28 sept.
2013

Tournai : expressions tournaisiennes (243)

Cha n'in finit pos de... n'pos qu'mincher !

L'éch'vin des travéeaux i-a promis d'les rimplacher et no Consel communal i-a voté l'budget, infin dins no quartier on alleot les avoir, d'puis lommint on attindeot no nouvieaux trottoirs. I-aveot des treos, les dalles jeueot'ent les castagnettes et on aveot l'impressieon d'faire les claquettes. Ch'éteot même dingereux pou les perseonnes âgées, i-falleot raviser où on metteot ses pieds. 

On a tertous cru aux belles promesses de la Ville, on comminch'reot l'traval pindant l'meos d'avril. Mais, d'abord i-falleot rimplacher les tuyéaux, du gaz de Fluxys et ceusses de l'Walleonne des Ieaux. On est ainsin arrivé à l'fin du meos d'mai et on on aveot toudis pa vu ein ouverrier. On nous a dit qu'i-aveot d'l'ortard à l'allumache, inter les ieaux et l'gaz, i-aveot 'cor du touillache. In veyant l'temps passer, on est dev'nu tout moite, on a pinsé qu'on aveot été mis in... "boîte" !

Ein bieau matin du meos d'juin, on a vu eine grue ouvère eine tranchée d'invireon chint mètes dins l'rue. Ch'éteot l'velle du six juin, j'pourreos pos l'oblier quand six ou bin siept ouverriers ont débarqué. On n'deot pos dire, les travéeaux ont bin avanché jusqu'àu... début du meos d'juillet et des congés. L'dernière sémaine tout i-a été orbouché et même des nouvelles dalles ont été chimintées

J'vas asteur vous dépeinte l'bazar qu'on vit 'cor pasque, tout à fait inter nous cha veaut d'l'ior.

Adeon, les leongs tuyéaux ont les aveot intierrés et les treos dins les trottoirs orfermés. Au début du meos d'août, au l'ind'min d'ein orache, deux heommes seont arrivés contineuer l'ouvrache. Comme i-creuseot'ent, tous les jours, ein ou deux treos (on comperdeot que cha alleot durer des meos) et pa d'vant les maseons pou les raccordemints, i-metteot'ent  ein filet oranche pou n'pos caire d'dins. Ch'est ainsin, tout bell'mint que l'trinte et ein du meos, on queompteot d'jà à peu près eine vingtaine de treos. Tous les matins, l'facteur qui apporteot no courrier, inter les piquets, in véleo, i-d'veot slalomer. Après deux meos, dins no rue, i-a ein p'tit comique qui li a soufflé d's'inscrire aux Jeux Olympiques.

"J'sus seûr qu'à Sotchi, garcheon, te s'ras l'grante vedette, t'aras l'médalle d'or pou l'déquinte à bicyclette !"

In sétimpe, i-a pleu eine paire de feos, au début, bin seûr, pou n'pos ête tout cru, bé, i-n'seont pos v'nus. I-a ein d'mes visins qui m'a soufflé à l'orelle, i-deveot'ent ête treos mais, l'ov'là, i-manque eine pelle. Ahais, treos, deux qui ouèftent, ein qui jette ein queop d'ouèl, pos d'sanche, ch'est ein des deux qui ouèftent qu'i-a perdu s'pelle. 

I-a ein p'tit meos invireon, pos leon d'm'maseon, on a déposé trinte tuyéaux d'six mètes d' leong. A vir, tout à n'ein queop, tout cha su no trottoir, on a tertous respiré et orpris espoir. Ii-a pos fallu lommint, pou ête  désespéré quand on a vu que l'hierpe commincheot à pousser. Comme on les a mis conte eine héyure d'sapins dins deux meos, i-seont dins l'gardin de mes visins, dins les grosses branques, i-veont ête bin camoufler et pou les ortrouver on va cacher après. On a apporté ein tas d'sabre, ein bieau matin, d'puis quand i-a cait de l'pluèfe, l'meont, i-déquint.

Vous n'allez pos accroire eine histoire parelle, mais j'habite pos leon de l'maseon d'Lionel, les ceusses qui ont vu l'orvue du Cabaret Walleon, j'sus seûr et certain que de l'phrase i-s'in souviendreont.

Quand on li poseot l'questieon : 

"Cha va durer lommint Lionel ?"

I-répondeot toudis sans aucune variatieon : 

"Bé neon, neon, pou asteur cha va aller vite !".

Tous les matins, ave s'tchien i-va s'pourméner et j'n'os'reos même pos sortir pou li d'minder. 

Mes gins, j'vas arrêter ichi tous mes cacoules pasque tertous on a connu parelles détoules, les commerçants qui vife'tent au pied de l'cathédrale, cha fait asteur treos ainnées qui seont au pus mal et les ceusses qui habitent près du gardin d'la Reine, à l'avenue d'Troyes, onze meos, i-ont vécu l'problème. Les automobilisses qui attintent après l'parking de l'rue Perdue, pou garer, cha fait treos ans qui cache'tent après perdu, les ceusses qui ont leu maseon l'rue des Jésuites, d'puis féverrier, i-save'tent que cha n'va pos vite, les bosses et les fosses de l'rue Saint-Martin, i-s'reont orboucher pétête à l'Saint-Glinglin, et su l'plache Verte, les pavés i-veont ête rimplachés à Pâques ou bin à l'Ternité mais on n'sait pos cor d'queulle ainnée.

Pou superviser tout cha à l'tiête de no ville, y-a-t-il ein pilote dins l'avieon, on est in dreot d'se poser la questieon ! "

"Alleo, neon mais... alleo quoi", direot Nabila, "on comminche des travéeaux et on n'sait pos quand on les finira" !". 

Mi j'voudreos qu'on m'esplique : i-a bramint d'chômeu qui veont au Forem mais i-a pos ein seul d'disponipe pou arringer les problèmes. I-paraît qu'in 2025, i-ara d'l'ouvrache pou tous les gins, i-a pus fauque douze ans à attinte pou qu'on veot infin du cangemint.

Pa d'vant m'maseon, jvas suife l'chantier au jour le jour, cha risque d'ête ein feull'teon aussi leong qu'les "Feux d'l'amour".  

Informatieon : l'verdi vingt-siept sétimpe, m'blog i-a orchu l'600.000e visite d'puis s'créatieon, ch'éteot l'mille quate chint vingt-troisième artique publié depuis l'mitan du meos d'avril 2007, merci à tertous pou vo fidélité !

(lexique : qu'mincher : commencer / rimplacher : remplacer / lommint : longtemps / des treos : des trous / raviser : regarder / tertous : tous / l'traval : le travail / l'meos : le mois / ein ouverrier : un ouvrier / l'ortard à l'allumache : le retard à l'allumage, démarrage pénible / ein touillache : une confusion / in veyant : en voyant / ouvère : ouvrir / oblier : oublier / avancher : avancer / chimintées : cimentées / d'l'ior : de l'or / adeon : donc / intierré : enterré / ein orache : un orage / l'ouvrache : le travail / oranche : orange / caire : tomber / inter : entre / j'sus seûr : je suis sûr / garcheon : garçon / l'déquinte : la descente / sétimpe : septembre / les feos : les fois : tout cru : tout mouillé / les visins : les voisins / l'orelle : l'oreille / l'ov'là : voilà / ahais : oui / ouèftent : travaillent / ein queop d'ouèl : un coup d'oeil / pos d'sanche : pas de chance / pos leon : pas loin / trinte : trente / vir : voir / tout à n'ein queop : tout à coup / l'hierpe : l'herbe / conte : contre / eine heyure : une haye / l'gardin : le jardin / les visins : les voisins / les branques : les branches / ortrouver : retrouver / cacher après : chercher / du sabre : du sable / l'pluèfe : la pluie / l'meont : le mont / accroire : croire / les ceusses : ceux / l'orvue : la revue / s'tchien : son chien / s'pourméner : se promener / des cacoules : des mensonges / parelles détoules : pareils ennuis / les paufes : les pauvres / cacher après perdu : chercher inutilement / féverrier : février / pétête : peut-être / bramint : beaucoup / fauque : seulement / du cangemint : du changement ).

(S.T. Septembre 2013.) 

09:25 Écrit par l'Optimiste dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : tournai, patois, picard |

Les commentaires sont fermés.