11 janv.
2014

Tournai : expressions tournaisiennes (257)

L' lindi parjuré !

Si pou bramint d'gins, les fiêtes sont asteur passées, i-d'a acore eine qu'on attind ave impatience à Tournai : ch'est "l'lindi perdu" ou bin acore "lindi parjuré".

Ch'est toudis l'lindi qui suit l'Epiphanie, adeon, ceulle ainnée, pos l'peine d'queompter, cha s'ra l'treize du meos d'janvier ! Dins toute l'ville de Tournai, l'lindi parjuré, comme dit l'cancheonne, ch'est ein jour bin d'siré !

J'warde dins m'cœur l'ramivrance des lindis perdus de m'jeonesse, de ce bieau souper, pris in famile, qui rind les Tournisiens si bénaisses. Quand j'orveneos d'l'école primaire, gramère éteot d'jà in affaire pa d'vant l'cuisinière. Elle éteot fort occupée, elle ouvreot d'puis l'matin, d'puis l'momint où elle aveot été querre l'lapin chez Roland Pype in héaut de l'rue Saint-Martin. On veyeot pinte à l'ferniête, tout nus, l'corps bin dodu d'ces belles biêtes. Chez Madame Irène, l'magasin visin, elle aveot acaté les preones et les rogins et pou l'salate tournisienne tout c'qui falleot pou mette d'dins. Elle aveot aussi orchu les étrennes du boucher, eine pétite saucisse à bâteons bin inroulée dins s'paquet.

L'maîte d'école, li aussi, i-f'seot, seûrmint, lindi parjuré pasque c'jour là des d'voirs on n'd'aveot jamais. A m'façeon, j'participeos aussi à l'préparatieon de ce royal repas, in mordant su m'lanque, ave m'pus belle pleume, j'composeos les billets des rois. L'roi, l'seot, l'verseur, l'confesseur, l'écuyer tranchant (j'ai jamais su pourquoi, pou mi, c'neom là i-éteot si émouvant !), l'valet, tout i-éteot ainsin écrit à l'reonde avant d'plier l'billet... 

L'menu i-est toudis bin vite composé car ch'est l'même chaque ainnée.

On commincheot pa l'lapin à z'orelles de beos, servi avec eine pétite compote de peommes légèr'mint cauffée, vous avez compris que ch'éteot l'saucisse du boucher, qu'on aveot fait cuire dins l'payèle pou qu'elle soiche bin dorée. Pou les ceusses qui n'areot'ent pos adveiné ou qui ont l'esprit mal tourné, j'précisse, ch'est l'saucisse préparée pa l'boucher, neon mais... !

L'momint tant attindu arriveot, l'chire de l'soirée à l'tape s'ameneot : dins ein plat, l'beon greos lapin baigneot dins les preones et les rogins. L'tiête, les cuisses, les pattes avant, s'deos, on s'partageot tous les morcieaux. I-falleot là sintir l'naque qui s'dégageot, i-falleot vir comme i-éteot bin doré, i-feaut dire qu'avant de l'cuire les morcieaux, gramère, comme toudis, les aveot infarinés. Pou qui soiche bin à point, on l'aveot arrosé d'ieau pa momints. A l'maseon, on n'metteot jamais d'bière d'dins, on diseot que cha n'deveot pos ête l'lapin des quervassins. L'lapin i-éteot accompagné d'beonnes penn'tières cuites à l'ieau et si, à l'feos, on pinseot que ch'éteot de l'purée ch'est pasque les patates elles s'éteot'ent éboulées.

Au début d'l'orpas, ch'est dins la joie, qu'on aveot tiré les billets des rois. Eteot l'roi de l'soirée, l'ceu qui tireot l'beon luméreo, mais à l'inverse i-aveot aussi l'billet du seot. Gare à li si i-éteot bin lavé, on alleot noirchir s'visache ave du boucheon brûlé.

Après, on mingeot l'salate tournisienne :

pou l'préparer, gramère aveot pris un ein grand saladier, elle aveot mis d'l'huile, du vinaigre, du sel et du poivre, de l'salate de blé, des chicons, de l'barpe d'capuchin, des beons greos oigneons cuits ave leu pelure dins le four jusse à côté du peot, du pichoulit, des betteraves rouches au vinaigre, d'z'hariqueots blancs et des peommes. Elle ne metteot rien d'eaute, asteur i-des gins qui veont rajouter des morcieux d'fromache, des géauques, des p'tits bouts d'lard... neon, neon et neon, pou mi ch'est donner ein queop d'pied à l'traditieon !

Et puis i-arriveot l'momint de l'galette des rois, eine tarte à l'frangipane ave eine fèfe plachée pa l'boulinger. On l'mingeot tout douch'mint et on s'orwettieot, on s'raviseot pou vir l'queu i-aveot saquer l'greos leot, l'fèfe qui n'éteot d'jà pus à ceulle époque, ein greos hariqueot.

Et l'soirée elle se termineot in cancheonnes. On canteot "L'lindi parjuré" d'Achille Viehard et "L'lapin du Lindi Perdu" d'Albert Coens écrite bin pus tard, on fredonneot les cancheonnes tournisiennes et s'verre, on leveot, à chaque feos que l'roi buveot.

Asteur, on appelle l'lindi perdu, l'troisième réveilleon des Tournisiens après l'Noë et l'Nouvel-An, on l'fait pus souvint au restaurant puteôt qu'in famile, à l'maseon, comme avant. Comme ch'est devenu, comme toutes les eautes cosses, eine affaire commerciale, on comminche l'saim'di d'avant l'Epiphanie et jusqu'au suivant lindi. On accommode l'lapin à toutes les sauces, à l'bière ou au vin, ave des frites ou des croquettes, à l'feos de l'purée gratinée ou des penn'tière in galettes. Béteôt, si on oblie no coutume et si on laiche faire, on va l'servir ave du couscous ou bin dins ein hamburger.

Aujord'hui, l'dernier membre de l'famille pou là-héaut i-est parti, autour de l'tape familiale i-n'ara pus perseonne lindi, alors in pourménant fin tranquile pa les rues désertes de l'ville, on sintira acore dins l'ruache, l'naque du grand plucache et ave l'cancheonnier, on pourra alors pinser : "Cantez, buvez, ch'est jour de fiête aux cheonq clotiers".


(lexique : bramint : beaucoup / asteur : maintenant / toudis : toujours / adeon : donc / ceulle ainnée : cette année / queompter : compter / l'cancheonne : la chanson / warder : garder / l'raminvrance : la souvenance / bénaisses : contents, heureux / gramère : grand-mère / ouvrer : travailler / querre : chercher / in héaut : en haut / pinte : pendre / visin : voisin / les preones : les prunes / les rogins :l es raisins / orchu : reçu / l'lanque : la langue / l'pleume : la plume / l'seot : le sot / l'lapin à z'orelles de beos : littéralement le lapin à oreilles de bois, la saucisse avec des bâtons / cauffée : chauffée / l'payèle : la poêle/ adveiner : deviner / l'chire : le sire / l'tape : la table / l'naque : l'odeur / infarinés : passés à la farine / l'ieau : l'eau / les quervassins : les buveurs, les ivrognes /  les penn'tières : les pommes de terre / éboulées : démêlées / l'luméreo : le numéro / noirchir : noircir / les chicons : en Belgique les endives / l'barpe de capuchin : la barbe de capucin / les pichoulits : les pissenlits / rouches : rouges / hariqueots : haricots / des géauques : des noix / ein queop : un coup / l'fèfe : la fève / orwettier et raviser signifient tous les deux regarder / vir : voir / saquer : tirer / puteôt : plutôt / les eautes cosses : les autres choses / commincher : commencer / oblier : oublier / là-héaut : là-haut / pourméner : promener / l'ruache : la ruelle, quartier propulaire / l'grand plucache : le repas important, le banquet / les cheonq clotiers : les cinq clochers).

S.T. janvier 2014.




17:30 Écrit par l'Optimiste dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : tournai, patois, picard |

Les commentaires sont fermés.