21 févr.
2014

Tournai : expressions tournaisiennes (262)

Ch'éteot mieux avant ou bin ch'est mieux asteur ?

Je n'sais pos si, comme mi, vous avez d'jà ormarqué, mais on s'plaint toudis, tout au leon d'eine sainte journée. I-n'a pus rien qui va, s'loger, minger ou s'cauffer, asteur ch'est treop tcher, i-a du chômache, i-a pus d'ouvrache, i-a de l'misère, i-n'a même pus d'hiver. I-a des inondatieons, des accidints, des esplosieons, l'meonte i-a l'air total'mint in ébulitieon. Dusqu'i-est l'beon vieux temps, l'ceu qu'on connisseot quand on éteot infant. Ahais, on a pétête connu des momints d'bonheur mais est-ce que cha va vraimint moins bin asteur ?

Avant, quand on éteot ein infant, pou s'lever on aveot bin l'temps, on mingeot pou déjeuner ein tartine que l'mamère aveot préparée ave eine beonne couche de bure et eine d'confiture. Après, on preneot s'cartape et pou aller à l'école, si on éteot acore ein p'tit rotleot, ch'est pa la main que l'mamère elle nous conduiseot ou bin on parteot, tous les matins, in jouant, ave eine bande de copains. Bin seûr, dins les rues et les rullettes, l'hiver i-n'sinteot pos fort beon, quand l'vint souffleot, on respireot l'feumée des cauffages au beos ou au carbeon. Arrivés à l'école, sous l'préau ou in plein mitan de l'cour, on attindeot que seonne l'cloque annonchant l'début des cours, on joueot au fotbal, à marpes, on preneot part à des batales mais ch'est in silence que on rintreot dins l'local. Pindant qu'su l'estrade, l'instituteur parleot d'histoire, d'carcul ou feseot eine dictée, on s'laicheot à l'feos distraire pa eine mouque qui s'poseot sur l'incrier. Pou faire bisquer mossieu, on li inveyeot des maclottes qu'on aveot bin ortournées dins sa bajote. Quand on ortourneot à s'maseon, i-falleot acore faire ses d'voirs et apprinte ses tapes d'multiplicatieons. Quand l'mopère, à six heures, i-aveot fini d'ouvrer, i-d'mindeot toudis commint l'journée ch'éteot passée. Ch'éteot alors l'heure du souper. I-n'aveot qu'eine seul caîne à l'téléviseon qui trôneot au plein mitan du saleon, les infants après "Nounours et s'beonne nuit les petits" s'in alleottent bin sagemint dins leu lit. 

Asteur, ch'est in vitesse que l'infant deot s'lever, l'moteur de l'auteo i-est d'jà in train d'tourner, l'mopère et l'mamère (qui ouèfe pa obligatieon) i-doive'tent ête à l'heure à l'ouvrache et, tous les jours, sur la route i-a bramint d'imbouteillaches. L'voiture elle va à peine s'arrêter, in face de l'école, pou l'déposer. "Ormute, espèce de bruant, te veos bin qu'on a pas l'temps". In arrivant dins l'cour, l'infant deot s'déméfier pasqu'i-a eine bande qui va commincher à l'harceler. L'gosse n'deot surtout pos s'faire d'bile, i-veont seûrmint vouloir printe s'mobile. Dins l'classe, cha va continuer et i-n'feaut pus queompter su l'maîte pou les calmer. L'paufe i-est fin bénaisse d'ête acore intier quand arrive l'fin de l'journée. Ch'est pus pa les mouques qu'on est distrait mais bin pa tous les télépheones qui s'mettent à seonner. Si à l'feos, l'maîte i-ose deminder de les coper, bé tertous s'mettent à berler. L'beonne veille maclotte elle a été rimplachée d'puis bin lommint pa tout c'qui cait du prumier queop sous la main. L'soir, de l'maseon i-ara l'clé pasque ses parints n's'reont pos acore rintrés. Avant même l'souper, l'télé est alleumée, pou vir des feuilleteons débiles ou bin des jeux imbéciles. I-a pus d'chint caînes, mais te veos toudis l'même ! 

Avant, on saveot c'qu'éteot l'éducatieon, on pouveot faire l'différince inter les félicitatieons et les punitieons, l'respect pou les inciens, ch'éteot tout naturel, dire bonjour ou merci s'appreneot bin avant l'école maternelle et on n'contesteot pos l'autorité paternelle. Si jamais te n'éteos pos ein beonne file ou ein beon garcheon, t'intindeos parler de l'mise in pinsieon ou bin d'l'école de correctieon et pou apprinte l'discipline, l'service militaire, i-éteot pou beauqueop bin salutaire.

Asteur, les p'tits rambiles feont à leu mote, i-s'foutent pos mal des parints. D'jà à l'maternelle, i-battièltent comme des tchiens, in primaire, i-queurent après les files in traînant pa les rues d' l'ville. A quinze ans, i-sortent jusqu'à nulle heure et pou avoir des liards, on les veot même jeuer les dealers. I-a lommint qu'elle est dépassée, l'paufe mamère et, pou éviter les queops, l'mopère laiche faire. Quand leu garcheon ou leu file sortent jusqu'à chinq ou six heures au matin, dins leu lit, i-tranne'tent d'peur d'apprinte qui seont blessés ou tués dins ein accidint. I-a pus d'service militaire, i-a pus d'école de correctieon, quand cha va treop leon, ch'est directemint l'priseon.

Avant, quand v'neot les bieaux jours, on sorteot l'soir pou faire ein tour, on rincontreot bramint d'gins et on parleot pindant ein moumint. A l'fin de l'sémaine, l'ouvrache terminé, pou s'canger les idées, on parteot, bras d'zus, bras d'zous, fin tranquille, vir ein film dins ein cinéma d'no ville. Pou aller au bal, à l'salle Provence ou au Roi des Radis, on orcheveot d'nos parints, l'permissieon d'minuit, ch'éteot l'heure qu'on rintreot pou aller à no lit. J'ai l'raminvrance qu'aux soirs d'été, on preneot, à l'feos, ein verre à l'terrasse d'ein café dusqu'on n'risqueot pos de s'faire boxer pa les ceusses qui veul'tent nous voler. Si on aveot l'malheur de rintrer ein peu quervé, on éteot seûr qu'on éteot interdit d'sortie, l'prochain samedi.

Asteur, quand l'soir i-cait, tertous dins les maseons seont infermés, i-n'fait pus beon aller s'pourméner ave tous les ceusses qu'on risque d'rincontrer. L'permissieon d'minuit, i-a lommint que ch'est fini, i-d'a qui partent au soir du verdi et rintent au p'tit matin du lindi. I-n'doive'tent pos s'in faire pou l'ouvrache, i-n'feaut même pus s'lever pou aller pointer au chômache. A la questieon : "quoisque te fais asteur", i-répeondent, tout naturell'mint, : "mi j'sus glandeur". No gouvernemint a voté, dins l'foulée d'soixante-huit, su tous les plans, l'permissivité totale et i-s'in rind queompte asteur qu'i-a récolté ein sintimint d'insécurité générale. In donnant aux jeones l'liberté, ces bieaux parleurs ont cru qui n'falleot qu'cha pou ête acore élus.

Avant te commincheos l'ouvrache inter quinze et vingt ans et t'carrière alleot jusqu'à soixante-chinq ans. D'promontieon in promontieon, peu à peu, te monteot tous les écheleons, au bas d' l'éthielle t'aveos qu'mincher, à l'forche du traval t'aveos progressé. Grâce à tes rémunératieons et à t'corache, te pouveos, ein peu à l'feos, apporter du confort à t'ménache. Apporter l'sécurité à s'feimme et à ses infants, ch'éteot là l'but que presque tertous aveot'ent din l'temps.

Asteur, i-a des ceusses qui a dix-huit ans se dise'tent des heommes, mais i-ont arrêté l'école et i-n'ont pos d'dipleôme, i-n'hésitent pos à s'mette in ménache, bin qui soichent tous les deux sans ouvrache, pou n'manquer de rien, on acate alors tout à crédit et après ch'est de l'mindicité qu'on vit. Même si t'es ein ouverrier ou ein imployé modèle et que te fais bin attintieon, t'es vraimint pos certain d'rester dins l'même boutique jusqu'à t'pinsieon, te risques ein jour d'ête victime de c'qu'on appelle eine délocalisatieon.

Avant, pou minger, quand on alleot chez l'boulinger, on sinteot dins l'magasin, l'beonne naque du pain, ceulle de l'fareine qui cuiseot dins l'four, sortant pa les ferniêtes in flottant aux alintours. Les feimmes éteotent des cuisinières qui prépareotent l'orpas pou l'famile intière.

Asteur, l'pain que te vas acater, i-est cuit d'puis huit jours et i-a été congelé, t'as à peine intamé l'paquet que les tarteines seont d'jà toutes orséquées. Au momint du deîner, pou faire plaisi à s'famile, l'feimme elle ne se fait pus d'bile, les plats seont tout préparés, te n'as pus qu'à les mette dins l'four pou les récauffer. Pou faire plaisi à ceulle génératieon, i-feaut qu'elle soiche rapide, l'restauratieon, ch'est pizza, hamburger et frites mayo et on est tout saisi  d'vir su l'balanche qu'on a acore pris des kileos.  

On pourreot parler ainsin d'mille et une cosses, eine feos qui seont l'ver au matin, les gins n'ont pus l'temps pou rien, i-seont toudis pressés, i-n'ont même pus l'temps pou parler, i-a pus d'communicatieon, i-a pus d'conversatieons, on va queurir pou l'ouvrache, pou les commissieons, pou aller querre les infants à l'école, pou partir in vacances, pou les déplach'mints qu'on fait aujord'hui , i-faudreot même ête arrivé avant d'ête parti. On n'veot presque pus perseonne canter ou rire, t'orwettier ave ein sourire. Ch'est l'tiête du matin au soir, on direot des gins in plein désespoir.

A vous d'queusir asteur, ce qu'i-orprésinte pou vous l'bonheur !  

 

(lexique : asteur : maintenant / ormarqué : remarqué / toudis : toujours / tout au leon : tout au long / minger : manger / s'cauffer : se chauffer / tcher : cher / l'chômache : le chômage / l'ouvrache : l'ouvrage / l'meonte : le monde / dusque : où / l'ceu : celui / ahais : oui / pétête : peut-être / l'bure : le beurre / ein p'tit rotleot : un jeune enfant, cette expression vient de "petit roitelet" / bin seûr : bien sûr / les rulettes : les ruelles / l'beos : le bois / l'carbeon : le charbon / l'cloque : la cloche / jeuer à marpes : jouer aux marbres, aux billes / l'batale : la bataille / l'carcul : le calcul / laicher : laisser / à l'feos : parfois / eine mouque : une mouche / l'incrier : l'encrier / faire bisquer : faire enrager / eine maclotte : une boulette de papier mâché / ortourner : retourner / l'bajote : la joue / apprinte : apprendre / l'mopère : le père / ouvrer : travailler / eine caîne : une chaîne / elle ouèfe : elle travaille, temps présent du verbe ouvrer qui signifie travailler / bramint : beaucoup / ormute : remue-toi / ein bruant : un paresseux, ce mot au sens premier désigne le hanneton / s'démefier : se méfier / printe : prendre / queompter : compter / l'paufe : le pauvre / bénaisse : content, joyeux / coper : couper / berler : crier / lommint : longtemps / alleumée : allumée / inter : entre / eine file : une fille / ein garcheon : un garçon / beauqueop : beaucoup / les p'tits rambiles : petits gamins espiègles / faire à s'mote : agir à sa guise / i-s'foutent pos mal : ils ne se moquent pas mal / battlier : se battre / les tchiens : les chiens / queurir : courir / les liards : l'argent / jeuer : jouer / les queops : les coups / tranner : trembler / leon : loin / canger : changer / orchevoir : recevoir / avoir l'raminvrance : avoir le souvenir / pa les ceusses : par ceux / quervé : ivre / tertous : tous / s'pourméner : se promener / l'verdi : le vendredi / l'lindi : le lundi / jeones : jeunes /  l'ethielle : l'échelle / qu'mincher : commencer / à forche : à force / l'corache : le courage / l'ménache : le ménage / acater : acheter / ein ouverrier : un ouvrier / ein imployé : un employé  / l'pinsieon : la pension, la retraite / l'boulinger : le boulanger / l'naque : l'odeur / l'fareine : la farine / l'ferniête : la fenêtre / l'orpas : le repas / les tarteines : les tartines / orséquées : désséchées / l'deîner : le dîner / récauffer : réchauffer / eine cosse : une chose / querre : chercher / canter : chanter / orwettier : regarder / queusir : choisir).

S.T. février 2014        

     

09:41 Écrit par l'Optimiste dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : tournai, patois, picard |

Commentaires

Malheureusement tellement vrai, les gens ne prennent plus le temps d’être heureux. Mais grâce à toi Serge plein de vieux souvenirs éveillés.
Bon week-end à toi et tous ce que tu aimes.
13 @micoolement Véro

Écrit par : Véro Grimonprez | 22/02/2014

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.