21 déc.
2013

Tournai : expressions tournaisiennes (254)

Docteur, quoiqu'i-s'passe ? 

"Te sais, garcheon, asteur, te deos avoir ein beon état général quand te vas à l'clinique passer ein examen médical". In bref : asteur, pou ête malate, i-feaut ête bin portant !

Jusqu'à présint, j'n'aveos jamais bin compris ceulle expressieon d'annochint qu'un incien collègue d'ouvrache me diseot bin souvint. Un p'tit peu à l'feos, sans in avoir l'air, j'ai compris que l'brafe heomme, ch'éteot final'mint ein visionnaire.

J'aveos été à peu près au momint des carnavals pou printe ein rindez-vous à l'hôpital, comme j'éteos leon d'ête l'prumier, j'ai attindu lommint dins eine file au guichet. Dehors, quand j'sus arrivé, l'thermomète i-indiqueot moins treos, vous vous rapp'lez, mes gins, qu'in féverrier i-aveot fait bin freod. In d'dans, l'instrumint n'deveot certain'mint pus marqué les degrés, i-aveot seûr'mint eine éternité qu'au maximum i-d'veot ête bloqué, i-aveot là eine caleur de biête, l'ieau elle dégoulineot de m'tiête. Quand cha a été m'tour de passer au guichet, l'préposée elle m'a ravisé et m'a d'mindé :

"Si ch'est pou eine hospitalisatieon, les urginces ch'est pus leon, ichi ch'est pou les rindez-vous uniqu'mint et pos pou les gins qui n'sintent pos bin".

"Vous savez ouvrer dins eine caleur parelle, vous n'avez pos quieaud"

"Neon, qu'elle m'a répondu, ch'est quancqu' j'sors d'ichi que j'ai freod".

"Ainsin, vous voulez ein rindez-vous ave queu docteur ?"

"Bé, comme d'habitude, Madame, l'ceu qui soigne m'cœur".

"L'pus près qu'j'ai, ch'est d'jà au meos d'août et à c'momint-là, i-n'f'ra pus freod du tout, j'vas vous faire eine petite carte pou vous n'pos l'oblier et notez-le bin à l'aginda, à vo maseon, quand vous rintrez, vous n'pouvez pos savoir comme ch'est fou, l'neombre d'personnes qui oblie'tent les rindez-vous".

In m'disant cha, elle n'a seûrmint pos tort mais i-d'a pétête qu'inter temps i-seont morts.

M'feimme elle a dit quancqu'elle m'a vu arriver"

"Mais quoisque t'as fait, milliards, t'es bin laid".

"J'te laiche adveiner l'jour que j'vas aller vir l'docteur, j'espère que d'ichi là j'arais pas d'problème ave m'cœur".

"Attinds... on est à l'mi-féverrier, bah... te vas ête orchu au meos d'mai"

"Bé, t'es optimisse, ch'est pos cha du tout, ch'est seul'mint l'vingt-siept du meos d'août"

"Ch'est de t'feaute et j'pinse que j'te l'ai assez répété, te d'veos aller ortenir t'tour jusse après l'nouvelle ainnée".

Pindant six meos, j'me sus mis in mote "survie", j'éteos dins m'fauteul ou bin dins m'lit.

Final'mint, l'grand jour tant espéré i-est arrivé, eine heure avant j'éteos d'jà pa d'vant l'guichet.

"Ch'est vous qu'i-aveot rindez-vous, aujourd'hui, à deux heures, feaudra attinte ein p'tit queop, i-a ein peu d'ortard chez l'docteur, au matin i-a eu eine leongue opératieon et i-est ortourné minger à s'maseon".

Mi j'deveos ête à jeun, j'n'aveos pos deîner, las d'attinte, j'ai été orvir l'préposée et j'li ai d'mindé :

"J'espère qu'i-habite leon d'ichi l'docteur, pasque j'attinds d'jà d'puis eine heure".

Assise su l'banquette, à côté d'mi, i-aveot eine feimme au visache cramoisi, à m'mote qu'elle feseot, au moinse, chint-vingt kileos et elle éteot accompagnée d'eine p'tit maiguerleot. J'me sus dit que pou avoir d'parelles rougeurs, pou seûr qu'elle aveot l'fièfe ou bin ses vapeurs. I-a pos fallu lommint pou qu'on ormarque tertous qu'elle aveot, comme on dit, eine mauvaisse tousse. Ein infant i-a dit in orwettiant s'mopère : "l'feimme ne passera pos l'hivier", pou répeonse, l'mopère li a deonné eine riche marnioufe su s'nez et mi j'ai pinsé : "ave l'sanche que j'ai, in sortant d'ichi, j'sus beon pou l'breongile ou bin l'pneumonie".

J'ignoreos que tous ces espécialisses, i-rintent pa l'intrée des artisses, je n'l'aveos pos vu arriver quand, tout à n'ein queop, l'docteur m'a app'lé.

"J'sus contint d'vous vir, cha fait... ein an"

"Et mi alors" que j'li ai dit in m'asseyant.

Vot'tinsieon elle est bin meontée, vous vous êtes énervé ?"

"Neon, neon, docteur, cha va, savez, ch'est eine idée, j'dormeos presque su m'cayère quancque vous êtes intré"."

"L'sémaine qui vient, on va vous faire faire du véleo et on voirra ainsin si vo toquante elle-n'fait pos défeaut, après on vous mettra ein holter pindant vingt-quate heures et on va ainsin inregistrer l'rythme de vo coeur".

"Mo Dieu, Docteur, ave tous ces examens, j'in ai au moinse pou deux jours tout plein".

"Neon, neon, vous pouvez in queompter treos pasqu'après i-a ein acore ein électro au repeos".

"Mo Dieu, Docteur, eh bé, si m'cœur i-est ein p'tit queop patraque..."

"Et bé, on va l'vir, ave tout cha, croyez-me, cha passe ou cha craque".

Eine sémaine pus tard, m'ov'là su l'bicyclette moutrant à l'infirmière m'bieau torse d'athlète.

"Allez, vous êtes bin assis, on est parti, on roule à chinquante-chinq et on tient beon".

"Chinquante-chinq, mais ch'est l'record du meonte, pou m'n'âche, ch'n'est pos beon"

"N'pinsez pos à vo n'âche, ch'est seul'mint l'fréquince d'pédalache".

Ahais, l'fréquince d'pédalache, on attindant j'éteos tout in nache.

Pou seûr, pou des efforts parels, on n'm'ara pus, j'ai eu l'impressieon d'meonter l'Meont d'l'Enclus".

Après, on m'a alleonger vingt minutes dins ein apparel à scintigraphie qui s'a mis à tourner sans arrêt, comme l'f'reot eine mouque, tout autour de mi.

Mais l'pire des affaires... ch'est l'pose du Holter.

L'brafe infirmière elle m'a expliqué que j'deveos l'arrêter avant de l'rapporter.

Ch'est tout biête, vous allez vir, pou l'éteinte, i-n'feaut pos avoir fait l'université, ch'est su l'bouteon oranche que vous d'vez appuyé.

 L'lind'main, comme elle me l'aveot spécifié, j'ai voulu l'inl'ver et l'mette dins l'paquet.

Je n'sais pos si ch'est ein manque de sanche, mais i-n'aveot pos... d'bouteon oranche, ave m'feimme on a caché et on n'a jamais rien trouvé.

Ch'est pos grafe, j'vas télépheoner et j'sus certain qui veont tout m'espliquer.

"Toutes nos lignes sont occupées et... i-n'vous reste pus qu'à patienter !".

Au bout d'chinq minutes, eine voix bin agréape me d'mindeot que problème j'rincontreos

"Vous allez, pétête, madame, trouver cha étranche, mais je n'truèfe pos l'bouteon oranche"

"J'vas vous passer l'infirmière qui vous a posé vot' holter".

Cha a seonné, seonné, seonné et cha n'a jamais décroché, j'sus donc ortombé su l'feimme que j'aveos eu in prumier.

"J'vas vous passer la secrétaire du service qui met les holters".

Eine minute pus tard, j'ai l'secrétaire, ceulle feimme n'sait pos quoi faire pou essayer de m'tirer d'affaire.

"J'comprinds que vous êtes innuyé mais j'ai l'perseonne pou vous aider".

Elle me transfère, cha seonne, cha seonne et j'constate qui n'a toudis perseonne.

"Mossieu, j'vas vous faire eine propositieon, v'nez comme vous êtes, on trouv'ra eine solutieon".

"Mais vous n'm'avez pos bin vu, j'vas quand même pos v'nir torse nu".

Eine demi-heure pus tard, j'éteos pa d'vant s'comptoir.

Elle m'a dit in s'mettant à rigoler :

"adeon... vous êtes rhabillé... Allez toquer à l'porte qui est là et on va vous inl'ver c'machin-là"

J'ai toqué, toqué, toqué et l'porte elle est restée désespérémint serrée.

"Je n'comprinds pos qu'elle me dit l'secrétaire, ch'est pourtant l'buréeau d'l'infirmière"

"Madame, je pinse qui n'a là perseonne... pos puque derrière l'porte qu'au télépheone".

 A c'momint là passe ein eaute mimbre du personnel et elle me dit :

"j'vas v'nir vous ortirer l'apparel";

Dins eine pétite pièche elle a disparu et... après je l'ai pus orvue.

Infin, ov'là l'infirmière qui m'aveot mis le holter.

"J'vous aveos dit qu'i-n'falleot pos attinte"

"j'aveos bin compris mais je n'sais pos l'éteinte".

"Ch'est su l'bouteon oranche" qu'elle me dit l'infirmière

"Moutrez me duqu'i s'truèfe ou alors j'n'veos pos clair"

"Bé ein infant d'primaire i-sareot l'faire... i-suffit... d'ouvère le holter !".

Su eine fiche i-feaut noter, ce qu'on orsint, ce qu'on prind, ce qu'on fait heure par heure

Mi j'ai écrit : j'éteos profondémint débalté au momint d'inl'ver ce foutu holter à quatorze heures ! Si m'cœur i-bat à chint à l'heure, ch'est à cosse de l'apparel de malheur !


(lexique : garcheon : garçon / asteur : maintenant / annochint : innocent /  l'ouvrache : le travail / ein p'tit peu à l'feos : un petit peu à la fois / l'momint : le moment / printe : prendre / lommint : longtemps / féverrier : février / seûr'mint : sûrement / l'caleur : la chaleur / raviser : regarder / ouvrer : travailler / quieaud : chaud / quanc'que : quand / freod : froid /queu : quel / l'ceu : celui / l'meos : le mois / oblier : oublier / l'maseon : la maison / pétête : peut-être / l'mariache : le mariage / adveiner : deviner / vir : voir / orchu : reçu / ortenir : retenir / jusse : juste / pa d'vant : devant / attinte ein p'tit queop : attendre un peu / l'ortard : le retard / deîner : dîner / à m'mote : selon moi / ein maiguerleot : un maigrichon / l'fièfe : la fièvre / eine mauvaise tousse : une méchante toux / orwettier : regarder / eine marnioufe : une gifle / l'breongile : la bronchite / tout à n'ein queop : tout à coup / l'cayère : la chaise / queompter : compter / acore : encore / moutrer : montrer / l'âche : l'âge / tout in nache : tout en nage, tout en transpiration / parels : pareils / l'Meont d'l'Enclus : côte assez raide bien connue des amateurs du Tour des Flandres / eine mouque : une mouche / oranche : orange / l'sanche : la chance / cacher : chercher / grafe : grave / agréape : agréable / ortombé : retombé / adeon : donc / toquer : frapper / pos puque : pas plus / eine pièche : une pièce / ouvère : ouvrir / orsintir : ressentir / débalté : exaspéré, déchaîné / à cosse : à cause)

S.T. décembre 2013







09:45 Écrit par l'Optimiste dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : tournai, patois, picard |

Commentaires

Serge, sais-tu que ta ville va compter demain un nouveau centenaire? Il s'agit de Néry Platieau, ancien prisonnier de guerre. Né le 24 décembre 1913 et originaire de Mainvault (près d'Ath), il habite depuis son mariage à la chaussée Willemeau à Tournai, et dans une maison de retraite depuis 2-3 ans. Une fête aura lieu pour son centenaire dimanche. En as-tu déjà parlé dans un de tes articles?

Bonne semaine et joyeux Noël Serge!

Écrit par : Un petit Belge | 23/12/2013

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.