13 déc.
2013

Tournai : expressions tournaisiennes (253bis)

Elargiss'mint.

D'puis qu'i-a été à l'Hôtel de Ville pou intinte parler du projet d'élargiss'mint d'l'Esquéaut, Edmeond i-n'parle pus que d'cha du matin au soir. Fifinne, s'feimme, elle in attrape eine grosse tiête. Quand j'sus passé à s'maseon, lindi passé, i-n'a pos arrêter d'in parler.

"Te t'rinds queompte, l'Optimisse, on va élargir l'Peont à Peont, on va ratroitir l'quai Saint-Brice et l'quai Dumon et on va garchenner no Peont des Treos tout cha pou faire passer des baquets tell'mint grands que les quais d'Tournai i-pourreot'ent ête trop p'tits pou qui sachent s'arrêter. Ainsin, tout d'abord, on veut nous faire acroire qu'on va construire un deuxième peont jusse à côté du ceu actuel de l'rue des Puits l'Eau pou n'pos interrompe l'circulatieon des auteos pa d'zeur du prumier et après, in deux ou treos sémaines, (queompte puteôt deux ou treos meos)on va glicher l'nouvieau peont à l'plache de l'incien".

"Vingt milliards, ch'est ein véritape ouvrache d'génie civil" que j'li ai dit.

"Bé ahais, i-d'a acore ein là-d'dins qui a pris s'vessie pou eine lanterne".

"Ch'est pou tout à fait cha qu'on dit" que j'li ai fait ormarqué. I-n'a pos réagi, tell'mint i-éteot in foufièlle.

"Et après, pou que l'Esquéaut soiche tout dreot, on va ratroitir l'quai Saint-Brice et l'mette in sens unique pasque deux auteos n'pourreont pus s'croiser. I paraît qu'on n'touche pos au peont Noter-Dame, ni à la pass'relle mais... ch'est no vieux Peont des Treos qui pose problème, comme te l'sais, i-a toudis eu trois arches et après l'seconde guerre on a fait celle du mitan eine milette pus larche. Malhureus'mint, pou les nouvieaux batieaux d'deux mille chinq chints tonnes, i-va manquer quelques dizaines de chintimètes. Quoisque que te pinses qu'on va faire. Busie bin, t'es pos là d'trouver".

"Bah, pou quelques dizaines de chintimètes, on n'va quand même pos l'démolir, ch'est l'pus vielle porte d'eau qui reste acore dins l'Nord de l'l'Europe, ch'est ein dernier vestiche d'no moyen-âche et des fortificatieons de l'ville, on vient du meonte intier pou l'vir et i-est pus photographié que no bieffreoAdeon, j'pinse que l'solutieon l'pus simpe et l'moins tchère, ch'est d'ratroitir les deux p'tites arches comme cha l'celle du mitan elle s'ra pus larche".

 "Bé, neon, neon, pourquoi faire simpe quand on peut faire compliqué, ch'est pos du tout l'projet. Asteur, les jeones architectes, pou s'mette in valeur, i-ont présinté des projets pharaonesques.."

"on dit pharaoniques ou bin acore pharaoniens".

"Ahais, cha va... te m'as compris, n'fais pos l'malin, adeon j'diseos des projets dithyrambiens..."

"Te l'fais esprès, on dit dithyrambiques".

"On n'est pos ichi au cours d'Français, j'diseos, i-d'a qui ont voulu tout simplemint n'garder que les tours su les quais in déclarant qui n'aveot qu'cha qui éteot classé, i-d'a qui ont voulu construire eine sorte d'fantôme qui donnereot l'impressieon qu'on veot toudis l'vieux peont alors qui n'a pus rien inter ses tours, i-d'a même ein qui vouleot suggérer les inciennes arches pa de mouv'mints gracieux sous l'travée".

"Ahais, j'ai vu les projets pindant l'été mais on n'a fait un référendum et l'populatieon elle a pu deonner s'n'avis, adeon : vox populi, vox Déi".

"Te n'peux pos parler in beon français pasque mi je n'comprinds pos l'flamind"

"Ch'est du latin, cha veut dire : voix du peuple, voix de Dieu ou bin acore si te préfères : on établi l'vérité d'eine affaire, l'valeur d'eine cosse su l'opinieon du pus grand nombre, te comprinds".

"Bé alors nos édiles i-n'ont pos fait d'latin, ch'est seûrmint des gins qui n'ont fait que des humanités économiques ou qui n'ont pétète que l'diplôme d'primaires pasque l'histoire de t'vox machin i-n'l'ont pas compris ou alors, eine feos d'puque, i-ont fait à leu mote".

"A qui ?"

"A leu mote, t'est sourd ?"

"Excuse-me j'n'aveos pos bin compris"

"Quoisque t'aveos compris ?"

"Ch'éteot a à peu près cha... infin, cha n'fait rien".

"Adeon, on va bin garchenner l'vieux peont pou faire plaisi à des ceusses qui pass'reont pa d'zous, in v'nant d'Cambrai ou bin d'Paris pou aller dins l'port d'Amsterdam dusqu'i-a des marins qui boive'tent et reboive'tent à l'santé des... i-est beon.. in s'foutant pos mal de Tournai et de s'n'Histoire".

"Te t'prinds pou Jacques Brel pa momint, mais in parlant ainsin, fais bin attintieon... te vas ête pris pou ein rétrograte, ein anar, chaque génératieon deot laicher l'impreinte de s'passache su no tierre et... on peut imaginer que dins quate ou chinq chints ans, les guides qui f'reont visiter Tournai, les déquindants d'Mossieu Vandepeutte ou d'Bruno Delannay, i-direont fièr'mint aux Chinois ou bin aux Japonais, cha ch'est l'peont in epoxy qui a été initié sous Rudy Premier (2012-2075)".

"Pasque te pinses que l'nouvieau peont i-va passer les sièques comme l'incien i-a fait, bé pou mi te rêves, cha va ête, avant tout, ein peont de l'génératieon "i-cait là", qui tient tout jusse l'temps que t'as l'mote d'imploi".

Je n'sais pos si on vit l'génératieon "I-cait-là" mais ce que j'sais ch'est que l'génératieon actuelle elle conneot les travéaux d'puis 1999 (cha fait d'jà quatorze ainnées) et qu'au rythme des cang'mints d'idée qu'on veot tous les jours, on d'a 'cor pour quinze à vingt ans pou que tout soiche... à peu près terminé, comme areot dit Johnny Halliday, on est l'génératieon perdue ! Te veos que pou les cancheonnes,mi j'ai aussi des lettes".

Là d'zeur, comme diseot Popol à s'namisse D'siré du temps qui passeot'ent à No Télé, on in beot eine... eh bé... qui soit.


(lexique : élargiss'mint : élargissement / intinte : entendre / l'Esquéaut : l'Escaut / Te t'rinds queomptes : tu te rends compte / ratroitir ; rendre plus étroit (n'est plus souvent utilisé) / garchenner : abîmer; gaspiller / les baquets : mot ancien (s'utilise parfois encore pour désigner des bateaux) / jusse : juste / du ceu : de celui / pa d'zeur : par dessus / prumier : premier / puteôt : plutôt / meos : mois / glicher : glisser / l'plache : la place / véritape : véritable / ahais : oui / ête in foufielle : être dans tous ses états / dreot : droit / toudis : toujours / du mitan : du milieu / eine milette : un tout petit peu, une miette / larche : large / les chintimètes : les centimètres / busier : penser / acore : encore / l'meonte : le monde / l'bieffreo : le beffroi / adeon : donc / tcher : cher / simpe : simple / asteur : maintenant / inter : entre / eine cosse : une chose / faire à s'mote : faire à sa mode / pa d'zous : par en dessous / in s'foutant : en se moquant / laicher : laisser / les déquindants : les descendants / les sièques : les siècles / l'cang'mint : le changement / les cancheonnes : les chansons) / Popol et D'siré : deux marionnettes tournaisiennes, œuvres du Créa-Théâtre, dont les voix étaient celles d'Eloi Baudimont et Bruno Delmotte qui commentaient l'actualité chaque samedi sur la chaîne de télévision locale No Télé).

S.T. décembre 2013.

22:26 Écrit par l'Optimiste dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : tournai, patois, picard |

Commentaires

Bon week-end Serge!

Écrit par : Un petit Belge | 14/12/2013

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.