30 nov.
2013

09:57

Tournai : expressions tournaisiennes (251)

I-feaut toudis garder s'calme !

 

J'ai décidé, aujord'hui, d'ête ein heomme d'beon consel et j'vas vous moutrer qu'i-feaut, dins toutes les circonstances (et i-d'a beauqueop tous les jours), savoir garder ein calme olympien (et pos, comme dit Edmeond, olympique), savoir comme ein inglais rester flegmatique, pouvoir rire guéaune comme ein asiatique ou garder l'air impassipe des inciens soviétiques.

Quand su l'autoroute, l'conducteur de l'auteo qui est in train d'vous doubler ravise s'portape puteôt que s'route et, sans l'ormarquer, s'approche d'vous presque à vous raser, i-feaut garder s'calme, car si, à c'momint-là, on deonne ein queop d'klaxeon, i-va avoir l'esquite et pétête perte l'directieon et... berdaf... ch'est l'imbardée dins laquelle on risque de s'ortrouver impliqué. 

Quand su l'autoroute, on suit ein camieon letteon, bulgare ou bin polonais et que l'chauffeur i-s'met tout à n'ein queop à zigzaguer, i-feaut garder s'calme, i-est pétête indormi, orwette s'gazette ou bin s'télé, à moinse qui n'soiche in train d'minger ou d'téléphoner.

Quand su l'autoroute, on aborde ein indreot ave des travéeaux , i-feaut toudis respecter les pannéeaux, i-feaut ralintir pou n'pos mette in dinger, les ouverriers qui seont in train d'ouvrer , i-feaut garder s'calme surtout quand, derrière, on veot arriver, plein gaz, ein abruti qui croit que l'limitatieon, ch'n'est pos pou li.

Quand su l'autoroute, inter Rumillies et Hertain, i-feaut, tous les chinquante mètes, éviter des treos d'chinquante chintimètes, i-feaut garder s'calme et slalomer, s'dire qu'au SPw, l'Wallonie picarte, i-a bin lommint que ceulle régieon où cha s'trouèfe on-l'a oblié.

Quand pa d'vant l'télé, on veot ein grand patreon partir à l'pinsieon ave un bonus greos comme ein porte-avieon, i-feaut garder s'calme, s'dire qu'in dix siept chint quater-vingt nuef, l'Révolutieon elle n'a servi à rien et qu'i-ara malheureus'mint toudis des supernantis et des moinses que rien.

Quand nos brafes policiers i-mettent l'main su ein taggeur et qui l'ortrouèf'tent d'jà in train d'pourmèner dins nos rues après eine heure, i-feaut garder s'calme. On peut pinser qu'i-a bin lommint que dins no pays, no justice elle est partie, bramint d'juges, asteur, seont les infants d'mille nuef chint soixante-huit et i-intintent, pétête acore, i-feaut bin l'dire, dins leu tiête, l'slogan : "il est interdit d'interdire". Si on est arrivé à eine parelle déconfiture ch'est pasque les gins n'eont pus du tout l'même culture mais au moinse comme cha on n'aurmente pos l'surpopulatieon qu'on a d'puis d'z'ainnées dins les priseons. A toute cosse, malheur i-est beon !

Quand, on attind pou payer dins ein grand magasin, que ce soiche à l'caisse six ou à l'caisse huit, et qu'on on veot l'file des visins, pourtant pus leonque, aller beauqueop pus vite, i-feaut garder s'calme, même au momint où l'feimme, comme eine hystérique, dins l'micreo, elle se met à berler pour avoir l'prix d'l'artique", on comprind que l'albran, pa d'vant, ave ein air annochint i-a acore oblié d'peser ses preones et ses rogins. L'pire ch'est que c'baudet, i-nous a acore fait l'queop l'sémaine passée.

Quand les piéteons prioritaires, su ein passache protégé, passe'tent ein à ein à l'plache de s'grouper, on a, à l'feos, l'invie d'démarrer et bin d'aller les arlocher, surtout quand i-nous orwettent ave ein air biête ou pou nous narguer, nous feont risette, i-feaut garder s'calme, pasque quand on déquind de s'n'auteo, qu'on est à pied, on s'fout aussi in rache su les eautes qui n's'arrête'tent pos.

Pa d'vant m'maseon, j'vous in ai d'ja parlé, l'chantier i-n'est pos 'cor terminé. Cha fait asteur près d'dix sémaines  qu'on essaie d'survife dins ein tas d'problèmes. Après l'poussière et l'bruit, ave les vibratieons, on tranne su nos cayères dins no saleon. Vous pouvez est seûr, mes gins, ch'n'est vraimint pos des cacoules quand on dit que l'rue disparaît asteur sous l'bédoule. Tous les dix mètes, i-a ein treos signalé pas des plastics et des potieaux, su l'pas de l'porte, on inliève ses sorlets pasque sineon, l'maseon elle est incrapée de l'cave au guernier. I-feaut garder s'calme, i-a du chimint plein les égouts, si l'pluèfe elle cait, i-n'avale'tent pus rien du tout et i-paraît que cha va durer jusqu'au meos d'mai si l'hivier i-n'est pos aussi leong qu'l'ainnée passée.    

I-feaut rester calme, i-n'feaut pos s'énerver, i-feaut respirer ein beon queop et cha va passer ! 

A forche d'garder ainsin s'calme, on va finir pa attraper des ulcères, faire des crisses de nerf ou bin avoir ein cancer, pasque ch'est prouvé pa les docteurs, pou vife vieux et pou ête bin portant asteur, i-feaut, à l'feos, savoir lâcher l'vapeur, j'vous veos d'ja v'nir, vous allez m'dire : "cha n'sert à rien", ahais, pétête, mais au moinse cha fait du bin l 

L'Optimisse i-a dit l'vérité, i-va acore s'faire exécuter ! I-va ichi s'mette à deos, les chauffeurs d'camieons, les mauvais conducteurs, l'meonte judicaire, les grands patreons, les bonzes du SPW et les piéteons prioritaires. Si tout ces gins i-feseot'ent comme i-doive'tent faire, bé, croyez-mi, i-l'ireot ein p'tit queop mieux su tierre.

 

(lexique : toudis : toujours / ein consel : un conseil (parlé on prononcera aussi cansel) / moutrer : montrer / beauqueop : beaucoup / ein inglais : un anglais / guéaune : jaune / incien : ancien / raviser : regarder / ormarquer : remarquer / ein queop : un coup / avoir l'esquite : avoir peur / pétête : peut-être / tout à n'ein queop : tout à coup / orwettier : regarder / à moinse que : à moins que / ein indreot : un endoit / les ouverriers : les ouvriers / ouvrer : travailler / inter : entre / les treos : les trous / lommint : longtemps / s'trouèfe : se trouve / l'pinsieon : la pension, la retraite / brafes : braves / pourméner : promener / bramint : beaucoup / asteur : maintenant / intinte : entendre / parelle : pareille / aurmenter : augmenter / eine cosse : une chose / les visins : les voisins / leonque : longue / berler : crier / l'artique : l'article / l'albran : le mauvais sujet / annochint : innocent / les preones : les prunes / les rogins : les raisins / ein passache : un passage / à l'plache : à la place / des invies : des envies / arlocher : secouer / faire risette : sourire / déquinte : descendre / s'foute in rache : se mettre en rage, en colère / pa d'vant : devant / tranner : trembler /les cayères : les chaises / seûr : sûr / des cacoules : des mensonges / l'bédoule : la boue / des potieaux : des poteaux / les sorlets : les souliers, les chaussures / incrapée : sale au poiont d'avoir du mal à récurer / l'guernier : le grenier / l'chimint : le ciment / l'pluèfe : la pluie / caire : tomber / l'meos : le mois / l'hivier : l'hiver / A forche : à force / pasque : parce que / vife : vivre / ahais : oui).

S.T. novembre 2013. 

09:57 Écrit par l'Optimiste dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : tournai, patois, picard |

27 nov.
2013

10:19

Tournai : les festivités de décembre

Le mois de décembre est traditionnellement celui durant lequel les festivités sont presque quotidiennes, celui de 2013 ne déroge pas à cette habitude.

 

Du 1er au 31 décembre, Grand-Place, tous les jours jusqu'à 22 h, "Le Village de Noël", chalets, animations diverses.

dimanche 1, Esplechin, salle de la Bascule, "Marché de Noël du Club des Jeunes de la Pérotte".  

Mardi 3, Auditoire du Séminaire, 13h45, "Le Déclin. La crise de l'Union européenne et la chute de la République romaine", conférence de David Engels, Historien, Professeur à l'Université libre de Bruxelles dans la cadre du cycle "Connaissance et Vie d'Aujourd'hui".

Jeudi 5, Maison de la Culture, salle Jean Noté, "Le passage du Nord-Ouest", présenté par Nadine et Jean Claude Forestier dans le cadre de l'Université du Temps Disponible.

Vendredi 6, Mourcourt, les Blés d'Or, "Marché de Noël".

Samedi 7, Maison de la Culture, salle Frank Lucas, 16h, "Toute seule", spectacle pour les enfants dans le cadre des "Après-Midi des Minis".

Samedi 7, 20h et dimanche 8, 18h, salle La Fenêtre, "Les Pavés du Parvis", spectacle mis en scène par Philippe Laurent, dans le cadre du Samedi des Planches.

Samedi 7, Maison de la Culture, salle Jean Noté, 20h,  "la Bertitude desChoses", spectacle del'humoriste flamand Bert Kruismans.

Dimanche 8, Esplechin, église, concert de Sainte-Cécile de la fanfare les Gais Amis.

Mardi 10, Maison de la Culture, salle Jean Noté, 20h, nouveau spectacle de "La Framboise Frivole".

Jeudi 12, Maison de la Culture, salle Jean Noté, "Y-a-t-il une morale universelle ?", conférence de Guy Haarscher, Professeur émérite de l'U.L.B, dans le cadre de l'Université du Temps Disponible.

Jeudi 12, Hôtel de Ville, "L'anévrisme de l'aorte abdominale", conférence du Docteur Philippe Devaux, chirurgien vasculaire au CHWApi dans le cadre des "Conférences Santé".

Jeudi 12, Maison de la Culture, salle Frank Lucas, 20h, "An Pierlé en concert".

Jeudi et Vendredi 13, église Saint-Jacques, 20h, "Gospel For Life" concert avec Mister Didier Likeng et le Gospel Wings Lead Singers, plus de 100 choristes pour une soirée philanthropique.

Vendredi 13, Maison de la Culture, salle Jean Noté, 20h, "Natasha Saint-Pier" en concert.

Vendredi 13, Templeuve, église Saint-Etienne, 20h, "Concert de Noël" avec les Cadets et l'Orchestre à Cordes du Conservatoire de Tournai sous la direction de Christiane Diricq, les Classes d'Orgue sous la direction de Fabienne Alavoine, les flûtes à bec des P'tits Colibris sous la direction de Christophe Watteau, soirée au profit des enfants de l'enseignement spécialisé les "P'tits Colibris".

Vendredi 13, Mourcourt, Centre Culturel, rue du Vieux Comté, 20h, "Les Croque-Notes chantent Brassens".

Vendredi 13, samedi 14 et dimanche 15, Halle-aux-Draps, traditionnel "Marché de Noël".

Samedi 14, Froyennes, Foyer-Saint-Eloi, "Marché de Noël".

Samedi 14, Maison de la Culture, salle Frank Lucas, à 15 et 17h, "Kubik" par le Théâtre de la Guimbarde et Teatro Paraiso, spectacle familial mis en scène par Charlotte Fallon.

Samedi 14, traditionnelle marche des illuminations, une organisation du club Mont-Marche

Dimanche 15, Maison de la Culture, salle Jean Noté, 17h30, "Grand Concert Viennois" par l'Ensemble instrumental de Wallonie dirigé par Giovanni et Jean Luc Votano, une organisation de la Confrérie des Cinq Clochers au profit de l'enfance déshéritée du Tournaisis.

Mercredi 18, Centre de la Marionnette, 16h, "Scènes à Noël, le Cinéma du Père Noël", spectacle tout-public.  

Jeudi 19, Maison de la Culture, "Le Roi en son jardin. Le Parc de Versailles", par Grégory Vroman, Historien de l'Art, dans le cadre de l'Université du Temps Disponible. 

Vendredi 20, Salle la Fenêtre, 20h, "Cabaret de Noël" par les Souffleurs de Mots, spectacle d'improvisation.

Vendredi 20, Maison de la Culture, salle Jean Noté, 20h, "les Okidoks", spectacle au profit de l'Apedaf

Samedi 21, Maison de la Culture, salle Frank Lucas, 14h, "Le rêve d'Ariane" ou "L'histoire du quatuor à cordes racontée aux enfants", avec le quatuor Alfama et Ariane Rousseau, dans le cadre du 12e Festival européen du quatuor à cordes "Les Voix Intimes".

Samedi 21, Maison de la Culture, salle Frank Lucas, 20h, concert du quatuor à cordes "Alfama", dans le cadre du 12e Festival européen des quatuors à cordes "Les Voix Intimes".

Samedi 21 et dimanche 22, Centre de la Marionnette, 16h30 et 18h, "Scènes à Noël, le Cinéma du Père Noël", spectacle tout-public.

Vendredi 27, 17h et samedi 28, 15h et 17h30, Maison de la Culture, salle Frank Lucas, "Un petit soldat de plomb", par la "Cie Arts et Couleurs", spectacle pour enfants, dans le cadre des "Après-midis des Minis".

Mardi 31, Grand-Place, minuit, "Feu d'artifice de l'an neuf"


expositions :

du 7 au 15, Pont des Trous, rive droite, de 10 à 20h, "Biométalk" Thierry Roland Tiston.

voir également les prolongations d'expositions déjà programmées le mois précédent en consultant les "festivités de novembre"

     

(N.B. : programme susceptible d'ajouts ou de modifications).

 

S.T. novembre 2013

 

25 nov.
2013

10:05

Tournai : l'année 1850 sous la loupe (2)

Durant les mois d'été de l'année 1850, bizarrement, ce sont les faits divers violents qui vont principalement alimenter la colonne de la rubrique "Chronique locale".

Suicide !

"On a retiré de l'Escaut le cadavre du nommé Dominique Delporte, ouvrier teinturier, disparu depuis huit jours. Ce malheureux, que son ivrognerie avait fait chasser de plusieurs fabriques, étant sans travail, résolut d'en finir avec la vie. Afin de mieux consommer son suicide, il s'était lié les jambes avant de mettre son funeste dessein à exécution".

Découvrant de nos jours un corps dans l'Escaut dont les jambes sont liées, les enquêteurs concluraient-ils, automatiquement, dès le moment de la découverte à un suicide, comme c'est le cas dans un article paru le jour même ?

Duel sur le pré

Le duel sur le pré pour venger son honneur, une tradition bien vivace à l'époque, qui subsistera encore au début du XXe siècle. Voici ce qu'on pouvait lire dans l'édition du Courrier de l'Escaut du 11 juin 1850 :

"Ces derniers jours, quatre officiers français, sont venus se battre en duel derrière la ferme Lagache, au faubourg de Lille. Deux des combattants ont été blessés, l'un à la figure, l'autre à la poitrine. Le duel a eu lieu au sabre. Un chirurgien avait accompagné ces messieurs".

Bagarre générale aux portes de Saint-Piat

De toutes les époques, les soldats en permission ont parfois été à l'origine de bagarres dans ou aux alentours des cafés de la rue Saint-Piat ou, par la suite, de la place Saint-Pierre. C'était le lot des villes de garnison car le service militaire amenait des jeunes issus de tous les milieux sociaux. 

"Le 17 juin, la rue Delplanque a été mise en émoi, vers neuf heures du soir, par une rixe qui venait d'éclater entre une dizaine de chasseurs à pied et autant de jeunes gens qui revenaient du faubourg de Valenciennes. Dans la lutte, un de ces derniers a reçu un violent coup de sabre à la tête qui le renversa sans mouvement. Transporté à l'Hospice de Vieillesse, l'économe Mr. Thiébaut  donna les soins les plus empressés qui lui firent reprendre ses sens. On dit que l'agression est venue de la part des militaires qui voulaient tenir en maître le pavé, venant de front, en chantant leur refrain favori "Qui n'ont jamais peur". Un lieutenant qui passait a pris les noms de ces militaires et leur a intimé l'ordre de rentrer à la caserne. Quand donc va-t-on comprendre la nécessité de priver de leur sabre les soldats hors service ?"

On appréciera l'expression : un soldat hors service !

Les portes de la ville.

Le mercredi 10 juillet, le journal annonce que le passage de la porte Saint-Martin sera interdit le vendredi 12, à partir d'une heure de l'après-midi, pour des réparations à faire au pont-levis.

Le démantèlement des remparts ne sera réalisé que bien plus tard. 

On ne badine pas avec la décence

Il existe encore des censeurs et ceux-ci n'hésitent pas à écrire au journal pour faire part de leurs doléances, en espérant, secrètement, que "Qui de droit" prendra connaissance de leurs déclarations.

"Il existe un abus auquel on peut, auquel on doit remédier immédiatement et qu'il faut signaler à la police pour qu'il cesse dès aujourd'hui. C'est l'impudence révoltante avec laquelle des enfants, des jeunes gens, vont se baigner aux portes même de la ville et se promènent, au sortir de l'eau, dans l'état le plus indécent jusqu'auprès des balustrades qui bordent le voie publique, blessant les regards involontaires des personnes honnêtes qui passent et offrant une infâme pâture à la lubricité de créatures misérables qui semblent venir à dessein pour se repaître d'un spectacle immoral. L'autorité nous saura gré, sans doute, d'avoir appelé son attention sur l'incurie de ses agents chargés de réprimer les attentats à la morale publique". 

L'auteur de cette lettre serait qualifié de "Père la Vertu" à notre époque où la nudité s'étale sur les publicités, dans les magazines, à la télé, mais pas encore... à la radio ! Quant à l'expression "les passants honnêtes", on la retrouvera, dans un contexte similaire, un siècle plus tard, dans la chanson : "Les bancs publics" de Georges Brassens !

La société d'alors générait-elle le mal être ?

"Ce mercredi 21 août, on a trouvé étendu dans son bureau, Mr. A, vérificateur des poids et mesures. Il s'était fait sauter la cervelle (expression utilisée à l'époque) et tenait encore en mains le pistolet qui avait consommé son suicide". 

Le soir, un soldat du 2e Chasseur à pied s'est suicidé en se jetant dans l'Escaut

Et le journaliste de conclure : "deux suicides en un jour ! Dans quel temps vivons-nous, bon Dieu" ! 

Concert de gratitude !

"Le vendredi 20 septembre, en la salle du Parc, la société des Orphéonistes donne un concert aux dames qui ont bien voulu lui offrir une nouvelle bannière. Pour les personnes non invitées, le cachet est fixé à trois francs".

Le décès de la reine Louise-Marie.

"La santé de la Reine inquiète profondément les Tournaisiens, celle-ci est affectée par le décès de son frère, l'ancien roi de France Louis-Philippe. Elle se repose à Ostende et son état de santé inspire les plus vives inquiétudes au point que le lundi 7 octobre débutait une neuvaine de prières à la chapelle de l'Archiconfrérie du Très Saint et Immaculé Cœur de Marie, en la paroisse Notre-Dame pour obtenir du Ciel la guérison de notre Reine bien-aimée. Celle-ci est suivie par l'élite de toutes les paroisses et par toutes les communautés religieuses que compte la ville".

Le dimanche 13 octobre, le journal parait bordé d'un large liseré noir et porte en pleine page ce seul titre : "Mort de S.M. la Reine des Belges". Pendant une semaine, de très nombreux articles seront consacrés à la défunte, à ses funérailles, à des témoignages de personnes connues, à un courrier des lecteurs...

Au signal donné par le bourdon de la cathédrale, toutes les cloches des églises de la ville sonnent le glas tandis qu'un drapeau noir, en signe de deuil, est arboré sur la tour du beffroi. Durant les jours qui suivent, différentes associations organisent des offices en sa mémoire.

Le vol sévèrement puni.

Le 18 décembre, la Cour de Cassation s'occupe des deux pourvois introduits par un même individu qui a été condamné dans la même session à quatre jours d'intervalle.

"Le Sieur Louis-Joseph Duval, dit le Berger, âgé de 53 ans, journalier, demeurant en dernier lieu à Lamain (village rattaché à Tournai en 1977 lors de la fusion des communes), avait été condamné à 15 années de travaux forcés avec exposition, le 11 novembre 1850, par la Cour d'Assises du Hainaut. Il avait été reconnu coupable d'avoir, dans la nuit du 27 au 28 octobre 1843, volé, à Lamain, au préjudice de Séraphin Hoël, marchand boutiquier, plusieurs pièces de toile, une balance servant à peser l'or et l'argent et une somme de 12 francs environ dans le tiroir du magasin. Dans la nuit du 12 au 13 juillet 1842, à Marquain, au préjudice du Sieur Tonneau, receveur des Contributions, avoir commis un vol de 3.130,82 francs provenant de la recette, 1.400 francs de ses deniers particuliers, six couverts, une louche et 5 cuillères à café en argent, ainsi que des serviettes, une nappe de table et des boutons de chemise en or à la servante, Marie-Thérèse D. Les pourvois sont rejetés et les peines confirmées".

Il n'y a pas de jeunesse

Les faits divers actuels nous permettent de constater que la violence débute de plus en plus tôt, il n'est pas rare de voir des mineurs, auteurs de faits délictueux.

A la fin du mois de décembre 1850 : "la police annonce l'arrestation de six individus âgés de 12 à 16 ans dont la principale occupation était d'exploiter des magasins et des boutiques. Ils ont été écroués à la prison des Carmes".

Voilà que se termine cette rétrospective des faits qui se déroulés à Tournai durant l'année 1850. Vols, meurtres, suicides, incendies, rixes... sont exécutés avec d'autres moyens mais prouvent que les préoccupations de la vie quotidienne n'étaient pas profondément différentes de celles d'aujourd'hui. Notons cependant qu'ils étaient plus sévèrement punis que maintenant.   

 

(source : Le Courrier de l'Escaut, éditions de l'année 1850).

S.T. novembre 2013

 

23 nov.
2013

10:33

Tournai : expressions tournaisiennes (250 bis)

On jeue les prolongatieons !

J'aveos pourtant pinsé avoir été bin clair, à l'fin de m'n'artique paru l'sémaine dernière, j'aveos décidé d'infin printe m'pinsieon pou pouvoir lusoter, m'orposer dins m'maseon. J'n'aveos pos queompté orchevoir tant d'commintaires qui m'ont tertous d'mindé de n'pos laicher caire.

Du queop, j'ai été vite orpris pa m'vieux démeon et d'jà lindi j'sus passé à l'maseon d'Edmeond.

"Neon, neon, l'amisse, je n'sus pos d'accord qui m'a dit, t'aveos dit que ch'éteot l'dernière feos, que ch'éteot fini qu'à partir d'asteur te n'alleos pus parler d'mi, et t'est d'jà à m'cloquette, i-n'feaut pos t'foute d'mi".

"J'n'in peux vraimint pos si in quate ou chinq ainnées, ave Fifinne te soiches asteur si renommé. Après tout, ch'est grâce à mi ceulle célébrité, à l'plache de berler te devreos m'ormercier".

J'vas donc orprinte les avintures de l'imblavé et vous raqueonter tout c'que dins s'vie i-a fait !

Jusqu'à ses quinze ans, i-a usé ses feonds d'mareonne, su les bancs d'l'école communale à Caleonne. In primaire, i-est toudis arrivé à l'cloquette, su l'route i-jeueot à marpes ou bin à l'guilette. Tout l'journée, i-raviseot les mouques au plafeond et i-lincheot des maclottes su ses compagnieons. Mais pou n'pos treop s'fatiguer ch'éteot ein malin, ein bieau jour qui deveot faire eine rédactieon su l'train, i-a écrit : "on d'veot aller à Roubaix mais à causse de l'grèfe on est resté su l'quai, je n'sareos vous pos parler d'm'voyache in train, pou cha i-areot fallu que j'sache meonter d'dins". Su l'bulletin, l'maîte i-écriveot à propeos d'Edmeond, i-n'est éveillé que pindant l'récréatieon ! Quand i-est arrivé à l'fin d'école communale, i-n'a pos réussi l'examen cantonnal.

A dix-siept ou dix-huit ans, not' amisse Edmeond, i-est parti ouvrer comme métalo chez Carteon. Là-vas, on n'peut pos dire qu'i-s'a cassé l'tiête, l'meilleu des momints ch'est... quand i-f'seot malette. I-falleot l'vir minger ses tarteines au gambon que l'mamère elle prépareot pou s'grand garcheon. A l'atelier, on n'peut pos dire que ch'éteot ein crack, i-aveot surtout beauqueop d'blaque, pos beauqueop d'toubaque. Ête foutu déhors, i-n'aveot pos d'bile à s'faire, falleot avoir tué s'mopère ou bin s'mamère. Mais ein bieau matin d'été, l'crisse est arrivée, chinquante ouverriers, à l'cour ont été rués. Vous comperdez bin que cha n'a pos fait eine, l'paufe Edmeond i-s'a ortrouvé à l'Onem.

"Vu vot' Cv, j'ai pos bramint à proposer, ch'est avant tout des responsapes qu'on deot trouver, inter nous vous n'présintez pos les qualités, je n'sais pos quoisque j'pourreos bin 'chi vous deonner".

"Vous avez b'soin responsapes, feaut pos hésiter, vous pouvez m'inscrire, j'sus votr'heomme tout désigné" qui a dit sans aucune hésitatieon no n'Edmeond, j'vas ichi vous deonner des eximpes, m'garcheon.

Quand l'chef demindeot "Qui a mal mis les bouleons ?" à l'atelier tout l'meonte répondeot : "ch'est Edmeond". Quand l'feimme d'ouvrache diseot "qui a sali les toilettes ?", on m'montreot in disant ch'est 'core la vedette ! Quand l'pointeusse, ein bieau, jour elle a été calée, l'responsape ch'éteot mi, falleot pos caché. Veyez, j'éteos responsable d'tout chez Carteon, j'in feseos même puque que les ceusses de l'directieon.  

"J'cache après ein ouvreu pos ein cafouilleu",

"Ah mo Dieu, feaut pos ête ainsin mourdreux"

Comme i-aveot marre de toudis rincontrer l'loustic, i-li a trouvé eine plache à l'propreté publique et tout au leong d'eine sainte année ave s'carette, Edmeond i-f'seot l'chasse aux mégueots et aux canettes. Li, qui pindant s'vie n'aveot jamais feumer, ramasseot les cigarettes qu'on aveot ruées. Et au soir, pindant l'souper, à l'tape de cuisine, il f'seot l'rapport de s'journée à Fifinne. Te verreos, Fifinne, l'crasse dins les rues de l'ville, j'pinseos qu'les garcheons éteot'ent pire que les files, bé j'in sus orvenu et j'deos bin l'avouer, comme on dit : ch'est les mêmes tiêtes sous les mêmes bonnets. Tous les matins, elles veont à l'boulangerie du coin, elles minge'ent ein morcieau et ru'tent l'mitan du pain. I-feaut faire attintieon, i-a même des riches podingues qui laiche'tent caire dins les rigoles les vielles serinques. Si ein infant, pou jeuer, prind cha dins ses mains, i-pourreot ête malate du jour au lind'main.

D'puis l'velle d'l'an deux mille, Edmeond i-est ortraité et ave s'feimme i-n'a jamais autant ouvré, l'gardin, les commissieons, l'orpassache et l'buée, i-s'plaint toudis qui n'a pos assez d'ses journées, quand, au soir, dins s'lit, i-a mau à tous ses ossieaux, i-orgrette bin souvint l'temps béni quand i-ouvreot. 

Final'mint, i-est tout hureux quand j'viens l'vir, ch'est alors ein des rares momints qui peut s'assir, s'servir eine pinte, l'intinte canter, l'déguster et s'foute de l'mousse jusqu'à z'orelles d'bénaiss'té.

Quand i-a été sur l'zinc, i-a souri et i-a dit, après tout, sais-te, te peux acore bin parler d'mi. Ainsin i-ara pétête eine suite à c'luméreo, j'ai mis ein "bis" pasqu'in mi-même je n'sais pos d'treop, si Edmeond et Fifinne veule'tent bin acore m'aider alors j'arais toudis eine pétite séquoi à vous raqueonter.   

(lexique :  jeuer : jouer / ein artique : un article / printe m'pinsieon : prendre ma pension, ma retraite / lusoter : flâner / m'orposer : me reposer / queompté orchevoir : compté recevoir / tertous : tous / laicher caire : laisser tomber / du queop : du coup (dans le sens de dès lors) / l'amisse : l'ami / l'cloquette : la clochette (venir à l'cloquette c'est venir sonner) / t'foute d'mi : te moquer de moi / soiches : sois / ceulle : celle / berler : crier, hurler / ein imblavé:  un faiseur d'embarras / raqueonter : raconter / l'mareonne : le pantalon, la culotte / jeuer à marpes : jouer aux billes / l'guilette : jeu d'enfant dangereux consistant à soulever un bâton avec un morceau de bois et à le frapper pour le lancer le plus loin possible, il fut interdit) / les mouques : les mouches / les maclottes: les boulettes de papier mâché / ouvrer : travailler / là-vas : là bas / faire malette : manger le contenu du sac emporté par les ouvriers sur le lieu de travail / des tarteines au gambon : des tartines au jambon / eine blaque : petite bourse en cuir ou peau dans laquelle le fumeur transportait son tabac / du toubaque : du tabac (l'expression avoir plus de blaque que d'toubaque signifie être fort en gueule)  / s'mopère : son père / s'mamère : sa mère / les ouverriers : les ouvriers / ruer : jeter / l'Onem : en Belgique, agence pour l'emploi / bramint : beaucoup / des eximpes : des exemples / ein garcheon : un garçon / cacher : s'utilise pour chercher / puque : plus / les ceusses : ceux / ein ouvreu : un travailleur / un cafouilleux : un désordonné, un bricoleur dans le mauvais sens du terme / ein mourdreux : un hargneux / les mégueots : les mégots / feumer : fumer / l'tape : la table / les files : les filles / orvenu : revenu / l'mitan : la moitié / ein podique : jeune homme à embarras, esbroufeur / les serinques : les seringues / l'orpassache : le repassage / l'buée : la lessive / avoir mau : avoir mal / les ossieaux : les os / vir : voir / canter : chanter / l'bénaiss'té : la joie / ête su l'zinc : être au bord de l'ivresse / pétête : peut-être / l'luméreo : le numéro : eine pétite séquoi ; un petit quelque chose).

S.T. Novembre 2013     

 

 

 

 

   

10:33 Écrit par l'Optimiste dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : tournai, patois, picard |

20 nov.
2013

10:05

Tournai : l'année 1850 sous la loupe (1)

En cette année 1850, alors que la Belgique a conquis son indépendance depuis vingt ans, on assiste, le 5 mai, à la création de la Banque Nationale de Belgique à qui la loi attribue le monopole de l'émission des billets de banque et, quatre jours plus tard, à celle de la Caisse Générale de Retraite placée sous la garantie de l'Etat.

La même année, aux Etats-Unis, si une loi promulgue l'interdiction de l'esclavage en Californie, celui-ci est toujours présent dans de nombreux autres états comme le Nouveau-Mexique ou l'Utah.

L'année 1850 est celle des disparitions, entre autres, de l'écrivain français Honoré de Balzac, décédé le 18 août à l'âge de 51 ans et de Louise-Marie d'Orléans, seconde épouse du roi Léopold Ier de Belgique, décédée à Ostende, le 11 octobre.

En cette même année, un tableau monumental fait parler de lui tant en Belgique qu'à l'étranger : "Les Têtes Coupées ou les derniers honneurs rendus aux comtes d'Egmont et de Horne", une œuvre du peintre romantique tournaisien Louis Gallait qui inspire une admiration teintée d'effroi aux amateurs de peinture.

A Tournai, la vie suit son cours, l'épidémie de choléra est terminée depuis le dernier trimestre de 1849. 

Durant les six premiers mois de cette année 1850, la presse ne révèle aucun évènement notoire, aucune information qui ferait aujourd'hui la "une" des journaux. Tout semble calme et la politique ronronne entre élaboration du budget, réorganisation du Mont de Piété, examen des comptes du Bureau de Bienfaisance ou de ceux de l'Athénée.  

Comme nous en avons pris l'habitude, certaines relations écrites en italique sont les transcriptions fidèles des articles de l'époque avec l'orthographe utilisée par leurs auteurs, remarque à l'attention des derniers puristes de la langue française pour qui l'orthographe et le style, tellement bafoués à notre époque, représentent un patrimoine en péril qu'il est peut-être encore temps de sauvegarder, mission peut-être impossible à laquelle ils s'attachent ! 

Remarquons que le journal paraissait alors le 1er janvier, une date qui ne semblait pas être considérée comme un jour férié.

La charité.

Ce jour-là, le journal annonce que :

"Mr. l'abbé Dujardin a distribué, hier, à chacun des jeunes garçons qui fréquentent l'Ecole dominicale, un bon d'un kilog. (!) de viande de 1ère qualité. On se rappelle que lors de l'épidémie, ce respectable ecclésiastique avait encore fait une pareille distribution. Des traits d'une bienfaisance si généreuse n'ont pas besoin d'éloge. Puissent-ils avoir des imitateurs

Un siècle et demi plus tard, la distribution de colis alimentaires dans les entraides paroissiales, les Restos du Cœur, la maison des Familles ou la Maison du Pichou à Saint-Piat... doivent, hélas, encore être les imitateurs de ce généreux abbé. Le progrès n'a pas éradiqué totalement la misère, ce serait peut-être même le contraire !

Annonce pour une maison à louer !

La quatrième page du journal est alors consacrée aux ventes ou locations de maisons, de terrains et même... de fumier.

Dans une édition du début du mois de janvier, on peut lire la description suivante d'un bien mis en location :

"A louer, à Tournai, pour entrée en jouissance de suite, Une BELLE maison située à l'angle des rues des Ingers et Sainte-Catherine, ayant une entrée sur chaque rue, comprenant, au rez-de-chaussée, une pièce servant actuellement de boutique, salle à manger, salon, grand corridor, cuisine, four à cuire le pain, écurie pour deux chevaux, cour et jardin. A l'étage, six belles chambres plancheuses dont plusieurs avec alcôve. Elle comporte en outre : un puits, une citerne, trois belles caves, de vastes greniers. S'adresser pour traiter à Maître Cherquefosse, Notaire à Tournai".

Toujours les incendies.

Au milieu du XIXe siècle, les incendies sont nombreux et les moyens pour les combattre ne sont pas aussi sophistiqués que ceux de notre époque. Voici une relation découverte dans le journal du 18 janvier 1850 :

"Ce matin, vers 8h1/2, un incendie éclatait à la rue du Curé Notre-Dame, chez le sieur Fievet, traiteur, qui en fit immédiatement prévenir quelques-uns des Volontaires-Pompiers. Ceux-ci après quelques instants de travail s'aperçurent qu'ils ne pourraient le maîtriser sans le secours d'une pompe à incendie qui fut immédiatement amenée sur les lieux accompagnée de nombreux Volontaires et bientôt l'on n'eut plus rien à craindre. Le pompier L. Ritte qui s'était déjà distingué à l'incendie de Leuze par son intrépidité a été blessé en tombant avec l'âtre d'une cheminée de l'étage au rez-de-chaussée. Les autorités civiles se trouvaient sur les lieux où se faisait remarquer Mr. le Doyen de Notre-Dame, arrivé l'un des premiers. On tremble quand on pense aux ravages qui auraient pu résulter de l'incendie s'il eût éclaté la nuit".

Question : mais que faisait donc le doyen pour se faire remarquer ?

Les accidents de la circulation

La circulation est piétonne ou hippomobile, cela n'empêche pas les accidents, parfois graves, de la circulation comme en témoigne ce fait divers paru dans l'édition du 5 mars du Courrier de l'Escaut :

"Le 4 mars, vers 10h du matin, un officier d'artillerie, emporté par son cheval qui s'était effrayé à la Porte de Valenciennes, alla donner de la tête contre la muraille de la Montagne des Récollets. Quoique blessé, le cavalier voulut encore maîtriser son coursier indocile mais, ses forces l'abandonnant, il lâcha bride et voulut sauter en bas, il fut retenu par un étrier et traîné pendant plusieurs minutes. Ce fut alors que plusieurs personnes vinrent lui porter secours en arrêtant le cheval. Le cavalier fut conduit à l'Hospice de la Vieillesse (tout proche) où le directeur, Mr. Thiébaut, lui pratiqua les soins les plus empressés. Quelques instants plus tard, une voiture le transportait à son domicile".

Conflit d'intérêts ou souci de cumuler

Entre les journaux de l'époque, il y avait souvent des échanges de remarques acerbes, le fair-play ne semblait pas régner, ainsi dans le Courrier de l'Escaut du 12 mars, on peut lire dans la chronique locale :

"Le Journal de Tournai a déclaré la guerre à Mr François Nève parce que celui-ci n'a pas donné sa démission, comme échevin, après sa nomination comme Directeur du Mont de Piété. Les attaques de ce journal, quoiqu'ayant en apparence pour but l'intérêt public, sont en réalité, dictées par un esprit de vengeance personnelle".

On ne pouvait être à la fois échevin et Directeur du Mont de Piété puisque cet organisme était régi par l'autorité communale. Mr. Nève explique que cet organisme étant en pleine réorganisation, il attendait que celle-ci soit effective pour prendre sa décision de démissionner de sa fonction d'échevin. Peut-être ne voulait-il pas lâcher la proie pour l'ombre ou bien souhaitait-il, provisoirement, prolonger son mandat d'échevin !

La contestation n'est pas de mise.

"Un ouvrier ébéniste tournaisien a été condamné (au mois de mars 1850) à 10 jours de prison par le tribunal correctionnel de la cité des cinq clochers pour "avoir placardé des affiches incendiaires qui portaient ceci : Vive la France, Vive la République, Ouvriers, levez-vous, il est temps". Sur les déclarations de l'ouvrier ébéniste que c'était son maître qui l'avait chargé d'afficher ce placard, le patron fut également poursuivi et condamné à un mois d'emprisonnement, peine qui fut ensuite élevée par la Cour d'Appel à six mois, celle de l'ouvrier restant la même".

On se met à rêver que les tagueurs imbibés d'alcool ou de stupéfiants qui, profitant de la nuit, étalent les œuvres issues de leur immaturité sur les façades de nos maisons soient tout autant condamnés par la justice actuelle !

Rebondissement judiciaire. 

L'affaire dite du "Maugré" qui s'est déroulée à Maubray connait un rebondissement comme l'annonce le journal du 11 avril :

"La Chambre du Conseil du Tribunal de Tournai vient de renvoyer devant la Chambre des mises en accusation, le nommé Adrien Vico, son fils, sa fille et son gendre comme prévenus de s'être rendus coupables de tentative d'assassinat pour le fait duquel le nommé Lacquemant a été dernièrement exécuté à Maubray. Les prévenus ont avoué leur complicité".

Accident du travail évité par... une cascade !

Elle peut prêter à sourire cette information parue dans l'édition du 17 avril :

"Le surveillant des travaux qui s'exécutaient à la station est tombé à la renverse dans le fossé qu'on était occupé à piloter (enfoncer des pilots). Par bonheur, il rencontra dans sa chute un sommier qui lui fit faire un demi-tour de manière qu'il tomba sur ses pieds. Il en a été quitte pour quelques contusions".

Simple question : mais que faisait donc ce sommier à cet endroit ? Etait-ce déjà un dépôt sauvage ?

Le retour de "Qui de droit"

J'aime particulièrement cette expression qu'on n'utilise plus guère de nos jours : s'adresser à "Qui de droit", ce personnage nébuleux, cette sorte d'Arlésienne, qui devait être au courant de tout et devait remédier à tout et qu'il fallait souvent interpeller car on se rendait compte qu'il ignorait souvent beaucoup de choses. "Qui de droit" avait tous les pouvoirs, il suffisait de l'interpeller mais jamais il ne se manifestait pour répondre aux demandes de ceux qui s'adressaient à lui et rarement donnait suite à celles-ci.

Le 23 mai, le journal s'adresse à lui :

"Nous appelons l'attention de qui de droit sur le mauvais état du pavement des rues de notre ville, en général, celle de la grande voirie se fait particulièrement remarquer sous ce rapport, et il y a, pour ne pas dire plus, négligence bien grande de la part de ceux que la chose concerne à les tolérer ainsi. Nous espérons que notre appel sera entendu et que l'on ne nous forcera pas à les renouveler".

Pourtant en 1849 (voir articles précédents), pareille remarque avait déjà été portée à la connaissance de qui de droit et celui-ci continue à faire... la sourde oreille. Décidément, on a eu du mal à imaginer que cela se passait déjà il y a un siècle et demi. Que le suivi des travaux est une tache bien lourde pour... qui de droit !

 

 

(source : les éditions du Courrier de l'Escaut parues durant l'année 1850)

(S.T. novembre 2013).

 

 

18 nov.
2013

09:15

Tournai : l'année 1849 sous la loupe (3)

Nous voici arrivés au troisième et dernier volet de cette rétrospective des faits qui marquèrent l'année 1849 à Tournai. Je rappelle que pour conserver la "saveur" des informations publiées dans la chronique locale du journal de l'époque, le texte est parfois reproduit in extenso, il est alors en italique. Les titres, absents à l'époque, on été ajoutés.

Sauvetage dans l'Escaut.

Un fleuve qui traverse une ville s'avère souvent être une source d'accidents en raison de chutes accidentelles et, le plus souvent, volontaires.

"Le 24 août, vers 5h (de relevée), le Sieur Louis Moulron, compagnon-treilleur, a sauvé d'une mort certaine un petit garçon de 4 ans qui était tombé dans l'Escaut près du quai des Quatre Bras. N'écoutant que son courage, le Sieur Moulron, s'élança tout habillé dans le fleuve et fut assez heureux pour saisir l'enfant au moment où il allait disparaître sous les eaux et pour le rendre, sain et sauf, à sa mère".

Le choléra dure depuis plus de huit mois.

En septembre, le choléra continue à exercer ses ravages et on invoque le Ciel.  

Le dimanche 16, la vaste nef de la cathédrale Notre-Dame ne put contenir la foule qui s'y pressait dans un pieux recueillement pour assister à la messe chantée à l'invocation de Saint-Eleuthère, patron de la ville.

Comment doit-on comprendre le sens de la dernière phrase ?

Jusqu'à la fin des années cinquante, un cirque était présent à Tournai lors de la kermesse de septembre. Cette coutume existait déjà en 1849 puisque le journal nous informe que :

"Le Cirque National est présent dans le cadre de la kermesse de septembre. Décrire l'adresse des deux écuyers Mrs. Cignac et Monfroid est presque impossible, que de grâce et d'habileté dans l'exécution des mouvements, que d'attraits dans les exercices d'un genre nouveau...() Que le public se presse d'assister au spectacle car ces deux messieurs n'en ont plus pour longtemps !

Le numéro présenté était-il à ce point dangereux ?

Le danger de jouer avec des allumettes.

Le 29 septembre, vers 3h, un incendie s'est déclaré dans une maison de la rue de France. Grâce aux actifs et intelligents travaux de nos pompiers et à la coopération d'une grande partie de notre population accourue sur les lieux, il a été possible de se rendre, en peu de temps, maître du feu. Quoiqu'il en soit, le sinistre a été considérable ! On en attribue la cause à l'imprudence d'un enfant qui aurait joué avec des allumettes phosphoriques dans un grenier plein de foin et de paille.

Apprécions la précision : une grande partie de la population est accourue sur les lieux, probablement celle qui habitait le voisinage car la ville comptait à ce temps-là près de 30.000 habitants !

Un meurtre à Maulde.

"C'était plus calme avant, on n'entendait pas parler de tout cela...", combien de fois avons-nous déjà entendu prononcer ces mots lors de la relation d'un fait divers actuel concernant les vols, viols ou assassinats ? La violence est de toutes les époques, hélas, et le fait qui se déroule le 29 septembre 1849 le démontre.

"Le dimanche 11 novembre, un meurtre a été commis dans la soirée, à Maulde (précision : il s'agit d'un village distant d'une dizaine de kilomètres de Tournai, rattaché à la ville lors de la fusion des communes de 1977). Deux cousins étaient sortis vers 10h du soir du cabaret et cheminaient ensemble. Une altercation s'étant élevée, ils s'armèrent de leurs couteaux et se mirent à ferrailler jusqu'à ce que l'un des deux tomba sous les coups de son adversaire. La victime, le nommé Petit, n'est âgé que de 25 ans environ, elle a reçu cinq coups de couteaux dont l'un lui a ouvert le bas-ventre. Ce n'est que le lendemain matin, vers 6h et demi, que le meurtre fut connu par quelques habitants de la commune qui trouvèrent le cadavre étendu sur la route. Mr. Heughebaert, juge d'instruction, s'est rendu sur les lieux accompagné de Mr. de Rijckman, substitut de Mr le Procureur du Roi et de Mr. Vilain, docteur à Leuze. Ils ont opéré l'arrestation du meurtrier, arrivé hier soir, par le dernier convoi de marchandises".

Relation d'un conseil communal.

Le conseil communal s'est réuni le 9 novembre à 7h (du soir). Le Conseil se forme en comité secret, la séance est ensuite rendue publique... Mr. Le Bourgmestre donne lecture d'une réclamation de quelques habitants au sujet du transfert de la station de l'entrepôt des taxes... Après discussion, l'Assemblée déclare qu'il n'y a pas lieu de donner suite à la réclamation....()L'enlèvement des boues, déclare Mr. Le Bourgmestre, faisait jadis une branche de revenus pour la ville, mais depuis vingt ans environ, le contraire a lieu. Il est devenu une charge ! () Lors de l'analyse du budget communal, il apparaît un excédent de recettes de 52.625,40 francs. Une discussion s'engage au niveau du poids des dépenses concernant la Garde civique. La Ville a prévu de dépenser le même budget qu'en 1848, soit 3.200 francs. Le Lieutenant-Colonel de la garde civique a introduit une demande pour porter ce montant à 4.800 francs, après discussion, le chiffre de l'année précédente est néanmoins maintenu...

Cent soixante-quatre années plus tard, cette dernière information doit résonner au sein de la zone de police et du service incendie !

Un fort Chabrol à Esplechin !

La relation d'un fait divers ayant pour cadre le village frontalier d'Esplechin, désormais rattaché à Tournai, est à l'origine du plus long article paru dans la collection de journaux de l'année 1849. Comme on l'a vu, ceux-ci se résumaient souvent à trois ou quatre lignes.

"Le dénommé Dubrunfaut avait acheté une maison sur 1/2 hectare de terre tenant au chemin qui sépare Esplechin (B) et Wannehain (F). Il y faisait un petit commerce d'épicerie. Dans le vue de l'agrandir, il avait emprunté, il y a quelques années, une somme de 3.000 francs à un habitant de la commune, nommé Coigné, qui mourut quelques temps après. Sa veuve dut attraire (ester) en justice le dénommé Dubrunfaut pour faire rentrer ses fonds. Le drôle convaincu que personne n'oserait jamais le mettre à la porte de sa maison, ni acheter son bien, se laissa condamner par défaut. La veuve, pour se libérer, acheta le bien à la criée du tribunal. La maréchaussée de Rumes dut intervenir plusieurs fois pour jeter ce démon à la porte ou pour protéger le domestique de la veuve qui labourait le terrain. Malgré la présence de la force armée, Dubrunfaut déchargea un jour son pistolet sur le domestique. Il fut condamné pour ce fait. Après sa libération, durant un mois, il resta tranquille mais vint ensuite pour refaire le coup de feu sur le locataire de son ancienne maison. Sept gendarmes de Rumes cernèrent la maison du tireur à la limite de Wannehain à 3h du matin. Barricadé dans son grenier, il refusa de se rendre et menaça de mort amis ou ennemis qui s'approcheraient de son habitation. A plusieurs reprises durant la journée, il déchargea son pistolet sur les gendarmes. Des gendarmes venus de Lille prêtèrent main forte aux hommes sur place et à 4 h du soir, un des gendarmes, sabre dans une main, pistolet dans l'autre, une grosse botte de foin sur la tête, monta l'échelle. Deux coups de feu résonnèrent dans le grenier et on découvrit le cadavre de l'homme, il venait de se brûler la cervelle !".

Après l'héroïsme des gendarmes, la malheureuse bavure d'un policier.

A la fin du mois de novembre, le journal relate un triste fait qui s'est déroulé à la porte de l'Athénée.

"Un acte de brutalité révoltante a eu lieu, le 26 novembre, à la porte de l'Athénée pendant la remise des médailles. Un agent de police a porté un coup de sabre à un jeune orphelin, qu'il avait pris pour un mendiant (!). Ce petit malheureux a été conduit à l'Hôpital Notre-Dame. Il a eu la cuisse profondément endommagée".

Le travail des enfants, une triste réalité.

Pour pouvoir subvenir aux  besoins de la famille, les enfants étaient envoyés très jeunes en usine et cette situation durera jusqu'après la première guerre mondiale. Les accidents qu'on qualifierait aujourd'hui de travail étaient nombreux. En voici un exemple qui est relaté dans l'édition parue le 28 décembre.

"Hier matin, une jeune fille de 15 ans environ a eu un doigt emporté dans les engrenages de la machine de MM Boucher, Frères, à Saint-Brice (on écrivait souvent Saint-Brixce). Cette malheureuse a été transportée chez elle (!) en proie à d'horribles souffrances". 

Epilogue d'un acte de "maugré" à Maubray.

Le "maugré" ou "haine de cense" a déjà été évoqué au sein de ce blog. 

"Le lundi 24 décembre, la Cour de Cassation a condamné Louis, Joseph Lacquemant, âgé de 54 ans, cultivateur à Maubray, confirmant la peine de mort  prononcée par arrêt de la Cour d'Assises en date du 20 novembre pour tentative d'assassinat sur la personne de Séraphin Brurulat".  

Avec cette information judiciaire, nous voici donc arrivés à la fin de la rétrospective de l'actualité de l'année 1849. C'est un tout autre monde que nous avons découvert même si certaines informations trouvent encore écho en ce XXIe siècle.

 

 (source : Le Courrier de l'Escaut - éditions de l'année 1849)

S.T. novembre 2013 

 

09:15 Écrit par l'Optimiste dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : tournai, année 1849, rétrospective, esplechin, wannehain, maulde |

15 nov.
2013

09:39

Tournai : expressions tournaisiennes (250)

Deux chint chinquante, bé j'in sus surpris jusqu'à m'fusil !

Ahais..., vous avez bin li mes gins, ch'est l'deux chint chinquantième luméreo de l'rubrique "Expressions Tournaisiennes" que j'ai, ein jour, comminché pou rinte ein hommache à no patois. On n'peut pos parler d'no beonne vielle ville de Tournai sans évoquer s'parlache. Bin seûr, j'sus leon d'avoir l'talent des gins du Cabaret Walleon, des Filles, Celles Picardes ou bin du Bistreot Tournisien, j'essaye tout simplemint d'faire m'petit possipe, toudis in respectant no beonne vielle lanque mais sans jamais caire dins l'vulgarité.

Ainsin.. vous êtes tout paf d'avoir eu autant d'patience ou bin vous avez pris l'train in marche. J'espère que je n'vous ai pos treop foutu l'barpe d'puis près d'chinq ainnées.

Si m'blog i-vous fait plaisi et si vous avez passé vos journées à l'lire (on peut toudis rêver !), vous avez ormarqué qu'in puque de l'Histoire ou bin d'l'actualité d'no cité, j'vous parle, à l'feos, d'ses infants qui ont marqué l'mémoire de no ville, ch'est m'gallerie d'portraits à mi. A mes cimaises comme i-dise'tent les conservateurs des musées, i-pind Barthélémy Dumortier à côté d'René Godet, Félicien Doyen près d'Jean Noté ou bin acore William Chapman, visin d'Rene Desclée...

Aujord'hui, ave l'aide d'Edmeond et d'Fifinne, j'vas vous peinte treos portraits, ein peu "espéciaux", mais tell'mint vrais de petites gins qui viveotent au temps jadis dins no cité. Pa respect pou les évintuels déquindants, j'ai cangé les neoms, vous comperdez que j'préfère avoir bramint d'amisses et que je n'veux foute perseonne in rache.

L'prumier, ch'est Hyppolite Dumol, ein vrai dur malgré s'neom qui ouvreot comme débardeu su les quais d'l'Esquéaut. Tout l'journée, i-saqueot des sas d'blé, d'sape, d'carbeon des cales des batieaux et les porteot su s'deos et au soir, i-f'seot l'tournée des estaminets où i-buveot forche pintes. Bin tard, i-rintreot à s'maseon, du coté de l'rue à Peos, où s'feimme elle l'attindeot d'puis siept heures in trannant. Les visins qui n'aveot'ent pos 'cor l'télévisieon s'deonneot'ent rindez-vous su l'pas de l'porte et i-n'falleot pos lommint pou que l'sérénate elle comminche, tout i-éteot in plache pou l'spectaque, ch'éteot comme "Au théâte, ce soir". Bin seûr, l'souper i-éteot tout freod. L'rache elle li monteot et i-s'metteot à berler comme ein fuchéau et à buquer su l'paufe feimme. Au deuxième acte de l'pièche, l'vaisselle elle passeot pa l'ferniête et s'amonch'leot su l'pavé. In orwettiant les cassis, l'vitrier i-s'frotteot les mains, comme cha arriveot eine ou deux feos pa meos, ch'éteot pou li ein véritape loyer. A l'acte treos, l'feimme app'leot "Au secours" et on veyeot arriver treos ou quate agints qui n'aveot pos des carrures de boutelles de stout comme les ceusses d'asteur pou ceinturer l'malabar et Hippolyte i-éteot am'né à l'amigo pou cuver ses bières. L'camionnette elle preneot l'rue Saint-Martin tout in étant brinqu'balée de l'rache que l'heomme i-s'débatteot in disant qui n'aveot pos mingé et qu'i-aveot faim. Au matin, s'feimme ave eine oeillarte, feseot les chint pas à l'porte du commissariat pou récuper s'n'heomme. Chaque feos, on assisteot alors à eine leongue scène d'mamours, i-s'deonneotent des baisses tout au leong du qu'min qui éteot toudis l'même, de l'plache Reine Astrid jusqu'au Sarma pou aller acater de l'vaisselle et, puis avant d'ortourner à leu maseon, s'arrêter au cabaret.

Renaud Duvif i-aveot d'jà soixante ans quand nous eautes on l'a connu, (inter nous on s'a toudis d'mindé pourquoi on l'aveot app'lé Duvif, ch'éteot ein lusoteu, allant à l'vitesse d'eine caracole, asteur on l'nomm'reot "Flanby"). I-viveot du côté du Palais d'Justice. I-éteot toudis habillé du même, eine mareonne noire in v'lour côtelé, ein jupeon gris et ein béret bin infonché su s'tiête, i-orsanneot ein p'tit peu à Bourvil. Ses grosses neunettes cacheot'ent des is cachiveux. A causse de ses boteines à daches ou d'ses chabeots, on l'intindeot toudis arriver d'leon. I-s'teneot ein p'tit queop voûté ave ses mains dins ses poches et aveot ein tic ave s'bouque, on areot dit qui macheonneot eine chique. Ch'éteot ein infant d'file, on diseot que s'mamère aveot eu ein momint d'égar'mint ave ein greos cinsier d'Béclers qui n'aveot pos voulu l'orconnaîte. A vingt-siept ans, i-aveot marié Berthe, eine jeone file du Nord de la France, chinq ans pus vielle que li, eine feimme toudis à l'ouvrache. In mille nuef-chint quarante deux, i-aveot été invoyé in Allemane dins ein camp pou prisonniers. On raqueonte qu'eine feos i-aveot eu ein problème digestif, pindant deux jours i-aveot eu la "coulante". Comme i-d'mindeot à ein soldat allemand où i-pouveot s'satisfaire, on li montra ein treos prévu à cet effet. Malin comme i-éteot, i-a sauté dins l'basse-campe, i-s'a infonché jusqu'aux gu'noux. Ch'est à l'lanche d'incendie qu'on a du l'nettier et pindant treos jours, l'cabane où i-dormeot ave quarante prisonniers elle a été rimplie d'mouques attirées pa l'naque qui dégageot. Dans les ainnées soixante, i-alleot tous les jours chez l'libraire acater, "l'Noir et Clair", comme i-diseot, eine nouvelle gazette à Tournai. I-est mort, ein bieau jour, comme i-a vécu, tout douch'mint,  comme eine pétite candelle qui s'éteint, i-n'a pos eu beauqueop d'meonte à s'n'intierr'mint et i-n'a même pos eu d'avis mortuaire dins l'gazette... l'Noir et Clair.

Ghislaine Durucheau, eine vielle file, habiteot dins l'quartier Saint-Jacques, eine maseon qui tombeot presqu'in ruine. On ne l'veyeot pos très souvint pourméner dins les rues de l'ville. Elle alleot  jusse chez l'boucher et commindeot toudis l'même : chint grammes d'hachis et pos ein gramme d'puque, du mutieau, des tripes et ein pied d'pourchéau. Elle porteot toudis les mêmes habits et n'sorteot jamais sans s'capieau, ein vieux capieau usé qui simbleot t'nir tout seu su s'tiête. Les gins diseot que ch'éteot eine malhureusse, qu'elle aveot tout pierdu pindant la guerre. Ein jour qu'elle éteot cait malate, ein visin aveot été faire ses commissieons et i-aveot été surpris d'vir qu'elle prépareot s'deîner dins eine vielle casserole cabochéeincrapée et qu'elle mingeot s'n'hachis su l'fouèle qui aveot servi à imballer l'viante. Si l'maseon aveot dix pièches, elle se teneot toudis dins l'même, s'plache d'devant comme elle diseot, l'seule qui aveot du cauffache, on direot puteôt ein feu d'souris. L'meublier i-éteot rimpli d'poussières et d'arnitoiles, i-aveot d'z'ainnées qu'elle n'aveot pus passé l'wassinque, même pos eine crute et eine sèque. Ein bieau matin d'hiver, les battantes seont restées serrées, comme elle les ouvreot toudis à l'même heure, les gins seont allés seonner. N'orchevant pos d'répeonse, on a fait appel aux agints d'ville et à un serrurier. Au pied du lit, Ghislaine éteot étindue su l'carpette, l'bouque grante ouverte, les is ravisant l'éternité. L'malhureusse aveot fini s'quémin d'misère su no tierre, elle éteot partie pou l'paradis dusqu'i n'a ni riches, ni paufes. L'préposé des Pompes Funèbres i-a été d'mindé à l'Commissieon d'Assistance Publique (ch'est ainsin qu'on app'leot l'CPAS à l'époque) si elle pouveot printe in charge les frais d'intierr'mint. Treos jours pus tard, à Saint-Jacques, i-n'aveot perseonne autour de s'cerqueul, ch'est bin souvint ainsin quand te n'laiches rien su t'testamint. Quand ein meos pus tard, on est v'nu débarrasser l'maseon, on a trouvé des liards dins des boîtes à sorlets, dins des peots, inter les paches de lifes et même sous l'matelas. I-aveot là des chintaines et des chintaines d'milliers d'francs et dins eine pétite cassette, i-aveot même treos ou quate Louis d'or. Eine grante armoire rinfermeot deux services intiers d'vaisselle, des assiettes ave ein bieau liseré doré et des verres in cristal. Dins l'pétite cour qui n'aveot jamais été nettiée, on a ortrouvé des séeaux et des brouches tout nués. Pindant d'z'ainnées, i-aveot des gins bin pus paufes que Ghislaine qui aveot'ent partagé ein peu d'soupe, des penn'tières, des légueumes, tout éteot déposé su l'pas de l'porte pasqu'elle n'ouvreot jamais à perseonne.

Et bé l'ov'là, l'deux chint chinquantième luméreo des "Expressions Tournaisiennes" i-est fini, eine pache est tournée. J'espère vraimint du feond du cœur que j'ai pu vous distraire, vous mette ainsin d'beonne humeur pou attaquer l'fin de l'sémaine. J'ai été bénaisse d'passer c'temps-là in vot' compagnie et, mo Dieu, si, à l'feos, j'ai raqueonté des cacoules, j'espère que vous m'in voudrez pos d'treop.

Mes gins, asteur, j'sus obligé d'vous quitter mais ... pétête que j'arais acore des raminvrances à évoquer ! i-n''feaut jamais dire jamais !

 

 (lexique : surpris jusqu'à s'fusil : profondément surpris devant une chose à laquelle on ne s'attendait pas / ahais : oui / li : lu / luméreo : numéro / comminché : commencé / rinte : rendre / l'parlache : le langage / ête leon : être loin / m'possipe : mon possible / toudis : toujours / l'lanque : la langue / caire : tomber / ainsin : ainsi / ête tout paf : être étonné / foute l'barpe : barber, ennuyer / in puque : en plus / à l'feos : parfois / les infants : les enfants / aujord'hui : aujourd'hui / peinte : peindre / tell'mint : tellement / déquindants : descendants / cangé : changé / bramint : beaucoup / foute in rache : mettre en colère, en rage / l'prumier : le premier / ein débardeu : un débardeur, homme qui déchargeait les bateaux / l'Esquéaut : l'Escaut / saquer : tirer / des sas : des sacs / l'sape : le sable / l'carbeon : le charbon / l'deos : le dos / forche : force / l'rue à peos : la rue As-Pois / tranner : trembler / les visins : les voisins / lommint : longtemps / in plache : en place / l'spectaque : le spectacle / Bin seûr : bien sûr / freod : froid / berler : crier / ein fucheau : un putois / buquer : taper / l'pièche : la pièce / l'ferniête : la fenêtre / orwettier : regarder / les cassis : les chassis / véritape : véritable / ein meos : un mois / véritape : véritable / on veyeot : on voyait / eine boutelle : une bouteille / les ceusses : ceux / brinqu'baler : secouer / mingé : mangé / ein oeillarte : un oeil poché, un œil au beurre noir / mamours : cajoleries / des baisses : des baisers / tout au leong du qu'min : tout au long du chemin / acater :acheter/ nous eautes : nous autres / inter nous : entre nous / ein lusoteu : un flâneur / eine caracole : un escargot / eine mareonne : un pantalon / ein jupeon : un veston / infonché : enfoncé / orsanner : ressembler / les neunettes : les lunettes / des is cachiveux : des yeux remplis de cachives, de chassie (pour les puristes) / des boteines à daches : des bottines à clous / les chabeots : les sabots / d'leon : de loin / ein p'tit queop : un petit coup, un peu / s'bouque : sa bouche / eine chique : un morceau de tabac que les anciens mâchaient / eine file : une fille / s'mamère : sa mère / ein cinsier : un fermier / raqueonter : raconter / la coulante : la diarrhée / eine basse-campe : une latrine, un cloaque / les gu'noux : les genoux / l'lanche : la lance / les mouques : les mouches / l'naque : l'odeur / douch'mint : doucement / eine candelle : une chandelle / l'meonte : le monde / pourméner : promener / jusse : juste / du mutieau : pâté grossier / ein pourchéau : un cochon / ein capieau : un chapeau / cabochées : tout à bosses / incrapée : encrassée / l'fouèle : la feuille / s'plache d'd'vant : la pièce située à l'avant de la maison donnant sur la rue / l'cauffache : le chauffage / l'meublier : le mobilier, les meubles / les arnitoiles : les toiles d'araignée / l'wassinque : la serpillière / eine crute et eine sèque : un nettoyage sommaire, un peu d'eau qu'on essuie de suite / les battantes : les volets / serrées : fermées / orchevoir : recevoir / les agints d'ville : les policiers / l'bouque : la bouche / l'quémin : le chemin / l'tierre : la terre / l'cerqueul : le cerceuil / laicher : laisser / des liards : de l'argent / les sorlets : les souliers / des peots : des pots / les paches d'ein life : les pages d'un livre / des chintaines : des centaines / nettier : nettoyer / des séeaux : des seaux / des brouches : des brosses / tout nué : tout neuf / des penn'tières : des pommes de terre / des légueumes : des légumes / bénaisse : content / des cacoules : des mensonges / asteur : maintenant).

S.T. novembre 2013   

     

09:39 Écrit par l'Optimiste dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : tournai, patois, picard |

13 nov.
2013

09:21

Tournai : chantiers et queues de chantiers.

Une situation démoralisante pour les Tournaisiens !

On appelle "queue de chantier" la touche finale qui n'est pas été réalisée, qui a été reportée à une date ultérieure ou qui a tout simplement été oubliée (à Tournai, on dirait "passée au bleu").

En faisant le point sur les chantiers actuels, nous allons également relever ceux qui semblent terminés mais dont des éléments sont restés en suspens.

Commençons par le rond-point de l'Europe, une partie des éléments en béton situés autour de la fontaine a été enlevée pour faciliter le passage des coureurs du Tour de France. Au lendemain de cet évènement, des éléments en plastic ont été déposés pour les remplacer provisoirement. Encore faudrait-il connaître le sens accordé au mot provisoirement par le SPw (routes), responsable de cette voirie, puisque l'arrivée du Tour de France dans le cité des cinq clochers date déjà du... 2 juillet 2012 et ceux-ci sont toujours en place, parfois heurtés ou malencontreusement déplacés par des automobilistes distraits.

La seconde queue de chantier est située à proximité, dans l'avenue de Troyes et représente un réel danger pour les piétons. Entre le jardin de la Reine et le bas du boulevard Léopold, il existait, avant les travaux de réfection de la voirie, un passage protégé qui a disparu suite au remplacement des pavés par du tarmac dans le cadre de l'aménagement des quais d'embarquement pour les bus du TEC. Constatons qu'à hauteur de cet ancien passage protégé, les bordures ont été abaissées pour faciliter le passage des personnes à mobilité réduite et que des dalles en relief ont été placées pour aider les personnes malvoyantes, les guidant ainsi vers un passage qui, en réalité, n'existe plus ! Plus interpellant encore, le marquage au sol vient d'être réalisé à cet endroit mais le passage n'a pas été (re)peint. Les ouvriers chargés de cette mission se contentant de repasser sur les lignes existantes largement effacées !

Surprise : quelques heures après la parution de cet article, des ouvriers débutaient le traçage du passage incriminé, une extraordinaire coïncidence !

Peut-on parler de queues de chantiers en ce qui concerne les rues rénovées, ouvertes à la circulation, parfois depuis de nombreux mois, dans le quartier cathédral ? Le mobilier urbain doit encore être placé, l'éclairage n'est pas refait, çà et là de nombreux blocs de béton bordent les rues pour empêcher le stationnement sur les trottoirs comme à la rue des Puits l'Eau ! Les rues de l'Hôpital Notre-Dame et, dans une moindre mesure, du Four Chapitre se terminent par une importante bordure que les automobilistes ont intérêt à aborder avec la prudence du sioux surtout si leur véhicule est assez bas ! Dans le carrefour formé par la place Paul Emile Janson et la rue de l'Hôpital Notre-Dame, un dénivelé oblige les conducteurs à slalomer pour emprunter la rue menant à l'Escaut, celui-ci vient néanmoins d'être adouci mais représente toujours un fameux dos d'âne!

Le problème qui a surgi dans la rue des Chapeliers a déjà été évoqué au sein du blog, les travaux qui progressaient à un bon rythme depuis l'été sont à l'arrêt depuis cinq ou six semaines dans l'attente d'une correction des plans demandée à l'auteur de projet par les autorités communales. Il s'agit d'une importante modification concernant la stabilité du chœur de la cathédrale Notre-Dame et l'évacuation des eaux en cas de fortes pluies. Espérons que ce bureau ne prenne pas son temps par une expression de frustration ou de vexation ! On sait que beaucoup d'architectes sont très susceptibles quant à la contestation de leurs idées souvent novatrices !

Un peu partout en ville, on procède au remplacement de canalisations de gaz, de conduites d'eau ou de câbles téléphoniques. C'est le cas dans le quartier Saint-Jean, au quai Dumon, sur les boulevards du Roi Albert et Lalaing, dans les quartiers Vert Bois et Beau Séjour... Depuis quelques jours, à certains endroits, les chantiers ne semblent plus progresser et les fortes pluies que nous connaissons n'arrangent pas la situation des riverains dont certains ont eu les caves inondées.

Une partie de la place Verte reste interdite à la circulation suite à des mouvements de terrain apparus à la fin de l'hiver 2012-2013, des barrières "Héras" interdisent l'accès. On ne peut pas dire, comme on le faisait, il y a une quarantaine d'années, "sous les pavés, la plage" mais on peut voir "entre les pavés, la verdure". Comme un projet de rénovation du lieu est prévu en 2015, il risque de ne pas avoir de réfection avant un an ou deux !

On a déjà évoqué un accord intervenu entre le Ville et la firme ayant réalisé le pavement de la place Saint-Pierre et de la rue Poissonnière afin de remédier au descellement de très nombreux pavés. Là aussi, il semble qu'il faille prendre son mal en patience et, si on est piéton éviter de se tordre les chevilles, si on est automobiliste accepter d'entendre les pneus jouer les castagnettes (je sais c'est une réflexion un peu "olé, olé").

Vous savez depuis bien longtemps que je suis "Optimiste" et je considère que la situation n'est pas grave et encore moins désespérée, il faut se dire que l'hiver arrive et que, bientôt, la neige recouvrira de son blanc manteau ces tristes constatations, cachant d'un voile pudique les queues de chantier jusqu'au retour de la belle saison et... des touristes ! 

(S.T. novembre 2013)

09:21 Écrit par l'Optimiste dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : tournai, travaux, chanteirs, rénovation, queues de chantier |

11 nov.
2013

09:40

Tournai : l'année 1849 sous la loupe (2)

Nous avons entamé la lecture des évènements qui marquèrent l'année 1849 à l'ombre des cinq clochers. A cette époque, le journal "le Courrier de l'Escaut" existe depuis vingt ans déjà. Il se présente sous la forme de quatre pages sans illustrations. La première comporte un éditorial politique, sur les pages intérieures, on peut découvrir les rubriques : "Nouvelles de France", "Nouvelles d'Italie"... ainsi que la chronique locale qui nous intéresse particulièrement. Celle-ci n'apparaît pourtant pas tous les jours démontrant le peu de faits dignes d'être publiés. On trouve également un résumé d'articles de la gazette de Mons, de journaux du Nord de la France,  d'informations en provenance d'autres villes de Belgique (Malines, Bruxelles, Louvain...). Les résultats d'examens de l'Athénée Royal de Tournai sont également repris à la fin du mois de juin. La quatrième page est entièrement consacrée aux annonces notariales (ventes de maison, terrains, terres agricoles) ou avis d'adjudications.

En reprenant notre lecture laissée au mois d'avril 1849, il est bon de rappeler qu'en italique est transcrit, mot pour mot, l'article paru afin de pouvoir découvrir le style, les tournures de phrases... Nous y avons apporté un titre pour plus de clarté.

Une mort suspecte (le mardi 24 avril 1849).

Une nouvelle bien douloureuse nous est parvenue ce matin. Mr. Requillard, bourgmestre de Marquain, a été trouvé sans vie dans un fossé longeant la route de Marquain à Ramegnies-Chin. Mr Requillard s'était rendu dimanche, après dîner, pour prendre part au tir à l'arc que donnait le cercle de la dite commune. A huit heures, il retournait chez lui, et ce n'est que plusieurs heures après qu'il a été retrouvé, à l'état de cadavre,  ayant une blessure au front. On se perd en conjectures sur la cause de cette mort, sa blessure fait supposer l'idée d'un crime, mais le caractère jovial et honnête, l'estime générale dont jouissait Mr. Requillard éloignent tout soupçon, on ne lui connaissait pas d'ennemis. La commune de Marquain perd un magistrat éclairé, intègre et conciliant.

Toute mauvaise rencontre est donc exclue par le fait qu'il était un homme jovial, intègre et estimé de sa population !

Un concert au Théâtre.

Le dimanche 29 avril, le Théâtre de Tournai accueille le concert des "40 Montagnards français". Ceux-ci chantent, entre-autres : "La Pyrénéenne", (hymne de bergers au Créateur), "la Nouvelle Varsovienne", "Halte là, les Montagnards sont là", défini comme étant un chant patriotique, "Hymne à Pie IX"...

Une atmosphère particulière, le lundi 30 avril.

Notre ville présentait, hier soir, un aspect inaccoutumé. La musique se faisait entendre dans plusieurs quartiers. D'abord, les sérénades à Mr. Le Ministre des Travaux Publics (en visite à Tournai) descendu à l'hôtel de Mr. le Bourgmestre, ensuite à Mr le Colonel des Chasseurs à Pied, à l'occasion de sa récente promotion, à Mr. Nève, commandant des Pompiers à cause de la Saint-Philippe et à notre violoniste, Am. Dubois, à l'occasion de son prochain mariage.

Des professions disparues.

Le 21 mai, l'Etat-Civil annonce le mariage de Mr. Jacques Werie, 33, ans, musicien ambulant et d'Adolphine Joseph Houdequin, 31 ans, chanteuse ambulante, demeurant au quai Saint-Brice. 

Des petits métiers des rues comme il y en avait des dizaines à l'époque (vitrier, marchand de pétrole, marchand de loques...).

Un problème qu'on croyait actuel

Quelle ne fut pas notre surprise de découvrir cet article paru le 21 juin 1849 ! :

Nous appelons l'attention de l'autorité sur le mauvais état d'entretien de la grande voirie en notre ville, si pour le pavement des rues de Tournai, l'administration locale peut invoquer l'absence de crédits, il n'en est pas de même des Ponts et Chaussées. C'est donc ou par négligence ou par une condescendance blâmable envers les entrepreneurs qu'il en est ainsi. Avis à qui de droit.

Les Ponts et Chaussées étant l'ancêtre du SPW (routes), finalement le problème serait-il d'ordre génétique ?

Quant à "Qui de droit" jamais il ne se manifestait dans les colonnes du journal pour donner une moindre explication, un champion de la (non)-communication.

Les épidémies préoccupent le Conseil Communal.

Le Conseil Communal du 29 juin se penche sur la mortalité au sein de la ville. Les épidémies de rougeole et de petite vérole qui sévissent conjointement à celle du choléra ont emporté un très grand nombre d'habitants.  En 1849, il y a eu 100 cas de choléra officiellement dénombrés entre le 1er janvier et le 28 juin. Sur ces 100 personnes atteintes, 47 sont mortes (28 sujets masculins et 19 sujets féminins). Parmi les personnes décédées, on note 5 enfants âgés entre 1 mois et 5 ans.

Le rapporteur précise néanmoins qu'on peut regarder le chiffre des décès comme peu élevé si on considère d'une part la gravité de la maladie et d'autre part la mortalité dans les autres communes. 

Les travaux à la cathédrale Notre-Dame.

Voici une autre information à mettre en rapport avec l'actualité. 

Le 11 juillet 1849 paraît un rapport de la Députation permanente du Hainaut concernant les travaux exécutés à la cathédrale Notre-Dame.

En 1848 : restauration des 10e et 11e contrefort, des meneaux, des caroles, des deux absides du transept, des clochers Brunin et Saint-Jean, du portail septentrional, des pignons des bas-côtés, de l'extérieur de la nef... les dépenses se sont élevées à 55.325, 46 francs qui viennent s'ajouter au 405.102, 82 francs pour les travaux réalisés les années antérieures. Une somme de 39.363, 11 francs est allouée pour la poursuite du chantier en 1849. Tout doucement, les travaux touchent à leur fin. 

Il est à noter que c'est la dernière grande restauration (hormis celle nécessitée par les dégâts des bombardements de mai 1940) que subira ce joyau désormais inscrit au patrimoine de l'Uneco avant celle qui a été entreprise au début des années 2000.

Sus aux mauvaises odeurs que les responsables ne semblent pas percevoir !

Le journal s'adresse à nouveau à qui de Droit, le 28 juillet.

Nous attirons l'attention de la police et celle de la commission sanitaire sur les émanations fétides qui infectent le rue aux Poids (actuelle rue As-Pois) et le Vieux Marché aux Vaches (actuelle place de Lille). On dit que les caves d'une fabrique sont remplies d'eaux grasses et corrompues qui se déversent sur la voirie. Ce qui, par le temps qui court (pour rappel existence de nombreuses épidémies dont le choléra) est dangereux. Qui de droit est informé !

Le guérisseur de bègues.

Mr. Bernard qui a guéri, gratuitement, un grand nombre de bègues pauvres  fait savoir à Mr. Le Bourgmestre et aux curés qu'il partira prochainement pour la Hollande. Il ne traitera gratuitement que ceux qui se feront inscrire avant le 26 août. Après ce délai, Mr. Bernard ne se chargera d'aucun malade, s'ils n'ont pas été inscrits avant.

Il ne le dira pas deux fois !

    

(à suivre)

(source : le Courrier de l'Escaut année 1849) S.T. novembre 2013

09 nov.
2013

09:35

Tournai : expressions tournaisiennes (249)

Eine beonne occasieon !

 

"J'vinds, au pus offrant, de l'beonne bédoule, bin guéaune, argileusse, elle peut convenir pou soigner vos romatiques ou bin pou étaler su vo visache et égalir du temps les outraches - Faire offre à l'Optimisse, prix modéré, inlièv'mint bin seûr à vos frais".

Ahais, pa d'vant nos maseons, l'bédoule elle dégouline in plein mitan de l'rue et elle colle à nos sorlets, aux pneus des auteos ou acore rimplit les égouts. Jusqu'à présint, on n'pouveot pos treop s'plainte, des travéeaux quand i-fait sec ch'est pos bin grafe mais d'puis que l'pluèfe elle cait, ch'est eine véritape misère.

Comme j'vous l'aveos promis, j'fais acore l'point su les chantiers de m'quartier et ainsin qu'vous l'veyez cha d'vient ein vrai roman à ralleonches. Tous les matins, vers les huit heures, on intind l'ronfièl'mint de l'machine que les ouverriers mettent in marche, on comminche à tranner ave l'martieau-pic qui perche l'trottoir, ein tracteur ave s'benne Joskin vient répinte ein meont d'sape su l'bord du qu'min, ein ingin fait l'passe-passe pou amonch'ler l'tierre qu'on ortire des treos ou bin pou apporter des leongs tuyots ou bin l'bobine de cable d'telépheone. On est tertous d'jà d'bout d'puis six ou siept heures pasque, à peine si l'diape i-a mis ses bottes, i-feaut aller canger les auteos et les mette bin leon de l'maseon. Cha va durer ainsin jusqu'à quate ou chinq heures après-deîner. I-a pos à dire, on a eine grosse tiête, on est débalté.

On a fait des treos in face des portes des maseons, ave l'pluèfe, l'tierre elle s'a mis à bourler et des gins pinsent que leu maseon elle va béteôt foute l'camp au feond d'l'excavatieon. Cha s'reot l'bouquet, éné

Jeudi, comme i-cayeot des cortes, on n'a pos vu ein bleu tchien, pétite consolatieon, i-a fait bin calme dins l'quartier, on pinseot même qu'on éteot diminche. M'feimme elle a profité pou faire s'rang, on areot dit qu'elle jeueot à faire des catieaux d'sape su l'plage de La Panne.

"Si je n'nettie pos, tout va caire dins l'égout et après on va ête ineondé" et ch'est ainsin qu'ave s'raclette elle a presque fait toute l'rigole sous l'drache.

"Bé t'es de l'beonne ainnée" que j'li ai dit.

Elle m'a ravisé, ave ein noir regard, quand j'li ai dit : 

"Surtout n'oblie pos d'essuyer tes pieds in rintrant pou que l'maseon elle n'orsanne pos à ein rang d'pourcheau !".

In mi-même, j'feseos beonne chère pasque dins toutes les maseons d'no ruache, t'intinds, tous les jours, d'puis six s'maines, les feimmes faire les même réflexieons :

"Inliève tes sorlets dins l'couloir, annochint, ch'est pos pour rien que j'ai mis des patins, tes pantouffles elles seont tout près de l'porte à l'intrée, t'areos du les vir in l'ouvrant si t'éteos ein p'tit queop futé, i-feaut pinser à nettier tes roues, espèce de colas, pasque l'garache i-est asteur archi-cras"

Bé ahais, j'n'ai pos ein hélicoptère j'sais pos passer pa d'zeur pou rintrer dins l'garache et pou n'pos glicher su l'quémin j'n'ai pos d'botteines à daches.

Et ch'est ichi comme dins les rues du centre-ville, les gins qui ont commindé ces travéeaux, les "maîtres d'œuvre" comme on les appelle, i-s'foutent pos mal de nous, on n'les veot jamais. D'puis lommint, tout l'meonte souffère dins no beonne ville et on a vraimint l'impressieon que ch'est dins l'indifférince générale de nos édiles.

A l'vitesse que cha avanche, à l'Noë, à Pâques ou à l'Ternité j'vous parle acore d'no chantier.

Stromae i-direot : "Formidable, foooormidable, vous allez avoir une rue formidable" pétête m'garcheon mais asteur, sais-te, elle est fort minable ! 

(lexique : j'vinds, je vends / l'bédoule : la boue / guéaune : jaune / les romatiques : les rhumatismes / égalir : égaliser / l'inlièv'mint : l'enlèvement / bin seûr : bien sûr / in plein mitan : au beau milieu / les sorlets : les souliers / l'pluèfe : la pluie / caire : tomber / véritape : véritable / acore : encore / les ralleonches : rallonge / l'ronfièl'mint : le ronflement / les ouverriers : les ouvriers / commincher à tranner : commencer à trembler / répinte : répandre / l'sape : le sable / l'qu'min ou l'quémin : le chemin / amonch'ler : amonceler / ortirer : retirer / Les treos : les trous / des leongs tuyots : des longs tuyaux / tertous : tous / a peine si l'diape i-a mis ses bottes : à peine le diable a-t-il mis ses bottes, c'est-à-dire au lever du jour, aux aurores / canger : changer / bin leon : bien loin / après-deîner : après-midi / débalté : exaspéré / bourler : tomber (en roulant) / béteôt : bientôt / foute l'camp : partir / éné : n'est-ce pas / les cortes : les cordes / n'pos vir ein bleu tchien : ne voir personne / faire s'rang : nettoyer face à la maison, faire le trottoir (en tout bien tout honneur) / ein catieau : un château / sous l'drache : sous l'averse / ravisé : regardé / oblier : oublier / l'pourcheau : le cochon, le porc / l'ruache : le quartier / annochint : innocent / vir : voir / ein p'tit queop : un petit coup / ein colas : un geai mais désigne aussi un crétin, une personne peu futée / cras : très sale / pa d'zeur : par-dessus / glicher : glisser / des botteines à daches : des bottines à clous / i-s'foutent pos mal : ils ne se moquent pas mal / lommint : longtemps / souffère : souffrir / à l'Noë : à la Noël / l'Ternité : la Trinité / pétête : peut-être / m'garcheon : mon garçon :sais-te : tu sais).

S.T. novembre 2013

 

09:35 Écrit par l'Optimiste dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : tournai, patois, picard |