16 sept.
2013

Tournai : une procession, concrétisation d'une promesse.

"Pluie du matin n'arrête pas le pèlerin" a-t-on coutume de dire mais pour la procession historique de Tournai, "pluie de l'après-midi a parfois empêché la sortie" !

Revenant à la tradition d'avant 1972 (année du huitième centenaire de la cathédrale Notre-Dame), les organisateurs avaient, à nouveau, programmé ce traditionnel rendez-vous de septembre durant la matinée.

Une heure avant le départ, les quelques nuages qui, de leur lente allure, parcouraient le ciel d'azur n'ont pas entamé l'optimisme des nombreux participants, car il en faut des bénévoles pour composer les septante groupes accompagnant les statues, les reliquaires et les châsses et, cette année, le changement d'horaire en étant probablement à l'origine, ils étaient beaucoup plus nombreux que d'habitude.

Si la procession est avant tout une démarche religieuse, elle est aussi un spectacle haut en couleurs, permettant de découvrir, en une fois, presque tous les trésors conservés dans les églises de Tournai et des villages constituant l'entité.

Quel amateur d'art n'a-t-il pas souhaité, un jour, contempler la "châsse de Notre-Dame", une des sept merveilles de Belgique, datant de 1205, oeuvre du célèbre orfèvre mosan, Nicolas de Verdun, contenant les reliques de saint Eloi et de saint Amand, missionnaires de la vallée de l'Escaut, de saint Démétrios, patriarche d'Alexandrie et de saint Jean Chrysostome, patriarche de Constantinople. Quel amoureux du patrimoine n'a pas eu envie d'admirer la "châsse de Saint Eleuthère", datant de 1247, contenant les reliques du premier évêque de Tournai, un coffre reliquaire considéré comme un des chefs-d'oeuvre de l’orfèvrerie du Moyen-Age ? Qui ne désire pas connaître l'histoire de la "statue de Notre-Dame la Brune", oeuvre en pierre polychrome datant du XVIe siècle, offerte par un officier espagnol en garnison à Tournai ? Quel visiteur français ignore encore que Tournai possède, elle aussi, une "statue de Notre-Dame de la Treille" que la ville nordiste de Lille, toute proche, honore comme sainte patronne de la cité ? Quel membre de cette importante confrérie des imprimeurs tournaisiens n'a jamais entendu parler de la "statue de saint Jean à la Porte Latine" ? "Saint Lazare" porté par les membres de la Fondation Follereau de Tournai dont le costume rappelle la bure portée par les lépreux avançant au son de la crécelle, sainte Barbe portée par les membres du corps des sapeurs pompiers... Les citer tous serait trop long et mieux vaut les voir !   

Pendant plus d'une heure ces joyaux, témoignages de la foi de leurs sculpteurs ou ciseleurs mais aussi de ces générations de Tournaisiens qui les prient, s'offrent aux regards des visiteurs.

Emmenés par des groupes musicaux de qualité, aux sons du carillon porté créé tout spécialement pour la procession en 1952 sur une initiative du chanoine Abel Delzenne, dont les cloches furent fondues à Tournai dans les ateliers Michiels, les différents groupes vêtus de somptueux vêtements s'avancent lentement sur un parcours qui se veut historique.

C'est en effet en 1092, alors que l'épidémie de peste ou plutôt de la maladie de l'ergot de seigle dévastait la cité que l'Evêque Radbod a promis de l'instituer en remerciements à la Vierge Marie qui a délivré Tournai de ce mal ayant fait des milliers de victimes. Depuis lors, concrétisation sans cesse renouvelée de cette promesse, des confréries, des associations, de simples groupes constitués de croyants ont perpétué ce lent défilé par les rues de la cité.

Lors de sa rentrée à la cathédrale, vers midi, le cortège a connu un temps fort, c'était en effet la dernière organisation, en qualité de Président du Comité, de Jacques Gérard. Il avait succédé, il y a dix ans, à Roger du Bois de Bounam. Son sens de l'organisation et de la communication a permis à cet événement incontournable de la vie de la cité de passer, sans encombres, une nouvelle décennie, son successeur devra lui aussi faire preuve d'imagination et de dévouement pour promouvoir une événement qui mériterait, peut-être un jour, de figurer au patrimoine immatériel de l'humanité.

(S.T. septembre 2013)

   

14:23 Écrit par l'Optimiste dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : tournai, procession, jacques gérard |

Commentaires

Anecdote personnelle : j'y suis allé une fois en 1999, et le lendemain, je commençais ma carrière professionnelle... Bonne semaine Serge.

Écrit par : Un petit Belge | 16/09/2013

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.