15 nov.
2013

Tournai : expressions tournaisiennes (250)

Deux chint chinquante, bé j'in sus surpris jusqu'à m'fusil !

Ahais..., vous avez bin li mes gins, ch'est l'deux chint chinquantième luméreo de l'rubrique "Expressions Tournaisiennes" que j'ai, ein jour, comminché pou rinte ein hommache à no patois. On n'peut pos parler d'no beonne vielle ville de Tournai sans évoquer s'parlache. Bin seûr, j'sus leon d'avoir l'talent des gins du Cabaret Walleon, des Filles, Celles Picardes ou bin du Bistreot Tournisien, j'essaye tout simplemint d'faire m'petit possipe, toudis in respectant no beonne vielle lanque mais sans jamais caire dins l'vulgarité.

Ainsin.. vous êtes tout paf d'avoir eu autant d'patience ou bin vous avez pris l'train in marche. J'espère que je n'vous ai pos treop foutu l'barpe d'puis près d'chinq ainnées.

Si m'blog i-vous fait plaisi et si vous avez passé vos journées à l'lire (on peut toudis rêver !), vous avez ormarqué qu'in puque de l'Histoire ou bin d'l'actualité d'no cité, j'vous parle, à l'feos, d'ses infants qui ont marqué l'mémoire de no ville, ch'est m'gallerie d'portraits à mi. A mes cimaises comme i-dise'tent les conservateurs des musées, i-pind Barthélémy Dumortier à côté d'René Godet, Félicien Doyen près d'Jean Noté ou bin acore William Chapman, visin d'Rene Desclée...

Aujord'hui, ave l'aide d'Edmeond et d'Fifinne, j'vas vous peinte treos portraits, ein peu "espéciaux", mais tell'mint vrais de petites gins qui viveotent au temps jadis dins no cité. Pa respect pou les évintuels déquindants, j'ai cangé les neoms, vous comperdez que j'préfère avoir bramint d'amisses et que je n'veux foute perseonne in rache.

L'prumier, ch'est Hyppolite Dumol, ein vrai dur malgré s'neom qui ouvreot comme débardeu su les quais d'l'Esquéaut. Tout l'journée, i-saqueot des sas d'blé, d'sape, d'carbeon des cales des batieaux et les porteot su s'deos et au soir, i-f'seot l'tournée des estaminets où i-buveot forche pintes. Bin tard, i-rintreot à s'maseon, du coté de l'rue à Peos, où s'feimme elle l'attindeot d'puis siept heures in trannant. Les visins qui n'aveot'ent pos 'cor l'télévisieon s'deonneot'ent rindez-vous su l'pas de l'porte et i-n'falleot pos lommint pou que l'sérénate elle comminche, tout i-éteot in plache pou l'spectaque, ch'éteot comme "Au théâte, ce soir". Bin seûr, l'souper i-éteot tout freod. L'rache elle li monteot et i-s'metteot à berler comme ein fuchéau et à buquer su l'paufe feimme. Au deuxième acte de l'pièche, l'vaisselle elle passeot pa l'ferniête et s'amonch'leot su l'pavé. In orwettiant les cassis, l'vitrier i-s'frotteot les mains, comme cha arriveot eine ou deux feos pa meos, ch'éteot pou li ein véritape loyer. A l'acte treos, l'feimme app'leot "Au secours" et on veyeot arriver treos ou quate agints qui n'aveot pos des carrures de boutelles de stout comme les ceusses d'asteur pou ceinturer l'malabar et Hippolyte i-éteot am'né à l'amigo pou cuver ses bières. L'camionnette elle preneot l'rue Saint-Martin tout in étant brinqu'balée de l'rache que l'heomme i-s'débatteot in disant qui n'aveot pos mingé et qu'i-aveot faim. Au matin, s'feimme ave eine oeillarte, feseot les chint pas à l'porte du commissariat pou récuper s'n'heomme. Chaque feos, on assisteot alors à eine leongue scène d'mamours, i-s'deonneotent des baisses tout au leong du qu'min qui éteot toudis l'même, de l'plache Reine Astrid jusqu'au Sarma pou aller acater de l'vaisselle et, puis avant d'ortourner à leu maseon, s'arrêter au cabaret.

Renaud Duvif i-aveot d'jà soixante ans quand nous eautes on l'a connu, (inter nous on s'a toudis d'mindé pourquoi on l'aveot app'lé Duvif, ch'éteot ein lusoteu, allant à l'vitesse d'eine caracole, asteur on l'nomm'reot "Flanby"). I-viveot du côté du Palais d'Justice. I-éteot toudis habillé du même, eine mareonne noire in v'lour côtelé, ein jupeon gris et ein béret bin infonché su s'tiête, i-orsanneot ein p'tit peu à Bourvil. Ses grosses neunettes cacheot'ent des is cachiveux. A causse de ses boteines à daches ou d'ses chabeots, on l'intindeot toudis arriver d'leon. I-s'teneot ein p'tit queop voûté ave ses mains dins ses poches et aveot ein tic ave s'bouque, on areot dit qui macheonneot eine chique. Ch'éteot ein infant d'file, on diseot que s'mamère aveot eu ein momint d'égar'mint ave ein greos cinsier d'Béclers qui n'aveot pos voulu l'orconnaîte. A vingt-siept ans, i-aveot marié Berthe, eine jeone file du Nord de la France, chinq ans pus vielle que li, eine feimme toudis à l'ouvrache. In mille nuef-chint quarante deux, i-aveot été invoyé in Allemane dins ein camp pou prisonniers. On raqueonte qu'eine feos i-aveot eu ein problème digestif, pindant deux jours i-aveot eu la "coulante". Comme i-d'mindeot à ein soldat allemand où i-pouveot s'satisfaire, on li montra ein treos prévu à cet effet. Malin comme i-éteot, i-a sauté dins l'basse-campe, i-s'a infonché jusqu'aux gu'noux. Ch'est à l'lanche d'incendie qu'on a du l'nettier et pindant treos jours, l'cabane où i-dormeot ave quarante prisonniers elle a été rimplie d'mouques attirées pa l'naque qui dégageot. Dans les ainnées soixante, i-alleot tous les jours chez l'libraire acater, "l'Noir et Clair", comme i-diseot, eine nouvelle gazette à Tournai. I-est mort, ein bieau jour, comme i-a vécu, tout douch'mint,  comme eine pétite candelle qui s'éteint, i-n'a pos eu beauqueop d'meonte à s'n'intierr'mint et i-n'a même pos eu d'avis mortuaire dins l'gazette... l'Noir et Clair.

Ghislaine Durucheau, eine vielle file, habiteot dins l'quartier Saint-Jacques, eine maseon qui tombeot presqu'in ruine. On ne l'veyeot pos très souvint pourméner dins les rues de l'ville. Elle alleot  jusse chez l'boucher et commindeot toudis l'même : chint grammes d'hachis et pos ein gramme d'puque, du mutieau, des tripes et ein pied d'pourchéau. Elle porteot toudis les mêmes habits et n'sorteot jamais sans s'capieau, ein vieux capieau usé qui simbleot t'nir tout seu su s'tiête. Les gins diseot que ch'éteot eine malhureusse, qu'elle aveot tout pierdu pindant la guerre. Ein jour qu'elle éteot cait malate, ein visin aveot été faire ses commissieons et i-aveot été surpris d'vir qu'elle prépareot s'deîner dins eine vielle casserole cabochéeincrapée et qu'elle mingeot s'n'hachis su l'fouèle qui aveot servi à imballer l'viante. Si l'maseon aveot dix pièches, elle se teneot toudis dins l'même, s'plache d'devant comme elle diseot, l'seule qui aveot du cauffache, on direot puteôt ein feu d'souris. L'meublier i-éteot rimpli d'poussières et d'arnitoiles, i-aveot d'z'ainnées qu'elle n'aveot pus passé l'wassinque, même pos eine crute et eine sèque. Ein bieau matin d'hiver, les battantes seont restées serrées, comme elle les ouvreot toudis à l'même heure, les gins seont allés seonner. N'orchevant pos d'répeonse, on a fait appel aux agints d'ville et à un serrurier. Au pied du lit, Ghislaine éteot étindue su l'carpette, l'bouque grante ouverte, les is ravisant l'éternité. L'malhureusse aveot fini s'quémin d'misère su no tierre, elle éteot partie pou l'paradis dusqu'i n'a ni riches, ni paufes. L'préposé des Pompes Funèbres i-a été d'mindé à l'Commissieon d'Assistance Publique (ch'est ainsin qu'on app'leot l'CPAS à l'époque) si elle pouveot printe in charge les frais d'intierr'mint. Treos jours pus tard, à Saint-Jacques, i-n'aveot perseonne autour de s'cerqueul, ch'est bin souvint ainsin quand te n'laiches rien su t'testamint. Quand ein meos pus tard, on est v'nu débarrasser l'maseon, on a trouvé des liards dins des boîtes à sorlets, dins des peots, inter les paches de lifes et même sous l'matelas. I-aveot là des chintaines et des chintaines d'milliers d'francs et dins eine pétite cassette, i-aveot même treos ou quate Louis d'or. Eine grante armoire rinfermeot deux services intiers d'vaisselle, des assiettes ave ein bieau liseré doré et des verres in cristal. Dins l'pétite cour qui n'aveot jamais été nettiée, on a ortrouvé des séeaux et des brouches tout nués. Pindant d'z'ainnées, i-aveot des gins bin pus paufes que Ghislaine qui aveot'ent partagé ein peu d'soupe, des penn'tières, des légueumes, tout éteot déposé su l'pas de l'porte pasqu'elle n'ouvreot jamais à perseonne.

Et bé l'ov'là, l'deux chint chinquantième luméreo des "Expressions Tournaisiennes" i-est fini, eine pache est tournée. J'espère vraimint du feond du cœur que j'ai pu vous distraire, vous mette ainsin d'beonne humeur pou attaquer l'fin de l'sémaine. J'ai été bénaisse d'passer c'temps-là in vot' compagnie et, mo Dieu, si, à l'feos, j'ai raqueonté des cacoules, j'espère que vous m'in voudrez pos d'treop.

Mes gins, asteur, j'sus obligé d'vous quitter mais ... pétête que j'arais acore des raminvrances à évoquer ! i-n''feaut jamais dire jamais !

 

 (lexique : surpris jusqu'à s'fusil : profondément surpris devant une chose à laquelle on ne s'attendait pas / ahais : oui / li : lu / luméreo : numéro / comminché : commencé / rinte : rendre / l'parlache : le langage / ête leon : être loin / m'possipe : mon possible / toudis : toujours / l'lanque : la langue / caire : tomber / ainsin : ainsi / ête tout paf : être étonné / foute l'barpe : barber, ennuyer / in puque : en plus / à l'feos : parfois / les infants : les enfants / aujord'hui : aujourd'hui / peinte : peindre / tell'mint : tellement / déquindants : descendants / cangé : changé / bramint : beaucoup / foute in rache : mettre en colère, en rage / l'prumier : le premier / ein débardeu : un débardeur, homme qui déchargeait les bateaux / l'Esquéaut : l'Escaut / saquer : tirer / des sas : des sacs / l'sape : le sable / l'carbeon : le charbon / l'deos : le dos / forche : force / l'rue à peos : la rue As-Pois / tranner : trembler / les visins : les voisins / lommint : longtemps / in plache : en place / l'spectaque : le spectacle / Bin seûr : bien sûr / freod : froid / berler : crier / ein fucheau : un putois / buquer : taper / l'pièche : la pièce / l'ferniête : la fenêtre / orwettier : regarder / les cassis : les chassis / véritape : véritable / ein meos : un mois / véritape : véritable / on veyeot : on voyait / eine boutelle : une bouteille / les ceusses : ceux / brinqu'baler : secouer / mingé : mangé / ein oeillarte : un oeil poché, un œil au beurre noir / mamours : cajoleries / des baisses : des baisers / tout au leong du qu'min : tout au long du chemin / acater :acheter/ nous eautes : nous autres / inter nous : entre nous / ein lusoteu : un flâneur / eine caracole : un escargot / eine mareonne : un pantalon / ein jupeon : un veston / infonché : enfoncé / orsanner : ressembler / les neunettes : les lunettes / des is cachiveux : des yeux remplis de cachives, de chassie (pour les puristes) / des boteines à daches : des bottines à clous / les chabeots : les sabots / d'leon : de loin / ein p'tit queop : un petit coup, un peu / s'bouque : sa bouche / eine chique : un morceau de tabac que les anciens mâchaient / eine file : une fille / s'mamère : sa mère / ein cinsier : un fermier / raqueonter : raconter / la coulante : la diarrhée / eine basse-campe : une latrine, un cloaque / les gu'noux : les genoux / l'lanche : la lance / les mouques : les mouches / l'naque : l'odeur / douch'mint : doucement / eine candelle : une chandelle / l'meonte : le monde / pourméner : promener / jusse : juste / du mutieau : pâté grossier / ein pourchéau : un cochon / ein capieau : un chapeau / cabochées : tout à bosses / incrapée : encrassée / l'fouèle : la feuille / s'plache d'd'vant : la pièce située à l'avant de la maison donnant sur la rue / l'cauffache : le chauffage / l'meublier : le mobilier, les meubles / les arnitoiles : les toiles d'araignée / l'wassinque : la serpillière / eine crute et eine sèque : un nettoyage sommaire, un peu d'eau qu'on essuie de suite / les battantes : les volets / serrées : fermées / orchevoir : recevoir / les agints d'ville : les policiers / l'bouque : la bouche / l'quémin : le chemin / l'tierre : la terre / l'cerqueul : le cerceuil / laicher : laisser / des liards : de l'argent / les sorlets : les souliers / des peots : des pots / les paches d'ein life : les pages d'un livre / des chintaines : des centaines / nettier : nettoyer / des séeaux : des seaux / des brouches : des brosses / tout nué : tout neuf / des penn'tières : des pommes de terre / des légueumes : des légumes / bénaisse : content / des cacoules : des mensonges / asteur : maintenant).

S.T. novembre 2013   

     

09:39 Écrit par l'Optimiste dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : tournai, patois, picard |

Commentaires

Eh bien, Serge, bravo pour ces deux-cent cinquante textes succulents qui font tant plaisir aux Tournaisiens de souche et de cœur !
Nous ne nous en lassons pas et espérons que tu continueras longtemps encore à nous rejoindre le samedi pour nous raconter de bonnes histoires en picard.
Au nom de tous les lecteurs qui pensent comme moi mais ne prennent pas le temps de te l'écrire...
Jacqueline

Écrit par : Jacqueline | 15/11/2013

Répondre à ce commentaire

Bonjour Serge, sauf contre temps, j'ai pris l'habitude, le lundi et le jeudi, de venir consulter ton blog pour découvrir ta "P'tite dernière bafoule" qui me donne à chaque fois un bon moment de plaisir le midi en mangeant em' tartine !
Bonne continuation.

Écrit par : luc | 18/11/2013

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.