09 nov.
2013

Tournai : expressions tournaisiennes (249)

Eine beonne occasieon !

 

"J'vinds, au pus offrant, de l'beonne bédoule, bin guéaune, argileusse, elle peut convenir pou soigner vos romatiques ou bin pou étaler su vo visache et égalir du temps les outraches - Faire offre à l'Optimisse, prix modéré, inlièv'mint bin seûr à vos frais".

Ahais, pa d'vant nos maseons, l'bédoule elle dégouline in plein mitan de l'rue et elle colle à nos sorlets, aux pneus des auteos ou acore rimplit les égouts. Jusqu'à présint, on n'pouveot pos treop s'plainte, des travéeaux quand i-fait sec ch'est pos bin grafe mais d'puis que l'pluèfe elle cait, ch'est eine véritape misère.

Comme j'vous l'aveos promis, j'fais acore l'point su les chantiers de m'quartier et ainsin qu'vous l'veyez cha d'vient ein vrai roman à ralleonches. Tous les matins, vers les huit heures, on intind l'ronfièl'mint de l'machine que les ouverriers mettent in marche, on comminche à tranner ave l'martieau-pic qui perche l'trottoir, ein tracteur ave s'benne Joskin vient répinte ein meont d'sape su l'bord du qu'min, ein ingin fait l'passe-passe pou amonch'ler l'tierre qu'on ortire des treos ou bin pou apporter des leongs tuyots ou bin l'bobine de cable d'telépheone. On est tertous d'jà d'bout d'puis six ou siept heures pasque, à peine si l'diape i-a mis ses bottes, i-feaut aller canger les auteos et les mette bin leon de l'maseon. Cha va durer ainsin jusqu'à quate ou chinq heures après-deîner. I-a pos à dire, on a eine grosse tiête, on est débalté.

On a fait des treos in face des portes des maseons, ave l'pluèfe, l'tierre elle s'a mis à bourler et des gins pinsent que leu maseon elle va béteôt foute l'camp au feond d'l'excavatieon. Cha s'reot l'bouquet, éné

Jeudi, comme i-cayeot des cortes, on n'a pos vu ein bleu tchien, pétite consolatieon, i-a fait bin calme dins l'quartier, on pinseot même qu'on éteot diminche. M'feimme elle a profité pou faire s'rang, on areot dit qu'elle jeueot à faire des catieaux d'sape su l'plage de La Panne.

"Si je n'nettie pos, tout va caire dins l'égout et après on va ête ineondé" et ch'est ainsin qu'ave s'raclette elle a presque fait toute l'rigole sous l'drache.

"Bé t'es de l'beonne ainnée" que j'li ai dit.

Elle m'a ravisé, ave ein noir regard, quand j'li ai dit : 

"Surtout n'oblie pos d'essuyer tes pieds in rintrant pou que l'maseon elle n'orsanne pos à ein rang d'pourcheau !".

In mi-même, j'feseos beonne chère pasque dins toutes les maseons d'no ruache, t'intinds, tous les jours, d'puis six s'maines, les feimmes faire les même réflexieons :

"Inliève tes sorlets dins l'couloir, annochint, ch'est pos pour rien que j'ai mis des patins, tes pantouffles elles seont tout près de l'porte à l'intrée, t'areos du les vir in l'ouvrant si t'éteos ein p'tit queop futé, i-feaut pinser à nettier tes roues, espèce de colas, pasque l'garache i-est asteur archi-cras"

Bé ahais, j'n'ai pos ein hélicoptère j'sais pos passer pa d'zeur pou rintrer dins l'garache et pou n'pos glicher su l'quémin j'n'ai pos d'botteines à daches.

Et ch'est ichi comme dins les rues du centre-ville, les gins qui ont commindé ces travéeaux, les "maîtres d'œuvre" comme on les appelle, i-s'foutent pos mal de nous, on n'les veot jamais. D'puis lommint, tout l'meonte souffère dins no beonne ville et on a vraimint l'impressieon que ch'est dins l'indifférince générale de nos édiles.

A l'vitesse que cha avanche, à l'Noë, à Pâques ou à l'Ternité j'vous parle acore d'no chantier.

Stromae i-direot : "Formidable, foooormidable, vous allez avoir une rue formidable" pétête m'garcheon mais asteur, sais-te, elle est fort minable ! 

(lexique : j'vinds, je vends / l'bédoule : la boue / guéaune : jaune / les romatiques : les rhumatismes / égalir : égaliser / l'inlièv'mint : l'enlèvement / bin seûr : bien sûr / in plein mitan : au beau milieu / les sorlets : les souliers / l'pluèfe : la pluie / caire : tomber / véritape : véritable / acore : encore / les ralleonches : rallonge / l'ronfièl'mint : le ronflement / les ouverriers : les ouvriers / commincher à tranner : commencer à trembler / répinte : répandre / l'sape : le sable / l'qu'min ou l'quémin : le chemin / amonch'ler : amonceler / ortirer : retirer / Les treos : les trous / des leongs tuyots : des longs tuyaux / tertous : tous / a peine si l'diape i-a mis ses bottes : à peine le diable a-t-il mis ses bottes, c'est-à-dire au lever du jour, aux aurores / canger : changer / bin leon : bien loin / après-deîner : après-midi / débalté : exaspéré / bourler : tomber (en roulant) / béteôt : bientôt / foute l'camp : partir / éné : n'est-ce pas / les cortes : les cordes / n'pos vir ein bleu tchien : ne voir personne / faire s'rang : nettoyer face à la maison, faire le trottoir (en tout bien tout honneur) / ein catieau : un château / sous l'drache : sous l'averse / ravisé : regardé / oblier : oublier / l'pourcheau : le cochon, le porc / l'ruache : le quartier / annochint : innocent / vir : voir / ein p'tit queop : un petit coup / ein colas : un geai mais désigne aussi un crétin, une personne peu futée / cras : très sale / pa d'zeur : par-dessus / glicher : glisser / des botteines à daches : des bottines à clous / i-s'foutent pos mal : ils ne se moquent pas mal / lommint : longtemps / souffère : souffrir / à l'Noë : à la Noël / l'Ternité : la Trinité / pétête : peut-être / m'garcheon : mon garçon :sais-te : tu sais).

S.T. novembre 2013

 

09:35 Écrit par l'Optimiste dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : tournai, patois, picard |

Commentaires

Bon week-end du 11 novembre Serge et à bientôt.

Écrit par : Un petit Belge | 10/11/2013

Répondre à ce commentaire

Hahhaa un super hommage aux expressions tournaisiennes, c'était un vrai défi de lire le billet tout en faisant la "traduction simultanée" mais heureusement qu'il y a le lexique à la fin! Et puis j'espère que les chantiers sont bien terminés!

Écrit par : André | 24/04/2014

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.