06 déc.
2013

Tournai : expressions tournaisiennes (252)

On n'veot pus l'temps passer !


Bé, nous ov'là d'jà au meos d'décimpe, pratiqu'mint à l'fin d'l'ainnée et, inter nous, on a vraiment l'impressieon qu'elle vient d'commincher. M'gramère diseot toudis : "les ainnées elles ne feont qu'ein tour et pus qu'on viellit pus qu'elles veont vite".

J'ai ravisé l'calinderrier et j'ai été rasseuré, i-aveot bin treos chint soixante-chinq jours in 2013, chinquante-deux s'maines ou acore douze meos.

Quand j'alleos à l'pétite école, l'meos d'décimpe, on l'app'leot l'meos des infants pasqu' i-a bramint d'fiêtes.

Cha comminche d'jà à l'fin novimpe pa l'Sainte-Catherine, pou les jeunes files à marier mais i-a bin lommint qu'on n'coiffe pus les catherinettes. Après, ch'est Sainte-Cécile, l'patreonne des ceusses qui jeue'tent l'musique. Des musiciens, i-d'a pus des masses , malhureus'mint (et ch'est pos l'minerval qu'on va d'minder dins les académies d'musique qui va arringer les cosses), les ceusses qui restent, i-n'est pos rare de les vir dins plusieurs fanfares et harmonies dins no ville et dins les villaches. Au point que pou qui soichent tertous présints, on fiête Sainte-Cécile du 15 novimpe à l'fin du meos d'janvier.

L'prumier du meos d'décimpe, ch'est Saint-Eloi, l'patreon des gins qui ouèftent dins l'siderurgie, l'chaudronnerie mais aussi des cinsiers. Dins l'temps, jusse après la guerre, au temps de l'splendeur de Carton, d'Meura et d'l'Union ferronnière, les chintaines de cabarets que queompteot l'cité résonneot'ent, bin tard, l'soir de cancheonnes à boire. I-aveot pos beauqueop d'métallo qui rintreot'ent à leu maseon tout dreot. I-a des feimmes qui diseot'ent : "Bah, i-est su l'zinc, mais ch'est normal ch'est Saint-Eloi" mais d'eautes répondeot'ent: "A m'maseon, ch'est Saint-Eloi pindant toute l'ainnée, tous les jours du meos, m'n'heomme i-fiête tous les saints qu'on beot".

Treos jours après Eloi, voici qu'on fiête Sainte-Barbe, l'patreonne des artificiers, des mineurs et surtout des pompiers. Chez les heommes du feu, on n'fait jamais les cosses à mitan, on fiête Sainte-Barbe quate jours durant. L'verdi au soir, i-a d'abord les vœux au commandant, l'diminche, l'messe à Saint-Quentin, l'ormisse des médalles à l'Hôtel de Ville et l'grand plucache à l'gaserne. L'lindi, ch'est Sainte-Barbette, ch'est l'jour où les pompiers, in cortèche, ave char et musique, veont rinte visite aux cafetiers de l'ville. Ceulle ainnée chi, i-aveot'ent pris pou thème : "l'Joyeusse intrée". Je n'deos pos vous faire ein dessin, vous avez compris d'qui on parleot ! On a jamais vu autant d'(fausses) tiêtes couronnées dins les rues d'no cité. Ein roi et s'reine in guéaune poussin, ein prince à grandes orelles, eine vielle reine pourménant ave s'tribune... tout c'bieau meonte intouré d'eine cour de sujets à qui i'n'falleot pos dire "l'roi beot" pou eusses avaler pintes su pintes. Pou mi, mes gins, ces brafes fieux i-z'ont toudis l'gosier... in feu !

I-a peine eine sémaine que l'meos i-a qu'minché qu'arrife su s'neuache, l'grand Saint-Nicolas, l'patreon des infants saches. Ceulle ainnée, l'brafe heomme à barpe blanque i-est bin imbêté, i-paraît que l'Père Fouettard, i-va devoir l'licincier ou alors l'passer à l'brouche à blanquir pasque, cha n'me fait pos rire, ceulle vielle traditieon, jusqu'à l'ONU, elle a trouvé constestatieon. Ch'est fini d'utiliser du noir, pour tout et partout, ch'est... raciste. On a passé oute ave no Tintin au Congo mais on a acore bin d'eautes plaintes su l'deos. D'puis qu'i-a intindu cha, Elio i-a l'pépète, i-a réuni s'gouvernemint pou trouver eine solutieon pou supprimer d'traval au noir, l'firme d'chucolat bin connue d'Bruxelles, elle ne peut d'jà pus pourméner s'n'éléphant à causse d'Gaïa, asteur, ch'est ave désespoir, qu'elle va devoir supprimer s'chucolat Noir de Noir, pou vous cauffer, ch'est fini d'acater des noirtes gaillettes, dins vo café, i-feaudra mette du lait, pasque désormais avaler ein p'tit noir cha risque d'ête mal considéré et les écrivains i-devreont écrire eusses-mêmes les lifes, on n'pourra pus utiliser ein nègre pou l'faire. J'vas arrêter ichi... rien que d'pinser à tout cha, j'd'attrape les idées noires... Mo Dieu, pardeon, cha m'a écappé.  

Pou des raiseons commerciales, on n'attind pus que l'Saint-Nicolas soiche passée pou ouvrir les marchés d'Noë. Saim'di dernier, l'Père Noël pourméneot su l'Grand-Plache dins ein p'tit train et Saint-Nicolas orcheveot les infants dins la Halle-aux-Draps. Si les infants les ont rincontrés tous les deux, on peut app'ler cha : "tuer deux mouques d'ein queop d'chabeot". Deux pou l'prix d'ein, on n'pourra pus dire que ch'est la crisse. Manquereot pus que d'voir arriver Marie Pontoise (l'cloque pou les ceusses qui n'seont pos d'Tournai) et ses oués et no bonheur i-s'reot complet.

A propeos du marché d'Noë su l'Grand-Plache, i-a beauqueop d'Tournisiens qui ont été surpris in découvrant l'publicité qu'elle éteot faite pa l'société qui l'organise : "Venez découvrir la Magie de Noël dans la cité des 4 clochers". I-a pou caire à l'rinverse in lisant des affaires parelles. J'sais bin que nos chinq clotiers seont cachés pa des toiles in c'momint mais i-feaut ête Inuit ou bin v'nir des îles Kerguelen pou écrire eine parelle sotrie. L'sang d'l'échevine chargée des fiêtes i-n'a fait qu'ein tour et elle a d'mindé d'ortirer toutes les affiches et les publicités su internet.

L'vingt'quate au soir ch'est l'Noë ! Dusqu'i-est l'temps, où les gins attindeot'ent que l'messe de minuit soiche terminée pou minger, d'ailleurs l'orpas d'famile i-aveot lieu l'jour de l'Noë. Asteur on comminche l'soir, on continue l'lind'main et on minge les restes l'troisième jour. Et chaque ainnée, l'feimme elle dit : 'J'pinse qu'on in aveot pris d'treop" et chaque ainnée, l'heomme i-répeond :"Bé ahais, mais t'as vu... t'mamère... elle a mingé comme ein moucheon et ch'est mi qui deot toudis m'in foute eine vintrée, je n'vas pus acore savoir fermer l'blouque de m'mareonne, si ch'est pos malhureux j'aveos fait régime à l'auteomne".

I-a tout jusse l'temps d'ête barbouillé et d'jurer, l'jour des Saints Innochints, que ch'est fini qui n'va pus minger ainsin et ov'là qu'on orcomminche à l'Saint-Sylvestre. L'foie gras, les huîtres, l'rôti d'pourchéau qui a fait soupette dins l'vin pou faire acroire que ch'est du marcassin, les croquettes, l'fromache, l'gateau à l'crème au bure, l'bistoule... milliards que tout cha i-est beon !

Ch'est beon, ch'est beon mais... attintieon, de n'pos croiser l'heomme au p'tit balleon, te pourreos ortourner à pied à t'maseon.

Après ein meos parel passé à boire et à minger, t'es presque tout contint d'orcommincher à ouvrer.


(lexique : veot : voit / décimpe : décembre / inter nous : entre nous / commincher : commencer / m'gramère : ma grand-mère / raviser : regarder / l'calinderrier : le calendrier / bramint : beaucoup / lommint : longtemps / les cosses : les choses / vir : voir / ein villache : un village / tertous : tous / l'prumier : le premier / ouèftent : travaillent  (du verbe ouvrer : travailler) / les cinsiers : les fermiers / jusse : juste / des chintaines : des centaines / queompter : compter / les cancheonnes : les chansons / tout dreot : tout droit / ête su l'zinc (ou ête berzèque) : être ivre / à mitan : à moitié / l'verdi : le vendredi / l'ormisse : la remise / les médalles : les médailles, les décorations / l'grand plucache : le repas important, le banquet / l'gaserne : la caserne / l'cortèche : le cortège / rinte visite : rendre visite / ceulle ainnée : cette année / guéaune : jaune / les orelles : les oreilles / pourménant : promenant / l'bieau meonte : le beau monde / les pintes : désigne ici les verres de bière / les fieux : forme picarde pour fils, ici braves garçons / l'neuache : le nuage / saches : sages / brafe : brave / l'barpe blanque : la barbe blanche / imbêter : ennuyer / l'brouche à blanquir : la brosse à blanchir, le pinceau / ête passé oute : être passé au travers / l'deos : le dos / avoir l'pépète : avoir peur / l'chucolat : le chocolat / cauffer : chauffer / acater : acheter / des noirtes gaillettes : des morceaux de charbon / les lifes : les livres / écappé : échappé / des mouques : des mouches / ein chabeot : un sabot, tuer deux mouques d'ein queop d'chabeot signifie faire d'une pierre deux coups / les oués : les œufs / caire : tomber / ein clotier : un clocher / eine sotrie : une sottise / l'orpas : le repas /  asteur : maintenant / t'mamère : ta mère / ein moucheon : un oiseau / eine vintrée : une ventrée, s'foute une vintrée signifie manger plus que copieusement / l'blouque : la boucle / l'mareonne : le pantalon / Innochints : Innocents / l'pourchéau : le porc, le cochon / faire soupette : tremper / acroire : croire / l'fromache : le fromage / l'bistoule : un café additionné d'alcool, spécialité régionale et du Nord de la France / ortourner : retourner / parel : pareil).

S.T. décembre 2013

18:55 Écrit par l'Optimiste dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : tournai, patois, picard |

Commentaires

Oh ça faisais un trop long moment que je n'étais pas venue vous lire Serge.
C'est toujours un plaisir de se promener sur votre blog, merci ami virtuel.
Passez de bonnes fêtes vous et tous ceux que vous aimez.
Amicalement Véronique.

Écrit par : V.Grimonprez | 14/12/2013

Répondre à ce commentaire

Toudis plaisant à lire.
Et dins les fiêtes, acore hureux que ç'l'ainnée, l'lindi perdu i cait l'treisse janvier. On ara eu l'temps d'éwider s'panche.

Écrit par : PLATEVOET | 16/12/2013

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.