24 janv.
2014

Tournai : expressions tournaisiennes (259)

On comminche à vir l'feond du puche !

(suite d'expressions tournaisiennes du 9 novembre 2013)

Cha fait lommint que j'vous ai parlé du chantier qui a dins no quartier, i-feaut dire qu'ave les fiêtes de fin d'ainnée, les travéaux i-aveot'ent été arrêtés. A l'mitan du meos d'décimpe, les treos dins les trottoirs aveot'ent été orbouchés, on aveot même ormis les dalles à l'plache des ceulles qu'on aveot inl'vées (deux feos pasque l'prumièr ouvrache n'éteot pos de l'meilleure qualité, tout i-berloqueot, les joints aveot'ent même sauté). Les responsapes aveot'ent promis que l'rue s'reot nettiée avant l'Noë. Pindant treos jours, on a attindu l'arrivée des ouverriers qui d'veotent effectuer l'traval qu'on aveot tant espéré.

"Queompte la d'zeur et beos d' l'ieau, t'aras des clairs boyéaux" comme on dit à Tournai. Les congés i-ont comminché et l'camieon i-n'est jamais arrivé. Comme l'pluèfe elle n'arrêteot pos d'caire, dins les rues et les maseons, on aveot l'bédoule pou pos tcher , i-a même des p'tits vieux qu'i-ont dit, cha nous rappelle l'grante guerre que nous raqueonteot, l'soir, à l'écrienne, no mopère. I-feaut vir l'positif de l'situatieon, on a toudis dit : "à toute cosse, malheur i-est beon", quançqu'on va avoir l'prumier noirglas ou que l'neiche va caire, v'nir saler l'route ichi, savez, ch'n'est vraimint pos nécessaire, i-a eine couche d'sape, d'tierre et d'chimint pou passer siept hiviers au moins.

Pindant deux semaines, on a quand même eu ein avantache, i-a pos à dire i-a moinse de boucan quand i-n'a pos d'ouvrache.

On a ainsin été fin tranquille jusqu'au six du meos d'janvier, quand on a vu orvenir, avec orgret, les ouverriers. L'marteau-pic i-a tout fait trimbler quand on s'a mis de nouvieau à trouer.

"Quoisqu'i-s'passe, l'ouvrache n'est pos bin fait, vous allez acore tout orcommincher ?" que j'ai d'mindé.

"Neon, neon qui m'a dit l'brafe chef du chantier, on a mis les tuyéaux et asteur i-feaut les raccorder. Ichi mes heommes et bé i-ouèftent pou Belgacom".

J'ai orwettié les camionnettes et in faisant bin attintieon, j'ai été saisi tout net en veyant leus immatriculations.

Les trottoirs i-ont été, eine prumière feos, (pos treop) bin fait pa des ouverriers portugais, ch'éteot, i-feaut bin l'avouer, ein véritape ouvrache d'pourchéau, les rigoles et les égouts éteot'ent rimplis d'chimint et pou réparer parelle tablature, on a fait appel à des... flaminds. Asteur, ch'éteot des Français qui aveot'ent rimporté l'marché. Bé si les firmes d'no régieon i-n'ont pus d'ouvrache, cha n'm'éteonne pos qu'in Wallonie picarte i-a du chômache !

Adeon, pa d'vant l'maseon, on a inl'vé les nouvelles dalles qu'on aveot mis d'puis quate semaines et on a fait des treos in pagale. J'ai appris que ch'éteot deux ouverriers d'eine interprisse régionale qui ouvreot'ent in sous traitance pou l'firme qui v'neot d'France.

"Chef ... su l'plan, on direot que l'raccord d'télépheone i-est sous l'pélouse des gins. Ch'est pos grafe qui a répeondu l'chef, on va asteur trouer leu gardin. Les ogneons d'tulipes, d'jacinthes, d'gringottes, les crocus que m'feimme d'puis toujours, elle dorlote avec amour, i-ont été rués, dins l'benne du camieon, sans eaute forme de procès : "ni fleurs, ni couronnes", pou les plantes vivaces, cha aussi été ein intierr'mint d'prumière classe.

Deux jours après, on est orvenu tout boucher, ormette des nouvelles dalles et chiminter les joints. Pou l'deuxième feos in ein meos on aveot ein nouvieau trottoir, on commincheot à orprinte espoir.

Pos pus tard qu'au matin, j'veos treos ouverriers dins m'gardin.

"faites attintieon aux ogneons et aux plantes vivaces, qu'elle a dit m'feimme, d'jà qu i-n'd'a pus des masses".

"On est désolé mais asteur ch'est l'gaz qu'on deot raccorder, dins vo garache i-va falloir tout démeonté, vo n'étagère i-feaut l'ortirer pasque ch'est là que l'nouvieau tuyéau i-va passer, in puque on va devoir acore trouer d'façeon provisoire, mais n'vous in faites surtout pos, dès qu'on a fini on va orfaire l'trottoir".

Su l'même queop j'ai vu arriver m'comarate Lionel et j'ai été surpris d'l'intinte dire aux ouverriers : "Cha va acore durer lommint ?", j'ai eu invie d'li dire : "bé neon, neon, Lionel, pou asteur cha va aller vite". Après tout i-n'a qu'siept meos que les travéaux sont comminchés.

Beonne nouvelle ! On a v'nu nettier l'route au matin, infin ch'est l'mitan d'eine nouvelle pasque on a vu l'pétite machine passer et rapasser dins l'rue voisine mais elle n'a jamais rintré dins l'not'e, i-feaut dire qu'i-f'seot acor' noir quand elle est v'nue et que l'chauffeur i-n'a pétête pos vu qu'i-aveot là eine rue !

Quand l'gaz i-s'ra raccordé, on n's'ra pos 'cor sauvé, on dit qu'on va v'nir mette des pavés auto-bloquant mais cha, on n'sait pos acore quand !  

(lexique : on comminche à vir l'feond du puche : on commence à voir le fond du puits / lommint : longtemps / les fiêtes : les fêtes / à l'mitan : au milieu, à la moitié / décimpe : décembre / les treos : les trous / orboucher : reboucher / ormis : remis / les plaches : les places / ceulles : celles / berloquer : balancer / nettier : nettoyer / l'Noë : la Noël / les ouverriers : les ouvriers / queompte là d'zeur et beos d'l'ieau : compte là-dessus et bois de l'eau / commincher : commencer / l'pluèfe : la pluie / caire : tomber / l'bédoule : la boue / tcher : cher / à l'écrienne : la veillée, moment où la luminosité baisse et pendant lequel on patientait jadis avant d'allumer la lumière / l'mopère : le père / l'cosse : la chose / l'noirglas ou l'noirglache : le verglas / l'neiche : la neige / l' chimint : le ciment / l'hivier : l'hiver / orvenir : revenir / orgret : regret / l'ouvrache : l'ouvrage, le travail / ouèftent : travaillent / orwettié : regarder / veyant : voyant / l'pourchéau : le cochon / l'tablature : la situation anormale / les flaminds : les flamands / l'chômache : le chômage / picarte : picarde / in pagale : en désordre / l'interprisse : l'entreprise / grafe : grave / asteur : maintenant / l'gardin : le jardin / les ogneons : les oignons / les gringottes : les jonquilles / l'feimme : la femme / ruer : jeter / ein intierr'mint : un enterrement / l'garache : le garage / ortirer : retirer / in puque : de plus / l'comarate : le camarade / intinte : entendre / rapasser : repasser / pétête : peut-être).

S.T. janvier 2014.         

 

17:42 Écrit par l'Optimiste dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : tournai, patois, picard |

Commentaires

Bonsoir cher Serge,
Ton texte me fait rire, j'essaye de comprendre, certains mots ça va, pour d'autres, merci d'avoir mis la traduction !
Pas facile le tournaisien !
J'ai bien rigolé, plus à chercher après les mots que le texte en lui même, c'est une histoire de quartier, c'est pareil chez nous.
J'espère qu'il y a du gaz! Ils ont mis du temps.
Je te souhaite une très bonne soirée, bisous.

Écrit par : Mousse | 26/01/2014

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.