25 oct.
2013

Tournai : expressions tournaisiennes (247)

I-va avoir d'l'ieau dins l'gaz !

 

A Tournai, ceulle expressieon est surtout utilisée quand on veut dire qu'i-va avoir l'broule dins l'ménache. Adeon, j'ai ormarqué que les meots imployés n'seont pos tout à fait bin queusis. J'ai voulu ichi vous parler, comme j'vous l'aveos promis dins ein artique paru l'vingt-huit de sétimpe, de l'état des travéaux dins m'quartier. L'auteomne i-est asteur arrivé et i-comminche à pluvoir su les tuauts d'gaz qui seont ringés su les trottoirs.

Je n'veux pos vous foute l'barpe ave nos problèmes mais j'ai voulu vous in parler pasque ch'est ein hommache que j'rinds à tous les Tournisiens qui save'tent asteur ce que l'meot chantier veut dire, aux gins de l'rue des Cap'liers dusque les ouverriers ont arrêté l'chantier et bin malin l'ceu qui sait quand i-veont l'orcommincher, aux gins de l'rue d'l'Hôpital Noter-Dame qui doive'tent vife, d'puis chinq ainnées, pa d'vant les ruines du cinéma Palace, aux gins d'Saint-Jean qui doive'tent faire des tours et des ratours pou arriver à leu maseon, aux gins de l'plache Verte qui ont bin l'temps d'vir pousser l'hierpe inter les pavés et à tous les gins qui acoutent, du matin au soir, l'cant mélodieux des grues et des martieaux-pics, à les ceusses qui à causse d'cha i-ont l'trannette, à les ceusses qui ont mau à leu tiête et à les ceusses qui dirichent les chantiers et qui, pou les vir, n'vienne'tent jamais  !

Je n'vas pas ichi vous raqueonter des carabistoules, l'chantier i-avanche... douch'mint, eine machine et deux ouverriers creuse'tent eine tranchée au rythme d'quinze mètes sur eine journée et on y met deux tuyeaux in PVC d'invireon siept mètes d'leong bin queomptés. Puis, pou pouvoir rintrer dins l'garache, on orbouche l'treos ave du sape qu'ein tracteur i-ramène tous les matins, in l'mettant in meont in plein mitan du qu'min. Comme no rue, elle fait deux-chint chinquante mètes d'leong invireon, l'carcul i-est simpe à faire : i-va falloir dix-siept journées pour arriver au bout du prumier côté. No rue elle a deux côtés (cha arrife souvint), adeon, pou arriver pas d'vant m'maseon, i-va falloir acore queompter deux à treos semaines. On s'ra ainsin aux invireons du 11 novimpe. Cha vous rappelle eine séquoi ? Ch'est l'Fiête de l'Armisitice, l'fin de l'guerre des tranchées. Ahais, mais nous eautes, comme les brafes poilus de l'Yser, dins les tranchées, on va y passer l'hivier. Faudra pétête même, inter voisins, s'arringer pou aller à tour de rôle au ravitall'mint. L'quartier i-est comminché d'puis l'meos d'juin, cha fait d'jà lommint.

Acore, si ch'éteot ein cas isolé, on direot, on a pos eu d'sanche, mais ch'est partout parel, quand ein bieau matin, on veot débarquer des ouverriers on s'deminde toudis combin d'temps cha va durer. Quand in mille nuef chint quarante-chinq, on a orconstruit d'no cité, cha n'a pos traîné et septante ainnées pus tard, ave l'matériel qu'on a, on met treos feos pus d'temps pou faire l'ouvrache. Si t'comprinds ceulle-là, te me l'espliqu'ras ! I-a ein habitant du quartier qui a été vir l'échevin des travéaux et li-a d'mindé quançque cha s'reot fini, i-paraît qui li a répeondu : 

"Si tout va bin, sans impéch'mint et si l'hivier i-n'est pos treop leong, on pourreot mette l' nouvieau carr'lache à les Pâques".

Cha et canter Malbrouck, ch'est du parel au même.

J'essaie de m'consoler, je m'dis que pou treos ouverriers et l'quatrième qui ramène l'sape et orprind les démolissures, ch'est d'l'ouvrache asseuré et qui n'doive'tent pos avoir peur du chômache. 

J'ferme là m'parinthèse, j'ai acore bin à faire, j'deos commincher pa nettier et chirer mes sorlets, i-seont rimplis d'ein tierre guéaune qui colle à l'semelle, après, j'deos passer l'wassinque dins l'couloir pou n'pos pidouler d'dins et incraper toute l'maseon. I-a pus d'eine feimme dins no quartier qui d'puis des s'maines seont toudis à délaminter. J'intinds l'fgrue richer l'asphalte, ch'est l'façeon d'nettier l'route, i-est passé treos heures i-veont béteôt arrêter pou aujourd'hui !     

 

(lexique : ceulle : cette / l'broule dins l'ménache : la brouille dans le ménage / adeon : donc / queusis : choisis / ichi : ici / ein artique : un article / sétimpe : septembre / asteur : maintenant / commincher à pluvoir : commencer à pleuvoir / vous foute l'barpe : vous barber, vous ennuyer / pasque : parce que / l'meot : le mot / les capl'liers : les chapeliers (nom d'une rue de Tournai, au pied de la cathédrale) / dusque : où / les ouverriers : les ouvriers / vife : vivre / pa d'vant : devant / faire des tours et des ratours : prendre de nombreuses déviations pour arriver à un point souvent proche / l'hierpe : l'herbe / acouter : écouter / l'trannette : la tremblote / avoir mau : avoir mal / raqueonter : raconter / des carabistoules : des sornettes, des calembredaines / douch'mint : doucement / mètes : mètres / siept : sept / queomptés : comptés / l'treos : le trou / l'meont : le mont / in plein mitan du qu'min : au plein milieu du chemin / l'carcul : le calcul / simpe : simple / l'prumier : le premier / ainsin : ainsi / novimpe : novembre / rappeler eine séquoi : rappeler quelque chose / ahais : oui / brafes : braves / pétête : peut-être / lommint : longtemps / l'sanche : la chance / parel : pareil / toudis : toujours / l'ouvrache : l'ouvrage, le travail / quançque : quand / les démolissures : les matériaux provenant des démolitions / nettier : nettoyer / chirer : cirer / les sorlets : les souliers / guéaunes : jaunes / l'wassinque : la serpillière / pidouler : patauger / incraper : encrasser, salir profondément / s'délaminter : se lamenter / richer : griffer / béteôt : bientôt).

S.T. octobre 2013   

18:20 Écrit par l'Optimiste dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : tournai, patois, picard |

Les commentaires sont fermés.