21 oct.
2013

Tournai : la commémoration de la première guerre mondiale

Il y aura juste cent ans, le 28 juin 2014, qu'éclatait le premier conflit mondial après l'assassinat, à Sarajevo, de l'Archiduc d'Autriche François-Ferdinand. Ce conflit ne se terminera que par l'armistice du 11 novembre 1918.

La ville de Tournai ne sera pas absente des nombreuses commémorations qui débuteront dès le mois de juin, dans de nombreux pays européens, puisque son Collège communal, entre autres actions commémoratives, a choisi le Musée d'histoire militaire (dénommé naguère "Musée des Armes") pour abriter une suite d'expositions destinées à rappeler tant les évènements qui se sont déroulés sur son territoire durant les quatre années qu'a duré ce conflit que les conditions de vie de la population sous l'occupation et durant l'immédiat après-guerre caractérisé par une vague de patriotisme.

Ce rappel historique à l'intention des jeunes générations semble nécessaire car il n'y a plus, par la force des choses, un seul témoin de cette époque et peu de personnes parviennent encore à imaginer les sacrifices consentis par des hommes et des femmes pour reconquérir une liberté bafouée.

Le premier volet intitulé "Août 1914, Tournai plongé dans la guerre" rappellera le sacrifice jusqu'au dernier des soldats territoriaux de Vendée lors de la bataille restée dans la mémoire collective sous le nom de "bataille du 24 août". Ce combat qui permit aux forces britanniques de gagner une importante journée dans l'organisation de leur repli en retardant l'avance de l'ennemi. Cet épisode tragique opposa le 2eme Corps de cavalerie allemand du général Von der Marmitz dont la mission était de prendre les villes d'Antoing et de Tournai à 1.600 volontaires territoriaux vendéens, commandés par le général Antoine de Villaret, seulement armés de leurs fusils Lebel, et qui furent tous massacrés (le mot n'est pas trop fort).

Y seront notamment exposés une trentaine des fusils brisés des combattants vendéens ramassés par l'administration communale pour être enterrés au lendemain de l'affrontement et retrouvés en 1992, mais aussi des documents, des photos...

Le second volet qui aura pour thème "Vie quotidienne et résistance en Tournaisis durant la première guerre mondiale" sera consacré à l'occupation de la cité des cinq clochers. Celle-ci fut loin d'être indolore, censure du courrier adressé par les familles aux soldats sur le front, censure de la presse, réquisitions diverses, évacuation forcée de populations, emprisonnement pour des motifs qui peuvent paraître futiles... J'ouvre une parenthèse : ma grand'mère paternelle avait reçu d'un fermier l'autorisation de glaner des pommes de terre sur un champ pour nourrir sa famille, aperçue par un soldat allemand, elle fut traduite devant un tribunal militaire qui la condamna à rejoindre la prison, tous les soirs, après son travail, pendant une dizaine de jours. Combien de fois ne m'a-t-elle pas dit : "J'ai connu deux guerres et durant ces deux guerres nous avons eu très faim". Des hommes et des femmes vont se lever contre ce joug à la limite de la barbarie, Gabrielle Petit, Tournaisienne, membre du réseau d'espionnage britannique Edith Cavell, Louise de Bettignies, lilloise arrêtée à Froyennes, Edouard Valcke, Joseph Hoyois, hommes politiques qui se dressèrent eux aussi contre l'occupant et d'autres encore qui, comme le Roubaisien Léon Marlot, seront abattus au Mur des Fusillés de la caserne Ruquoy. 

Le troisième volet traitera de "la bataille de l'Escaut" qui se déroula à la fin du conflit ,du 20 octobre au 9 novembre 1918. Après avoir libéré Lille, le 17 octobre, la 5e Armée britannique sera opposée à la 6e Armée allemande, fortement retranchée derrière le fleuve, gonflé par de fortes pluies, après avoir fait sauter les ponts. Cette bataille sera gagnée, le 9 novembre, lorsque les forces britanniques lanceront une passerelle sur l'Escaut, à Pont à Chin, en aval de Tournai et à Chercq, en amont. Le lendemain, le roi Albert I, la reine Elisabeth et le prince Léopold feront leur entrée dans Tournai en liesse, vingt-quatre heures plus tard, à 11h, le 11 novembre 1918, l'armistice sera signé.

Si vous possédez des objets, documents ou photos de cette époque, vous pouvez enrichir ces différentes expositions et faire ainsi œuvre de mémoire. Ceux-ci seront scannés et rendus de suite. Vous pouvez prendre contact en laissant un commentaire sous le présent article.

Pour leur part, les Ecrivains Publics de Wallonie Picarde ont décidé de mener un projet collectif de recueil des mémoires tournaisiennes de la Grande Guerre, des souvenirs souvent évoqués au sein de familles, des lettres conservées dans les tiroirs secrets des commodes, des photos jaunies qui rappellent un lieu, une date, une histoire. Une première réunion se tiendra, à cet effet, dans la salle de réunion du café du 24 Août, le 8 novembre 2014 à 18h. Une autre occasion d'apporter sa contribution à ce devoir de mémoire.

N.B. : vous pouvez déjà lire les articles consacrés au premier conflit mondial, parus au sein du présent blog, en introduisant "guerre 1914-1918" dans le cadre "recherche", situé au bas de la colonne de droite. Vous pouvez également y découvrir un article consacré au Major Médecin De Bongnies. 

 

(S.T. octobre 2013) 


 

Commentaires

Kikou Serge,

Merci de ta visite et de ton commentaire,j'ai beaucoup apprécié
Tournai,où je suis resté 8 jours chez des amis,c'est une trés belle
ville avec de superbes musées,un remarquable Beffroi que j'ai beaucoup
aimé visiter, ainsi que le musée des arts et des traditions.
Je ne sais pas si l'année prochaine,je pourrais venir dans votre beau
pays,car se sont mes amis tournaisiens qui descendront passer leurs
vacances,chez nous en Provence.
Je te souhaite de passer une bonne fin de journée,bises.

Écrit par : Mimi du Sud | 21/10/2013

Répondre à ce commentaire

Bonjour,

Je suis l'arrière petite nièce du général Antoine de Villaret.
J'ai en ma possession ces écrits concernant cette journée du 24 août 1944.
Si cela vous intéresse, je reste à votre disposition

Claire de Villaret

Écrit par : de Villaret | 25/01/2014

Répondre à ce commentaire

Madame de Villaret, merci de votre visite sur le blog et du commentaire que vous y avez laissé. Dans le cadre de l'hommage rendu aux Territoriaux de Vendée que nous préparons, le témoignage dont vous nous parlez serait fort apprécié et d'une grande importance (pour autant qu'il ne s'agisse pas d'une plaisanterie ou d'un spam comme nous en avons reçus parfois) Pouvez-vous nous laisser des coordonnées pour que nous puissions prendre votre contact. Nous vous remercions.

Écrit par : Serge | 26/01/2014

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.