23 nov.
2013

Tournai : expressions tournaisiennes (250 bis)

On jeue les prolongatieons !

J'aveos pourtant pinsé avoir été bin clair, à l'fin de m'n'artique paru l'sémaine dernière, j'aveos décidé d'infin printe m'pinsieon pou pouvoir lusoter, m'orposer dins m'maseon. J'n'aveos pos queompté orchevoir tant d'commintaires qui m'ont tertous d'mindé de n'pos laicher caire.

Du queop, j'ai été vite orpris pa m'vieux démeon et d'jà lindi j'sus passé à l'maseon d'Edmeond.

"Neon, neon, l'amisse, je n'sus pos d'accord qui m'a dit, t'aveos dit que ch'éteot l'dernière feos, que ch'éteot fini qu'à partir d'asteur te n'alleos pus parler d'mi, et t'est d'jà à m'cloquette, i-n'feaut pos t'foute d'mi".

"J'n'in peux vraimint pos si in quate ou chinq ainnées, ave Fifinne te soiches asteur si renommé. Après tout, ch'est grâce à mi ceulle célébrité, à l'plache de berler te devreos m'ormercier".

J'vas donc orprinte les avintures de l'imblavé et vous raqueonter tout c'que dins s'vie i-a fait !

Jusqu'à ses quinze ans, i-a usé ses feonds d'mareonne, su les bancs d'l'école communale à Caleonne. In primaire, i-est toudis arrivé à l'cloquette, su l'route i-jeueot à marpes ou bin à l'guilette. Tout l'journée, i-raviseot les mouques au plafeond et i-lincheot des maclottes su ses compagnieons. Mais pou n'pos treop s'fatiguer ch'éteot ein malin, ein bieau jour qui deveot faire eine rédactieon su l'train, i-a écrit : "on d'veot aller à Roubaix mais à causse de l'grèfe on est resté su l'quai, je n'sareos vous pos parler d'm'voyache in train, pou cha i-areot fallu que j'sache meonter d'dins". Su l'bulletin, l'maîte i-écriveot à propeos d'Edmeond, i-n'est éveillé que pindant l'récréatieon ! Quand i-est arrivé à l'fin d'école communale, i-n'a pos réussi l'examen cantonnal.

A dix-siept ou dix-huit ans, not' amisse Edmeond, i-est parti ouvrer comme métalo chez Carteon. Là-vas, on n'peut pos dire qu'i-s'a cassé l'tiête, l'meilleu des momints ch'est... quand i-f'seot malette. I-falleot l'vir minger ses tarteines au gambon que l'mamère elle prépareot pou s'grand garcheon. A l'atelier, on n'peut pos dire que ch'éteot ein crack, i-aveot surtout beauqueop d'blaque, pos beauqueop d'toubaque. Ête foutu déhors, i-n'aveot pos d'bile à s'faire, falleot avoir tué s'mopère ou bin s'mamère. Mais ein bieau matin d'été, l'crisse est arrivée, chinquante ouverriers, à l'cour ont été rués. Vous comperdez bin que cha n'a pos fait eine, l'paufe Edmeond i-s'a ortrouvé à l'Onem.

"Vu vot' Cv, j'ai pos bramint à proposer, ch'est avant tout des responsapes qu'on deot trouver, inter nous vous n'présintez pos les qualités, je n'sais pos quoisque j'pourreos bin 'chi vous deonner".

"Vous avez b'soin responsapes, feaut pos hésiter, vous pouvez m'inscrire, j'sus votr'heomme tout désigné" qui a dit sans aucune hésitatieon no n'Edmeond, j'vas ichi vous deonner des eximpes, m'garcheon.

Quand l'chef demindeot "Qui a mal mis les bouleons ?" à l'atelier tout l'meonte répondeot : "ch'est Edmeond". Quand l'feimme d'ouvrache diseot "qui a sali les toilettes ?", on m'montreot in disant ch'est 'core la vedette ! Quand l'pointeusse, ein bieau, jour elle a été calée, l'responsape ch'éteot mi, falleot pos caché. Veyez, j'éteos responsable d'tout chez Carteon, j'in feseos même puque que les ceusses de l'directieon.  

"J'cache après ein ouvreu pos ein cafouilleu",

"Ah mo Dieu, feaut pos ête ainsin mourdreux"

Comme i-aveot marre de toudis rincontrer l'loustic, i-li a trouvé eine plache à l'propreté publique et tout au leong d'eine sainte année ave s'carette, Edmeond i-f'seot l'chasse aux mégueots et aux canettes. Li, qui pindant s'vie n'aveot jamais feumer, ramasseot les cigarettes qu'on aveot ruées. Et au soir, pindant l'souper, à l'tape de cuisine, il f'seot l'rapport de s'journée à Fifinne. Te verreos, Fifinne, l'crasse dins les rues de l'ville, j'pinseos qu'les garcheons éteot'ent pire que les files, bé j'in sus orvenu et j'deos bin l'avouer, comme on dit : ch'est les mêmes tiêtes sous les mêmes bonnets. Tous les matins, elles veont à l'boulangerie du coin, elles minge'ent ein morcieau et ru'tent l'mitan du pain. I-feaut faire attintieon, i-a même des riches podingues qui laiche'tent caire dins les rigoles les vielles serinques. Si ein infant, pou jeuer, prind cha dins ses mains, i-pourreot ête malate du jour au lind'main.

D'puis l'velle d'l'an deux mille, Edmeond i-est ortraité et ave s'feimme i-n'a jamais autant ouvré, l'gardin, les commissieons, l'orpassache et l'buée, i-s'plaint toudis qui n'a pos assez d'ses journées, quand, au soir, dins s'lit, i-a mau à tous ses ossieaux, i-orgrette bin souvint l'temps béni quand i-ouvreot. 

Final'mint, i-est tout hureux quand j'viens l'vir, ch'est alors ein des rares momints qui peut s'assir, s'servir eine pinte, l'intinte canter, l'déguster et s'foute de l'mousse jusqu'à z'orelles d'bénaiss'té.

Quand i-a été sur l'zinc, i-a souri et i-a dit, après tout, sais-te, te peux acore bin parler d'mi. Ainsin i-ara pétête eine suite à c'luméreo, j'ai mis ein "bis" pasqu'in mi-même je n'sais pos d'treop, si Edmeond et Fifinne veule'tent bin acore m'aider alors j'arais toudis eine pétite séquoi à vous raqueonter.   

(lexique :  jeuer : jouer / ein artique : un article / printe m'pinsieon : prendre ma pension, ma retraite / lusoter : flâner / m'orposer : me reposer / queompté orchevoir : compté recevoir / tertous : tous / laicher caire : laisser tomber / du queop : du coup (dans le sens de dès lors) / l'amisse : l'ami / l'cloquette : la clochette (venir à l'cloquette c'est venir sonner) / t'foute d'mi : te moquer de moi / soiches : sois / ceulle : celle / berler : crier, hurler / ein imblavé:  un faiseur d'embarras / raqueonter : raconter / l'mareonne : le pantalon, la culotte / jeuer à marpes : jouer aux billes / l'guilette : jeu d'enfant dangereux consistant à soulever un bâton avec un morceau de bois et à le frapper pour le lancer le plus loin possible, il fut interdit) / les mouques : les mouches / les maclottes: les boulettes de papier mâché / ouvrer : travailler / là-vas : là bas / faire malette : manger le contenu du sac emporté par les ouvriers sur le lieu de travail / des tarteines au gambon : des tartines au jambon / eine blaque : petite bourse en cuir ou peau dans laquelle le fumeur transportait son tabac / du toubaque : du tabac (l'expression avoir plus de blaque que d'toubaque signifie être fort en gueule)  / s'mopère : son père / s'mamère : sa mère / les ouverriers : les ouvriers / ruer : jeter / l'Onem : en Belgique, agence pour l'emploi / bramint : beaucoup / des eximpes : des exemples / ein garcheon : un garçon / cacher : s'utilise pour chercher / puque : plus / les ceusses : ceux / ein ouvreu : un travailleur / un cafouilleux : un désordonné, un bricoleur dans le mauvais sens du terme / ein mourdreux : un hargneux / les mégueots : les mégots / feumer : fumer / l'tape : la table / les files : les filles / orvenu : revenu / l'mitan : la moitié / ein podique : jeune homme à embarras, esbroufeur / les serinques : les seringues / l'orpassache : le repassage / l'buée : la lessive / avoir mau : avoir mal / les ossieaux : les os / vir : voir / canter : chanter / l'bénaiss'té : la joie / ête su l'zinc : être au bord de l'ivresse / pétête : peut-être / l'luméreo : le numéro : eine pétite séquoi ; un petit quelque chose).

S.T. Novembre 2013     

 

 

 

 

   

10:33 Écrit par l'Optimiste dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : tournai, patois, picard |

Commentaires

Savoureux, à in beffier d'plaisi.

Écrit par : PLATEVOET | 16/12/2013

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.