14 sept.
2013

Tournai : expressions tournaisiennes (241)

On a soldé no braderie !

Vous n'allez jamais adveiner quisque j'ai orvu ?... Edmeond, et au soir de l'braderie i-éteot bin déçu.

"On est ichi in route d'puis siept heures au matin, et on va ortourner à l'maseon comme deux vieux tchiens. Fifinne et mi, pindant ein an, on attind no braderie, comme ein cat attind après eine soris, cha toudis été ein jour qu'on a eu du lari, les eautes ainnées, on acate, on cante, on beot, on rit mais on n'peut pos dire qu'on s'a amusé aujord'hui".

Ch'éteot près de l'clinique Noter-Dame, lindi au soir, qu'on a rincontré mes deux gins in plein désespoir.

M'feimme et mi, on les a rasseurés, à l'braderie, on n'a pos su aller. 

"J'vas t'dire, nous eautes deux, ch'est l'prumière feos d'puis toudis qu'on a été impêchés, qu'on a pos fait braderie, d'puis eine sémaine on est resté à no maseon, ortenus pa des greos travéeaux d'rénovatieon ".

Je n'sais pos si Edmeond i-a voulu nous consoler mais i-m'a raqueonté qu'on aveot rien raté.

"On peut dire que ceulle ainnée 'chi, i-a veot rien pou plaire, on n'a pos vu eine parelle misère d'puis la guerre, i-aveot ein pelé et ein teondu dins l'rue d'l'Yser et dins l'rue du Cygne, ch'éteot pratiqu'mint l'désert".

Les marchés à Tournai on les a mutipliés, l'saim'di su la Grand'plache et l'jeudi su l'plache Crombez et i-feaudreot bin, eine feos, pinser que les gins, i-n'eont pos, eine bourse sans fin.

"Ahais... mais no braderie ch'est pus comme au sièque dernier quand les gins déquindeot'ent les rossignols du gernier, te trouveos des bricoles mais aussi d'belles affaires, des mareonnes, des caraqueos, des meupes et des vieux fiers, des vielles cartes postales et les neunettes du grand'père, t'acateos cha pou presque rien l'lindi d'braderie mais ch'éteot l'habitude d'acore marchinder l'prix".

"Ahais... Edmeond, asteur tout cha ch'est bin fini, quoisque te veux 'core acater à l'braderie. Les Pakistanais... i-vienne'tent l'saim'di au marché, ch'est pos pasque ch'est braderie que leu prix est cangé, les "puches", te les truèfes aux Bastions ou bin à Froyennes où te peux chiner à t'n'aisse eine feos pas sémaine".

"Tous l'z'ans, pou mi, i-reste eine seule vraie institutieon, ch'est le stand tenu pa mes amisses de l'Fondatieon. Sous leu tonnelle pou déguster eine Père Damien, pindant ein momint, i-a pos à dire, ch'est là qu'on est bien, te veos aussi bin des gins d'Tournai que te connais, v'nir acater les confitures de Mamie Godet. Des confitures pou l'hivier comme on f'seot dins l'temps quand pou les préparer on preneot acore s'temps, j'aime bin aussi acouter les boniminteus, même si on sait que ce seont des riches coul'teux, i-t'fereot'ent accroire que leu belle-mère a trinte-chinq ans et, pire acore, que l'paufe n'a jamais eu d'infant, te l'laiches avoir et ch'est ainsin qu'à l'braderie t'acates toudis ein nouvieau produit pou t'carrosserie, i-va sans doute aller orjointe l'collectieon, des cosses total'mint inutiles que t'as d'jà à t'maseon".

Ceulle ainnée, no braderie n'a pos été ein succés, on a pos vu ein orportache su No Télé, ch'est Silly, Ath, Beloeil qu'elle préfère courtiser in obliant que ch'est à Tournai quelle est née. In puque ch'est la crisse et comme l'Sabam coûte tcher, po ein note de musique ne s'involeot dins l'air. Souvint, eine fanfare défileot parmi les gins, ichi i-n'aveot'ent pos sorti les instrumints. Et avec cha, i-a tell'mint d'treos asteur dins nos rues, que pou marcher les gins cacheot'ent après pierdu, bin seûr, i-a cait, pindant l'journée, deux ou treos draches, à certains indroits ch'éteot ein rude pidoulache.

Je n'me fais pos d'bile, cha ira mieux l'ainnée qui vient, l'Prési des commerçants va printe l'ouvrache à deux mains, no bourguémette i-va infin taper su l'cleau pou que soichent finis, dins nos rues, les travéeaux et comme pou l'cortèche d'Ath, les gins qui n'save'tent pos y aller, i-voirront, l'braderie, in direct, su No Télé. Inter nous, ch'est vraimint pos comme elle est asteur organisée que no braderie s'ra ein jour inscrite au patrimoine immatériel de l'Humanité, i-feaudreot commincher pa n' pos l'solder comme elle l'a été ceulle ainnée. 

(lexique : adveiner : deviner / quisque : qui / ichi : ici / ortourner : retourner / tchiens : chiens / ein cat : un chat / eine soris : une souris / toudis : toujours / avoir du lari: avoir de l'amusement / les eautes : les autres / on acate : on achète / on cante : on chante / on beot : on boit / rasseurés : rassurés / l'prumière feos : la première fois / ortenu : retenu / raqueonté : raconté / ceulle : cette / parelle : pareille / i-aveot pos ein pelé et ein teondu : il n'y avait presque personne / l'sièque : le siècle / l'gernier : le grenier / des mareonnes : des pantalons / des caraqueos : des blouses de femme / des meupes : des meubles / des fiers : des fers / les neunettes : les lunettes / canger : changer / les puches : les puces / chiner : rechercher l'objet rare / à s'n'aisse : à son aise / l'momint : le moment / l'hivier : l'hiver / acouter : écouter / des coul'teux : des menteurs / laicher : laisser / orjointe : rejoindre / l'orportache : le reportage / in puque : de plus / tcher : cher / des treos : des trous / asteur : maintenant / cacher après pierdu : chercher inutilement / les draches : les averses / l'pidoulache : un endroit rempli de boue / l'cleau ou l'cleo : le clou / l'cortèche : le cortège : inter nous : entre nous / ).

S.T. septembre 2013 



09:20 Écrit par l'Optimiste dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : tournai, patois, picard |

Les commentaires sont fermés.