28 févr.
2014

Tournai : expressions tournaisiennes (263)

Les arondielles n'seont pos 'cor orvenues mais... les ouverriers i-seont infin disparus !

Vous n'allez pétête pos accroire ce que j'vas ichi vous dire, mes gins, mais... si fait, dins no quartier, les ouverriers seont partis... infin, cha nous fait même tout dreôle, on commincheot tout douch'mint a ête habitué à leu présince. I-aveot siept meos qui z'éteot'ent là à ouvère les trottoirs, à les orfermer, à orcommincher, à daller et à inl'ver les dalles qui v'neotent d'ête posées, à faire des treos dins nos gardins, à étinte à l'raclette l'chimint. Asteur, l'grue n'est pus là pou ouvère des tranchées, l'marteau-pic i-n'nous fait pus tranner, les camieons ont fini d'passer et rapasser, l'calme i-est orvenu, l'silence i-est orcait.

Pou autant, tout n'est pos l'pus bieau dins l'meilleu des meontes pasqu'i-nous ont laiché ein bel héritache, eine rude pourchell'rie, ein bieau dégueulache. Ainsin, l'firme qui a ouvré pou l'queompte d'Belgacom, elle a obliée d'ormette des dalles pa-d'vant l'maseon du Présidint du Cabaret Walleon et d'ses visins, chinq carrés d'bédoule in plein mitan des trottoirs qui viennent d'ête orfaits, i-a pos à dire, ch'est du pus bel effet.

L'interprisse qui ouvreot pou l'queompte d'Ores, elle, elle a laiché des meonts d'tierre, d'sape, d'vielles dalles, des palettes de beos in plein mitan du qu'min ou bin pa d'vant les maseons des riverains, ainsin, au bout de m'rue pou tourner, on deot manœuvrer ave s'n'auteo, raviser à deux feos pou n'pos foncher dins l'monchéau.  

I-a plein d'chimint dins les rigoles et les avaloirs et du sape su les trottoirs, on direot des planches d'jeu d'fier et ave cha, cha gliche, cha croque, on in a plein les sorlets, on in met plein les maseons, m'feimme elle est toudis ave s'loque. Quand l'pluèfe elle comminche à caire, les rues seont trinsformées in patinoire à causse de l'bédoule laichée pa les ingins d'chantier.

D'jà in décimpe, j'aveos interrogé l'responsape des travéeaux de l'ville et m'aveot asseuré que tout deveot ête ormis in état à l'fin du chantier. I-f'reot bin d'v'nir faire ein tour, vir ichi l'tablature qu'on nous a laichée, i-comprindra bin vite pourquoi on est à l'feos débalté.

J'sais bin, on n'deot pos treop s'plainte pasqu'à Tournai, on est bramint logé à l'même inseine, à l'rue des Cap'liers, à la plache Paul Emile Janson, cha fait des meos qu'on slalome inter les treos, les meonts d'tierre, les bulls et les camieons, l'ville elle areot pu déposer s'candidature pou les Jeux Olympiques à l'plache de Sotchi, on areot eu l'slalom au pied de l'cathédrale, l'patinache au Vert-Beos et on areot fait l'déquinte de l'rue du Four Chapitre à ski. Pou le ski acrobatique, on areot éviter les treos de l'rue des Jésuites, ch'éteot pos l'peine d'dépinser des milliards d'Euros et cha nous areot fait acore ein peu puque d'publicité que l'arrivée du Tour de France dins no cité.

Pou no quartier, je n'sus pos fort optimisse, pasqu'on a d'jà vu dins l'gazette qu'eine interprisse aveot été désignée pour orfaire les trottoirs in p'tits pavés, on nous a dit que ch'est prévu pou l'meos d'mai mais à l'vitesse que cha va d'ordinaire, on risque d'avoir nos trottoirs, ave ein peu d'sanche, pou l'début d'l'hiver.

On m'a toudis dit que "faire et défaire, ch'éteot d'l'ouvrache", cha permetteot à des ouverriers de n'pos aller au chômache, bé alors, quoisqu'on attind pou faire ein beon nettiache, cha n's'reot pos dammache et pou tertous cha s'reot ein avantache.

Hureus'mint, ein responsape qui aveot été mis au courant, à l'interprisse i-a télépheoné et, verdi au matin, l'meont i-a infin été inl'vé. Mais... on a d'jà déposé pos bin leon de nouvieaux tuyéaux moutrant qu'on alleot béteôt orcommincher les travéeaux.

(lexique : les arondielles : les hirondelles / Les ouverriers : les ouvriers / pétête : peut-être / accroire : croire / ichi : ici / on commincheot : on commençait / douch'mint : doucement / siept meos : sept mois / ouvère : ouvrir / orfermer : refermer /  les treos : les trous / les gardins : les jardins / l'chimint : le ciment / asteur : maintenant / tranner : trembler / orcaire : retomber / l'meonte : le monde / laicher : laisser / eine pourchell'rie : une porcherie, un lieu très sale / ein dégueulache : un mauvais travail , une saleté repoussante / ainsin : ainsi / l'queompte : le compte / oblier : oublier / pa d'vant : devant / les visins : les voisins / l'bédoule : la boue / in plein mitan : au beau milieu / l'interprisse : l'entreprise / ouvrer : travailler / les meonts d'tierre : les monts de terre / l'sape : le sable / du beos : du bois / l'qu'min : le chemin / raviser : regarder / l'monchéau : le tas / glicher : glisser / les sorlets : les souliers /  l'feimme : la femme / toudis : toujours / l'pluèfe : la pluie / les ingins : les engins / décimpe : décembre /  l'responsape : le responsable / vir l'tablature : voir nos tracas, notre situation anormale / à l'feos : parfois / débalté : exaspéré / l'puche : le puits /  seûrmint : sûrement / bramint : beaucoup / l'inseine : l'enseigne / l'rue des Cap'liers : la rue des Chapeliers / la plache : la place / inter : entre / ein peu puque : un peu plus / l'sanche : la chance / l'chômache : le chômage / nettiache : nettoyage / dammache : dommage / tertous : tous / verdi : vendredi / pos bin leon : pas bien loin / moutrer : montrer / béteôt : bientôt).

S.T. février 2014.

17:33 Écrit par l'Optimiste dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : patois, picard. |

Les commentaires sont fermés.