21 sept.
2013

Tournai : expressions tournaisiennes (242)

Quand Jacky i-éteot p'tit. 

J'ai ichi eine bin mauvaisse nouvelle à vous anneoncher, cha n'va certain'mint pos vous arringer, je n'vais pos pouvoir mette ein artique su m'blog aujourd'hui pasque, j'vous l'avoue, je n'ai pos bramint l'temps, j'sus fort pris.

J'areos voulu vous parler du p'tit Jacky, savez, l'naissance que j'vous ai appris. J'aveos même préparé eine biographie qui diseot, si j'm'in rappelle, à peu près ceci : 

Jacky, i-f'seot l'fierté d'ses parints Robert et Valentine, nos deux amisses qui d'meureot'ent à Havinnes. Après s'baptême, i-est resté ave s'mamère à s'maseon et i-falleot vir comme Valentine couveot s'petit garcheon. Après treos meos, l'paufe feimme a été obligée d'orprinte l'ouvrache, elle ouvreot chez Meura comme feimme de ménache et, croyez-me, elle éteot bin malhureusse d'devoir cacher pou s'n'infant eine soigneusse.

L'vielle Marie Touquette, pasqu'elle aveot vindu du toubaque, ch'éteot s'surneom, gardeot les infants et habiteot pos leon de s'maseon et ainsin pindant l'sémaine, du lindi au verdi, tous les matins, Valentine li porteot l'infant qui pluèfe ou bin qui fasse du vint. Elle feseot toudis bin attintieon que Jacky n'soiche pos mal faché et surtout de n'pos l'piquer ave l'aiwille de sûreté.

Au soir, à chinq heures, in orvenant, elle l'orpreneot in passant. Elle a fait cha pindant deux ans jusqu'au momint où l'pétit i-est rintré au jardin d'infants. Après l'souper, quand l'infant i-éteot à l'berche pou li faire s'seomme, pou l'indormir, elle li canteot douch'mint eine vielle cancheonne

"Dors min p'tit Quinquin, min p'tit pouchin, min greos rogin, te m'f'ras du chagrin si te n'dors point ch'qu'à d'main...". Elle l'aveot souvint  intindu chez l'matante Odile qui d'meureot à Wambrechies ein villache au d'zeur d'Lille. Jacky i-éteot du puteôt, comme on direot, dormou, de s'cancheon, elle n'arriveot jamais au bout.  

L'jour de l'rintrée, elle attindeot à l'porte ave les eautes mamères et, comme toudis, on intindeot pos mal d' jeones braire. Les ceusses qui quitteot'ent leu mamère pou l'prumière feos, on peut dire qui aveot'ent l'coeur greos. 

Quand l'cloque elle a ortenti, sans s'ortourner, Jacky i-est parti, tindant ses p'tits bras à l'maîtresse qui l'accueilleot, in souriant, ave tindresse.

Pou ceul évén'mint Valentine aveot pris congé et elle a ravisé l'pindule pindant tout l'avant-deîner. A onze heures, elle éteot d'jà su l'quémin, i-falleot vir comme elle éteot mansée, elle s'd'mindeot si cha s'éteot bin passé.

"No Jacky, i-a été sache comme eine imache, ch'est pos li qui m'a deonné l'pus d'ouvrache, i-m'a souvint fait risette, comme i-f'seot ave Marie Touquette" aveot dit l'maîtresse pou mette l'mamère à s'n'aisse.

Ch'éteot pos l'même pou Martin, l'garcheon d'ein des visins, i-aveot les bajotes toutes gercées, toutes rouches de l'rache qu'i-aveot brait.  

On n's'in rind pos queompte mais cha passe bin vite treos ans et ov'là que no Jacky d'veot d'jà quitter l'jardin d'infants.

Valentine l'a inscrit à l'école de Warchin, ch'éteot beauqueop pus facile, ch'éteot su s'quémin.

Si cha aveot été, treos ainnées pus teôt, bin facile, ceulle feos chi ch'a été ein p'tit queop pus difficile. A Havinnes, Jacky aveot eu treos maîtresses, mais asteur, i-n'éteot pos à s'n'aisse ave ein instituteur.

"Mes infants, à partir d'aujord'hui, quand l'cloque elle ortentit, vous d'vez, tout d'suite, vous mette in rangs pa d'vant mi et j'veux intinte eine mouque voler quand dins l'classe vous rintrez, l'prumier que j'prinds à babiéler, i-ara eine punitieon à faire au soir à s'maseon" .

Jacky i-a tout d'suite compris que l'beon temps ch'éteot fini.

Pourtant i-n'feseot pos à part des eautes, li aussi i-saveot invéyer des maclottes et i-a été puni pus souvint qu'à s'tour, au point que s'mopère i-éteot défoutu certains jours. 

Qui fasse des bêtises, s'mamère aveot bin treop peur, aussi i-resteot à l'étude jusqu'à chinq heures. Valentine souvint s'délaminteot, i-est malin mais aussi ein peu sosseot.

Quand on pinse qu'asteur les infants pa les rues queurent, qui rincontent des dealers et des eautes malfaiteurs, on s'dit qu'à c'momint-là, on n'saveot pos quel éteot no bonheur.  

A l'seule vue d'ein agint in train d'pourméner, les rotleots éteot'ent bin vite calmés. Les parints et l'instituteur saveot'ent faire leur éducatieon et eine petite clique sur l'pète ne les menaceot pos 'cor d'priseon. Si Jacky, dins vie, i-a eu eine belle professieon, ch'est pasque quand i-éteot p'tit, i-a bin ortenus les l'ceons. Les pédagogues qui eont interdit l'clique ein jour, i-n'eont seûrmint pos été él'vés ave amour ou bin ch'est pasque qu'i-eont du souffère des mauvais traitements de leu mopère. 

Bin seûr, j'vous parle d'ein temps où, jusqu'à siept ou huit ans, les infants croyeot'ent acore à Saint-Nicolas, i-falleot alors les vir dins ces moumints là, i-aveot'ent les is écarquillés quand i-découvreot'ent les bieaux jouets que l'grand saint, de l'nuit, ave s'baudet i-aveot, sans faire de bruit, déposés. L'jour où Jacky a orchu s'train élestrique ou bin eine auteo d'pompiers, i-a berlé s'merci au grand saint pas l'quémeinée. I-n'a même pos pinsé que pour l'intinte in heaut du ciel, l'vieux saint i-d'veot avoir acore d'fameusses orelles

A s'maseon, su l'bord du soir, quand i-aveot fini les d'voirs, ch'est au jeu des p'tits qu'vieaux ou aux cartes qui jeueot, i-liseot Alphonse Daudet, Jules Verne ou les B.D. d'Hergé. Les lifes du père des bandes dessinées, chez Casterman, i-étéot'ent imprimés, ch'est ainsin que l'brafe Tintin i-a toudis été ein peu tournisien.  

A douze ans Jacky i-a fini l'école communale et i-a réussi s'n'examem cantonal. Dins l'famile tout l'meonte commincheot à s'deminder vers queu carrière l'infant i-alleot s'diriger. Quand on li d'mindeot si alleot ête docteur ou géomète, tout in riant, l'pétite rosse diseot j'vas ête bourguémette

Mais cha ch'est eine eaute histoire que j'vas vous raqueonter, ein d'ces quate, si j'truèfe eine minute pou vous la rédiger.

In attindant, mes gins, portez-vous bin et j'mescusse de vous d'minder pardeon si, aujord'hui, pa l'forches des cosses, j'vous ai fait faux beond

(lexique : anneoncher : annoncer / arringer : arranger (dans le sens cela ne va pas faire vos affaires) / ein artique : un article / bramint : beaucoup / les amisses : les amis / s'mamère : sa mère / orprinte l'ouvrache ; reprendre le travail / elle ouvreot : elle travaillait / eine soigneusse : terme qui désigne une nounou, une gardienne d'enfants / du toubaque : du tabac / leon : loin / du lindi au verdi : du lundi au vendredi / qui pluèfe : qu'il pleuve / facher ein infant : emmailloter un enfant, marcher comme ein infant mal faché : marcher comme un enfant gêné par son lange, marcher de travers / l'aiwille : l'aiguille / in orvenant : en revenant / elle l'orpreneot : elle le reprenait / ête à l'berche : être dans le berceau / ein seomme : un somme (dormir) / eine cancheonne : une chanson / l'matante : la tante / au d'zeur : au-dessus /  dormou : dormeur / l'cancheon : autre mot pour chanson / toudis : toujours / braire : pleurer / les ceusses : ceux / l'prumière : la première / ortenti : retenti / s'ortourner : se retourner / l'pindule : la pendule, l'horloge / l'avant-deîner : la matinée / l'quémin : le chemin / ête mansée : avoir la gorge serrée / sache : sage / eine imache : une image / faire risette : sourire / les visins : les voisins / les bajotes : les joues / rouches : rouges / de l'rache : tellement / se rinte queompte : se rendre compte / beauqueop : beaucoup / ein p'tit queop : un petit coup / asteur : maintenant / l'cloque : la cloche / pa d'vant mi : devant moi / eine mouque : une mouche / babiéler : bavarder / les eautes : les autres / invéyer : envoyer / des maclottes : des boulettes de papier mâché / s'mopère : son père / ête défoutu : être découragé, démoralisé / s'délaminter : se lamenter / ête sosseot : être un peu foufou / queurir : courir / s'pourméner : se promener / les rotleots : les roitelets,ce mot  désigne aussi les jeunes enfants / eine clique su l'pète : une petite tape sur le derrière / souffère : souffrir / bin seûr : bien sûr / siept : sept / vir : voir / les is : les yeux / s'baudet : son âne / orchu : reçu / élestrique : électrique / berlé : crié / l'quémeinée : la cheminée / les orelles : les oreilles / les p'tits qu'vieaux : les petits chevaux / les lifes : les livres / l'brafe : le brave / tournisien : tournaisien / l'famile : la famille / queu : quel(le) / bourguémette : bourgmestre, maire (en France.) / raqueonter : raconter / l'forche des cosses : la force des choses / beond : bond).

'S.T. septembre 2013. 

 

 

 

09:17 Écrit par l'Optimiste dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : tournai, patois, picard |

Les commentaires sont fermés.