17 janv.
2014

Tournai : expressions tournaisiennes (258)

 

L'hivier du sièque.

In octope, ch'éteot dins toutes les gazettes, l'artique i-éteot même paru su internet, on pouveot douch'mint commincher à s'in faire, on alleot connaite l'pus pire des hiviers.

Tous les savants et tous les gins de l'météo, i-aveot'ent tertous prédit qu'i-alleot faire freod. D'jà à l'Toussaint on areot eu roupie à s'nez, les fleurs su les teombes i-areot'ent vite fâné. Le onze de novimpe pour l'fiête de l'Armistice, ch'est à skis qu'on areot été à Saint-Brice et pou l'Brabançonne pa d'vant l'monumint, les notes i-areot'ent gélé dins l'z'instrumints. L'deux décimpe, pou l'Sainte-Barbette des pompiers, i-areot fallu ein Saint-Bernard et s'tonnelet. Moins siept dins les chalets du marché d'Noë, même l'alcool dins les boutelles i-areot gelé. Pou s'récauffer, in buvant eine pétite goutte, on areot chuché des glacheons au leon de l'route.

Pou fiêter l'an neuf au mitan de l'Grand'Place, comme in Chine, on areot fait des statues d'glache. Ein peont des treos pa les Amisses de l'Citadelle, ein lupanar pou Dodo et ses fidèles, on areot même vu eine cathédrale, sans toiles, confectieonnée pa les œuvres épiscopales. Polo, Ludivine et les gins du parti i-areot'ent élevé eine statue à Mossieu Rudy. Eine pétite éolienne pa les écoléos, pou certains cha areot fait freod dins l'deos. No Christine de Lallaing total'mint givrée, elle areot eu des mouquiles à s'nez. On areot fait l'traversée de l'ville su l'Esqueaut, ave des patins à glache sans caire dins l'ieau.

In janvier, cha n'areot pos été bieau, l'ieau elle areot gelé dins les tuyéeaux. T'areos eu pus quieaud dins ein congélateur que d'pourméner déhors pindant ein quart d'heure. Ormontant l'fleuve d'puis l'bord de mer, on areot vu arriver des ours polaires et petête même arrivant pa l'Esqueaut, on areot vu eine tribu d'Esquimeaux, Mo Dieu, qu'i-alleot faire freod, j'in trimble jusqu'à mes ossieaux.

Cha, ch'est c'que nos savants i-aveot'ent prévu, in s'basant seûrmint su des sources inconnues. In réalité, ch'est pos du tout quoisqu'i-s'a passé.

A l'Toussaint, on est allé in pull au cim'tière, presque pa eine timpérature printanière. Le onze novimpe, i-f'seot même ein temps à faire printe l'air à ein incien combattant. Au cortèche de l'Sainte-Barbette, nos brafes pompiers, n'ont pos du boire du bouilleon pou s'récauffer. Su l'plache, dins les chalets du marché de l'Noë, on vindeot presque des boisseons glachées. Plusieurs feos, l'vint i-a tell'mint soufflé, que les toiles de l'cathédrales se seont involées et, des neuaches qui cacheot'ent l'astre solaire, ch'est pos d'z'ours polaires qu'on a vu caire. D'puis asteur treos meos, i-a tell'mint cait d'lieau, que dins les gardins i-seont pleins les tonnieaux. Les arpes sont in bourgeons et l'osieau cante près de m'maseon. L'echevin d'l'intretien des routes i-s'frotte les mains, des meonts d'sel in stock, i-n'est pos sorti ein grain, si on pouveot l'garder jusqu'au meos d'avril, cha f'reot d'riches écolomies pou no Ville.

Bin seûr, j'vous l'dit, l'hivier n'est pos fini, i-a d'ailleurs ein vieux dicteon qui l'prédit : l'hivier n'est pos batard, si i-n'vient teôt, i-vient tard.

Ainsin prév'nu, pou les soldes, j'ai acaté, eine mareonne de pilou et ein bonnet, m'feimme elle s'a mise à tricoter, des pulls in laine de chamois des Pyrénées. On a pinsé à isoler nos tuyéeaux et on a vidé l'ieau de not' tonnieau. J'ai acaté près d'chinquante kileos d'sel et j'ai d'jà préparé m'pétite pelle.

A travers de m'n'écran, j'veos qu'vous vous moquez, vous m'prenez, ch'est seûr, pou ein paufe demeuré mais quançque l'thermomète i-va s'effondrer, alors on va intinte les cigales berler:

"Mo Dieu, bé, i-fait freod tout à n'ein queop, cha n'aveot pos été dit pa l'météo".

Si fait, ch'éteot anneonché... l'ainnée passée, j'pinse que vous l'avez bin vite oblié. Asteur si vous voulez vous récauffer, i-n'vous reste pus qu'eine cosse : i- feaut dinser

 (lexique : l'hivier du sièque : l'hiver du siècle / octope : octobre / l'artique : l'article / commincher : commencer / avoir roupie à s'nez : avoir une morve, le nez qui coule souvent en raison du froid/ pa d'vant : devant / décimpe : décembre / siept : sept / récauffer : réchauffer / ein glacheon : un glaçon / au leon : au long / au mitan : au milieu / l'glache : la glace / des mouquiles : des morves, on dit aussi avoir des candelles -chandelles- à s'nez) / L'Esqueaut : l'Escaut (le fleuve qui traverse Tournai) / caire : tomber / l'ieau : l'eau / quieaud : chaud / pourméner : promener /  ormontant : remontant / pétête : peut-être / les ossieaux : les os / seûrmint : sûrement / quoisque : qu'est-ce que / printe : prendre / brafe : brave / tell'mint : tellement / les neuaches : les nuages / asteur : maintenant / l'gardin : le jardin / les arpes : les arbres / canter : chanter / l'maseon : la maison / des meonts : des monts / d'puque : de plus / des écolomies : des économies / acater : acheter / eine mareonne in pilou : un pantalon de velours / paufe : pauvre / quançque : quand / intinte : entendre / berler : crier / tout à n'ein queop : tout à coup / anneonché : annoncé / l'ainnée : l'année / oblier : oublier / eine cosse : une chose / dinser : danser).

S.T. janvier 2014 

      

17:50 Écrit par l'Optimiste dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : tournai, patois, picard |

Commentaires

Bonne et heureuse année à vous Serge ainsi qu'à tous ceux que vous aimez

Écrit par : V.Grimonprez | 19/01/2014

Répondre à ce commentaire

Bonne semaine Serge et merci pour tes passages sur mon blog. A bientôt.

Écrit par : Un petit Belge | 20/01/2014

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.