04 oct.
2013

Tournai : expressions tournaisiennes (244)

L'chute des fouèles, ch'est ein mauvais momint à passer !

Tous les jours, vers les quate heures, quand j'rinte à m'maseon, vous pouvez ête seûr que j'sus pris dins les boucheons. De l'Porte d'Lille jusqu'à l'intrée d'l'avenue Minjean, si t'arrives à rouler à trinte à l'heure tout l'temps, t'as de l'sanche, te peux lancher t'capieau in l'air, t'arrêter dins ein bistreot et boire ein beon verre. Siept minutes pou ti faire à peine ein kilomète, t'ireos beauqueop pus vite ave eine trotinette. I-a pos bramint d'indroits où on veot six écoles qui finisse'tent in même temps et pos à tour de rôle.

Et j'voudreos trouver ein malin pou m'espliquer, pourquoi les élièfes i-veul'tent toudis traverser. Ceusses du trottoir impair i-travers'tent l'chaussée, bin seûr, ceusses d'in face i-doive'tent aller d'l'eaute côté. In puque, pou traverser, on pourreot les orgrouper, neon, i-feaut qui passe'tent ein à ein pou t'imbêter. i-a des agints d'sécurité pou les aider, les paufes, i-seont toudis au mitan de l'chaussée. I-a des parints qui imbarquent l'infant dins l'auteo, mettent l'clignotant, ahais quand i-n'l'oblie'tent pos, et sans même raviser, te copes l'chique tout net, t'obligeant à freiner pou n'pos poquer t'carette.

Feaut dire que dans l'temps, on éteot privilégié, tout au bout d'no gampes, on aveot acore des pieds, cha nous serveot pou marcher, cha aveot ein rôle, éné, cha nous permetteot d'aller à l'école. Asteur, l'infant n'peut pus mette s'nez à l'air, feaut pos qui respire ein micrope ou bin de l'poussière. Pindant toutes les vacances, i-vit même in vase clos, pa d'vant s'n'ordinateur et ses jeux vidéo. Conte l'grippe i-feaut, in automne, l'vacciner, pasque l'moindre maladie, i-va l'attraper, à rester ainsin presque toudis infermé, bé, i-n'a jamais appris à s'immuniser. 

Comme vous l'veyez, j'éteos acore bin ormonté et rincontrer, verdi, Edmeond n'm'a pos calmé. 

"Mi aussi, à causse d'Fifinne, j'sus énervé, pos pus tard qu'au matin, j'l'areos bin étronée, elle n'arrête pos d'cacher misère et d'm'étriver, tout c'que j'dis ch'est pos vrai, tout c'que j'fais ch'est mal fait. Comme i-f'seot freod, au matin, j'ai ralleumé l'cauffache, mo.. bé, elle s'a mis à berler au gaspillache, elle m'a dit d'mette eine quémisse et ein greos gilet, qu'au début d'octope, on n'éteot pos ingélé et qu'au lieu d'lire m'gazette, j'n'aveos qu'à m'ormuer, i-aveot l'paillasse à faire et l'buée à mette séquer, qu'elle deveot toudis tout faire de l'cave au guernier, que ch'n'est pos pou faire l'esclafe qu'elle m'aveot marié !".

Tout biêt'mint, j'ai pinsé li canger ses idées, j'li ai dit qu'on alleot aller pourméner

J'pinseos aller boire ein beon verre d'Jup...iler, ahais, j'ai déclinché l'colère d'Jupi...ter. Elle éteot pus rouche qu'ein supporter du Standard, elle aveot les fièfes, m'orwettieot d'ein air hagard, elle alleot de l'cuisine au saleon, elle grouleot et j'ai bin cru que j'alleos orchevoir l'séeau d'ieau. J'ai rien dit, j'ai mis mes sorlets, j'ai pris m'pal'teot et j'ai été au grand magasin ein peu pus teôt.

Ch'est eine brafe feimme mais d'puis qu'elle a eu s'n'ortour d'âche, bé, i-a des jours ainsin, elle est toudis in rache. Printe les poussières, chirer les meupes, faire l'buée, puis l'orpassache, l'nettiache, faire à minger, rassassir les cauchettes ou bin 'core tricoter, ov'là à quoisque Fifinne elle passe ses journées. Et quand, ave mes légueumes, j'rinte du gardin, j'deos inl'ver mes sorlets et mette des patins. Si, à l'feos, j'laiche ein p'tit peu d'bédoule su l'carr'lache, à mes orelles, tout d'suite, j'intinds greonder l'orache.

"J'sus eine paufe malhureusse, toudis à m'faire crever et pou tout l'ouvrache que j'fais t'as même pos d'respect, j'areos du acouter m'mamère quand elle m'a dit, reste bin ichi, te n's'ras pos hureusse avec li".

Quoisqu'il li prind, elle n'a jamais été ainsin, j'aveos pinsé qu'elle aveot du mau à ses dints, mais comme on li a inl'vé l'dernière au meos d'juin, cha n'peut pos ête l'causse de ses énervemints.

Fos pos t'in faire, Edmeond, que j'li ai dit, on a tertous des mauvais momints dins no vie, t'a qu'à m'raviser, j'ai bieau m'app'ler l'Optimisse, j'sus débalté quand j'sus automobilisse, quand, pa d'vant mi, les eautes n'avanche'tent pos, j'râle, j'rouspète et souvint j'les traite d'escargeots. Fifinne, ch'est tout simplemint quand elle a d'ouvrache qu'elle est débaltée et qu'elle se fout in rache. L'chute des fouèles, te sais, ch'n'est pos beon pou les gins, ch'est ein mauvais momint que dise'tent les médecins, cha ira mieux, te verras après l'Toussaint, d'ichi là te fais l'mort, t'acoutes et te n'dis rien. 

Cha m'a fait mal au cœur d'vir Edmeond comme cha, jamais je n'l'aveos vu dins ein parel état.

L'bus i-éteot là, j'ai quitté m'n'amisse Edmeond et j'éteos impatient d'vir m'feimme à m'maseon.

"Te peux ête rasseuré, Mimisse, j'sus rintré, j'ai acaté ce que su l'liste t'aveos noté".

"T'as essuyé tes pieds, pasque j'viens d'nettier et te n'pinses pos que j'vas ichi orcommincher,  orwettiez acore l'dallache qui a ichi, t'es à peine là que l'maseon, ch'est eine pourchell'rie. L'feos qui vient, mi, j'vas aller à commissieons et te saras c'que ch'est d'nettier l'maseon !".

In attindant, te peux aller vir au facteur, i-s'a arrêté quand i-a passé t'taleur, ch'est seûrmint acore l'douloureusse des impeôts, acore eine fouèle d'puque qui va nous caire su l'deos.

Et après, t'iras nettier l'gardin derrière, j'viens d'vir que les prumières fuelles comminchent d'jà à caire. L'meot d'treop, i-n'falleot pos me l'faire ormarquer, ahais, Edmeond et mi on n'éteot arringé. Dire que cha va durer ainsin jusqu'à l'Toussaint, trinte jours à souffère... bé cha fait acore lommint.

P.S. si i-a, à l'feos, des heommes qui se seont orconnus, i-peuvent laicher ichi ein commintaire, i-n'feaut pos avoir l'pépette, savez, i-a bramint de l'plache pou in mette des chintaines et cha omontera l'moral d'Edmeond et... l'mien pa l'même occasieon.

Mais tout cha, cha n'existe pos, ch'est de l'fictieon, sorti de l'tiête d'ein seot ! 

 

(lexique : les fouèles : les feuilles / l'momint : le moment / quate : quatre / seûr : sûr / t'as de l'sanche : tu as de la chance / lancher s'capieau in l'air : lancer son chapeau en l'air (signe de joie) / ein bistreot : un café / siept : sept / beauqueop ou bramint : beaucoup / les élièfes : les élèves / ceusses : ceux / in puque : de plus / imbêter : ennuyer / les paufes : les pauvres / au mitan : au milieu /raviser : regarder / coper : couper / poquer : faire une bosse / les gampes : les jambes / éné : n'est-ce pas / asteur : maintenant / micrope : microbe / toudis : toujours / ormonté : remonté / à causse : à cause / étroner : étrangler / cacher misère : chercher noise / étriver : prétendre le contraire, contester violement / freod : froid / l'cauffache : le chauffage / berler : crier / eine quémisse : une chemise / octope : octobre / ingélé : gelé / ormuer : remuer / l'buée : la lessive / séquer : sécher / l'guernier : le grenier / l'esclafe : l'esclave / biêt'mint : bêtement / canger : changer / pourméner : promener /  rouche : rouge / les fièfes : les fièvres / orwettier : regarder / grouler : gronder comme un chien en colère / l'séeau d'ieau : le seau d'eau / les sorlets : les souliers / l'pal'teot : le paletot, le manteau / l'ortour d'âche : le retour d'âge, la ménopause / ête in rache : être en rage, en colère / chirer les meupes : cirer les meubles / l'orpassache : le repassage / l'nettiache : le nettoyage / rassassir les cauchettes : raccommoder les chaussettes / les légueumes : les légumes / l'bédoule : la boue / les orelles : les oreilles / acouter m'mamère : écouter ma mère / ichi : ici / hureusse : heureuse / avoir du mau : avoir mal / tertous : tous / ête débalté : être exaspéré / pa d'vant : devant / l'ouvrache : le travail / vir : voir / rasseuré : rassuré / acaté : acheté / orcommincher : recommencer / l'dallache : le désordre / eine pourchell'rie : une porcherie / les fuelles : autre mot pour feuille / caire : tomber / souffère : souffrir / lommint : longtemps : à l'feos : parfois / orconnus ; reconnus / laicher : laisser / avoir l'pépette : avoir peur / l'plache : la place / des chintaines / l'tiête d'ein seot : la tête d'un sot).

(S.T. octobre 2013)

19:00 Écrit par l'Optimiste dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : tournai, patois, picard |

Les commentaires sont fermés.