18 oct.
2013

Tournai : expressions tournaisiennes (246)

Cha sint d'jà l'morte saiseon !

 

In eine sémaine, l'paysache a bin cangé, asteur, on s'rind queompte que l'auteomne i-est arrivé. Les arpes que j'veos, au leon, d'puis l'cassis de m'maseon, comminchent à s'dépleumer et à canger d'teon. Leu couleur verte a fait plache au guéaune et au brun, les fuelles frisseonne'tent et s'involeote'ent au prumier coup d'vint.

I-est fini l'temps des mauviars et des arondielles, ch'est les noirs corbeaux qu'on veot asteur dins no ciel. Cha fait deux ou treos jours que tous les matins, ein p'tit rouche-gorche berle à tue-tiête dins nos sapins. I-n'reste jamais bin lommint dins no voisinache, i-deot s'infuir quand arrife l'mourdreusse agache. L'moucheon a ortrouvé l'quémin d'no gardin, on l'intind, à nouvieau, mindier s'morcieau d'pain.

No gardin, ein peu à l'feos, pierd ses belles couleurs quand les derniers pétales quittent in trimblant les fleurs, bin meurtes, les guéauques, près d'l'heyure, roule'tent su l'gazeon profondémint indormi jusqu'à l'belle saiseon. Ave regret, on a rintré l'meublier et l'barbecue, bé... on peut asteur l'oblier.  

Diminche, les chasseurs seont apparus dins les camps, traquant, ave leu tchien, les lièfes et les faisans. Pa momints, on intindeot les queops d'fusils claquer et j'pinseos, in mi-même, pourvu qui les ont ratés. Quand j'vas dins l'campane ave m'garcheon pourméner, sans l'déringer, douch'mint, on cache après l'gibier. Sortant du beos ein lapin a l'air tout surpris et dins les hierpes s'muche ein faisan ave ses p'tits. 

Comme l'air elle est fraîche, su les toits, les quémeinées, d'puis eine paire de jours, ont orcomminché à finquer. Si cha sint, à l'feos, l'beonne naque du beos brûlé, l'pus souvint cha prind à l'gorche, cha fait tousser, i-n'feaut pos brûler n'importe queu salop'rie in pinsant qu'on fait ainsin des écolomies, pasque l'pétite écapure que t'as mis d'côté, te pourreos bin ein jour l'deonner aux pompiers.

Ov'là 'cor orvenu l'temps du noir quart d'heure, des leongues soirées dusqu'i-fait noir avant chinq heures, on va béteôt vife ave les battantes serrées, assis pa d'vant l'télé ave ein greos gilet, on acoute les leongues plaintes d'Eole débalté, bénaisse d'queurir à nouvieau pa les rues d'Tournai. L'pluèfe d'auteomne jeue du tambour su nos ferniêtes, les rigoles bondissent comme des jeones files in fiête.

I-n'ara pus bramint d'meonte dins nos rues et rulettes, on y verra pus qu'des paufes et des pauvrettes, des malhureux sans l'sou, sans logis et sans espoir, obligés d'querre ein coin pou dormir au soir. I-z'ireont toquer à l'porte de "l'Maseon du Pichou", là, on deonne du réconfort aux ceusses qui n'ont pos l'sou. I-n'feaut pos acroire, ch'n'est pos poétique, l'hivier, ch'est eine leongue saiseon qui, pou tertous, coûte bin tchier.

Au cim'tière, on ira ave nos chrysanthèmes, rapp'lez à nos défunts combin acore on les aime. Au soir, on ming'ra des waufes comme ch'est l'traditieon, l'naque de l'pâte invahira toute no maseon. Ave l'castonnate, l'bure ou bin au chuque blanc, j'ai l'raminvrance du temps dusque j'éteos infant.

Mes amisses, j'vas devoir ichi vous quitter, l'soir i-cait je n'veos pus les touches de m'clavier, j'm'in vas asteur vir l'journal télévisé, j'sus seûr que ch'est acore d'misère qu'on va m'parler, des guerres, des attintats, des problèmes financiers, i-n'a pus ein coin d'paradis dins l'meonte intier. Bin hureux seont les ceusses qui préfère'tent l'fotbal, eusses au moins d'puis eine sémaine i-ont eu l'moral. Pindant qu'on pinse à norrir et cauffer s'famile, bé, eusses i-s'indorme'tent in busiant d'jà au Brésil.


 

(lexique : l'morte saison : la morte saison, l'hiver / cangé : changé / asteur : maintenant / on s'rind queompte : on se rend compte / les arpes : les arbres / au leon : au loin / l'cassis : le chassis / comminchent : commencent / s'dépleumer : se déplumer / plache : place / l'guéaune : le jaune / les fuelles ou fouèles : les feuilles / les mauviars : les merles / les arondielles : les hirondelles / berler : crier / lommint : longtemps / mourdreusse : hargneuse / l'agache : la pie / l'moucheon : le moineau / l'quémin : le chemin /l'gardin : le jardin / mindier : mendier / pierd : perd / bin meurtes : arrivées à maturité / les guéauques : les noix / l'héyure : la haye / l'meublier : le mobilier / oblier : oublier / les camps : les champs / l'tchien : le chien / l'lièfe : le lièvre / pa momints : par moments / les queops : les coups / l'campane : la campagne / l'garcheon : le garçon / pourméner : promener / douch'mint : doucement / cacher après : chercher / l'beos : le bois / les hierpes : les herbes / s'mucher : se cacher / les quémeinées : les cheminées / finquer : fumer / l'beonne naque : la bonne odeur / l'gorche : la gorge / des écolomies : des économies / l'petite écapure : la petite somme d'argent / l'temps du noir quart d'heure : dans le temps, période entre chien et loup durant laquelle les personnes conversaient, seulement éclairées par les rougeoiements de l'âtre, les gens avaient connu les guerres et économiser l'électricité / chinq : cinq / béteôt : bientôt / vife : vivre / les battantes : les volets, ce mot désignait surtout les panneaux de bois qu'on refermait de l'extérieur et qu'on faisait tenir par un crochet à l'intérieur / serrées : fermées / acouter : écouter / débalté : déchaîné / bénaisse : content : queurir : courir / l'pluèfe : la pluie / jeuer : jouer / les ferniêtes : les fenêtres / des jeones files : des jeunes filles / bramint : beaucoup / les rulettes : les ruelles / les paufes : les pauvres / querre : chercher / toquer : frapper / aux ceusses : à ceux / acroire : croire / l'hivier : l'hiver / tchier ou tcher : cher, onéreux / les waufes : les gaufres / l'castonnate : la cassonade, sucre roux / du bure : du beurre / du chuque : du sucre / l'raminvrance : la souvenance / ichi : ici / caire : tomber / norrir : nourrir / cauffer : chauffer / busier : penser, songer)

 

S.T. octobre 2013   

 

17:35 Écrit par l'Optimiste dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : tournai, patois, picard |

Commentaires

Tes mots du samedi en picard sont souvent pleins d'humour. Cette fois-ci, l'automne et l'approche de l'hiver t'inspirent poésie et émotion. Félicitations aussi pour ce genre littéraire !
Jacqueline

Écrit par : Jacqueline | 19/10/2013

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.