02 nov.
2013

Tournai : expressions tournaisiennes (248)

Su l'etchelle de Beaufort.

"Hé alors, Edmeond, cha f'seot lommint qu'on s'éteot vu... queu beon vent t'amène ?".

Lindi passé, ch'éteot vraimint l'cas de l'dire, quand j'lai rincontré in plein mitan de l'Grand-Plache, vers les dix heures, Edmeond berloqueot sus ses deux gampes à chaque rafale. 

"A-t-on d'jà idée d'mette s'nez à l'cour pa ein temps parel, chint-dix à l'heure... cha décoiffe !" que j'li ai dit (bin que pou li i-n'aveot pos d'danger, i-n'a pus ein poil su l'caillou).  

"Tins, bé... i-a bin fallu que j'mette m'nez à l'air, te sais... si cha n'teneot qu'à mi, j's'reos resté dins m'fauteul pa d'vant m'télévisieon mais Fifinne elle m'a d'mindé d'aller à l'Hôtel de Ville pou querre nos sacs poubelles gratuits, d'puis l'temps qu'on a l'papier à la maseon, si cha cait, on va m'dire que l'date elle est oute et elle pindant c'temps là, elle orwette "les Feux d'l'Amour (l'chinq mille quate chint chinquante-chinquième épisode) in buvant s'biscurisse, ave ceulle tisane, i-n'risque pos d'avoir du vent dins les voiles".

"Ahais, j'comprinds... Ce que feimme veut, Dieu l'veut" mais... épais comme t'es, fais toudis attintieon de n'pos t'involer dins l'rue Saint-Martin", que j'li ai fait ormarquer, "on pourreot t'ortrouver, tout in heaut, su les blanques bâches de l'cathédrale. J'veos cha écrit, noir su blanc, dins l'Avenir ou l'Nord-Eclair d'd'main : Ein heomme s'invole et atterri su les grands plastics de l'échafaudache de Noter-Dame, habillé tout in noir su l'blanque toile, on n'pouveot pos faire sans l'vir, i-a pos à dire ch'éteot vraimint très... tranchant !".  

"Pou cha, i-a pos d'danger, m'n'amisse, je m'sus lesté au Central in buvant treos pintes ave des cacahuètes".

"Mo Dieu, ch'est seûrmint pos cha qui va t'coller à l'route, bin au contraire, te risques d'chonqu'lier pus facil'mint ave les bourrasques".

"Ch'est fait esprès, ainsin même Fifinne in m'veyant arriver, elle ne va pos adveiner que j'sus berzèque, à nos âches, boire ein queop quand l'vent souffièle, ch'est l'meilleu des camouflaches".

"Ah, on veot qu't'as fait l'armée, pou savoir si bin cha, t'éteos dins queulle arme, t'as servi dins les paras"

"Neon mais... quoisque t'as dins t'tiête, ... te m'as d'jà bin ravisé, mi... dins les paras, mais à chaque feos qu'j'areos sauté, l'parachute i-areot ormonté et j'n'ose pos imaginer où j's'reos cait", neon, neon, Mossieu, mi, j'éteos à l'aviatieon"

"Ahais... j'comprinds te n'risqueos pos d'lester l'avieon"

"Neon, neon... j'n'ai jamais voler, j'areos bin eu treop l'esquite.. j'éteos barman... au mess des officiers à l'base de Coxydes et ch'est ainsin que j'ai appris à m'camoufler quand j'éteos quervé. Ha... la côte qu'on appel'eot acore belge à ceulle époque, j'in ai connu des timpêtes là-vas".

"Ahais, surtout des timpêtes dins ein verre d'ieau ou pûteôt ... d'whisky "

J'ai vu dins ses is que j'aveos ralleumé l'ramivrance de s'jeone temps. Ein anche est passé... (poussé pa ein fort vent du Sud-Ouest, i-a tout jusse évité l'cathédrale).

"Dire qu'à ce momint-là, j'aveos l'pépète quand j'rincontreos l'adjudant, bé, m'n'heomme à côté d'Fifinne... ch'éteot ein p'tit infant".

On éteot là à d'viser quand l'pluèfe elle s'a mise à caire, des gouttes comme des pièces de deux eureos (j'sais bin, vous allez m'dire que dins l'temps, on app'leot des pièches de chinq francs mais d'puis l'eureo, savez mes gins, tout i-a aurminté d'ein fameux queop).

On s'a ortrouvé autour d'eine tape chez Ludivine, aux Quate Saiseons.

"J'peux t'aider à acore printe du poids" que j'li ai dit in commindant deux d'mis. Cha m'areot éteonné qu'i-areot orfusé, quand te li proposes à boire, Edmeond, i-est toudis prêt. Ch'est comme qui direot l' gourmet du jus d'houbleon, l'sout'neu des brasseries de l'régieon, l'pus grand potieau d'cabaret d'Tournai, l'pus grand pinteu de l'cité des Cheonq Clotiers, l'assoiffé d'naissance, l'buveu de tous les saints qu'on beot... Si aveot intindu c'que j'pinseos d' li, i-m'areot dit :

"i-est beon, allez, laiches-en ein peu pou l'z'eautes"

"A la tienne... Etienne", s'pinte, i-l'a chifflée d'ein queop sans attraper l'souglou.

"Ch'est bin malhureux que dins les rues d'no ville, les avaloirs i- n'avale'tent pos aussi vite que ti" que j'li ai fait ormarquer.

"Contrair'mint à eusses, mi, j'nettie m'bouque tous les jours et quand j'beos je n'laiche pos l'cannette et les déchets à proximité, j'n'ai pos besoin des p'tits heommes verts pou ingloutir facil'mint ein verre ".

Comme je ne vouleos pos passer là tout m'journée, j'li ai dit :

"I-va falloir aller, taleur l'Hôtel de Ville i-s'ra serré et n'oblie pos que jeudi 31 i-seont in congés, à croire qu'Haloween, ch'est leu fiête ".

"Chest pos grafe, j'dirai à m'feimme qu'ave l'temps qui fait, les imployés i-n'seont pos v'nus ouvrer et cha m'f'ras ein eaute occasieon d'venir in ville, on anneonche eine nouvelle timpête pou l'fin de l'sémaine, ceulle-chi ch'éteot Christian, adeon..., l'prochaine feos, elle va qu'mincher pa ein D... pétète Dédé, ou bin D'siré, ou Dominique, j'ai conneos in qui aime bin d'faire meonter l'trait, et après...".

"Après, bé... ch'est le E", on n'l'appell'ra seûrmint pos Edmeond, à l'vitesse que te vas, te n'risques pos d'rinverser ein platane, même pos eine pétite heyure... pétète ein verre de bière su 't'mareonne et acore".

"Hé là... comarate, de l'bière ch'est d'l'ior, i-n'a qu'ein indreot pou l'rinverser, comme dit l'cancheonne du Cabaret Walleon : "boire eine crasse pinte et l'sintir déquinte bin tout au feond de s'vinte" et j'vas t'dire eaute cosse, après le E... ch'est le F et on a de l'sanche que ch'est des préneoms masculins ceulle ainnée pasque... Si jamais on donneot l'neom d'Fifinne, cha s'reot ein ouragan, forche 12, comme on diseot à Coxydes et on s'reot tertous aux abris".

"Beon, j'ai intindu assez, des vertes et des pos mûres et asteur j'min vas, t'ormettras m'bonjour à... t'feimme Fif... euh...Forche 12".

"Hé, hé... Dis l'Optimisse, n'dis surtout pos cha quand te l'voiras, sais-te, pasque là, j'risque bin d'm'involer pou d'beon sur les bâches de l'cathédrale".

 

(lexique : l'etchelle : l'échelle / lindi : lundi / lommint : longtemps / in plein mitan : au beau milieu / berloquer : balancer, vaciller / les gampes : les jambes / parel : pareil / pa d'vant : devant / querre : chercher / si cha cait : si çela tombe / oute : passée / orwettier : regarder / l'biscurisse : décoction de réglisse dans de l'eau, s'utilise aussi pour qualifier une mauvaise bière / toudis : toujours / ortrouver : retrouver / blanques : blanches / vir : voir / m'n'amisse : mon ami / seûrmint : sûrement / chonqu'lier : chanceler, trébucher / esprès : exprès / adveiner : deviner / berzèque : éméché, pompette, au bord de l'ivresse / l'âche : l'âge / ein queop : un coup / quoisque : qu'est-ce que / ravisé : regardé / ormonter : remonter / avoir l'esquite : avoir peur / quervé : ivre / l'ieau : l'eau / ralleumer l'ramivrance : rallumer les souvenirs / jeone : jeune / ein anche : un ange / jusse : juste / avoir l'pépète : avoir peur / d'viser : causer, parler / l'pluèfe : la pluie / aurminter : augmenter / eine tape : une table / ein potieau d'cabaret : un pilier de bar / les chinq clotiers ou cheonq clotier  : les cinq clochers, désignation de la cathédrale Notre-Dame / laicher : laisser / pou l'z'eautes : pour les autres / chiffler : boire d'une traite / l'souglou : le hoquet / nettier : nettoyer / l'bouque : la bouche / taleur : tantôt / serré : fermé / grafe : grave / anneoncher : annoncer / adeon : donc / qu'mincher : commencer / pétète : peut-être / eine pétite heyure : une petite haie / l'mareonne : le pantalon / acore : encore / comarate : camarade / ein indreot : un endroit / l'cancheonne : la chanson / déquinte : descendre / l'vinte : le ventre / l'sanche : la chance / tertous : tous / asteur : maintenant / sais-te : sais-tu). 

(S.T. novembre 2013) 

 

 

 

 

09:25 Écrit par l'Optimiste dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : tournai, patois, picard |

Commentaires

Ah, ça a soufflé en cette semaine de Toussaint. Bon dimanche Serge.

Écrit par : Un petit Belge | 03/11/2013

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.