurice Maeterlinck (1862-1949), une œuvre-vie".

Musée d'Histoire Naturelle : "Produire de l'électricité du 18e au 21e siècle".  

(programme susceptible d'ajouts et de modifications)

S.T. février 2014      

 

21 févr.
2014

09:41

Tournai : expressions tournaisiennes (262)

Ch'éteot mieux avant ou bin ch'est mieux asteur ?

Je n'sais pos si, comme mi, vous avez d'jà ormarqué, mais on s'plaint toudis, tout au leon d'eine sainte journée. I-n'a pus rien qui va, s'loger, minger ou s'cauffer, asteur ch'est treop tcher, i-a du chômache, i-a pus d'ouvrache, i-a de l'misère, i-n'a même pus d'hiver. I-a des inondatieons, des accidints, des esplosieons, l'meonte i-a l'air total'mint in ébulitieon. Dusqu'i-est l'beon vieux temps, l'ceu qu'on connisseot quand on éteot infant. Ahais, on a pétête connu des momints d'bonheur mais est-ce que cha va vraimint moins bin asteur ?

Avant, quand on éteot ein infant, pou s'lever on aveot bin l'temps, on mingeot pou déjeuner ein tartine que l'mamère aveot préparée ave eine beonne couche de bure et eine d'confiture. Après, on preneot s'cartape et pou aller à l'école, si on éteot acore ein p'tit rotleot, ch'est pa la main que l'mamère elle nous conduiseot ou bin on parteot, tous les matins, in jouant, ave eine bande de copains. Bin seûr, dins les rues et les rullettes, l'hiver i-n'sinteot pos fort beon, quand l'vint souffleot, on respireot l'feumée des cauffages au beos ou au carbeon. Arrivés à l'école, sous l'préau ou in plein mitan de l'cour, on attindeot que seonne l'cloque annonchant l'début des cours, on joueot au fotbal, à marpes, on preneot part à des batales mais ch'est in silence que on rintreot dins l'local. Pindant qu'su l'estrade, l'instituteur parleot d'histoire, d'carcul ou feseot eine dictée, on s'laicheot à l'feos distraire pa eine mouque qui s'poseot sur l'incrier. Pou faire bisquer mossieu, on li inveyeot des maclottes qu'on aveot bin ortournées dins sa bajote. Quand on ortourneot à s'maseon, i-falleot acore faire ses d'voirs et apprinte ses tapes d'multiplicatieons. Quand l'mopère, à six heures, i-aveot fini d'ouvrer, i-d'mindeot toudis commint l'journée ch'éteot passée. Ch'éteot alors l'heure du souper. I-n'aveot qu'eine seul caîne à l'téléviseon qui trôneot au plein mitan du saleon, les infants après "Nounours et s'beonne nuit les petits" s'in alleottent bin sagemint dins leu lit. 

Asteur, ch'est in vitesse que l'infant deot s'lever, l'moteur de l'auteo i-est d'jà in train d'tourner, l'mopère et l'mamère (qui ouèfe pa obligatieon) i-doive'tent ête à l'heure à l'ouvrache et, tous les jours, sur la route i-a bramint d'imbouteillaches. L'voiture elle va à peine s'arrêter, in face de l'école, pou l'déposer. "Ormute, espèce de bruant, te veos bin qu'on a pas l'temps". In arrivant dins l'cour, l'infant deot s'déméfier pasqu'i-a eine bande qui va commincher à l'harceler. L'gosse n'deot surtout pos s'faire d'bile, i-veont seûrmint vouloir printe s'mobile. Dins l'classe, cha va continuer et i-n'feaut pus queompter su l'maîte pou les calmer. L'paufe i-est fin bénaisse d'ête acore intier quand arrive l'fin de l'journée. Ch'est pus pa les mouques qu'on est distrait mais bin pa tous les télépheones qui s'mettent à seonner. Si à l'feos, l'maîte i-ose deminder de les coper, bé tertous s'mettent à berler. L'beonne veille maclotte elle a été rimplachée d'puis bin lommint pa tout c'qui cait du prumier queop sous la main. L'soir, de l'maseon i-ara l'clé pasque ses parints n's'reont pos acore rintrés. Avant même l'souper, l'télé est alleumée, pou vir des feuilleteons débiles ou bin des jeux imbéciles. I-a pus d'chint caînes, mais te veos toudis l'même ! 

Avant, on saveot c'qu'éteot l'éducatieon, on pouveot faire l'différince inter les félicitatieons et les punitieons, l'respect pou les inciens, ch'éteot tout naturel, dire bonjour ou merci s'appreneot bin avant l'école maternelle et on n'contesteot pos l'autorité paternelle. Si jamais te n'éteos pos ein beonne file ou ein beon garcheon, t'intindeos parler de l'mise in pinsieon ou bin d'l'école de correctieon et pou apprinte l'discipline, l'service militaire, i-éteot pou beauqueop bin salutaire.

Asteur, les p'tits rambiles feont à leu mote, i-s'foutent pos mal des parints. D'jà à l'maternelle, i-battièltent comme des tchiens, in primaire, i-queurent après les files in traînant pa les rues d' l'ville. A quinze ans, i-sortent jusqu'à nulle heure et pou avoir des liards, on les veot même jeuer les dealers. I-a lommint qu'elle est dépassée, l'paufe mamère et, pou éviter les queops, l'mopère laiche faire. Quand leu garcheon ou leu file sortent jusqu'à chinq ou six heures au matin, dins leu lit, i-tranne'tent d'peur d'apprinte qui seont blessés ou tués dins ein accidint. I-a pus d'service militaire, i-a pus d'école de correctieon, quand cha va treop leon, ch'est directemint l'priseon.

Avant, quand v'neot les bieaux jours, on sorteot l'soir pou faire ein tour, on rincontreot bramint d'gins et on parleot pindant ein moumint. A l'fin de l'sémaine, l'ouvrache terminé, pou s'canger les idées, on parteot, bras d'zus, bras d'zous, fin tranquille, vir ein film dins ein cinéma d'no ville. Pou aller au bal, à l'salle Provence ou au Roi des Radis, on orcheveot d'nos parints, l'permissieon d'minuit, ch'éteot l'heure qu'on rintreot pou aller à no lit. J'ai l'raminvrance qu'aux soirs d'été, on preneot, à l'feos, ein verre à l'terrasse d'ein café dusqu'on n'risqueot pos de s'faire boxer pa les ceusses qui veul'tent nous voler. Si on aveot l'malheur de rintrer ein peu quervé, on éteot seûr qu'on éteot interdit d'sortie, l'prochain samedi.

Asteur, quand l'soir i-cait, tertous dins les maseons seont infermés, i-n'fait pus beon aller s'pourméner ave tous les ceusses qu'on risque d'rincontrer. L'permissieon d'minuit, i-a lommint que ch'est fini, i-d'a qui partent au soir du verdi et rintent au p'tit matin du lindi. I-n'doive'tent pos s'in faire pou l'ouvrache, i-n'feaut même pus s'lever pou aller pointer au chômache. A la questieon : "quoisque te fais asteur", i-répeondent, tout naturell'mint, : "mi j'sus glandeur". No gouvernemint a voté, dins l'foulée d'soixante-huit, su tous les plans, l'permissivité totale et i-s'in rind queompte asteur qu'i-a récolté ein sintimint d'insécurité générale. In donnant aux jeones l'liberté, ces bieaux parleurs ont cru qui n'falleot qu'cha pou ête acore élus.

Avant te commincheos l'ouvrache inter quinze et vingt ans et t'carrière alleot jusqu'à soixante-chinq ans. D'promontieon in promontieon, peu à peu, te monteot tous les écheleons, au bas d' l'éthielle t'aveos qu'mincher, à l'forche du traval t'aveos progressé. Grâce à tes rémunératieons et à t'corache, te pouveos, ein peu à l'feos, apporter du confort à t'ménache. Apporter l'sécurité à s'feimme et à ses infants, ch'éteot là l'but que presque tertous aveot'ent din l'temps.

Asteur, i-a des ceusses qui a dix-huit ans se dise'tent des heommes, mais i-ont arrêté l'école et i-n'ont pos d'dipleôme, i-n'hésitent pos à s'mette in ménache, bin qui soichent tous les deux sans ouvrache, pou n'manquer de rien, on acate alors tout à crédit et après ch'est de l'mindicité qu'on vit. Même si t'es ein ouverrier ou ein imployé modèle et que te fais bin attintieon, t'es vraimint pos certain d'rester dins l'même boutique jusqu'à t'pinsieon, te risques ein jour d'ête victime de c'qu'on appelle eine délocalisatieon.

Avant, pou minger, quand on alleot chez l'boulinger, on sinteot dins l'magasin, l'beonne naque du pain, ceulle de l'fareine qui cuiseot dins l'four, sortant pa les ferniêtes in flottant aux alintours. Les feimmes éteotent des cuisinières qui prépareotent l'orpas pou l'famile intière.

Asteur, l'pain que te vas acater, i-est cuit d'puis huit jours et i-a été congelé, t'as à peine intamé l'paquet que les tarteines seont d'jà toutes orséquées. Au momint du deîner, pou faire plaisi à s'famile, l'feimme elle ne se fait pus d'bile, les plats seont tout préparés, te n'as pus qu'à les mette dins l'four pou les récauffer. Pou faire plaisi à ceulle génératieon, i-feaut qu'elle soiche rapide, l'restauratieon, ch'est pizza, hamburger et frites mayo et on est tout saisi  d'vir su l'balanche qu'on a acore pris des kileos.  

On pourreot parler ainsin d'mille et une cosses, eine feos qui seont l'ver au matin, les gins n'ont pus l'temps pou rien, i-seont toudis pressés, i-n'ont même pus l'temps pou parler, i-a pus d'communicatieon, i-a pus d'conversatieons, on va queurir pou l'ouvrache, pou les commissieons, pou aller querre les infants à l'école, pou partir in vacances, pou les déplach'mints qu'on fait aujord'hui , i-faudreot même ête arrivé avant d'ête parti. On n'veot presque pus perseonne canter ou rire, t'orwettier ave ein sourire. Ch'est l'tiête du matin au soir, on direot des gins in plein désespoir.

A vous d'queusir asteur, ce qu'i-orprésinte pou vous l'bonheur !  

 

(lexique : asteur : maintenant / ormarqué : remarqué / toudis : toujours / tout au leon : tout au long / minger : manger / s'cauffer : se chauffer / tcher : cher / l'chômache : le chômage / l'ouvrache : l'ouvrage / l'meonte : le monde / dusque : où / l'ceu : celui / ahais : oui / pétête : peut-être / l'bure : le beurre / ein p'tit rotleot : un jeune enfant, cette expression vient de "petit roitelet" / bin seûr : bien sûr / les rulettes : les ruelles / l'beos : le bois / l'carbeon : le charbon / l'cloque : la cloche / jeuer à marpes : jouer aux marbres, aux billes / l'batale : la bataille / l'carcul : le calcul / laicher : laisser / à l'feos : parfois / eine mouque : une mouche / l'incrier : l'encrier / faire bisquer : faire enrager / eine maclotte : une boulette de papier mâché / ortourner : retourner / l'bajote : la joue / apprinte : apprendre / l'mopère : le père / ouvrer : travailler / eine caîne : une chaîne / elle ouèfe : elle travaille, temps présent du verbe ouvrer qui signifie travailler / bramint : beaucoup / ormute : remue-toi / ein bruant : un paresseux, ce mot au sens premier désigne le hanneton / s'démefier : se méfier / printe : prendre / queompter : compter / l'paufe : le pauvre / bénaisse : content, joyeux / coper : couper / berler : crier / lommint : longtemps / alleumée : allumée / inter : entre / eine file : une fille / ein garcheon : un garçon / beauqueop : beaucoup / les p'tits rambiles : petits gamins espiègles / faire à s'mote : agir à sa guise / i-s'foutent pos mal : ils ne se moquent pas mal / battlier : se battre / les tchiens : les chiens / queurir : courir / les liards : l'argent / jeuer : jouer / les queops : les coups / tranner : trembler / leon : loin / canger : changer / orchevoir : recevoir / avoir l'raminvrance : avoir le souvenir / pa les ceusses : par ceux / quervé : ivre / tertous : tous / s'pourméner : se promener / l'verdi : le vendredi / l'lindi : le lundi / jeones : jeunes /  l'ethielle : l'échelle / qu'mincher : commencer / à forche : à force / l'corache : le courage / l'ménache : le ménage / acater : acheter / ein ouverrier : un ouvrier / ein imployé : un employé  / l'pinsieon : la pension, la retraite / l'boulinger : le boulanger / l'naque : l'odeur / l'fareine : la farine / l'ferniête : la fenêtre / l'orpas : le repas / les tarteines : les tartines / orséquées : désséchées / l'deîner : le dîner / récauffer : réchauffer / eine cosse : une chose / querre : chercher / canter : chanter / orwettier : regarder / queusir : choisir).

S.T. février 2014        

     

09:41 Écrit par l'Optimiste dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : tournai, patois, picard |

14 févr.
2014

09:01

Tournai : des Filles amoureuses... de leur patois !

Et il y eut...  les Filles, Celles Picardes ! 

C'était il y a déjà dix ans et beaucoup s'en souviennent comme si cela datait d'hier. Au hasard d'une conversation, on entendit un jour parler de la création d'un groupe patoisant uniquement composé de membres du sexe dit -à tort- faible, (c'est un bon début, je viens de mettre toutes les femmes et principalement les féministes de mon côté). Par la perception orale des mots, il est vrai que ceux-ci permettaient d'infinies interprétations. Certains se demandaient pourquoi avoir pris pour nom celle d'une spécialité gastronomique qui compose parfois les entrées sur les tables du Nord, du Pas de Calais et aussi du Tournaisis, "les ficelles picardes". On ne pouvait s'empêcher de se faire la réflexion : "Adeon (ainsi), ov'là des files (filles) qui s'présintent comme des coucoubaques (crêpes) fourrées au fromache et au gambeon (jambon)". C'était, il faut bien l'avouer, une drôle d'expression qui, pour sûr, n'allait probablement séduire que les "galfards" (gourmands) et les amateurs de plats typiques qu'on élabore chez nous.

"Pas du tout m'a soufflé un ami, ceux-là ne pensent donc qu'à manger". Le regard brillant, l'œil coquin, il me souffla : "Pourrais-tu un instant imaginer que les ficelles picardes ne seraient que l'adaptation régionale de ces mini-maillots que portent les brésiliennes sur la plage de Copacabana". Je me suis dit que si telle était leur intention, alors elles allaient ratisser large parmi tous les "marles" (mâles) que comptent Tournai et ses environs.  

La presse locale eut tôt fait de lever toute ambiguïté à ce sujet en présentant enfin ces "drôles de dames", dont le nom fut, cette fois, dévoilé noir sur blanc : "Les Filles, Celles Picardes". "Bon sang mais s'est bien sûr" se serait alors exclamé le commissaire Bourel (Raymond Souplex) dans "les Cinq dernières Minutes" (la série télévisée ne date pas d'hier et uniquement les personnes d'un certain âge et même d'un âge certain pourront comprendre cette allusion). Faisant  à jamais une croix sur nos gourmandises et à nos fantasmes, nous comprenions qu'elles étaient de sexe féminin et qu'elles se réclamaient de notre Picardie. "Bé cha (eh bien cà) alors, des files qui parle'tent et cantent in patois, bé...on ara tout vu", cela allait boucher un coin aux machos pour qui l'usage de notre parler local était, jusqu'à présent, uniquement dévolu aux hommes. Dire qu'à la lecture de ces quatre mots, Les Filles, Celles Picardes, certains ont même songé qu'elles étaient probablement toutes natives du village de Celles niché entre Mont de la Trinité et Mont de l'Enclus à quelques encablures des cinq clochers . Celle-là... c'était la meilleure, à peine nées et déjà naturalisées !

Un bastion tombe ! 

Depuis la fin de l'année 1907, date de sa création, la Royale Compagnie du Cabaret Wallon Tournaisien est le fer de lance de la défense du patois tournaisien. Elle a même élevé celle-ci en une institution où il faut faire preuve d'une réel talent pour entrer (le plus souvent par l'intermédiaire du Concours Prayez) et pendant tout un temps, elle est même tombée dans une forme d'élitisme qui aurait probablement fini par l'amener à sa perte si les plus jeunes n'avaient réagi. Le Cabaret Wallon Tournaisien a été créé par des hommes à un moment où les femmes, encore bien soumises à l'autorité du mari, (si j'écris : heureux temps, je vais perdre les féministes dont j'avais acquis les bonnes grâces en début d'article) restaient à la maison et ne fréquentaient pas les estaminets. Vue dans un café, à cette époque, une femme était étiquetée de mauvaise vie et trainait une mauvaise réputation alors que la fidèle épouse et courageuse mère de famille, toujours au four et au moulin, était placée sur un piédestal. 

Depuis plus d'un siècle, le Cabaret est resté fidèle aux traditions et si on excepte les revues et Grands Cabarets annuels, les séances sont réservées aux hommes, les femmes, ces soir-là, restent, comme il y a cent ans, à la maison (à moins qu'elle n'aillent entre amies au cinéma car on a quand même un tantinet évolué).

Certaines tournaisiennes ont dû se dire, en 2004, que le mouvement féministe avait vu le jour et que la femme, égale de l'homme, pouvait elle aussi, composer et chanter en patois. C'est ainsi que quelques "copines" issues du groupe "Les P'tits Rambiles" mais aussi des confréries carnavalesques eurent l'idée de créer un groupe qui animerait, dans notre langue picarde, les soirées à l'ombre des cinq clochers. Pour affirmer leur appartenance à notre région, elles choisirent pour logo, l'abeille de Childéric, tout comme le fit Napoléon qui les fit broder sur le  manteau porté lors de son sacre.

Des débuts couronnés de succès.

Le samedi 21 janvier 2005, lorsqu'elles firent leur première apparition sur le ponton de la Halle-aux-Draps, probablement tétanisées par le trac, elles furent accueillies par une salle comble et enthousiaste qui leur réserva un accueil des plus chaleureux et des salves d'applaudissements. "Les Filles, Celles Picardes" venaient de gagner leur pari et, dès ce jour, elles volèrent de succès en succès. Dans l'assistance, on pouvait voir des visages ravis, ceux des femmes accompagnant leur mari ou compagnon. Pour une fois, elles n'étaient pas les victimes de cette ségrégation remontant au début du XXe siècle et n'eurent point besoin de faire appel à un Nelson Mandela pour défendre leur juste cause.

Lors du concours Prayez 2005, dans la catégorie chanson, le palmarès renseigne que Bélinda Caufriez a remporté le premier prix, Françoise Van den Broecke, le second et Marie-Astrid Ghislain, le troisième, un podium cent pour cent "Filles, Celles Picardes".

Durant quelques saisons, on les vit également participer aux revues annuelles du Cabaret Wallon.

En 2010, elles montèrent un spectacle intitulé "Les Filles, Celles Picardes font leur cinéma" au cours duquel, proposant des chansons écrites sur les thèmes musicaux de films connus et des monologues, elles explorèrent les plus grands succès du 7e Art.

Un spectacle annuel.

Comme les hirondelles annoncent le printemps et au moment où les abeilles commencent à butiner, "Les Filles, Celles Picardes" présentent leur spectacle annuel dans le courant du mois de mars de chaque année que ce soit à la Halle-aux-Draps, en la salle Saint-Lazare ou au Foyer Saint-Brice. Belinda Caufriez, la présidente et fondatrice, Alexandra Caufriez, sa sœur, Laurence Lacante, Marie-Astrid Ghislain, Dominique Culot, Catherine De Jongh, Françoise Van den Broecke et Sabrina Demey étaient à l'origine accompagnées au piano par Linda Isenguerre. Après le départ de celle-ci, le remplacement par une musicienne s'avéra difficile et c'est finalement Jean-Marie qui est venu tenir le clavier tel un bourdon au milieu des abeilles. Depuis quelques temps, du sang neuf est apparu grâce à Célie Guévart et Eva, la fille de Belinda. Deux jeunes espoirs qui font mentir ceux qui croient que plus aucun jeune ne s'intéresse encore au patois, deux jeunes qui amènent des supporters de leur âge à chaque représentation.  

Durant l'année, les chansonnières patoisantes se produisent également lors de spectacles à but philanthropique, on les a ainsi vues à l'inauguration d'el Maseon du Pichou à Saint-Piat, un accueil pour les plus démunis et ceux qui recherchent un peu de chaleur en hiver, elles sont des fidèles de Tournai les Bains et on a pu les voir à Velaines, à la ducasse du Cazeau à Templeuve, dans la discrétion leur groupe aide également diverses associations  ...

Le groupe a la chance d'être entouré par des bénévoles qui l'aident dans la préparation des spectacles, parmi ceux-ci, on ne peut s'empêcher d'avoir une pensée émue pour une personne qui resta en leur compagnie jusqu'à ses derniers jours, Annette Ponthieu assistait encore à un de leurs soupers, quelques jours avant d'être hospitalisée et de nous quitter en mai 2012. 

Des projets.

Belinda et ses abeilles caressent un rêve, celui d'organiser des ateliers de picard pour les jeunes enfants, façon de perpétuer cette langue qui fait partie de nos racines. Alors, dans leur local de la rue Saint-Martin, quelques notes de piano s'envoleront et on entendra peut-être "canter (chanter) des p'tits rambiles dans l'bieau (beau) patois qu'est l'ceu de no Tournai".

Vous pouvez consulter le site des "Filles, Celles Picardes" via le lien qui se trouve dans la colonne de droite du présent blog, vous obtiendrez ainsi l'agenda de leurs spectacles.

(S.T. février 2014)   

09:01 Écrit par l'Optimiste dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (5) | Tags : tournai, filles, celles picardes, patois, picard |

12 févr.
2014

09:20

Tournai : Joseph II, un despote éclairé ? (2)

Joseph II s'attaque aux institutions civiles et judiciaires.

L'Histoire va retenir de l'empereur Joseph II qu'il fut un des plus grands réformateurs. En dix ans de règne, on dit qu'il publia plus de 6.000 décrets et 11.000 lois.

Après avoir réformé le "religieux", Joseph II se tourne vers le civil par la création d'un statut de la fonction publique qui sera désormais réservée aux titulaires de titres universitaires et non plus, systématiquement, à des personnes issues de la noblesse, il abolit le servage et les monopoles de ventes seigneuriaux, il instaure le mariage civil et encourage l'accès à la propriété pour les paysans louant des terres. Il crée un impôt de quotité payable par tous les propriétaires, préfiguration de notre impôt cadastral.

Il supprime les trois conseils collatéraux qui assistaient les Gouverneurs généraux dans leur mission et les remplace par le Conseil du Gouvernement général des Pays-Bas qu'il place sous la présidence d'un Ministre plénipotentiaire chargé de conduire les affaires du pays. Ce dernier est divisé en neuf cercles et subdivisés en districts administratifs. On y voit la préfiguration de la Belgique qui existera plus tard et de ses neuf provinces.

Tournai et le Tournaisis formèrent un de ces neufs cercles où étaient incorporées les châtellenies de Courtrai et d'Ypres et les "verges" de Menin et de Roulers. Ces cercles étaient dirigés par un intendant auquel "tous les sujets se devaient d'obéir aux ordres même quand celui-ci paraîtrait excéder les bornes de l'autorité" ! Cet intendant à Tournai était le baron Van Beelen.

La réformes concernèrent également le niveau judiciaire, toutes les anciennes juridictions qu'elles soient provinciales ou communales furent supprimées et remplacées par un Conseil souverain de Justice pour la révision des procès situé à Bruxelles et à Luxembourg et, à travers le pays, on instaura soixante-trois tribunaux d'instance. Tournai reçut un Tribunal de première Instance composé d'un président et de cinq juges.

En mai 1987, tout bascule, les Tournaisiens avaient jusqu'ici accepté les réformes religieuses mais dès qu'on toucha au "civil", ils s'enhardirent et envoyèrent une missive dans laquelle, on peut lire :

"...nous supplions vos Altesses royales de daigner nous faire connaître s'il y a quelques remèdes à nos maux ou jusqu'à quel terme de subversion nous devons, atterrés par l'autorité, sacrifier des droits dont naguère à nous et à nos concitoyens, on nous promettait solennellement sous la foi auguste et jurée du monarque, la jouissance et la conservation".

C'est un peu un message qui veut dire : "pas touche à nos acquis" !

La rébellion s'étend et les divers Etats du pays s'en prennent directement à l'empereur qui avait promis, en 1781, de maintenir les constitutions, elles menacent même de refuser de payer l'impôt.

Devant cette levée de boucliers, les Gouverneurs généraux décident le 30 mai 1787 de surseoir aux édits de justice. Une délégation fut envoyée à Vienne. Pour Tournai, on trouvait au sein de celle-ci le mayeur Van der Gracht, l'échevin de la Vingne d'Angy, le chanoine Luneux, messieurs Sourdeau et Vanderheyden représentaient les Etats du Tournaisis, un pensionnaire nommé Macau les accompagnait. Au cours de cette entrevue, l'empereur accepta seulement de surseoir provisoirement aux édits concernant les tribunaux et les intendances. Son attitude "bienveillante" ne dura pas très longtemps et le 17 décembre 1787, il décida d'appliquer intégralement toutes les ordonnances.

A Tournai, tout resta calme en apparence, mais des écrits diffamatoires et satyriques circulèrent rapidement. L'évêque Salm-Salm, dont on connaît les sympathies pour le pouvoir en place, argua d'un mauvais état de santé et quitta la ville tandis que le clergé répandait les brochures contre le Séminaire Général.

L'hiver 1788-1789 fut des plus rigoureux, on assista de la part d'individus peu scrupuleux à des spéculations sur le blé, pendant ce temps, les Royalistes français quittaient Paris et venaient s'installer à Tournai (!) sentant venir la révolte du peuple qui éclaterait quelques mois plus tard.

Bientôt des émeutes se produisirent dans toutes les régions, à Tournai le notaire Bousmar souleva la population contre le prix exorbitant du grain, suite à son incarcération à la Grand-garde, la population descendit dans les rues et pilla les demeures des magistrats. On dit même qu'il y eut des morts et des blessés.

La Révolution brabançonne va éclater, des patriotes tournaisiens y prendront part. A Tournai, elle sera progressiste dans son désir d'égalité sociale mais ne pourra s'empêcher de revenir aux lois trouvant leurs origines au Moyen-Age, les "trente-six Bannières" refirent leur apparition, on détricota, dès lors, tout ce que Joseph II avait mis en place.

Le 20 février 1790, celui qui avait fait le rêve de tout réformer, de tout moderniser mais qui pour atteindre son but avait agi maladroitement en pensant qu'en quelques années, on pouvait balayer d'un revers de la main des coutumes ancestrales, Joseph II mourait, il était âgé de quarante-huit ans.

(sources : voir article précédent).

S.T. février 2014 

 

09:20 Écrit par l'Optimiste dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : tournai, joseph ii, révolte, réformes |

10 févr.
2014

09:25

Tournai : Joseph II, un despote éclairé ?

Toute personne qui marque un intérêt pour l'Histoire de son pays, de sa région ou simplement de sa cité a toujours remarqué que celle-ci est composée d'une succession de périodes fastes et de moments parfois bien difficiles.

Tournai sous la gouvernance de l'impératrice Marie-Thérèse.

Au XVIIIe siècle, Tournai a connu une longue période de redressement et de prospérité sous la gouvernance de l'impératrice Marie-Thérèse d'Autriche (1713-1780). A cette époque, on traça les liaisons entre la cité des cinq clochers et les villes de Bruxelles, Mons et Lille. Pour faciliter le passage de l'Escaut au sein de la cité, on remplaça les ponts dormants par des ponts tournants. L'industrie calcaire commerçant avec la Hollande, la France et l'Angleterre fut des plus florissantes, les industries bonnetières et les filatures connurent une période d'expansion et occupèrent près de huit mille ouvriers. La cité des cinq clochers s'enorgueillit de posséder la Manufacture impériale et royale de porcelaine, l'égale de Sèvres. C'est à cette époque qu'on construisit l'Académie des Beaux-Arts et que le chapitre de la cathédrale érigea sur l'emplacement de la grange dont il était propriétaire, une des plus belles bibliothèques de l'époque. Piat Lefebvre se fit connaître par le "tapis de Tournai", sa manufacture, comptant pas moins de cinquante-quatre métiers, employait huit cents ouvriers, nombre qui atteint même le nombre de mille deux cents en 1786. Entre 1747 et 1786, la population de la ville allait passer de 21.392 habitants à 25.726.

L'avènement de l'empereur Joseph II.

A la mort de Marie-Thérèse, survenue le 29 novembre 1780, son fils Joseph lui succéda comme empereur et corégent des Etats des Habsbourg. L'Histoire, telle qu'elle est enseignée, le considère comme un despote éclairé, adepte de rationalisation et de modernisation, souhaitant mettre en œuvre les projets non aboutis par le décès de sa mère. Il est à l'origine de cette politique nommé "joséphisme" qui consistait à exercer une politique de surveillance et de contrôle à l'égard de l'Eglise.

C'est le 3 juin 1781 qu'il effectue sa première visite à Tournai. L'historien Paul Rolland déclare que celle-ci fut sans pompe et payée au moyen de sa cassette privée. Dans un carrosse ordinaire de campagne tiré par six chevaux, accompagné du comte de Tercy, il entra à Tournai par la porte Marvis et se rendit directement à l'Hôtel de l'Impératrice situé à la rue des Maux. En toute simplicité, il y reçut le premier magistrat de la cité, l'évêque du diocèse, le prince Salm-Salm, les délégués du Chapitre, des Etats du Tournaisis, le corps de la Chambre des Arts et Métiers, les représentants du Conseil provincial et les capitaines des compagnies bourgeoises. Au doyen des métiers, il apparut conscient du déclin qui menaçait l'industrie et déclara être prêt à tout faire pour le bien du peuple. De tels propos ne pouvaient qu'influencer favorablement le peuple qui le considérait comme un homme d'une très grande simplicité.

Les objectifs de Joseph II semblaient louables. Il voulait introduire la tolérance, ôter au clergé le pouvoir temporel ne lui laissant que le spirituel, enlever aux évêques la connaissance des différends relatifs au mariage et souhaitait également rétablir l'instruction publique.

Les réformes se succèdent et finissent par lasser.

Pour mettre toutes ces réformes en application, Joseph II va faire preuve d'impatience et se montrer peu averti de l'attachement du peuple à ses traditions.

A Tournai, sa première réforme est néanmoins accueillie avec un certain enthousiasme par la population : lors du démantèlement des places fortes de la Barrière et de ses garnisons, on ramène l'enceinte de la ville au rempart et au fossé du Moyen-âge. La citadelle disparaît complètement et on assiste à la renaissance du quartier Sainte-Catherine rasé sous Louis XIV, on y trace des rues et on y aménage des espaces verts.

La seconde mesure qu'il propose va intéresser les Tournaisiens : il souhaite ouvrir l'Escaut fermé par les Hollandais depuis le XVe siècle, un acte qui doit apporter à la région un essor économique. Ce projet n'aboutira pas, il se heurtera à l'intransigeance des Hollandais.

En février 1782, il s'attaque à un fléau de l'époque, la mendicité. Si le règlement est bien accepté, il ne produit cependant pas les effets escomptés. 

Deux projets qui firent long feu.

Bientôt, les profonds changements seront de moins en moins appréciés par ceux qui en seront les victimes. Joseph II instaure le contrôle des biens du clergé séculier et régulier et ordonne la suppression d'un certain nombre de couvents, s'attaquant principalement aux ordres contemplatifs. Ainsi furent touchés les Chartreux à Chercq, les Croisiers, les Dominicains, les Carmélites, les Célestines, les Clarisses, les religieuses de Sion et les Filles-Dieu. Ces ordres furent dissous et leurs biens confisqués, l'argent fut déposé dans la "Caisse de religion" pour être consacré au culte et à la bienfaisance. Les bâtiments furent remis à l'armée (Croisiers), à des hôpitaux (Célestines) ou à des entreprises en pleine extension comme la Manufacture impériale et royale de tapis qui obtint le couvent des Clarisses.

En 1784, un disposition qui reprenait un souhait déjà émis par sa mère, l'impératrice Marie-Thérèse, amène la création de deux cimetières, l'un sur la rive droite, au Nord de Tournai, l'autre sur la rive gauche, au sud de la ville. Cette disposition avait pour but d'améliorer l'hygiène publique en n'enterrant plus les cadavres autour des églises mais elle se heurta à une certaine opposition en stipulant que les corps en pouvaient plus être placés dans des cercueils mais bien dans des sacs.

Des réformes ? oui, mais point trop n'en faut !

Le souci de tout réformer de Joseph II va bientôt faire naître des décisions pour le moins "fantaisistes" qui vont, peu à peu, dresser le peuple contre lui. Ainsi, en février 1786, il décide de fixer une seule et même date pour toutes les kermesses et ducasses de la ville, elles devront se tenir le deuxième dimanche après Pâques ! On sait combien le Tournaisien est attaché à ses coutumes ancestrales, cette décision est mal accueillie par la population.

En mai 1786, l'empereur récidive en ordonnant que les processions devaient désormais se dérouler au nombre de deux par an dans chaque paroisse, dont l'une était obligatoire le jour de la Fête-Dieu. De plus, il était interdit d'y porter les statues, les enseignes des métiers, les vêtements de fantaisie et de faire participer des sociétés de musique. Même la grande procession historique de septembre instaurée en 1092 par l'évêque Radbod fut touchée par cet édit. A cette époque, elle se déroulait à la date fixe du 14 septembre, elle devait être une simple manifestation de dévotion, ce jour ne pouvait être chômé et les magistrats devaient s'abstenir d'y participer. Pour les Tournaisiens la coupe est pleine, ce ne sont plus des réformes mais des vexations, une attaque en règle de leurs traditions. Jamais un souverain qui régnait sur Tournai n'avait osé aller aussi loin dans le bouleversement de la vie quotidienne. La goutte qui fit déborder le vase fut la proclamation de la centralisation des séminaires en un seul lieu, à Louvain. Au Séminaire Général, les jeunes qui se destinaient à la prêtrise seraient désormais formées aux idées défendues par l'empereur. Toutes les villes de Belgique s'élevèrent contre cette nouvelle réforme, toutes sauf... Tournai dont l'évêque, le prince Salm-Salm avait de bons rapports avec la cour et se sentait très proche de Joseph II. Si les religieux ne bougeaient pas, les laïcs n'allaient pas le faire à leur place... jusqu'au moment où les réformes se mirent à les concerner.

En 1787, après avoir légiféré sur la tenue des religieuses en déterminant la hauteur de la guimpe (lingerie très fine portée à cette époque couvrant le buste sous la robe largement décolletée) et de la largeur du bandeau, Joseph II exigea que ses ordonnances soient lues par les prêtres lors des homélies. Cette fois, les prêtres tournaisiens s'opposèrent à cette demande et le firent savoir à leur évêque, celui-ci se retrouva alors en position délicate !

La même année, Joseph II s'attaque à la Franc-Maçonnerie. A Tournai, elle est représentée par à la loge des "Frères Réunis" qui regroupe des membres de la noblesse, des artisans, des patrons et même des représentants du clergé. L'ordonnance stipule que toute le Maçonnerie des Pays-Bas doit être centralisée à Bruxelles.

Après la religion, l'autorité publique allait aussi faire l'objet de sévères réformes.

(à suivre)

(sources : "Histoire de Tournai, Tournésis" par Alexandre Chotin, pages 305 à 329 - "Histoire de Tournai" de Paul Rolland, pages 268 à 286 - "Larousse universel").

S.T. février 2014.   

 

 

   

 

 

 

 

07 févr.
2014

11:02

Tournai : expressions tournaisiennes (261)

On truèfe vraimint d'tout su Facebook !

Cha fait asteur dix ainnées qu'est v'nue au meonte ce qu'on pourreot app'ler "l'génératieon Internet".

Pou bramint d'gins, ch'est ein énorme progrès, i-d'a même qu'i-in seont tell'mint drogués qu'i-n'pourreot'ent pus s'in passer, mais pou mi, qui va, à l'feos, vir ce qu'on peut y lire, je n'sais toudis pos si j'deos braire ou bin rire, passer ein momint pa d'vant s'n'écran à vir les gins débabeiner leu cap'let, ch'est l'possibilité qui nous est deonnée d'faire eine fameusse étude d'société.

I-a eine cosse qu'i-est seûre et certaine, ch'est pos Facebook qui a amélioré l'orthographe des gins pasqu'i-feaut vir les commintaires, bé..., ch'est souvint à morir de rire, ch'est ein véritape misère. Ainsin à propeos d'ein heomme qui aveot fait du mau à ein animal, j'ai li : "il fau ausi le cheter dan les mures" (sic), ch'éteot signé "Vengeresse". Pétête que ceulle Ving'resse, ch'est in Alsace qu'elle est née et cha peut alors espliquer pourquoi on deot l'cheter. Mais si on veut l'punir, ch'est pos dins les mures (même si on deot mette ein accint circonflexe) qui feaut l'ruer, l'abruti, mais bin dins ein camp d'cardeons, d'reonces ou bin d'orties. Ein amisse m'a dit : "T'as rien compris, l'Ving'resse, elle veut seûrmint l'inveyer voler tout d'beon conte ein mur in briques ou bin in béteon". "Te pinses que cha veut dire cha que j'li ai dit, bé alors elle est tout aussi sauvache que li".

Les commintaires su Facebook, cha nous fait orvenir du temps d'l'heomme de Cromagneon :  "ouel pou ouel, dint pou dint, on app'leot cha... le loi du talieon".

Ainsin pa d'zous ein artique su ein sportif, eine vedette ou ein heomme politique, i-a rar'mint eine floppée d'lauriers mais beauqueop d'gins pou démépriser. I-est pourtint bin mis que les commintaires doiv'tent "respecter les règles de la bienséance et de la politesse", mais feaudrot pétête espliquer l'sens de ces meots à toutes ces Ving'resses. Ch'est facile, éné, sous l'couvert de l'anonymat d'écrire des phrases comme cha !

Pos pus tard qu'hier, j'ai vu ein artique qui raconteot que l'corps d'eine feimme qui n'vouleot pos faire ménache à treos a été ortrouvé dins eine valise flottant su l'grand Canal à Venise et comme j'lis in diagonale, j'aveos cru in passant que l'pape twisteot, j'éteos tout saisi mais j'vous rasseure, mes gins, j'deveos lire que l'brafe François tweeteot. L'Saint-Père i-est pétête moderne et à les jeones i-a deonné espoir mais i'n'est pos acore là d'ête pris de l'fièfe du saim'di soir. 

A l'feos, à l'fin d'ein artique, on peut lire : "mille huit chint dix-siept perseonnes aiment bin cha", si cha le fait du plaisi, mi, cha n'me dérinche pos qu'i-soichent d'accord avec cha mais on n'devreot pos mette ein tel "hommache" pas d'zous l'informatieon qui anneonche que chinq chints perseonnes veont s'ortrouver au chômache ou bin acore qu'i-a eu siept chints morts dins eine naufrache. Vous veyez d'ichi qu'on anneonche que dins ein accidint vous vous êtes cassé ein bras et dins l'heure qui suit su facebook, vous veyez que deux chints perseonnes aiment cha !

Si t'ouvères ein profil su Facebook, te vas avoir, tout à n'ein queop, bramint d'amisses, te f'ras accroire aux gins que t'es in relatieon ave des stars de l'cancheonne ou bin acore des minisses. Su l'réseau social, t'mur (ch'est ainsi qu'cha s'appelle), i-va surtout t'servir à faire des esbrouffes, te vas mette des photeos de t'voyache in Thaïlande ou au Népal, in obliant tout simplemint que t'as ormis à t'patreon ein certificat médical. Te n'auras pus qu'à tinter d'li faire accroire que ch'est pou t'soigner que t'as été vir ein Lama (qui est leon d's'app'ler Serge) dins les montanes du Tibet. Si t'as déclaré à t'contrôleur des contributieons que t'n'aveos qu'ein véleo, i-faudra que te pinses à chaque feos de n'pos mette l'photeo de t'belle auteo !

Quand Facebook n'existeot pos, i-a à peine eine décennie, les gins n'souffreot'ent pos d'neurasthénie, on aveot acore l'temps d'lire des lifes pou apprinte l'vocabulaire, l'expérience de l'vie nous éteot inseignée pa no mopère et no mamère, on alleot jeuer, pourméner et s'dépinser au grand air, on éteot moins malate, on saveot combatte les virus et les bactéries, on n'souffreot pos d'diabète ou d'obésité pasqu'on n'éteot jamais assis, ch'éteot in direct qu'on flirteot ave eine jeone file et pos in inveyant des photeos et des messaches pa ein fil. I-feaut bin s'rinte queompte qu'asteur, on est pa d'vant s'n'écran pindant des heures, des virus on in attrape, on peut in ête seûr, mais ch'est uniqu'mint pou foute in l'air not ordinateur.

Même si te n'es pos su Facebook et que t'in es bin bénaisse, fais quand même attintien, n'soiche pos treop à l'aisse pasqu'i-ara toudis bin ein loleo qui, ein jour, va aller mette t'photeo. T'as pétête, comme on dit, ein dreot à l'imache, mais i-est impossipe pou ti d'aller vir toutes les paches . Adeon, ne soiche pos surpris de t'intinte ein jour dire : "On t'as vu in photeo su internet, milliards, que t'aveos eine dreôle de tiête". Ch'éteot sans doute l'seul jour dins t'vie que t'éteos a mitan quervé mais i-aveot là eine beonne âme pou t'photographier et soiche bin certain que te n's'ras vraimint pos hureux quand, in ville, les gins direont tout bas, "J'lai vu su internet... cha deot ête ein buveu".

Su les "murs" les gins ecrive'tent tout et n'importe quoi, comme : "Pou deîner, j'vas minger des bourlettes ave des penn'tières à l'ieau et eine cabusette (j'sus fin hureux d'apprinte cha et bé... beon appétit) ou bin : "J'n'ai pos l'corache d'faire aujoud'hui m'nettiache, on va l'faire demain, m'heomme i-est in congé" (eh be l'mari, i-peut préparer, in rintrant, les brouches et les séeaux, i-va ête d'corvée) ou bin acore : "J'ai mis ein peu d'orte dins m'cassette à bijoux, m'n heomme i-m'in offère tell'mint qui d'aveot ein peu partout, on s'in va in vacance pou quate semaines, à Monte-Carleo, adeon, je n'serai pus su l'toile avant l'fin du meos" (cha et transmette ein toutes boites à des voleurs, ch'a l'même valeur). Su Facebook, les gins étale'tent leu vie sans heonte et sans pudeur, ch'est dev'nu l'caisse à résonnance de tous les frustrés, l'indreot pou l'misse in évidence de tous les imblavés, ch'est surtout l'lieu d'surveillance pou pouvoir faire leu portrait, asteur pus besoin de curriculum vitae, in lisant Facebook on a plus qu'ein profil, on a l'individu tout intier.

M'ov'là arrivé ichi au bout de m'babillarte de l'fin de l'sémaine, j'souhaite hardimint, mes gins, qu'ein beon vint vous l'amène, on nous anneonche ein temps à décorner tous les cocus de l'cité aussi j'vas vous deonner ein consel, restez fin bin à vo maseon pou éviter d'ête blessé, in Espane, à la Saint-Firmin, des incornés i-d'a toudis bramint.       

 (lexique : truèfe : trouve / asteur : maintenant / l'meonte : le monde / bramint : beaucoup / tell'mint : tellement / vir : voir / toudis : toujours / braire : pleurer / ein momint : un moment / débabeiner s'cap'let : raconter son histoire, faire part de ses moments de bonheur et de malheur / eine cosse : une chose / seûre : sûre / morir : mourir / faire du mau : faire mal / pétête : peut-être / ceulle : cette / ruer : jeter / ein camp d'cardeons : un champ de chardons / ein amisse : un ami / inveyer : envoyer / conte : contre / sauvache : sauvage / orvenir : revenir / ein ouel : un œil / eine dint : une dent / pa d'zous : en dessous / l'artique : l'article / eine floppée : une grande quantité / démépriser : dénigrer, dire du mal / pétête : peut-être / éné : n'est-ce pas / treos : trois / brafe : brave / jeone : jeune / l'fièfe : la fièvre / à l'feos : parfois / dérinche : dérange / anneoncher : annoncer / si t'ouvères : si tu ouvres / tout à n'ein queop : tout à coup / accroire : croire / l'cancheonne : la chanson / faire des esbrouffes : faire de l'embarras / oblier : oublier / ormette : remettre / tinter : tenter / leon : loin / les montanes : les montagnes / les lifes : les livres / l'mopère : le père / l'mamère : la mère / pourméner : promener / eine jeone file : une jeune fille / foute in l'air : foutre en l'air, détruire / bénaisse : content, joyeux / à l'aisse : à l'aise / ein loleo : un innocent / l'dreot : le droit / l'imache : l'image / adeon : alors ainsi / intinte : entendre / à mitan quervé : à moitié ivre / ein buveu : un buveur / deîner : dîner / des bourlettes : des boulettes ou fricadelles / des penn'tières : des pommes de terre / eine cabusette : une laitue pommée / apprinte : apprendre / l'corache : le courage / l'nettiache : le nettoyage / les brouches : les brosses / les séeaux : les seaux / mette de l'orte : mettre de l'ordre / i-m'in offère : il m'en offre / quate : quatre / l'meos : le mois / les imblavés : les orgueilleux / intier : entier / m'babillarte : ma lettre / l'vint : le vent).

S.T. février 2014 

11:02 Écrit par l'Optimiste dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : tournai, patois, picard |

04 févr.
2014

09:46

Tournai : arrêtez le massacre !

Un accident de plus aux environs d'Imagix !

Ce mardi matin, à l'heure de débuter une nouvelle rubrique sur le blog, le journal de Vivacité annonce qu'une fois encore un piéton a été renversé sur les boulevards de Tournai, cette fois, à hauteur du cinéma Imagix. Cette portion des boulevards entre l'Escaut et la gare est devenue depuis un an le lieu tristement célèbre de tous les dangers pour ceux qui veulent la traverser.

Pourtant, suite à un accident survenu il y a plus d'un an, dans lequel trois jeunes étudiants ont été gravement blessés, le SPW a réduit la largeur du boulevard des Nerviens en créant une voie uniquement réservée au bus, pourtant des passages pour piétons désignés dans le code de la route "passages protégés" ont été tracés et des chicanes ont été mises en place, face au cinéma, pour les aborder, pourtant la vitesse des véhicules est limitée à 50 km/h puisqu'on se trouve en agglomération, pourtant chaque accident provoque une telle levée de bouclier que ceux-ci ne peuvent passer inaperçus et que cette humaine réaction devrait provoquer, pour le moins, une sensibilisation des usagers, des habitués des lieux.

Hélas, en moins d'une semaine trois accidents sont encore venus ternir un peu plus la réputation des aménagements routiers de ce coin de notre ville et s'ajouter à la liste des faits divers désolants.

Pourquoi tant d'accidents ?

L'accident est rarement le fait de la fatalité, il est la conséquence d'un enchaînement de causes souvent différentes, elles s'appellent méconnaissance ou refus d'appliquer les plus élémentaires règles du code de la route, distraction, empressement mais aussi attitudes inadaptées à une vie en société.

Le code de la route impose aux automobilistes qui circulent en agglomération de respecter une vitesse maximale de 50 km/h. Promenez-vous sur les boulevards, en dehors des heures de pointe, vous y constaterez que de nombreux conducteurs considèrent cette voie comme un boulevard périphérique et l'empruntent à des vitesses excessives, le regard fixé sur les feux de signalisation qu'ils veulent franchir sans devoir marquer l'arrêt.

Le code de la route impose de respecter les couloirs tracés pour les bus, aux heures de pointe, certains sont tentés de gagner du temps, en quittant leur voie de circulation pour emprunter celle qui leur paraît dégagée (ce phénomène est aussi présent sur les autoroutes où lors de files certains n'hésitent pas à utiliser la bande d'arrêt d'urgence à l'approche d'une sortie ou... pour tout simplement se ré-intercaler quelques centaines de mètres plus loin. Ces chauffeurs imprudents vous diront qu'ils doivent absolument arriver à l'heure au travail ou déposer l'enfant à l'école avant le début des cours, qu'ils sont en retard à un rendez-vous. C'est un souci qu'on peut comprendre mais alors, il faut partir, un peu plus tôt de chez soi ou avoir la capacité intellectuelle de mieux gérer son temps !

Le code de la route impose aux piétons d'emprunter les passages qui leurs sont réservés. Hélas, sans une réelle éducation de la part des parents (qui bien souvent montrent eux-mêmes le mauvais exemple) ou... une malheureuse expérience, on verra toujours des piétons pressés traverser sans marquer le moindre arrêt, forts d'un sentiment de sécurité, slalomant entre les voitures et narguant même les automobilistes. Les jeunes, le baladeur dans les oreilles, en arrivent même à oublier qu'ils traversent une rue où circulent des voitures. Prenez l'exemple de la rue Royale, la distance entre deux passages est telle qu'elle oblige, suivant le code de la route, tous les usagers à les emprunter, allez expliquer cela à ceux qui vont chercher leur pain dans une boulangerie ou qui se rendent dans un établissement bancaire, on les voit courir du véhicule parfois stationner en double file pour... aller faire la file dans le magasin !

Le code de la route est une réglementation qui évolue en fonction de différents critères et il est censé protéger ceux et celles qui se déplacent à pied, en vélo, en voiture ou par les transports en commun. Si chacun dans son domaine le respectait, il y aurait nettement moins de morts et de blessés sur les routes, l'économie se porterait mieux et.. les assurances automobiles coûteraient moins cher.

En réalité, le piéton est-il protégé ?  

Il y a cependant un aspect du code de la route qui m'interpelle, celui qui a donné une priorité presqu'absolue aux usagers dits "faibles", principalement ceux qui se déplacent à pied. La rencontre fortuite ou inévitable entre un usager dit faible et un véhicule tourne rarement à l'avantage du premier nommé, si d'un côté la carrosserie sera à peine bosselée, de l'autre ce sera les fractures, le handicap ou la perte de la vie ! Par la mise en application de cet article du code, n'a-t-on pas tout simplement voulu ralentir la circulation des voitures en imposant aux automobilistes d'avancer avec la prudence du sioux en traquant le moindre piéton qui pourrait soudainement se jeter sous ses roues. Si on veut réellement protéger les piétons, des actes doivent être posés : une mise en évidence des passages dont certains ne sont plus visibles (parce qu'on manque de couleur ou qu'on n'a pas de budget suffisant pour en acheter au SPW), la pose de feux devant stopper l'automobiliste. En plaisantant, j'ai toujours dit que dans un passage clouté, c'est malheureux que les clous soient mis à l'envers !

"Désormais je serai plus prudent", promesse d'alcoolique !

Certains liront cet article et seront peut-être d'accord avec l'argumentation développée mais... demain ou après-demain, au volant de leur voiture, pressés d'arriver à leur destination, seront prêts à se transformer en boule de bowling au milieu du jeu de quilles que sont ceux qui traversent la chaussée.

(S.T. janvier 2014)

 

 

   

 

09:46 Écrit par l'Optimiste dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : tournai, boulevards, accident, spw, code de la route |

02 févr.
2014

09:40

Tournai : expressions tournaisiennes (260)

Efmeond est défoutu !

I-qu'minche à nous déméplaire, l'temps actuel, i-a toudis bramint d'pluèfe et rar'mint d'solel. Quand i-pleut, feaut pos faire beauqueop d'efforts pou vir que les gins dins les rues i-ont pierdu leu sourire. 

L'brafe Edmeond i-m'in a raqueonté quançque, ceulle sémaine, j'lai rincontré.

"Mo Dieu, quoisqu'i-s'passe, Edmeond, j'te veos ichi meonter l'peont, (ch'éteot près du Peont d'fier), ave bramint d'misères, te m'as l'air tout déreompu, pou ein peu je n't'areos pos orconnu. J'espère que te n'es pos malate".

"Je n'sais pos si ch'est l'temps mais j'ai l'tiête qui n'va pus, ave tout c'que je veos et j'intinds, bé j'sus tout défoutu"

J'd'aveos là au moinse pou eine heure, j'l'ai bin vite compris, on a comminché pa aller s'mette à sec au shopping, dins l'gallerie.

J'li ai dit : "i-n'feaut pos ête dins eine parelle désolatieon, à tout problème i-a toudis eine solutieon".

J'areos mieux fait de m'taire, in l'écoutant, j'ai failli braire.

"Quançqu'comme mi t'as presque quater-vingt ans, te n'veos vraimint pus l'vie comme avant, au matin, après avoir mingé, quand t'ouvères t'gazette, te truèfes bin souvint dins l'nécrologie l'neom d'ein amisse qu'on mené à Navieaux ou bin à Mulette et ch'est ainsin qu'jour après jour, peu à peu, t'as l'impressieon de t'ortouver tout seu. D'puis que j'sus à l'ortraite, les intierr'mints, ch'est à l'chintaine, j'vas au chim'tière presque toutes les s'maines".

Quand ch'est ainsin te n'truèfes pos toudis les meots pou apporter eine consolatieon ou bin alors te sors eine phrase rimplie de beonnes intintieons :

"Des morts, i-d'ara toudis, quoisque te veux... ch'est la vie".

"Comme te m'veos, j'orviens ichi des funéralles du grand Louis, ein heomme de l'Madeleine qu'on l'a ortrouvé mort dins s'lit. 

"Dins l'gazette te deos seul'mint cacher après les beonnes nouvelles, les ceulles qui veont rinte t'journée à mitan belle, les histoires des gins hureux, des affaires qui t'feont rire, les beonnes informatieons... bé, ch'est cha que te deos lire".

"Ahais des affaires qui feont rire, si ch'est ainsin, j'n'ai pus qu'à m'abeonner au Journal de Tintin".

"Inlièv'mints, vols et assassinats, tortures, exécutieons et attintats, tasques in aurmintatieon et pinsieons in diminutieon, greos salaires pou les patreons des institutieons bancaires qui t'deonnent pourtant des intérêts d'misère, inondatieons et trimblemints d'tierre, infants soldats dins des pays in guerre, chômache et usines qu'à l'étringer on transfière, épidémies et victimes du cancer, les suicides et les accidints, l'ortard légindaire de nos trains, les infidélités chroniques des heommes politiques...".

In l'acoutant faire s'bilan d'l'actualité, m'moral i-a comminché à baisser, acore eine rawette et j'l'aveos dins les cauchettes.

J'ai alors trouvé eine eaute phrase tout aussi biête que l'prumière :

"I-n'feaut pos vir tout in noir, tant qu'i-a de l'vie i-a d'l'espoir".

"Queul espoir, avant ave Fifinne, quand on v'neot in ville, on alleot boire eine beonne bière (i-minimise, ch'éteot pus souvint treos ou quate) au cabaret, asteur, l'prix du verre i-a tell'mint aurminté qu'aller toutes les s'maines dins ein estaminet...bé... ch'est ein véritape loyer, je n'peux même pu y saquer su m'touquette, l'toubaque asteur i-coûte... mazette. Si t'es ein peu rinseigné, te veos même quoisqu'i-s'passe dins no cité, on attaque les vielles pou printe leu porte-monnaie, dins les auteos, on vole les cartes pou hindicapés, comme cha ch'est gratis qu'on peut parquer, ave ein tchien on s'couche au mitan du pavé et on berle quand on veot eine perseonne passer".

"Tins, justemint, ov'la eine séquoi d'positif, ch'est l'ouvrache que fait la police, tout les ceusses qu'i-ont mal fait, bin souvint, i-seont arrêtés".

"Ahais, mais eine demi-heure après, pa l'juche, i-seont orlachés, pasque dins nos priseons, on souffère de l'surpopulatieon".

Comme vous l'veyez, Edmeond i-éteot débalté, je n'sus pos arrivé à l'calmer, si i-est dins ein état parel, ch'est pétête pasqu'i-li feaut du solel mais seûrmint pasqu'i-est in manque d'... Pale Ale".

Au soir, j'ai ravisé No Télé et ch'est acore à Edmeond j'ai pinsé. Alors qui n'a pus rien d'normal, que dins l'vie, tout va mal, treize mille personnes passieonnées seont allées vir le Ramdam Festival pou êt'e déringés.

"J'ai orchu l'film comme ein queop d'poing dins l'estomac, ch'est ein film qu'on n'veot (hureus'mint) pos souvint au cinéma, j'ai été vir "Nymphomaniac" et j'in sus orsorti tout patraque, du prumier film au dernier, i-a pos à dire, j'ai été fort marqué", pindant tout eine sémaine que cha dure, on in a intindu des vertes et des pos mûres.

Mi je l'dis heaut et clair, je n'sus pos ein biec-beos, mais i-feaut ête ein peu maso pou aller vir ein film comme "Salo".

L'cinéma pou mi cha deot permette d'rêver, d'printe du plaisi ou bin s'amuser, j'n'ai jamais autant ri qu'in veyant les films d'Gérard Oury (je sais la rime est facile, vous allez m'printe pou ein débile). L'cinéma, ch'est là dusque, à l'fin d'eine journée, te vas tout simplemint pou tout oblier. Hélas, ch'est fini "les Tontons Flingueurs", "les Barbouzes" ou "la Folie des Grandeurs", la "Grande Vadrouille", "Oscar" ou "le Petit Baigneur", " La Mélodie du Bonheur", "Le Gentleman d'Epsom" et "Le Docteur Jivago", i-a bin lommint que les bobines seont dins l'frigo, les Charlots ne feont pus rire les intellos et Laurel et Hardy i-n'attire'tent même pus les p'tits. A eine époque dusque tout va mal, pou les tiêtes pinsantes du cinéma rire ch'est vraimint pus normal. Pus i-a du sang su les écrans pus qu'i-pinsent que parmi les réalisateurs i-seont des grands et quand, au meot "Fin", i-d'a chinquante au moinse qui ont été rétindus, bé les gins i-sortent ave ein air contint et pos du tout... abattu.

Comme m'comarate Edmeond, j'attinds les bieaux jours, pour aller m'pourméner, faire ein tour, acouter les p'tits ozieaux canter, orwettier les arondielles voler, surprinte eine agache in train d'chaparder, observer, dins l'ruchéau, eine guernoule faire des beonds et des épinoques tourner in reond. Là-vas, in plein mitan des camps, t'oblies que l'meonte i-vit su ein volcan, i-a pos d'télé, i-a pos d'gazette et acore moinse d'internet. Ch'est m'paradis perdu, m'gardin d'Eden, bin leon d'l'agitatieon qu'on conneot tout au leong d'eine sémaine.  

Aujord'hui, m'n'artique i-paraît ein dimanche et ch'est ein sujet qui seûrmint déranche ! ahais Mossieu, ahais Madame ,mi aussi j'ai fait... m' Ramdam !

(lexique : défoutu : démoralisé / qu'mincher : commencer / déméplaire : dégoûter / bramint : beaucoup / l'pluèfe : la pluie / quançque : quand / ceulle : cette / déreompu : extrêmement fatigué, fourbu / orconnu : reconnu / au moinse : à moins / commincher : commencer / braire : pleurer / t'ouvères : tu ouvres / te truèfes : tu trouves / A Navieaux ou à Mulette : nom donné aux deux cimetières tournaisiens / tout seu : tout seul / à l'chintaine : à la centaine / l'chim'tière : le cimetière / toudis : toujours / les meots : les mots / cacher : chercher / rinte : rendre / à mitan : à moitié / les inlièv'mints : les enlèvements / les tasques : les taxes / aurmintatieon : augmentation / l'chômache : le chômage / eine rawette : un petit supplément / les cauchettes : les chaussettes / asteur : maintenant / saquer : tirer / l'touquette : la pipe / l'toubaque : le tabac / les vielles : les vieilles / berler : crier / eine séquoi : quelque chose / les ceusses : ceux / l'juche : le juge / souffère : souffrir /  débalté : exaspéré, déchaîné / orchu : reçu / ein queop : un coup / orsorti : ressorti / ein biec-beos : un innocent / dusque : où / oblier : oublier / rétindu : étendu, dans le sens de laissé pour mort / m'comarate : mon camarade / pourméner : promener /acouter : écouter / orwettier : regarder / les arondielles : les hirondelles / surprinte : surprendre / eine agache : une pie / l'ruchéau : le ruisseau / eine guernoule : une grenouille / des épinoques : des épinoches, petits poissons des rus / les camps : les champs / l'meonte : le monde / m'gardin : mon jardin / bin leon : bien loin / tout au leong : tout au long / ein artique : un article).

S.T. janvier 2014              

09:40 Écrit par l'Optimiste dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : tournai, patois, picard |