02 févr.
2014

Tournai : expressions tournaisiennes (260)

Efmeond est défoutu !

I-qu'minche à nous déméplaire, l'temps actuel, i-a toudis bramint d'pluèfe et rar'mint d'solel. Quand i-pleut, feaut pos faire beauqueop d'efforts pou vir que les gins dins les rues i-ont pierdu leu sourire. 

L'brafe Edmeond i-m'in a raqueonté quançque, ceulle sémaine, j'lai rincontré.

"Mo Dieu, quoisqu'i-s'passe, Edmeond, j'te veos ichi meonter l'peont, (ch'éteot près du Peont d'fier), ave bramint d'misères, te m'as l'air tout déreompu, pou ein peu je n't'areos pos orconnu. J'espère que te n'es pos malate".

"Je n'sais pos si ch'est l'temps mais j'ai l'tiête qui n'va pus, ave tout c'que je veos et j'intinds, bé j'sus tout défoutu"

J'd'aveos là au moinse pou eine heure, j'l'ai bin vite compris, on a comminché pa aller s'mette à sec au shopping, dins l'gallerie.

J'li ai dit : "i-n'feaut pos ête dins eine parelle désolatieon, à tout problème i-a toudis eine solutieon".

J'areos mieux fait de m'taire, in l'écoutant, j'ai failli braire.

"Quançqu'comme mi t'as presque quater-vingt ans, te n'veos vraimint pus l'vie comme avant, au matin, après avoir mingé, quand t'ouvères t'gazette, te truèfes bin souvint dins l'nécrologie l'neom d'ein amisse qu'on mené à Navieaux ou bin à Mulette et ch'est ainsin qu'jour après jour, peu à peu, t'as l'impressieon de t'ortouver tout seu. D'puis que j'sus à l'ortraite, les intierr'mints, ch'est à l'chintaine, j'vas au chim'tière presque toutes les s'maines".

Quand ch'est ainsin te n'truèfes pos toudis les meots pou apporter eine consolatieon ou bin alors te sors eine phrase rimplie de beonnes intintieons :

"Des morts, i-d'ara toudis, quoisque te veux... ch'est la vie".

"Comme te m'veos, j'orviens ichi des funéralles du grand Louis, ein heomme de l'Madeleine qu'on l'a ortrouvé mort dins s'lit. 

"Dins l'gazette te deos seul'mint cacher après les beonnes nouvelles, les ceulles qui veont rinte t'journée à mitan belle, les histoires des gins hureux, des affaires qui t'feont rire, les beonnes informatieons... bé, ch'est cha que te deos lire".

"Ahais des affaires qui feont rire, si ch'est ainsin, j'n'ai pus qu'à m'abeonner au Journal de Tintin".

"Inlièv'mints, vols et assassinats, tortures, exécutieons et attintats, tasques in aurmintatieon et pinsieons in diminutieon, greos salaires pou les patreons des institutieons bancaires qui t'deonnent pourtant des intérêts d'misère, inondatieons et trimblemints d'tierre, infants soldats dins des pays in guerre, chômache et usines qu'à l'étringer on transfière, épidémies et victimes du cancer, les suicides et les accidints, l'ortard légindaire de nos trains, les infidélités chroniques des heommes politiques...".

In l'acoutant faire s'bilan d'l'actualité, m'moral i-a comminché à baisser, acore eine rawette et j'l'aveos dins les cauchettes.

J'ai alors trouvé eine eaute phrase tout aussi biête que l'prumière :

"I-n'feaut pos vir tout in noir, tant qu'i-a de l'vie i-a d'l'espoir".

"Queul espoir, avant ave Fifinne, quand on v'neot in ville, on alleot boire eine beonne bière (i-minimise, ch'éteot pus souvint treos ou quate) au cabaret, asteur, l'prix du verre i-a tell'mint aurminté qu'aller toutes les s'maines dins ein estaminet...bé... ch'est ein véritape loyer, je n'peux même pu y saquer su m'touquette, l'toubaque asteur i-coûte... mazette. Si t'es ein peu rinseigné, te veos même quoisqu'i-s'passe dins no cité, on attaque les vielles pou printe leu porte-monnaie, dins les auteos, on vole les cartes pou hindicapés, comme cha ch'est gratis qu'on peut parquer, ave ein tchien on s'couche au mitan du pavé et on berle quand on veot eine perseonne passer".

"Tins, justemint, ov'la eine séquoi d'positif, ch'est l'ouvrache que fait la police, tout les ceusses qu'i-ont mal fait, bin souvint, i-seont arrêtés".

"Ahais, mais eine demi-heure après, pa l'juche, i-seont orlachés, pasque dins nos priseons, on souffère de l'surpopulatieon".

Comme vous l'veyez, Edmeond i-éteot débalté, je n'sus pos arrivé à l'calmer, si i-est dins ein état parel, ch'est pétête pasqu'i-li feaut du solel mais seûrmint pasqu'i-est in manque d'... Pale Ale".

Au soir, j'ai ravisé No Télé et ch'est acore à Edmeond j'ai pinsé. Alors qui n'a pus rien d'normal, que dins l'vie, tout va mal, treize mille personnes passieonnées seont allées vir le Ramdam Festival pou êt'e déringés.

"J'ai orchu l'film comme ein queop d'poing dins l'estomac, ch'est ein film qu'on n'veot (hureus'mint) pos souvint au cinéma, j'ai été vir "Nymphomaniac" et j'in sus orsorti tout patraque, du prumier film au dernier, i-a pos à dire, j'ai été fort marqué", pindant tout eine sémaine que cha dure, on in a intindu des vertes et des pos mûres.

Mi je l'dis heaut et clair, je n'sus pos ein biec-beos, mais i-feaut ête ein peu maso pou aller vir ein film comme "Salo".

L'cinéma pou mi cha deot permette d'rêver, d'printe du plaisi ou bin s'amuser, j'n'ai jamais autant ri qu'in veyant les films d'Gérard Oury (je sais la rime est facile, vous allez m'printe pou ein débile). L'cinéma, ch'est là dusque, à l'fin d'eine journée, te vas tout simplemint pou tout oblier. Hélas, ch'est fini "les Tontons Flingueurs", "les Barbouzes" ou "la Folie des Grandeurs", la "Grande Vadrouille", "Oscar" ou "le Petit Baigneur", " La Mélodie du Bonheur", "Le Gentleman d'Epsom" et "Le Docteur Jivago", i-a bin lommint que les bobines seont dins l'frigo, les Charlots ne feont pus rire les intellos et Laurel et Hardy i-n'attire'tent même pus les p'tits. A eine époque dusque tout va mal, pou les tiêtes pinsantes du cinéma rire ch'est vraimint pus normal. Pus i-a du sang su les écrans pus qu'i-pinsent que parmi les réalisateurs i-seont des grands et quand, au meot "Fin", i-d'a chinquante au moinse qui ont été rétindus, bé les gins i-sortent ave ein air contint et pos du tout... abattu.

Comme m'comarate Edmeond, j'attinds les bieaux jours, pour aller m'pourméner, faire ein tour, acouter les p'tits ozieaux canter, orwettier les arondielles voler, surprinte eine agache in train d'chaparder, observer, dins l'ruchéau, eine guernoule faire des beonds et des épinoques tourner in reond. Là-vas, in plein mitan des camps, t'oblies que l'meonte i-vit su ein volcan, i-a pos d'télé, i-a pos d'gazette et acore moinse d'internet. Ch'est m'paradis perdu, m'gardin d'Eden, bin leon d'l'agitatieon qu'on conneot tout au leong d'eine sémaine.  

Aujord'hui, m'n'artique i-paraît ein dimanche et ch'est ein sujet qui seûrmint déranche ! ahais Mossieu, ahais Madame ,mi aussi j'ai fait... m' Ramdam !

(lexique : défoutu : démoralisé / qu'mincher : commencer / déméplaire : dégoûter / bramint : beaucoup / l'pluèfe : la pluie / quançque : quand / ceulle : cette / déreompu : extrêmement fatigué, fourbu / orconnu : reconnu / au moinse : à moins / commincher : commencer / braire : pleurer / t'ouvères : tu ouvres / te truèfes : tu trouves / A Navieaux ou à Mulette : nom donné aux deux cimetières tournaisiens / tout seu : tout seul / à l'chintaine : à la centaine / l'chim'tière : le cimetière / toudis : toujours / les meots : les mots / cacher : chercher / rinte : rendre / à mitan : à moitié / les inlièv'mints : les enlèvements / les tasques : les taxes / aurmintatieon : augmentation / l'chômache : le chômage / eine rawette : un petit supplément / les cauchettes : les chaussettes / asteur : maintenant / saquer : tirer / l'touquette : la pipe / l'toubaque : le tabac / les vielles : les vieilles / berler : crier / eine séquoi : quelque chose / les ceusses : ceux / l'juche : le juge / souffère : souffrir /  débalté : exaspéré, déchaîné / orchu : reçu / ein queop : un coup / orsorti : ressorti / ein biec-beos : un innocent / dusque : où / oblier : oublier / rétindu : étendu, dans le sens de laissé pour mort / m'comarate : mon camarade / pourméner : promener /acouter : écouter / orwettier : regarder / les arondielles : les hirondelles / surprinte : surprendre / eine agache : une pie / l'ruchéau : le ruisseau / eine guernoule : une grenouille / des épinoques : des épinoches, petits poissons des rus / les camps : les champs / l'meonte : le monde / m'gardin : mon jardin / bin leon : bien loin / tout au leong : tout au long / ein artique : un article).

S.T. janvier 2014              

09:40 Écrit par l'Optimiste dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : tournai, patois, picard |

Les commentaires sont fermés.