07 sept.
2013

Tournai : expressions tournaisiennes (240)

Naissance au villache.

J'vous ai parlé du mariache d'Robert et Valentine, deux beons infants qui viveot'ent dins l'villache d'Havinnes. Ch'éteot in... mille neuf chint chinquante six... au meos d'juillet... cha i-est, vous vous in souv'nez, j'veos que l'euro i-est cait ! J'ai cangé l'meot pasque cha fait asteur pus d'dix ans qu'on n'queompte pus in francs.

Ov'là ichi l'suite de l'histoire...

Eine pétite ainnée pus tard, in orvenant à s'maseon, du soir, Robert a vu s'feimme Valentine qui l'attindeot sur l'pas de l'porte et i-a tout d'suite vu qu'elle éteot... blanque comme eine morte.

"Bé quoisque-t'as, m'pétit mimisse, t'es bin paleote, t'es toute fraîque et on direot même que t'as l'trimblote"

"J't'attinds ichi d'puis pus d'eine heure, après-deîner, j'ai été au docteur".

"Mo Dieu, Mo Dieu, t'as attrapé eine séquoi, allez, dis-me vite ce qui n'va pas".

"Ch'est pos grafe, j'deveos simplemint aller querre, l'résultat des examens de l'sémaine dernière".

"T'aveos d'jà été au l'docteur et te n'm'aveos rien dit, et bé ichi, mes amisses, j'sus saisi jusqu'a m'fusil".

"Mon paufe Robert, feaut pos que te t'inquiètes, j'vas pos faire d'détours, j'vas te l'dire tout net, on va béteôt être treos perseonnes à vife sous l'toit d'no maseonne".

Si Robert ch'est ein beon garcheon, l'meilleu des maris, malhureus'mint i-n'comprinds pos vite ce quo li dit. On a toudis dit qu'i-éteot dur de comperdure

"Te n'vas pos ichi m'anneoncher qu'à partir d'asteur, on va vife ichi à treos ave l'docteur.

"Mais infin, espèce de grand niqu'doule, te fais esprès d'jeuer les andoules, tout ce que j'veux dire par là ch'est qu'dins siept meos, bé... te s'ras papa".

Robert i-a failli tourner d'l'ouel, caire dins les peommes, Valentine a du aller querre eine cayère pou assir s'n'heomme.

"T'es bin seûr, tout cha ch'est bin confirmé, à l'feos que l'docteur i-s'areot trompé".

"Cha fait treos s'maines que je m'sins dreôle, je n'digère pos, j'ai des tournioles, tous les matins, jusse après qu'j'ai mingé, j'queurre à l'toilette pou tout dégobiller, j'ai l'coeur malate et pa momints je l'sins batte, même in plein mitan de l'nuit, je n'te l'ai jamais dit, j'aveos invie d'minger des fruits""

(Vous veyez, mes gins, que je m'sus bin documenté pasque mi, j'vous l'avoue... j'n'ai jamais accouché).

Là d'zeur, i-seont partis bras d'zus, bras d'zous chez les parints pou leu anneoncher ceulle grande nouvelle, l'bel évèn'mint. 

Armand, i-a pos à dire, ch'est bin l'mopère à Robert, i-n'est pos fort rapide malgré qui ouèfe au qu'min d'fier.

Pou ménager l'coeur d'Armand, Robert i-a mis les gants. 

"J't'anneonche qu'après l'fin d'l'hivier, te vas ichi ête grand'père".

"Ch'est vrai... te n'as pos oblié que j'vas ête pinsieonné du qu'min d'fier mais quand on est ortraité, garcheon, ch'est pos pou cha qu'on est ein grand'père". 

Robert i-a bin eu des russes pou espliquer à Armand que s'feimme Valentine attindeot ein infant.

Armand i-a dit : "Mo bé, on va ichi boire eine beonne pétite goutte"

Valentine a répeondu : "Pos pour mi, c'beon moumint... asteur i-est oute".

Après i-ont acore été chez Hortense et Martin, les parints d'Valentine, qui habiteot'ent (j'vous l'rappelle) au Grand'Qu'min. 

Siept meos pus tard, au mitan d'féverrier, l'grand jour tant attindu i-est arrivé.

Ch'est pindant qu'elle acouteot, "Cha va bouillir", s'feul'teon que Valentine a comminché à avoir les prumières contractieons.

Hortense, s'mamère quand elle a vu qu'elle pierdeot les ieaux a tout d'suite, appelé, l'accoucheusse, Bertha Renaud pasque, à c'temps-là, dins bramint d'familes, on metteot acore s'n'infant au meonte à domicile. Aller à l'maternité du Catieau Dumont, ch'éteot beauqueop pus facile pou les gins qui d'meureotent in ville.

Quand Bertha elle est arrivée, elle a tout organisé. Elle a rétindu Valentine su l'tape de l'cuisine et elle a dit à Martin qui n'deveot pos rester dins s'quemin, l'heomme i-est parti dins l'saleon pou ortrouver s'garcheon. Elle a fait cauffé d'l'ieau dins un bassin et pris des linches à portée de s'main. 

"Poussez, Valentine, poussez et l'infant va arriver"

Ch'éteot pos acore l'accouch'mint sans douleurs et on attindeot bin des cris et des pleurs.

Dins l'saleon, Martin, l'mopère, essayeot d'réconforter Robert et li parleot toudis pou l'distraire.

L'garcheon aveot l'orelle fine et intindeot tous les bruits de l'cuisine.

"Cha va acore durer lommint ?

"Cha dépind " qu'i-a dit Martin, pou t'naissance cha a duré treos heures tout plein. 

L'ouvrache i-a duré pindant deux leonques heures et Robert, autant que s'feimme, i-éteot tout in sueur.

Tout à n'ein queop, Bertha, ave ein bieau sourire, est rintrée dins l'saleon :

"Av'nez tous les deux... Mossieu Robert, vous avez ein bieau garcheon !".

In imbrachant s'feimme i-a d'mindé :

"Commint qu'on va l'appeler"

Seûre qu'elle alleot avoir eine file, Valentine pinseot l'appeler Camile mais comme ch'éteot ein bieau et greos garcheon, il falleot asteur vite faire eine eaute sélectieon.

L'préneom i-a été vite queusi,  l'infant i-s'appel'reot Jacky !

Robert i-a été porté tout partout l'nouvelle, l'infant ch'éteot Jacky in hommache... à Brel.

On a été vir Mossieu le Curé pou bin vite l'baptiser.

L'jour de l'office, l'infant éteot dins les bras de s'marraine, l'mamère, dins l'attinte des orlevalles, ne pouveot pos assister au baptême. 

Quand l'ieau a coulé su s'petite tiête, Jacky a berlé à tue-tiête. 

L'moneonque Achille qui n'in pierd pos eine, a pris douch'mint l'bras de l'marraine et i-a dit :

"Ch'est tout l'portrait craché de s'mopère, i-n'aime pos l'ieau mais i-goût'ra bin l'bière". 

L'curé qui aveot fini l'messe in latin préféreot, ch'est normal, ein verre de vin !

Tertous, in cortèche, seont ortournés à l'maseon, minger de l'tarte et boire eine jatte de chéribeon. On a deonné des peos d'chuque tout l'leong du qu'min, on in a deonné tell'mint qu'in arrivant à l'maseon i-n'in resteot pus ein. 

L'bâptême de Jacky, cha a été ein bieau baptême, comme l'ceu de l'cancheonne tournisienne "L'baptême du P'tit Nicodème", les ceusses qui y éteot'ent tant qui vivreont, comme dit l'orfrain, bé...i-s'in souviendreont.

Pinsant au mariache, on a orconduit moneonque Achille à s'maseon pasque su l'quémin i-aveot des travéeaux tout du leong, des feos qui li prindreot acore l'mauvaisse idée, d'passer l'nuit alleongé dins l'tranchée...

Comme vous l'veyez, mes gins, j'vous parle d'ein évèn'mint qui est bin lointain. Jacky a fiêté ses chinquante six ans et i-est papa d'deux bieaux infants. Valentine a pierdu Robert qu'i-orpose asteur au chim'tière, elle est partie dins eine maiseon pou les gins qui souffèrent d'Alzeihmer pasque la vie, ch'est ainsin fait, i-des joies mais aussi bramint d'misères. 

 

(lexique : l'mariache : le mariage / l'meos : le mois / cait : tombé / cangé : changé / asteur : maintenant / queompter : compter / orvenant : revenant / blanque : blanche / quoique t'as : qu'as-tu / paleote : pâle / fraîque : fraîche / avoir l'trimblote : être prise de tremblements / eine séquoi : quelque chose / querre : chercher / ête saisi jusqu'à s'fusil : être fortement surpris / paufe : pauvre / béteôt : bientôt / vife : vivre / eine maseonne : autre mot pour désigner une maison / comperdure : compréhension, "ête dur de comperdure", expression tournaisienne qui signifie : comprendre avec difficulté / anneoncher : annoncer / ein niqu'doule : un innocent, aussi un imbécile / jeuer les andoules : jouer les andouilles / tourner d'l'ouel : tourner de l'oeil / eine cayère : une chaise / des tournioles : des vertiges / jusse : juste / queurir : courir / dégobiller : vomir / là d'zeur : là dessus / ceulle : cette / ouèfe : travaille / oblié : oublié / pinsieonné : pensionné, (belgicisme signifiant retraité) / avoir des russes : avoir des difficultés / oute : finie, terminée / féverrier : février / acouter : écouter / commincher : commencer / prumières : premières / les ieaux : les eaux / bramint : beaucoup / mette au meonte : mettre au monde / l'maternité du Catirau Dumont : la maternité du Château Dumont était la première maternité à Tournai, à la chaussée de Saint-Amand / beauqueop : beaucoup / rétindu : étendu / l'tape : la table / ortrouver : retrouver / cauffé : chauffé / les linches : les linges / toudis : toujours / l'orelle : l'oreille / lommint : longtemps / l'ouvrache : le travail / leonques : longues / tout à n'ein queop : tout à coup / av'nez : venez / seûre : sûre, certaine  / eine file : une fille / queusi : choisi / in hommache : en hommage / les orlevalles : les relevailles, cérémonie aujourd'hui disparue qui se déroulait quelques semaines après un baptême / berlé : crié / l'moneonque : l'oncle / tertous : tous / eine jatte d'chéribeon : un tasse d'excellent café / des peos d'chuque : des pois de sucre, des dragées / tell'mint : tellement / eine cancheonne : une chanson / tout du leong : tout du long / des feos : des fois / l'chim'tière : le cimetière).

S.T. septembre 2013. 

 

09:02 Écrit par l'Optimiste dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : tournai, patois, picard. |

Commentaires

Tout simplement magnifique !

Écrit par : rauwers | 10/09/2013

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.