31 août
2013

09:18

Tournai : expressions tournaisiennes (239)

Amoureux de l'lanque de nos parints !

Quand j'ai qu'minché ceulle rubrique des "expressieons tournisiennes", j'pinseos, au feond d'mi-même, in écrire eine pétite chintaine et nous ov'là à deux chint trinte-nuef luméreos, j'espère que pou vous ch'n'est pos ein p'tit queop d'treop. 

Ainsin, j'ai bin du plaisi de vous présinter, chaque sémaine, l'lanque qu'on parleot tertous à Tournai, dins l'temps, au soir, à l'écrienne.

Aujourd'hui, jusse avant d'commincher m'billet, j'voudreos rinte ein hommache à René Godet. Ch'éteot m'maîte, m'comarate, m'n'amisse, on parleot toudis à deux dins l'lanque de "Titisse". Quand i-a deux ans, René i-est parti au paradis des cancheonniers, j'vous l'avoue, j'ai bin cru, ein momint, que j'alleos arrêter. J'ai alors orchu des messaches et des commintaires qui v'neot'ent, ch'est bin vrai, de l'tierre intière, des Tournisiens du Midi de la France, des ortraités toudis in vacances, des gins de l'cité des cheonq clotiers qui seont partis bin leon pou ouvrer, j'in ai orchu des meots du Canada et d'Bougogne, mais aussi d'Ingleterre et d'Carcassonne. A chaque feos que je m'mets pa d'vant l'clavier, j'ai l'raminvrance du ceu qui éteot teinturier et j'l'intinds qui m'dit :"allez, si te n'as pos fort invie fais le au moinse pour mi".   

Bin seûr, quand j'écris, j'n'ai aucune prétintieon, je n'fais pos partie du Cabaret Walleon, eusses ce seont des grands espécialisses et mi je n'sus que l' pétit Optimisse, aussi j'reste toudis bin modeste pasque j'n'présinte pos d'lettes de noblesse.

J'n'ai jamais attindu l'fin de l'sémaine pou ortrouver mes racheines, j'éteos bin malhureux quand j'éteos à l'école primaire, là-va, on n'pouveot parler que dins l'lanque de Voltaire, dins l'classe, si dins no patois, on s'metteot à babiéler, on éteot considéré comme des vulgaires ou bin des grossiers. Hureus'mint, quand j'ai comminché à ouvrer ch'est ave Marcel Roland, l'Nénesse du Cabaret, l'vrai, que je m'sus ortrouvé. Pou l'fotbal, j'ai t'nu l'gazette de l'Unieon et j'aveos Pascal Winberg ave mi au comité d'rédactieon. Quand j'ai eu six ans, m'gramère elle m'a emmenée à l'Orvue, cha m'a tell'mint plus que d'puis j'les ai toutes vues. J'ai aussi été ein abonné de l'gazette  "Les Infants d'Tournai". Comme vous l'veyez, mes gins, l'patois tournisien, j'sus d'puis bin lommint cait d'dins, comme Obélix, l'gaulois sympathique, dins l'cuve de potieon magique. 

Ch'est pourquoi j'aime acore acouté, tous les lindis au soir, su Vivacité Annie Rak, qui pindant deux heures, no patois, elle l'ormet à l'honneur et Bruno Delmotte i-traduit dins no langache, d'puis quelques ainnées, bramint d'ouvraches. : "Martine à la ferme" de Marcel Marlier est dev'nu "Martine à la cinse" et, grâce à li, no Tintin, asteur, du rouche Rackham, i-cache après l'trésor ou bin i-queurre après l'voleu des "Pinderleots de l'Castafiore"

No patois, ch'est l'couvreu qui cante tout in heaut d'ein toit, ch'est l'infant d'Carbonnelle qui rambuque quand on li ormeonte les bertielles, ch'est, dins l'rue, l'feimme d'ouvrache qui berle quand on n'respecte pos s'nettiache, ch'est l'babénache du quervassin qui n'ortruèfe pus s'quémin, ch'est l'cri du supporter qui dit, fin bénaisse : "cha i-est, infin, i-est caisse". No patois, comme ein osieau sortant de s'cache s'invole d'toutes les maseons quand les ferniêtes restent ouvertes à l'belle saiseon. No patois, ch'est les cancheonnes qu'on intind dins les rulettes, pindant l'été ou bin aux jours de fiêtes. No patois, ch'est l'lanque qui unit les gins qui moute à tertous qu'on est Tournisien.

Pindant des ainnées, no lanque a été douch'mint façonnée pa les Espagnols, les Inglais, les Français et les Hollandais, elle a fait s'berche dins les quartiers qu'habiteot'ent l'p'tites gins ou les ouverriers. No patois a été canté pa Wattiez et Prayez, i-a été codifié pa Lucien Jardez. No patois est leon d'ête mort et vivra toudis tant qu'on ara, l'Bistreot et l'Royale Compagnie et que dire alors des babillartes de nos Fichelles Picartes. Vous êtes des chintaines tous les saim'dis à lire ce que j'ai écrit, cha m'incourage, cha m'deonne du coeur à l'ouvrache. Ch'est pos toudis parfait, ch'est vrai et je l'sais, cha n'mérite pétête pos ein prix au concours Prayez, mais, ch'est pou mi, ein p'tit moumint d'pur bonheur que j'rédiche toudis ave m'coeur.  

Ahais, mes gins, j'ai bin pinsé arrêter mais ch'areot été trahir no Tournai, tant qu'i-ara eine perseonne pou m'lire, sachez bin que j'continuerai à écrire.    

 

(lexique : qu'minché : commencé / eine chintaine : une centaine / luméreos : numéros / ein queop : un coup / l'lanque : la langue / tertous : tous / à l'écrienne : à la veillée, à la tombée du soir, entre chien et loup / jusse : juste / commincher : commencer (autre mot) / rinte : rendre / m'n'amisse : mon ami / cancheonnier : chansonnier / orchu : reçu / des ortraités : des retraités/ les cheonq clotiers : les cinq clochers / leon : loin / ouvrer : travailler / des meots : des mots / pa d'vant : devant / l'raminvrance : la souvenance, le souvenir / au moinse : au moins / bin  seûr : bien sûr / des lettes : des lettres / les racheines : les racines / babiéler : bavarder / m'gramère : ma grand-mère / lommint : longtemps / acouté : écouté / les lindis : les lundis / ormette : remettre / l'langache : le langage / bramint : beaucoup / rouche : rouge / cacher après : chercher / queurir : courir / l'couvreu : le couvreur / canter : chanter / rambuquer : mener grand tapage / ormeonter : remonter : les bertielles : les bretelles / berler : crier / l'nettiache : le nettoyage / l'babénache : le bavardage / ein quervassin : un ivrogne / l'quémin : le chemin / bénaisse : content, satisfait / "i-est caisse" : "c'est goal" (expressions souvent entendu sur les terrains du football tournaisiens au moment où un but est marqué) / ein osieau : un oiseau / l'cache : la cage / les maseons : les maisons / les ferniêtes : les fenêtres / les cancheonnes : les chansons / les rulettes : les ruelles / les fiêtes : les fêtes / moutrer : montrer / l'berche : le berceau / les ouverriers : les ouvriers / les babillartes : les lettres / pétête : peut-être / l'moumint : le momint / ahais : oui)

S.T. août 2013.     

 

09:18 Écrit par l'Optimiste dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (4) | Tags : tournai, patois, picard |

28 août
2013

11:44

Tournai : les festivités de septembre

Traditionnellement mois de la rentrée, septembre est aussi celui des "Fêtes de Tournai" et, avec la reprise des activités de la Maison de la Culture et des diverses autres associations, spectacles, conférences, expositions foisonnent à nouveau et nous offrent un programme qui demandera forcément d'opérer des choix.


Dimanche 1, Vieux Marché aux Poteries, "Un Air de Montmartre à Tournai", dernière occasion, cet été, de voir les artistes et artisans à l'oeuvre au pied des cinq clochers. 

Dimanche 1, dernière des trois journées du festival "Les Rencontres inattendues", musique et philosophie.

Dimanche 1, cathédrale Notre-Dame, "L'orchestre Royal de Chambre de Wallonie (direction : J.F. Chamberlan) et l'organiste Etienne Walhain (organiste de la cathédrale) dans des œuvres de Mozart, Haendel et Bach. 

Dimanche 1, Mourcourt, sous chapiteau, "140è anniversaire de la fanfare", concerts.

Du vendredi 6 au dimanche 8, Templeuve, salle SATTA, "la Fête à la Vie", tournois de pétanque, de whist, jogging, animations diverses, foire aux moules...

Du vendredi 6 au lundi 9, Tournai-Expo, salon "Bière, Vigne et Plaisir", une organisation Parc des Moulins à Villeneuve d'Ascq.

Du samedi 7 au dimanche 29, Esplanade du Conseil de l'Europe, "Foire aux attractions foraines".

Samedi 7, Froyennes, Foyer Saint-Eloi, "Grand Marché aux Puces annuel".

Samedi 7, parc communal, 20h, "Concert de Kermesse" par l'Harmonie communale des Volontaires Pompiers. 

Samedi 7 à 10, visite commentée du "cimetière du Nord" en compagnie de Jacky Legge, conservateur des cimetières tournaisiens, dans le cadre des Journées du Patrimoine.

Samedi 7 et dimanche 8, Esplanade du conseil de l'Europe, sous chapiteau, "39e Grand Prix de Jeu de Boule carreaulée de la Ville de Tournai".

Dimanche 8, "visite des souterrains de la citadelle", une organisation des Amis de la Citadelle.

Dimanche 8, de Chercq à Vaulx, aux Fours à chaux Saint-Andre, dès 14h, "1ère Fête du Gambay" sur le thème de "Il suffit de passer le pont", acrobaties, jeux nautiques, tir à l'arc et à l'arbalète...

Lundi 9, de 8 à 18h, "Grande Braderie annuelle des commerçants de Tournai", animations diverses...

Du vendredi 13 au dimanche 15, Saint-Maur, "Le Week-end de Saint-Maur", tournoi de pétanque, soirée années 80 et 90, repas campagnards, envol de montgolfières... 

Dimanche 15, 10h, "Grande Procession historique de Tournai".

Mercredi 18, salle des conférences ING, quai Dumon, "De la fragmentation financière à l'union bancaire, fausse bonne idée ou vraie solution", conférence organisée par le Forum financier de Wallonie Picarde.

Jeudi 19, Hôtel de Ville, salon de la Reine, 18h, "L'usage abusif des médicaments et autres toxiques en psychiatrie" par le docteur Flavien Nyemb, psychiatre au centre "Les Marronniers", dans le cadre des "Conférences Santé 2013".

Jeudi 19, salle des Concerts du Conservatoire de Musique, 19h, "Faut-il manger des animaux pour bien se nourrir ?", conférence par Guy Adant, kinésithérapeute et ergothérapeute spécialisé en santé mentale.

Samedi 21, place Reine Astrid, sous chapiteau, dès 18h30, "6e festival Jazz et Manouche" avec Oihana Quartet, Bleuwest, Gipsy Swing... une organisation du Rotary Haut-Escaut Tournai.

Samedi 21, cathédrale Notre-Dame, 20h, "Amina Eterna Brugge" concert dirigé par Jos Van Immerseel, présenté par l'asbl MusicA en collaboration avec la Maison de la Culture.

Samedi 21, avenue de maire, "Porte ouverte du service incendie", exposition du matériel, démonstrations d'interventions et de sauvetages, bar, petite restauration...

Samedi 21 et dimanche 22, Halle-aux-Draps, "41e tournoi de Jeu de Fer par paires".

Dimanche 22, "visite des souterrains de la citadelle", une organisation des Amis de la Citadelle. 

Dimanche 22, Hôtel de Ville, Salon de la Reine, 10h, "Fête de la Chanson Wallonne et du Cabaret Wallon", remise des prix du concours Prayez, spectacle de cabaret...

Jeudi 26, Maison de la Culture, salle Jean Noté, 17h et 20h, "Amazonie-premiers contacts", conférence de Patrick Bernard dans le cadre du cycle "Exploration du Monde". 

Jeudi 26, Maison de la Culture, salle Frank Lucas, 20h, "Vivo !", concert dirigé par Garrett List.


Expositions :

Du 3 au 15, Maison de la Culture "Handicap partagé",  une exposition sur le handicap, la personne handicapée et les relations qu'elle entretient avec les autres.

Du 1er au 30, Musée d'Archéologie, "Helkijn, château-fort et résidence des Evêques de Tournai".

Du 7.09 au 13.10, Rasson Art Gallery, rue de Rasse, "Oeuvres de Michel Soubeyrand, Edouard Buzon et Rocky Zero".  

Du 21.09 au 27.10, Maison de la Culture, "Pierre Moulin, aux usages connus d'eux seuls", exposition de peintures dans le cadre de l'Art dans la Ville.    

(programme susceptible d'ajouts et/ou de modifications)

S.T. août 2013.

26 août
2013

09:30

Tournai : l'année 2007 sous la loupe (4)

Si les neufs premiers mois de l'année 2007 ont été plus ou moins calmes en ce qui concerne l'actualité, dans les divers domaines, les événement se sont bousculés au cours du dernier trimestre.

Octobre.

En ce lundi 1er octobre, la presse annonce qu'un incendie probablement d'origine criminelle a détruit entièrement les bâtiments de l'ancien lavoir "Le Cygne", à la rue Trenchon à Esplechin. plusieurs foyers y ont été découverts.

Le mercredi 3 octobre, vers 6h du matin, un bruit ressemblant à une explosion surprend les habitants de la place Paul Emile Janson et du piétonnier. Une puissante voiture vient de défoncer volontairement la vitrine du magasin Lambert. En peu de temps, de nombreux vêtements sont emportés par un homme jeune portant cagoule. La voiture démarre en trombe vers la rue du Curé Notre-Dame. Les témoins parlent de la présence de trois personnes dont une femme. A peine une semaine auparavant, c'est un magasin de la rue du Curé Notre-Dame qui avait connu pareille mésaventure. En 2005, 510 vols ont été commis dans les commerces tournaisiens, en 2006, le nombre s'est élevé à 706. Parmi ceux-ci, 76 ont eu pour cadre les environs immédiats de la cathédrale et de la place Saint-Pierre, 16, la rue Royale et 29, la Grand'Place.

Le Circuit Franco-Belge, course cycliste pour professionnels organisée par le Cazeau Pédale de Templeuve, se termine, le dimanche 7 octobre sur le forum tournaisien. Le coureur belge Geert Steegmans remporte l'ultime étape et s'adjuge également le classement final devant Mark Cavendish et Philippe Gilbert.

Le Conservatoire de musique devient peu à peu le monstre du Loch Ness tournaisien. Depuis des années le bâtiment (surnommé avant-guerre le "tambour à pattes") se dégrade lentement et, à de multiples reprises, les travaux de rénovation ont été annoncés. Cette fois, on est certain, la rénovation intérieure et extérieure aura bien lieu en...2009. C'est du moins ce qui est écrit dans la presse en ce mois d'octobre 2007.

Spectacle de désolation au centre-ville, au petit matin du 11 octobre. Durant la nuit, vers 0h30, on ne sait pour quelle(s) raison(s), un chauffeur polonais amène son semi-remorque dans les rues du centre-ville pourtant interdites à la circulation à ce type de transport. Il commence par percuter des véhicules en stationnement dans la rue de Courtrai. Arrivant à l'angle de la place Paul Emile Janson et de la rue Soil de Moriamé, le puissant véhicule grimpe sur le trottoir et arrache le mobilier urbain, des arbustes, des blocs décoratifs en pierre dont l'un pèse plus de deux tonnes ainsi que les panneaux didactiques qui ceinturent le chantier de la cathédrale. A moindre d'être dans un état second, le chauffeur a normalement été forcé de se rendre compte des dégâts qu'il venait de commettre, néanmoins, il poursuit sa route imperturbablement et arrache de nouveaux panneaux touristiques dans la rue des Chapeliers. Les contrôles effectués par la police arrivée sur place révéleront que l'homme n'était pas ivre. Doit-on mettre ce rodéo sur le compte de l'énervement ou de l'abus d'autres substances que l'alcool ?

Le samedi 13 octobre, la salle la Fenêtre, à la rue des Campeaux, affiche complet pour la soirée des "Insolents". Leur invitée d'honneur n'est autre que Marie-Christine Marghem qui en surprend plus d'un, non seulement pour son sens de la répartie (on sait qu'elle exerce la profession d'avocat) mais aussi par son talent extraordinaire de chanteuse.

Surprenante découverte à l'avenue Bozière lors de travaux d'égouttage, les ouvriers exhument une série d'éperons plantés au sein de l'enceinte communale, ceux-ci sont situés face au rempart Lenglez, de l'autre côté de la voirie.

Le dimanche 21 octobre sera marqué par une tragédie de la route. Sur l'avenue Montgomery, le long de la plaine des Manœuvres, une puissante voiture immatriculée en France heurte un véhicule en stationnement régulier. Le choc est terrible, le véhicule tamponné est littéralement coupé en deux à hauteur des sièges avant et une des parties est projetée à soixante mètres du point d'impact. Le véhicule tamponneur, quant à lui, heurte un poteau d'éclairage qui est cisaillé et termine sa course dans une façade. Les secours vont désincarcérer les trois occupants blessés, l'état d'un d'entre eux inspire les plus vives inquiétudes. Ces jeunes revenaient d'une soirée bien arrosée et le conducteur (qui avait bu un peu moins que les autres) ne possédait pas de permis de conduire. Il y a bien longtemps que les nuits de week-end sont redoutées par les membres des différents services de secours.

Au cours de ce mois d'octobre, une figure populaire tournaisienne a définitivement quitté cette cité des cinq clochers qui l'avait adopté et qu'il aimait tant, François Sinke, mieux connu sous le surnom de "François du bateau", poissonnier sur le quai du Marché au Poisson est décédé à la veille de son 71e anniversaire. Venu de Hollande, il s'était à ce point intégré dans sa ville d'adoption qu'il en était devenu un des guides touristiques faisant découvrir, avec son épouse, le riche patrimoine tournaisien principalement aux touristes de langue néerlandophone.

Le 29 octobre, la salle de la Halle-aux-Draps est comble pour accueillir les "King's Singers" dans un concert "a cappella" programmé par les responsables de la Maison de la Culture. Le public ne ménage pas ses applaudissements à cet extraordinaire ensemble anglais qui se produit dans le monde entier depuis plus de trente ans.

Le mois d'octobre va, hélas, se terminer par une nouvelle tragédie de la route. Des travaux ont lieu sur l'autoroute E42, à hauteur de Froyennes, la circulation est canalisée sur une seule bande et dès l'embranchement des autoroutes venant de Mons et de Bruxelles des files se forment. Un camion chargé de gravier déboule à pleine vitesse, son chauffeur remarque trop tard la file de véhicules et écrase littéralement les deux dernières voitures contre le camion qui les précédait. Ce drame fera trois victimes, les occupants des deux autos et deux blessés graves, les chauffeurs des camions. Un nouveau drame de la vitesse mal adaptée ou bien celui de transporteurs astreints à des cadences infernales pour des questions de rentabilité, l'obsession des dirigeants d'entreprises de notre époque dans l'impitoyable guerre que se livrent les différents acteurs de la vie économique. Toute la circulation est déviée par les boulevards de ceinture ce qui provoque une importante pagaille autour et dans la ville.

A la fin du mois d'octobre, après neuf rencontres de championnat de Division 2 nationale, le Football Club de Tournai occupe une peu glorieuse avant-dernière place. Avec un actif de huit points, ils précèdent Geel (4 pts), l'autre montant de division 3. Ces piètres résultats sont certainement à l'origine de la démission de l'entraîneur français, Jean Marc Varnier.

Novembre.

Au début du mois de novembre; la presse locale consacre un long article à Clément Holvoet, un jeune musicien tournaisien qualifié pour la finale du "Dexia Classics" de violon. Il s'y produira dans des œuvres de Mozart, Wienieski et Devreese.

La Maison de la Culture a programmé, en ce milieu de mois, un concert des "Ogres de Barback", une salle comble et conquise accueille les groupe de chanteurs engagés.

Le jeudi 22 novembre, nouveau succès pour les responsables de la programmation de la Maison de la Culture. Il n'y a plus moyen de trouver une seule place libre dans la salle Jean Note pour la venue de Julien Clerc. C'était un temps où les responsables de la Maison de la Culture, avec un choix universel, pouvait satisfaire l'ensemble du public tournaisien, ils en avaient encore les possibilités 

Le samedi 24 novembre, on a de nouveau refusé du monde pour le "Festival des Imitateurs" de Tournai, cher à André Michel. Le Luron d'or de l'imitation est décerné au français Yann Janet tandis que la vedette invitée n'est autre que l'humoriste belge Virginie Hocq. Les bénéfices de cette soirée vont à la fondation Follereau, antenne de l'action Damien à Tournai et au home pour personnes handicapées adultes "Valère Delcroix".

Le même jour, l'ASBL Michaël organise son concert annuel, celui-ci se déroule en l'église Saint-Brice. "Chœurs et Cuivres" permet d'entendre l'ensemble vocal du Conservatoire de Tournai sous la direction de Michel Jakobiec et l'orchestre des cuivres dirigé par Thierry Cuvelier. Plus de 300 personnes sont présentes pour cet événement philanthropique. 

En cette fin du mois de novembre, deux événements sont encore à noter. Tout d'abord le soulagement pour les habitués du magasin G.B de la rue de la Tête d'Or. On apprend, en effet, que, dès le 3 janvier 2008, un franchisé reprendra la moyenne surface ouverte en 1962 et que tous les travailleurs conserveront leur emploi. Il y a également la découverte d'une seconde tombe au sein de la cathédrale Notre-Dame. Est-ce celle de l'évêque Hugues ou de Radbod II ? A ce moment-là, on sait qu'elle est postérieure à celle de Baudouin 1er découverte précédemment, la dalle funéraire est de meilleure facture mais le squelette est moins bien conservé.

Décembre.

En ce mois de décembre, on évoque le futur transfert des résidents du home Saint-Georges pour personnes âgées vers le site de la Verte Feuille programmé pour la fin de l'année 2008. A cette époque, la direction souhaite démolir des bâtiments afin d'en reconstruire de plus modernes.

A la mi-décembre, alors que Thierry Pister a pris la succession de Jean Marc Varnier, après quatorze rencontres disputées, le Football Club de Tournai occupe toujours l'avant-dernière place du classement, au sein de ce championnat de division 2 qu'il découvre, le club a remporté quatre victoires, réalisé trois partages et perdu à huit reprises. Avec 12 points, le club précède Geel de cinq unités. 

Le "Concert Viennois" mis sur pied par la Confrérie des Cinq Clochers au profit de l'enfance défavorisée du Tournaisis recueille son habituel succès. 

(sources : le Courrier de l'Escaut, le Nord-Eclair et souvenirs personnels).

S.T. août 2013 

23 août
2013

17:16

Tournai : expressions tournaisiennes (238)

A l'feos on s'deminde dins queu meonte on vit !

Ov'là acore eine sémaine qui est oute, à m'mote que l'tierre elle tourne d'pus in pus vite et on a pus assez d'nos journées pou réaliser tout c'qu'on a invie d'faire. 

Ainsin, j'ai décidé d'mette eine couche d'protectieon su mes cassis. I-feaut faire cha au matin, à l'fraîque, mais l'solel i-arrife bin treop vite et à dix heures j'deos arrêter d'ouvrer. M'feimme, elle m'a dit :

"Bé... i-va t'falloir eine éternité pou peinte l'porte et les cassis, l'feos qui vient te comminch'ras au momint de l'fiête des mamères pou ête seûr d'avoir fini pou l'hivier".

Mi j'ai appris à ouvrer à l'tournisienne, ch'est-à-dire que l'chantier i-dure lommint comme à l'avenue d'Troyes (ein an pou repaver deux chints mètes) ou comme dins l'quartier cathédral (treos ans que ch'est comminché sans qu'on in veot l'bout) !

Dins l'avenue de Troyes, inter l'incien casino et l'gardin d'la Reine, l'chantier pou les arrêts d'bus deveot durer in tout et pour tout siept à huit s'maines. Les travéeaux ont comminché l'huit du meos d'octope... in 2012 et ch'est toudis pos fini. Deux chints mètes in ein an, i-n'a pos qu'à Namur qui seont lents. D'abord, in ouvrant l'rue, on est cait su ein riche touillache, i-a fallu ormette d'l'ordre dins tout l'câblache et pou ti avoir Ores, Belgacom et la SWDE, in suivant, su l'terrain, ch'est comme croire au Père Noël in plein meos d'juin. Puis, i-a eu l'freod des meos d'janvier et d'féverrier, l'chantier i-est resté à l'arrêt, on a pus vu d'ouverriers. Su le site internet de l'Police, in mai, on a noté que l'chantier s'reot terminé pou les congés. Les congés seont passés et on n'a pos vu ein seul ouverrier. Dins l'gazette de l'semaine passée, on a écrit que cha alleot orcomminché, qu'on alleot mette les "bouchées doubles" pou bin vite terminer. Ahais, d'puis lindi, l'rue est asteur barrée mais d'puis quate jours i-a presque rien qui a bougé, à part eine grue qui fait des treos. Ch'est sans doute eine séquoi d'nouvieau, l'Tec qui nous mène in batieau

Quand j'ai fini m'n'ouvrache, j'vas pourméner ou bin j'lis l'gazette et là j'in veos des vertes et des pos mûres. 

Si vous passez dins l'rue des Cap'liers, i-a des greos ingins qui creuse'tent des treos d'eine façate à eine eaute. Bien sêur, i-ont mis eine barrière au mitan de l'rue ave l'mintieon : "interdiction de circuler sur le chantier" (ch'est normal ch'est pou l'sécurité) et jusse pa d'zous : "commerces ouverts et accessibles", mais i-n'seont pos ouverts in soirée. J'areos voulu aller acater eine pizza au nouvieau resto qui s'a ouvert, m'feimme elle m'a dit : 

"Neon, neon, pou mi, t'es seot, si l'bulldozer i-passe, te vas ête ichi raplati comme eine crêpe !"

Du queop, j'irai acater eine pizza quand les travéeaux i-s'reont finis, si l'resto i-n'est pos serré faute d'clients.

Ch'est comme dins l'gazette, j'ai li qu'ein chef japonais i-aveot tué s'feimme et i-l'aveot copé ein p'tits morcieaux. I-les a écoulés, pindant huit jours, dins l'viante qui serveot à ses clients. Si l'feimme éteot diabétique, i-l'aveot seûrmint servi à l'sauce aigre-douce.

D'puis, mi, je n'sus pus à m'n'aisse quand j'rinte dins ein restaurant, j'deminde toudis au patreon :

"Vo feimme elle est là...j'peux l'vir";

M'feimme elle m'a dit :

"Pasque t'as vu l'feimme t'est rasseuré, t'as pos pinsé à s'belle mère ?"

I-paraît aussi qu'on truèfe d'pus in pus d'serpents dins les gardins. Ch'est les N.A.C, les nouvieaux animéeaux d'compagnie, asteur, te peux tout acater et on peut tout vinte, d'puis mille neuf chint soixante huit, "i-est interdit d'interdire", du queop, (et acore hureux), à part vinte de l'drogue ou bin ête quervé au volant ou acore rouler ein p'tit queop treop vite, on peut tout faire. 

Vous avez d'jà vu ein serpent, cha reste des heures sans bouger dins s'terrarium (ch'est ainsin qu'on appelle l'aquarium dins l'quel on l'met). I-n'remue pos, même pos l'queue (à part l'serpent à sonnettes quand i-est in rache), i-n'ferme même pos ses is et t'ravise comme si t'éteos s'deîner, au point que l'ceu qui l'a acaté i-in est bin vite mate. I-li prind alors ein idée idée d'mauvais goût d'aller l'ruer dins l'gardin du visin ou bin dins ein égoût. 

Asteur, quand j'vas à l'toilette, ch'est pétête pos normal, j'souliève douch'mint l'planque et j'orwette si tout i-est normal. Vous riez plein vo panche mes gins, ahais, mais... l'feimme de m'n'amisse, in nettiant l'carrelache, elle a vu, eine feos, eine ratte sortir pa l'plaque de l'égoût du garache. Dins tout l'quartier, on intind acore l'cri qu'elle a poussé, su nos tiêtes les ch'feux i-se seont ordressés. Elle a eu saprémint l'pépete, l'paufe..., l'paufe... (je n'me rappelle pus s'préneom mais cha d'veot rimer).

I-a des gins qui on eine passieon pos banale, i-ont chez eux eine collectieon d'mygales, mi, d'jà quand j'veos eine pétite aronne, j'm'infuis, alors, là, si j'veos eine de ces biêtes, j'queurre acore toudis...

J'ai li aussi qu'i-aveot ein mopère et s'garcheon qui éteot'ent restés près d'chinquante ans dins la brousse au Vietnam pinsant que la guerre n'éteot toudis pos finie. Cha fait quand même pus d'quarante ans qui n'deveot'ent pus intinte les bombardemints.

Ichi, ch'est acore pire, imaginez que pou écapper au fisc, ein Tournisien i-est ein bieau jour parti in plein mitan d'ein beos, à Ere ou à Howardries. I-a pos d'problème, li, i-peut rester jusqu'à s'mort et pus leon acore, pasque l'ministère des finances jamais n'démord. Veyez d'ichi qu'on ortruèfe ein tournisien disparu d'puis chinquante ans et eine rawette avec chinquante millieons d'francs belges dins eine pétite malette. I-a intérêt à avoir des grosses coupures, pasque si ch'est in pièches que s'magot i-a constitué, i-va payer pus tcher à la banque pou les écanger.

On a aussi vu ein heomme qui peseot ein peu pus d'six chints kileos. Si à Tournai, on deot conduire ein heomme ainsin à l'clinique ein bieau jour, pou l'sortir de s'maseon i-va falloir faire appel à eine grue d'chez Dufour et j'pinse qu'à l'hôpital, les lits, i-veont, tertous, ête treop p'tits.

Pas pus tard qu'hier, i-a eu ein artique su les "top managers", des gins qui ouèftent pou ein très, très greos salaire. Dins l'crisse actuelle, on a trouvé cha indécent au gouvernemint et on a décidé d'raboter ein greos queop les émolumints. L'ceu qui diriche l'Poste, i-a dit qu'i-n'ouvreot pos pou 290.000 euros par an, qui soiche rasseuré mi neon pus j'n'ai jamais ouvré pou ein parel montant. 

Dins l'gazette, on veot aussi, à l'feos, des cas, des vielles perseonnes qui ont quarante tchiens et soixantes cats. Des gins qui vif'tent, à leu maseon, dins l'pourriture mingeant et dormant au mitan des ordures. A l'heure d'internet, des tablettes et du télépheone, i-a des gins qui parvienne'tent à n'pus parler à perseonne.

J'vas vous quitter, pasque dins l'gazette, on anneonche du temps gris, j'vas pouvoir aller mette de l'peinture su mes cassis, j'espère qu'i-n'va pos pleuvoir et pou ceulle sémaine j'vous dis à r'voir !   

(lexique : à l'feos : parfois / queu meonte : quel monde / ov'là : voilà / acore : encore / oute : passée / à m'mote : selon moi / invie : envie / ainsin : ainsi / à l'fraîque : à la fraîche, pendant la fraîcheur / ouvrer : travailler / commincher : commencer / des mamères : des mères / ête seûr : être sûr / lommint : longtemps / siept : sept / octope : octobre /  cait : tombé / touillache : mélée, mélange, confusion / l'freod : le froid / féverrier : février / les ouverriers : les ouvriers / orcomminché : recommencé / eine séquoi : quelque chose / batieau : bateau /  pourméner : promener / les ingins : les engins / eine façate : une façade / au mitan : au milieu / jusse pa d'zous : juste en dessous / acater : acheter / du queop : du coup, dès lors / serré : fermé / à m'n'aisse : à mon aise / vir : voir / on truèfe : on trouve / asteur : maintenant / vinte : vendre / quervé : ivre / in rache : en rage, en colère / les is : les yeux : raviser : regarder / l'deîner : le dîner / ête mate : être fatigué / l'ruer : le jeter / l'gardin : le jardin / l'visin : le voisin / pétête : peut-être / l'planque : la planche / orwettier : regarder / vo panche : votre ventre, rire de bon coeur / ahais : oui / ein amisse : un ami / nettier : nettoyer / l'carrelache : le carrelage / saprément : sacrément / l'pépète : la peur / eine aronne : une araignée / queurir : courir / toudis : toujours / eine mopère : un père / écapper : échapper / in plein mitan : au beau milieu / ein beos : un bois / leon : loin / eine rawette : un petit supplément / des pièches : des pièces / thcer : cher / écanger : échanger  / chint : cent / ein artique : un article / vielle : vieille / les tchiens : les chiens  / les cats : les chats / anneoncher : annoncer)

S.T. août 2013. 

17:16 Écrit par l'Optimiste dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : tournai, patois, picard |

21 août
2013

21:00

Tournai : l'année 2007 sous la loupe (3)

Au moment d'aborder le troisième trimestre de cette année 2007, il est utile de préciser que le souvenir de cet été qui vient de s'installer ne restera pas gravé dans les mémoires des Tournaisiens en raison des orages et des nombreux dégâts qu'ils provoquèrent. 

Juillet.

Le premier fait à retenir de ce mois concerne tout autant la politique que le sport. Christian Massy, bourgmestre de Tournai, quitte la présidence du Royal Football Club de Tournai. Les "affaires" qui ont été révélées au cours des derniers mois (perquisitions dans le cadre d'une gestion difficile de la régie autonome, affaire du faux "Ciré" pour le joueur Singa) ont eu raison de son maintien à la tête du club Sang et Or. Il sera remplacé par Philippe Rasseneur, un des membres fondateurs de ce club issu de la fusion entre l'Union et le Racing, entrepreneur en menuiserie habitant la région de Péruwelz.

Les habitués de la cathédrale Notre-Dame de Tournai et les nombreux visiteurs ont tous rencontré Jacques Lecouffé. On l'appelait le "Suisse" lorsqu'en habit d'apparat, aux jours de fêtes, il précédait les processions d'ouverture des offices pontificaux, il était aussi nommé le sacristain lorsque tous les jours de la semaine, sept jours sur sept, en tablier, il veillait au moindre détail et accueillait les visiteurs au Trésor. Il était un ordonnateur exceptionnel. A 61 ans, cet homme, originaire de Froidmont a décidé de prendre sa retraite, après des dizaines d'années passées au service du prestigieux édifice tournaisien. Déjà présent depuis des années, c'est en 1986, suite à la fermeture de la firme Balamo à Kain pour laquelle il travaillait, qu'il a décidé d'occuper une fonction à plein temps. Evoquant, à l'occasion de son départ, ses souvenirs, il rappelle les festivités organisées lors du huitième centenaire de la cathédrale en 1971 et la tornade qui l'a fortement ébranlée en août 1999.

Une pétition circule dans la rue Saint-Eleuthère et dans le quartier du faubourg de Maire, elle est l'oeuvre d'un riverain excédé par les accidents graves, à répétition, qui se déroulent régulièrement en face de son domicile. Le 5 juillet, vers 23h30, ceux qui sont déjà couchés sont réveillés par un fracas énorme. Un véhicule de type 4x4 se dirigeant vers le centre-ville a heurté l’îlot central en béton situé près du carrefour formé par la rue Saint-Eleuthère et la rue Georges Rodenbach. Perdant le contrôle, le conducteur a embouti et totalement détruit trois véhicules stationnés le long du trottoir et a projeté un quatrième dans la porte d'une habitation. Le conducteur à l'origine de l'accident, blessé, sera transporté à l'hôpital. La pétition recueille 200 signatures en trois jours. La population est excédée, à peine une semaine auparavant, un accident similaire était survenu au même endroit et avait aussi fait victimes et dégâts.

Le mardi 10 juillet, au cours de l'étape menant les coureurs de Waregem à Compiègnes, les coureurs du Tour de France arrivent à Tournai par la chaussée de Renaix et empruntent une partie des boulevards de ceinture avant de rejoindre la chaussée de Valenciennes. Le coureur français Nicolas Vogondy empoche la prime de 800 euros, le maillot jaune est porté par le coureur suisse Fabian Cancellara. Parmi les spectateurs se trouve probablement un habitant de Kain, Pierre Wlomainck qui est rentré quelques jours plus tôt de son Tour de France. En vingt-trois jours, il a effectué 4.800 kilomètres et escaladé pas moins de sept cols de plus de 2.000 mètres. 

Le dimanche 15 juillet, des centaines de nostalgiques venus de Belgique, de France, des Pays-Bas et d'Allemagne se donnent rendez-vous sur l'Esplanade du Conseil de l'Europe où ils peuvent admirer une concentration de 465 "coccinelles", ce petit véhicule est un modèle de longévité puisque le premier exemplaire est sorti durant les années quarante.

Le lendemain, dès 5h du matin, de véritables trombes d'eau s'abattent sur le Tournaisis provoquant une seconde inondation en une semaine dans le quartier Saint-Jean. On sait que l'égouttage de cette partie de la ville n'est plus adapté pour recevoir une telle quantité d'eau en si peu de temps et l'eau envahit, une nouvelle fois, les habitations et les magasins. Une semaine plus tard, un troisième orage violent va provoquer les mêmes tourments non seulement à Saint-Jean mais aussi dans le quartier de l'avenue de Maire et la rue Saint-Eleuthère, une artère bien souvent citée dans la rubrique des faits divers en cet été 2007.

Août.

Le vendredi 3 août, le hameau du Fourcroix à Blandain est en émoi. Dans une habitation, on a découvert le corps sans vie d'une quinquagénaire exerçant la profession de kiné. Elle a été retrouvée morte dans sa baignoire. Des éléments troublants aiguillent les enquêteurs plus sur la piste d'un acte criminel que sur celle d'un suicide surtout que son véhicule a été retrouvé un peu plus tôt incendié sous un pont d'autoroute à Froyennes. Le lendemain, le meurtrier est arrêté, il s'agit de l'ancien compagnon de la dame. Il déclare ne se souvenir de rien. Un drame de plus à mettre au compte de la violence et parfois même de la folie qui sont devenues, peu à peu, des faits d'une inacceptable et incroyable banalité.

La presse annonce le futur regroupement des 310 agents des finances dispersés dans différents bâtiments en un seul site, dans les locaux à aménager et dans un immeuble à construire à l'ancienne coopérative L'Avenir, à la rue du Rempart et rue du Château.

Au mois d'août, les clubs de football fourbissent leurs armes en vue de la prochaine reprise du championnat et on peut dire qu'on est franchement inquiet pour les joueurs de Jean Marc Varnier, l'entraîneur du F.C Tournai. Eliminés sans gloire par Sprimont en Coupe de Belgique sur le score de 1-0, battus ensuite par Wevelgem (2-1), par Hamme (3-1) et par Waasland (1-3), on ne donne pas cher de leur peau en Division 2 Nationale. Interrogés, les joueurs et membres du comité semblent néanmoins rester confiants.

Un autre projet qui fera long feu est également annoncé par la presse, le probable déménagement du service "Population" de l’administration communale sur le site De Bongnies, il faut dire que les services situés dans la cour d'honneur de l'Hôtel de Ville sont de plus en plus à l'étroit et le public n'y est pas reçu dans des conditions confortables.

Le jeudi 30 août, on assiste à une pêche extraordinaire, pour ne pas dire miraculeuse, sur les berges de l'Escaut. Des voitures sont retirées des eaux. Ces recherches ont été demandées suite à l'arrestation de trois mineurs d'âge soupçonnés d'être les membres du "gang des Clio" qui sévit depuis de nombreuses semaines dans la région. Ils ont reconnus une dizaine de vols de véhicules qui servaient à faire du stock-car, tout simplement pour le fun. Ensuite, ils étaient jetés dans le fleuve sans autre forme de procès. Les jeunes n'ont-ils plus aucune limite ou doit-on tout simplement dire que l'oisiveté est la mère de tous les vices ?

Septembre.

Alors que le mois débute, les mélomanes apprennent la mort de Luciano Pavarotti, un des trois ténors, une des plus belles voix de cette époque.

Après l'Allemagne en 2006, la Belgique accueille "PotatoEurope". Cette grande manifestation entièrement consacrée à la culture de la pomme de terre se déroule à Kain, au pied du Mont Saint-Aubert. Démonstrations d'arrachage, présentations de lignes de stockage, champs d'essais de culture, commerce de produits et de matériel attirent les spécialistes de la tubercule venus des quatre coins de l'Europe.

Deux ans après une reprise qu'ils souhaitaient limiter à douze mois, les "Polaris" annoncent qu'ils ne donneront plus que quatre concerts dans la région avant la définitive disparition de l'orchestre créé dans les années soixante. Ceux-ci auront lieu à Tournai, dans la salle Skill, le 9 septembre, à Bléharies, le 27, à Luingne, le 20 octobre et "last but not least", à Hollain, à l'occasion de la fête du football, le 28 octobre. Christian Croain continuera seul l'aventure dans son studio de Froyennes. Une longue épopée musicale s'achève, elle avait débuté dans la région, s'était poursuivie au Golf Drouot à Paris et avait été jalonnée par la parution de nombreux disques et CD reprenant les succès comme "Souris, souris", "Jolie Fille", "Marie-Line", "Qu'il fait bon vivre chez nous", "Mademoiselle Ninette" ou encore "Fous de la musique". Lors de la dernière fête de la musique, les cinq musiciens avaient encore rassemblé plus de trois mille personnes sur la place Saint-Pierre à Tournai. 

Un nouveau livre de qualité consacré à la cité des cinq clochers et à son patrimoine sort de presse en ce mois de septembre. De Louis Donat Casterman et Pierre Peeters, "Regard sur Tournai, deux fois millénaire" est un ouvrage abondamment illustré destiné à faire connaître, à promouvoir Tournai.

Il était un des derniers Tournaisiens à avoir remporté la Coupe de Belgique de football en 1956, lorsque le Racing de Tournai avait vaincu, au stade du Heysel, le C.S Verviers sur le score de 2-1. Jean Dedonder s'est éteint à l'âge de 85 ans. Il ne reste plus que six survivants de l'équipe qui écrivit une page d'histoire du football tournaisien.

En ce mois de septembre 2007, les automobilistes voient le prix du carburant flamber. Le litre de diesel coûte 1,033 euros et celui de Super 95, 1,269 euros. Par comparaison, rappelons qu'en 1975, en pleine crise pétrolière, le litre de diesel coûtait 5,15 Francs Belges soit 0,127 euros. L'automobiliste vache à lait de l'Etat et des raffineries, c'est loin d'être une légende !

Les ASBL La Marelle et l'Entracte soufflent respectivement leurs 30 et 20 bougies. A cette occasion, on apprend que le centre résidentiel l'Entracte va bientôt quitter la grande maison de la place Verte, bel immeuble mais peu fonctionnel pour l’accueil de personnes handicapées vieillissantes. Les responsables vont aménager le couvent des Petites Sœurs Servantes des Pauvres à la rue Saint-Martin que les religieuses avaient quitté quelques temps auparavant. (A suivre)

(sources : le "Courrier de l'Escaut" et souvenirs personnels).

(S.T. août 2013)

 

 

19 août
2013

11:06

Tournai : l'année 2007 sous la loupe (2)

Voici la suite de la rétrospective des événements qui marquèrent l'actualité tournaisienne en cette année 2007 avec ceux survenus durant le printemps.

Avril. 

Le mois d'avril débute par deux tragiques accidents de la circulation. Le même jour, un samedi, tôt le matin, un jeune Lillois trouve la mort au cours de la perte de contrôle d'un véhicule dans le tristement célèbre virage Tentalu à Ramegnies-Chin. Vers la fin de la matinée, un père et son fils revenant en moto de Tournai et se dirigeant vers Leuze-en-Hainaut sont fauchés par un véhicule sur la chaussée de Bruxelles à Barry-Maulde. Celui-ci avait dévié de sa trajectoire suite à une hésitation d'un conducteur qui le précédait.  

Le dimanche 8 avril, près de 7.000 marcheurs escaladent les pentes du Mont Saint-Aubert à l'occasion de la traditionnelle "marche à bâton" du Lundi de Pâques.

Le samedi 15 avril 2007 débute l'aventure du présent blog "Visite Virtuelle de Tournai".

Lors d'un chantier qui a pour cadre le bâtiment de l'ancien hôtel "Aux Armes de Tournai", sur la place de Lille, on découvre un linteau sculpté sous la porte cochère, représentant " La fuite en Egypte". Ce dernier avait été recouvert depuis bien longtemps, on pensait même que cette scène biblique était disparue pour toujours. Un autre linteau, découvert par la même occasion, est sculpté d'un visage d'ange et porte une date gravée dans le bois : 1640.

Du 20 au 24 avril, le cirque français Amar fait halte dans la cité des cinq clochers, bizarrement, il dresse son chapiteau non pas sur l'Esplanade du Conseil de l'Europe mais bien sur le parking de Tournai Expo.

Le dimanche 22 avril, au soir de la vingt-huitième journée de championnat de football de Division 3 nationale, Le Football Club Tournai partage toujours la tête du classement avec Diegem.

Le vendredi 27 avril, la salle Jean Noté de la Maison de la Culture, accueille Michel Jonasz venu, dans son tour de chant, rendre hommage à la chanson française. Les répertoires de Brel, Brassens, Piaf, Ferré, Mouloudji, Gainsbourg seront notamment visités par l'artiste français.

Mai.

Avec plus de 7.000 participants, la ville de Tournai bat un nouveau record au "Beau Vélo de Ravel", organisé de main de maître par le Tournaisien d'origine Adrien Joveneau et Vivacité. 

La violence est de plus en plus présente au cœur de la ville, mais peu de personnes pensaient que celle-ci se déchaînerait au sein même de l'évêché de Tournai, au pied de la cathédrale Notre-Dame. Durant le nuit du jeudi 3 au vendredi 4 mai, deux individus s'introduisent dans l'enceinte de l'évêché en escaladant un mur situé face à la porte du Capitole. Pénétrant dans les bâtiments, ils agressent violemment Mgr Guy Harpigny au moyen d'armes blanches et d'une masse. Le prélat sera torturé afin de lui faire ouvrir un coffre dont il ne possédait pas la clé, son calvaire va durer des heures. Finalement, les deux malfrats quittent les lieux en ayant emporté une somme dérisoire de 300 euros, l'anneau épiscopal et quelques bijoux. Enfermé dans la chambre de ses appartements, ce n'est qu'au petit matin que l'évêque parviendra, par une fenêtre, à alerter la femme de ménage qui venait de prendre son service. Alors que les enquêteurs se rendent sur les lieux, Guy Harpigny sera conduit en clinique pour examens, la face tuméfiée et présentant de nombreux hématomes. La presse publiera un portrait robot des deux agresseurs qui, selon la victime s'exprimaient entre eux probablement en Portugais.

Le dimanche 6 mai, la joie déferle dans les rues de la ville, suite à sa victoire à Meerhout sur le score sans appel de 0-3 et au partage du co-leader Diegem à Wetteren (3-3), le Football Club de Tournai est champion de division 3 Nationale et a ainsi acquis le droit d'évoluer dans l'antichambre de l'élite. Le F.C Tournai termine avec un actif de 61 points pour 59 à Geel et Diegem. Lorsque les cars ramenant les joueurs et supporters arrivent, bien tard, au stade Luc Varenne, ils sont accueillis par des centaines de supporters et le cortège gagne le centre-ville. Une liesse populaire, une joie bon enfant qui n'a vraiment rien à voir avec les débordements et dérapages souvent vus à la télévision lors de victoire de grands clubs étrangers.

Nouvel acte de violence, le jeudi 10 mai vers 18h, dans un magasin de chaussures de la zone commerciale de Froyennes. Deux hommes casqués y font irruption et ordonnent aux membres du personnel et aux derniers clients présents de se coucher à terre, parmi eux, se trouvent des enfants. Ils se font ouvrir le coffre par une vendeuse et négligent le contenu des caisses. Après leur départ, un jeune enfant sera transféré en clinique dans un profond état de choc.

Le 20 mai, la Maison de la Culture présente un événement exceptionnel "Mali, Mali", un projet né de la rencontre du musicien et chef de fanfare tournaisien, Eloi Baudimont avec un musicien traditionnel malien Baba Sissoko. Suivront la naissance d'un CD et un déplacement au Mali pour présenter ce concert haut en couleurs. 

Du 22 au 28 mai, le Petit Théâtre d'Aquitaine pose ses valises pour présenter son nouveau spectacle de Guignol sur le Quai Dumon. Le propriétaire de ce théâtre ambulant, Alain Kerwich, est un habitué de la cité des cinq clochers, il a déjà occupé la place Crombez et la place Reine Astrid.

En cette fin de mois de mai, Templeuve possède son géant, à l'image d'Ath et de Tournai. "Omer" prend les traits d'Omer Droulez, personnage authentique du village rattaché à Tournai. Au même moment et au même endroit, Enrico Macias est en tournage pour un télé-film produit et diffusé par France 3, "Monsieur Molina". Le restaurant " La Grande Maison" est envahi par les caméras pour la réalisation de quelques scènes. Le propriétaire des lieux n'est autre qu'Alain Padou, un motard qui participa au début des années quatre-vingts au Paris-Dakar.

Le mardi 29 mai, des enquêteurs perquisitionnent les locaux du stade Luc Varenne et des bureaux de l'Hôtel de Ville. C'est la gestion de la régie communale autonome du stade Luc Varenne qui semble être mise en cause. 

Juin.

Sont-ce les mêmes auteurs qu'à Froyennes ? C'est possible ! Le lundi 11 juin, deux motards braquent le magasin Colruyt de la chaussée de Renaix, en présence d'une quarantaine de clients. Les malfrats qui réclament l'ouverture du coffre doivent se contenter du contenu des caisses, le transporteur venant juste d'emporter les fonds contenus dans la zone sécurisée. Après leur départ, une caissière a été transportée à l'hôpital en état de choc.

Le 12 juin, une centaine de spécialistes du logement social sont invités par le Logis Tournaisiens dans le cadre d'un colloque du "Réseau habitat et francophone" qui regroupe des professionnels de 25 pays de langue française. Durant cette journée, Tournai devient la capitale mondiale francophone du logement social. 

Le 16 juin, la presse se fait l'écho d'un projet d'installation de huit éoliennes sur les territoires de Saint-Maur, Bruyelles et Jollain-Merlin. ce projet est loin de ravir les riverains.

En ce mois de juin, le groupe Carrefour annonce un vaste plan de restructuration engendrant la fermeture ou le passage sous franchise d'un certain nombre de magasins. Cette nouvelle apporte l'inquiétude auprès des 66 membres du personnel de la surface tournaisienne située à la rue de la Tête d'Or mais aussi auprès de clients et de commerçants voisins. Marianne Leclercq, une cliente, sollicite une entrevue avec l'échevin du commerce et lance une pétition pour le maintien de la surface commerciale en ville. Une manifestation rassemblant plus d'un millier de participants va parcourir la ville le 31 mai. (à suivre)  

(sources : le Courrier de l'Escaut de l'année 2007 et souvenirs personnels).

S.T. août 2013

16 août
2013

17:12

Tournai : expressions tournaisiennes (237)

Mariache au villache.

In mille nuef-chint-chinquante-six, in plein meos d'juillet, Robert, l'unique garcheon d'ein greos cinsier a marié Valentine, eine jeone file qui d'meureot l'villache d'Havinnes. I-aveot ein peu pus d'treos ans qui aveot comminché à l'courtiser. I-aveot rincontré ceulle file, ein soir de mai, au Saleon d'l'Aiwile, au grand bal du muguet. Ch'éteot l'prumière feos qui sorteot tout seu de s'maseon, l'prumière feos aussi que s'mopère, Armand, li aveot donné l'permissieon. I-a pos à dire, l'jolie mamzelle elle li a bin vite tapé dins l'ouel. Bin seûr, au début, ch'est dins des muchettes qu'i-alleot li queompter fleurette et ch'est près d'eine pâture ave des maguettes qui li a deonné l'prumière baisse à bouquette

Ein an pus tard, Robert, tout fier, l'a présintée à s'mopère. Pou commincher, Armand aveot jeué l'rôle du saisi, comme ein à qui on n'aveot jamais rien dit. Ainsin, sans avoir l'air, d'ein ouel i-raviseot si l'file elle éteot, comme on dit, bin comme i-feaut. Comme elle éteot d'beonne famile, cha n'a pos été difficile, i-n'a pos fallu arracher l'consint'mint, elle plaiseot d'jà aux bieaux-parints. 

Armand et Robert aveot'ent rindez-vous l'lind'min, à Havinnes, au Grand Qu'min ave l'jeone file et Hortense et Martin, ses parints. Tout aveot été organisé pa Armand qui aveot obligé Robert à mette de bieaux gants blancs et l'costume acaté pou l'intierr'mint de l'gramère Germaine qui li serreot, malheureus'mint, ein peu l'boudaine.

"Prinds aussi ein bieau bouquet d'fleurs des camps, te l'deonn'ras à l'mamère, tout d'suite, in rintrant, te vas voir, cha va l'impressieonner et, ainsin, bin vite, te l'aras de t'côté".

Robert i-a seûrmint fait beonne impressieon pasque pou fréquinter leu file, Martin et Hortense li ont deonner leur autorisatieon.

Et ch'est ainsin qu'on est, tout douch'mint, arrivé à parler mariache, après quand même deux ainnées d'fréquintache et eine ainnée d'fiançailles comme ch'éteot, à l'époque, l'usache.

Au meos d'juin, on a publié les bans à l'églisse paroissiale et l'anneonche officielle a été faite à l'maseon communale.

L'velle au soir, on aveot tiré les campes à l'maseon d'Robert et brûlé ses mareonnes in buvant forche bières.

L'saim'di d'juillet, l'grand jour tant attindu pa les tourtereaux est infin arrivé, a siept heures au matin, Valentine a mis s'rope blanque d'mariée, l'coiffeusse est v'nue li faire ein chigneon pindant qu'Armand tourneot in reond dins l'maseon :

"J'espère bin qu'on a rien oblié, ein jour ainsin, tout deot ête parfait";

Rose, l'mamère, elle l'aveot a-intindue s'délaminter et li a dit, in l'orwettiant de l'tiête aux pieds :

"Te vas m'acouter, je n'sais pos si on n'a rien oblié mais te mettreos t'mareonne... te f'reos ein p'tit queop pus habillé".

Cha f'seot eine heure qu'Armand pourmeneot in leong calceon dins toutes les pièces de l'maseon.

A l'porte de l'pétite églisse, l'curé les attindeot ave ein infant d'choeur et s'bédeot. Valentine est intrée au bras de s'mopère et l'mamère a conduit à l'autel s'garcheon, Robert. A l'dernière guerre, l'orque aveot tant bin qu'mal résisté mais on saveot pos si ch'éteot li ou bin l'organisse qui éteot asteur usé. L'marche nuptiale elle a été massacrée ce qui n'a pos fait rire l'paufe curé. I-a ein annochint qui passeot pa là qui a pinsé que jeueot les "Rosses Blanques" d'Berthe Sylva. 

Ov'là l'momint suprême arrivé, vous l'avez tertous adveiné :

"Robert, voulez-vous printe pour épousse Valentine ichi présinte et pindant toute vo vie l'aider et l'aimer". 

Parlant in Latin, in Français ou in patois, on peut-dire qu'i-éteot trilingue l'Père François. 

Robert a orwettié eine dernière feos s'mopère et on a l'a à peine intindu dire "ahais'.

Quand i-seont sortis, l'vielle cloque elle a seonné, l'clothier i-a été tout ébranlé et les couleons se seont involés laichant eine carte de visite; au passache, su les mariés et leu suite.

Ch'est à pied qui seont partis à l'cinse des parints d'Robert pos bin leon de l'line du qu'min d'fier et comme l'passache à niveau i-éteot fermé, i-z'ont attindu que l'train à vapeur soiche passé. Comme i-éteot'ent les prumiers les mariés ont été tout infeumés et l'moneonque Achille, li, dins s'n'ouel, i-a ramassé eine riche escarbille.

Pindant c'temps-là, à l'cinse des parints d'Robert s'activeot'ent les quate ou chinq cuisinières. Elles éteot'ent tout in nache, cha f'seot treos jours qu'elles éteot'ent à l'ouvrache. Ch'est pa les larches tartes qu'elles aveot'ent comminché, des celles à l'crème, au risse, aux peommes ou bin ein Saint-Honoré et, su l'tape de l'cuisine, elles alleot'ent à l'grosse louque jusse pa d'zous ein rouléeau d'papier tue-mouques. Si d'aveot eine qui jamais s'décolleot, bé... ch'est dins l'pâte qu'elle caireot, si l'Afsca aveot d'jà existé, bé tout i-areot été rué. Après, elles aveot'ent fait l'bouilleon ave des carottes, des porieons, du céléri et des ogneons.

Tout i-éteot fin prêt, les invités pouveot'ent arriver. Au leon, on intindeot les rires et les cants des gins, on peut dire qu'i-aveot du lari su l'quémin. 

L'apéritif, l'bouilleon, les carottes ave l'bouli, l'poule au gras et les tartes, tout i-a été inglouti d'beon appétit.

L'vin et l'bière comminchant à faire effet, i-d'a que se seont mis à canter. En intonnant Valentine, Achille s'preneot pou Maurice Chevalier et ave s'cancheonne "Cousine", ein eaute moneonque i-a fait succès.

"Cousine, Cousine, vous v'nez tout dreot d'vo villache d'Havinnes, Cousine, Cousine, vous aviez du poil à vos babines...".

Quand Valentine sans s'ortourner a lanché l'jarretière de la mariée, ch'est ein vieux visin, Isidore qui l'a attrapée. "Mariache dins l'ainnée" tertous ont crié. Ahais, mais on oblions qu'Isidore, l'vieux célibataire, i-éteot presque... chintenaire.

Profitant d'eine danse, les jeones mariés ont dévolé et seont partis dins l'maseon qui aveot'ent louée. In arrivant, pou l'discrétieon ch'éteot raté, à l'porte eine cloque aveot été accrochée et l'lit, in portefuèle aveot été fait. On aveot même mis des cloquettes pa d'zous l'sommier et, pindant l'nuit, elles n'ont pos arrêté d'cliquer.

Au p'tit matin, i-aveot bin lommint que les deux amoureux éteot'ent dins les bras d'Morphée qu'on a serré les leumières, au départ du dernier invité, dins l'cinse à Robert. I-aveot eu ein tel tapache qu'on n'aveot pos bramint dormi dins l'ruache, au point qu'au matin, l'coq i-a hésité à faire s'n'ouvrache. A huit heures, ein infant a ortrouvé indormi, l'vieux moneonque Achille qui aveot bourlé dins ein fossé. 

L'lindi au matin, à l'gare de Tournai, nos deux jeones mariés dins un bus Georges de Péronnes i-ont imbarqués. Pou leu voyache de noce, Valentine et Robert seont partis passés eine sémaine à la mer. I seont déquindus "Chez Eugène", eine pinsieon d'famile tenue pa ein heomme originaire d'Kain, eine maseon qui éteot alors l'rindez-vous des Tournisiens. 


(lexique : mariache : mariage / villache : village / l'meos : le mois / l'garcheon : le garçon / ein cinsier : un fermier / eine jeone file : une jeune fille / comminché : commencé / l'saleon d'l'Aiwile : le salon de l'Aiguille (maison aujourd'hui disparue à Havinnes) / l'prumière : la première / tout seu : seul / s'mopère : son père / eine mamzelle : une demoiselle / l'ouel : l'oeil / bin seûr : bien sûr / les muchettes : les cachettes / eine baisse à bouquette : un baiser sur la bouche / jeué : joué / ainsin : ainsi / raviser : regarder / l'lind'min : le lendemain / l'Grand Qu'min : le Grand Chemin / acaté : acheté / l'gramère : la grand'mère / l'boudaine : le ventre / les camps : les champs / l'mamère : la mère / pasque : parce que / douch'mint : doucement / l'usache : l'usage / l'velle : la veille / tirer des campes : lancer de gros pétards / les mareonnes : les pantalons / l'rope blanque : la robe blanche / s'délaminter : se plaindre, se tourmenter / orwettier : regarder / acouter : écouter / ein p'tit queop : un petit coup, un peu / pourméner : promener / l'orque : l'orgue / asteur : maintenant /  l'paufe : le pauvre / l'annochint : l'innocent / adveiné : deviné / ahais : oui / l'clothier : le clocher / les couleons : les pigeons / laicher : laisser / leu : leur / l'cinse : la ferme / pos bin leon : pas bien loin / l'line de qu'min d'fier : la ligne de chemin de fer / soiche : soit / infeumé : enfumé / l'moneonque : l'oncle / eine riche : une fameuse / quate ou chinq : quatre ou cinq / in nache : en nage / à l'ouvrache : au travail / larches : larges / au risse : au riz / aux peommes : aux pommes / l'louque : la louche / pa d'zous : en dessous / tue-mouques : tue-mouches / caireot : tomberait / rué : jeté / des porieons : des poireaux / des ogneons : des oignons / au leon : au loin / du lari : du plaisir / l'bouli : le bouilli, le pot au feu / l'cancheonne : la chanson / les babines : les lèvres / lanché : lancé / ein visin : un voisin / tertous : tous / chintenaire : centenaire / dévoler : partir, s'éclipser / eine cloque : une cloche / in portefuèle : en portefeuille / les cloquettes : les clochettes / cliquer : tinter / lommint : longtemps / les leumières : les lumières / l'tapache : le chahut, le boucan / bramint : beaucoup / l'ruache : (populairement le quartier) bourlé : tombé /  / déquindus : descendus).

(S.T. août 2013).    

 

 

17:12 Écrit par l'Optimiste dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : tournai, patois, picard |

14 août
2013

16:43

Tournai : l'année 2007 sous la loupe (1)

L'année 2007, voici six à peine ou... six ans déjà. Notre mémoire a probablement retenu certains faits et en a oublié d'autres. A la lecture de la rétrospective, on se dit : "il y a déjà si longtemps !" ou bien "tiens, je pensais que c'était plus vieux !". Retenir dates et faits n'est pas donné à chacun d'entre nous, aussi cette rubrique "Tournai, l'année 2007 sous la loupe" va apporter les précisions nécessaires. Il s'agit d'une sélection d'événements heureux ou malheureux qui ont fait l'actualité de la cité des cinq clochers au cours de ces douze mois. Le choix est subjectif et les faits les plus douloureux ont été volontairement omis pour ne pas réveiller une douleur chez leurs acteurs ou victimes.

2007, une année qui a vu, au niveau international, l'entrée de la Bulgarie et de la Roumanie dans l'Union européenne en date du 1er janvier, l'élection de Nicolas Sarkozy à la Présidence de la République française, le 6 mai et la mort, dans un attentat, de Bénazir Bhutto, au Pakistan, le 27 décembre à quelques jours des élections.

2007 a aussi connu son lot de décès : celui de l'abbé Pierre (le 22 janvier), de la résistante française Lucie Aubracq (le 14 février), du jeune chanteur Grégory Lemarchal (le 30 avril), du comédien Michel Serrault (le 29 juillet), et du maître de ballet, Maurice Béjart (le 22 novembre)...

2007, en Belgique, fut une année d'élections législatives fédérales. Au soir du 10 juin, on constate un recul du parti libéral flamand de Guy Verhofstadt, du parti socialiste et une avancée d'Ecolo et du Vlaamse Belang. Ce sera aussi l'entrée en vigueur de la loi sur l'interdiction de fumer dans l'Horéca, le drame de Nivelles où une mère poignarde ses cinq enfants ou, plus près de nous,  l'affaire de l'Excelsior de Mouscron.

Comme toujours, heurts et malheurs composent l'actualité de la cité des cinq clochers.

Janvier.

Au 1er janvier 2007, on apprend que Tournai comptait 67.598 habitants au 1er juillet 2006, soit une très faible augmentation de 45 unités par rapport à la même date, l'année précédente.

Pluie et vent sont au rendez-vous de la nuit de la Saint Sylvestre, les pompiers sont appelés à effectuer de nombreuses sorties pour des câbles électriques détachés, des panneaux publicitaires abattus, des branches d'arbres jonchant les chaussées.

En ce début d'année, "les Polaris" sortent leur second DVD en concert live, la captation a été réalisée par un spécialiste en la matière, Pascal Dauvillée qui oeuvre également au sein de No Télé. Par la suite, Christian Croain, le chanteur du groupe, lancera également le groupe "Jolie Fille". 

Le 14 janvier, la plantureuse victoire obtenue par le Football Club de Tournai à Maldegem sur le score de 2-5, conjuguée à la défaite du leader Wetteren sur le score de 2-3 face à Willebroeck permet aux Tournaisiens de reprendre la tête de la Division 3 nationale avec 36 points pour 34 à leurs rivaux et 30 à Diegem. 

A la mi-janvier, dans le populaire quartier du Maroc, on évoque la probable construction d'un centre culturel et social pour les musulmans du Tournaisis. La mosquée devrait être construite sur un terrain, propriété de l'institut des Marronniers, le long de la rue Général Piron. Une pétition forte de plusieurs centaines de signature sera remise à l'administration communale qui mettra fin au projet et recherchera un nouveau lieu d'implantation pour le culte musulman. 

La presse signale, le 16 janvier, que la future liaison Seine-Nord constituera bel et bien une menace pour le Tournaisis si les mandataires régionaux restent absents du projet. Celui-ci impliquerait le passage de péniche de 2 à 3.000 tonnes et nécessiterait l’aménagement de divers obstacles à la navigation : l'écluse de Kain et le Pont des Trous. Bizarrement,  à ce moment, on n'évoque nullement le redressement de la courbe du fleuve dans la traversée de Tournai et la modification du Pont à Pont. Est-ce une façon de préparer le Tournaisien en douceur, une volonté de ne pas le heurter ? 

Le 18 janvier, la météo se déchaîne, la Belgique n'a plus connu une aussi violente tempête depuis l'année 2002. Elle a fait deux morts : une septuagénaire dans la région hutoise et une adolescente à Hal. Notre région n'est pas épargnée, à Tournai, le hall Tournai-Expo, le musée de la porcelaine et celui des Beaux-Arts, l'école du Chemin d'Ere et celle de la Porte de Lille, l'établissement de défense sociale, l'école et la crèche de Warchin... comptent au nombre des bâtiments ayant subi le plus de dégâts. 

Evénement extraordinaire, en ce dernier week-end de janvier en l'église Saint-Paul. La chorale "A travers Chants" dirigée par Michel Jakobiec a souhaité célébrer par un grand concert la clôture de l'année Mozart. Pour la circonstance, les choristes tournaisiens sont accompagnés par l'orchestre "Les Symphonistes européens" et renforcés par "Akwaba", une chorale universitaire de Valenciennes et les chœurs de "Musique en Andrésis". Plus de 200 exécutants sont ainsi rassemblés sur la scène improvisée tandis que près de 1.000 spectateurs ont pris place sur les chaises et les bancs ne pouvant même pas bouger un petit doigt, ce qui ne les empêchera pas d'applaudir longuement cette parfaite prestation. 

Février.

Le 1er février, la salle Jean Noté de la Maison de la Culture accueille le spectacle "Sois Belge et tais-toi" présenté par la Compagnie Victor, à l'invitation du Lion's Club les Templiers.

Le samedi 3 février, Bruno Delmotte est l'invité de la soirée des Insolents en la salle La Fenêtre. L'auteur patoisant et défenseur de notre langue picarde a plus d'un tour dans son sac pour faire rire une salle une nouvelle fois pleine à craquer !

En ce début du mois de février, on commence à beaucoup parler de la gestion de la régie autonome du stade communal Luc Varenne. Les administrateurs sont las du manque de transparence qui y règne. Tarek Bouziane est désigné pour reprendre la fonction d'administrateur délégué. 

Le conseil communal approuve la mise au gabarit de 3.000 tonnes pour l'Escaut. Ceci équivaut à la démolition totale des arches du Pont des Trous ou au creusement d'un contournement, une solution qui coûtera quatre fois plus cher. 

Une société flamande présente un projet d'ouverture d'un hôtel "trois étoiles" de 80 chambres dans le centre-ville. Rapidement, on évoque l'emplacement de l'hôtel des anciens prêtres. 

Mars.

Au début de ce mois, "La Piste aux Espoirs" fête ses vingt ans. Le festival international de cirque amateur connaît une fois encore un énorme succès de foule.

En tête depuis la mi-janvier, le Football Club Tournai, défait le dimanche 11 mars par Torhout (1-2), se fait rattraper par Diegem, les deux clubs totalisent 48 points pour 42 à Geel.

Le lundi 12 mars, un incendie éclate, vers 18h, dans le magasin de confection Line, à la rue de Courtrai. Le feu a pris naissance dans le plafond de la vitrine heureusement séparée du reste du magasin, ce qui limite les dégâts.

Le mardi 13 mars, la princesse Mathilde visite "Lire et Ecrire", au quai Andréï Sakaharov. Dans le Tournaisis, 250 à 300 personnes participent régulièrement à des formations dans les différentes structures mises en place. Son arrivée est saluée par des classes de deux écoles du quartier, l'école Saint-André et l'école du Château.

Les 16 et 17 mars, Tournai vit à l'heure de son carnaval. La cuvée 2007 est une nouvelle fois un succès, pour une fois les chiffres publiés par les organisateurs sont identiques à ceux de la police (c'est tellement rare que cela mérite d'être signalé!) : plusieurs milliers de personnes ont envahi les rues de la ville. Sur le thème "A chacun son paradis", les forces du Bien et du Mal ont rivalisé au cours d'une nuit d'enfer, le vendredi soir, tandis que le samedi les "carnavaleux" avaient une nouvelle fois participé à ce grand rassemblement festif annuel. 

Le dimanche 25 mars, les mélomanes sont conviés à un spectacle extraordinaire, le "Tokyo String quartet et ses Stradivarius" est en concert en la Halle-aux-Draps dans des œuvres de Haydn, Toshio Hosokawa et Beethoven.  

En cette fin de mois de mars se termine le procès des auteurs du violent braquage de la banque Dexia de la rue Royale. Le tireur est condamné à neuf ans fermes, les deux autres braqueurs à 7 ans, le complice au sein de l’organisme financier à cinq ans dont quatre avec sursis. Ce hold-up avait été un des plus violents perpétrés à Tournai depuis celui réalisé par la bande d'Haemers à la rue Saint-Eleuthère.

(à suivre)

(sources : le Courrier de l'Escaut de l'année 2007 et autres articles de presse)

S.T. août 2013.

 

12 août
2013

09:09

Tournai : les rencontres inattendues 2013.

Il n'est pas une semaine durant la période des vacances sans que ne soit organisé un festival rassemblant des milliers de spectateurs autour d'un podium sur lequel se succèdent chanteurs et groupes populaires, c'est vrai à Floreffe, Deurne, Bruxelles mais aussi à Obigies ou à Péruwelz. 

A l'ombre des cinq clochers, les lumières se sont éteintes sur "Tournai Enchanté" du 21 juillet qui amena Herbert Léonard ou sur le "Tempo Festival" qui fut l'occasion de voir (ou de revoir) Pascal Obispo, Quentin Mossiman, Roger Hodgson ou Abbey Road. A Ere, aux portes de Tournai, "Les Gens d'Ere" ont remisé, jusqu'à l'année prochaine, leur chapiteau qui a permis de rencontrer la Bande à Basile, le groupe Goldmen et Plastic Bertrand...

A la fin du mois d'août, place cette fois à un festival culturel, c'est, en effet, à un autre type d'événement que les Tournaisiens et leurs visiteurs sont conviés : "Les Rencontres Inattendues" ou l'art d'allier la philosophie et la musique dans un décor somptueux, au coeur d'un patrimoine exceptionnel.

En 2012, lors de la première édition parrainée par le philosophe Michel Serre, les organisateurs partaient dans l'inconnu. Ils ne savaient comment serait appréhendée cette formule inédite et le succès fut inespéré, trois journées rassemblèrent la foule autour de Jordi Savall, Luc Ferry, la comédienne Marie-Chistine Barrault, le pianiste Karol Beffa, Michel Serre... et, apportant une touche marocaine à l'événement, la parade Daqqa de Marrakech.

Forts de ce succès, les organisateurs proposent la seconde édition du festival, les 30, 31 août et 1er septembre prochain. Celle-ci est riche de pas moins de vingt-trois spectacles concerts, débats, lectures où les philosophes, comédiens, musiciens, metteurs en scène se rencontrent dans des lieux patrimoniaux scénographiés.

L'ouverture du festival aura lieu le vendredi 30 août à 19h30 sur la place de l'Evêché. Ensuite, à 21h, la cathédrale Notre-Dame accueillera la création du spectacle "Al Manara", une rencontre entre musique palestinienne et occidentale sous le regard du philosophe Edgar Morin et à 23h, l'Office du Tourisme servira de cadre au ciné-concert "La Divine". Karol Beffa revient à Tournai, le pianiste-philosophe accompagne et commente le film muet chinois de Wu Yonggang réalisé en 1934.

Le samedi 31 août, dès 9h, un café-croissant-philo attendra les festivaliers sur la place de l'Evêché sur le thème "Faut-il enseigner la philo à l'école ?", un carrefour animé par Frank Pierobon, philosophe, homme de théâtre et enseignant. A 10h30, dans la cour de l'Evêché voisine, une rencontre intitulée "Pour une autre voie" rassemblera le public autour d'Egar Morin, philosophe, Ramzi Aburedwam, compositeur et violoniste, le Tournaisien Eloi Baudimont, compositeur et pianiste, Martin Legros, le modérateur.

Dans les jardins de l'Evêché, à 12 h et 15h, "Soyons philosophes" prouvera que philosophes et musiciens ne manquent pas d'humour. L'humoriste local, internationalement connu, Bruno Coppens initiera les spectateurs à la pensée inattendue sur un musique d'Eric Satie. Il sera entouré de Frank Pierobon, philosophe, Aveline Monnoyer, mezzo-soprano, Philippe Gérard et Julie Delbart, pianistes et Patricia Houyoux, récitante. 

Le Festival de Wallonie-Hainaut collabore à ces journées et propose à 14h, dans la cour de l'Evêché, "Schumann, le rêve et la douleur" ou la rencontre d'un écrivain psychanalyste, Michel Schneider, et d'une pianiste de tempérament, Dina Ciorcalie. "Ce que les hommes ne peuvent me donner, la musique me le donne, tous les hauts sentiments que je ne puis traduire, le piano les dit pour moi" déclarait le grand compositeur. 

Cette rencontre sera suivie à 16h, à la salle des Choraux, toujours avec en collaboration avec le Festival de Wallonie-Bruxelles, d'un voyage musical au pays des contes à déguster en famille "Petit Poucet, la Belle, la Bête et Cie : Il était une fois..." avec Marie-Laure Gérard-Tiberghien, narratrice, Marie Hallynck, violoncelliste, Muhiddin Dürrüoglu, pianiste et arrangeur musical, Cédric Tiberghien, pianiste, Sybille Wilson pour la mise en scène et Floriane Devigne, réalisatrice du film. 

A la même heure, dans la cour de l'Evêché, un grand débat réunira les philosophes Jacques Taminiaux, Guy Haarscher et Martine Leibovici autour du thème " D'où vient le mal ? L'Hypothèse Hanna Arendt".. A noter que pour prolonger celui-ci, le film "Hanna Harendt" de Margarethe Von Trotta sera projeté du mercredi 28 août au mardi 3 septembre, chaque soir à 20h, au cinéma Imagix dans le cadre des séances d'Art&Essai.

A 18h, en la Halle-aux-Draps, également avec la collaboration du Festival Wallonie-Bruxelles, on pourra assister à la création de "L'Art, l'Amour, la Mort" de Michel Serre qui sera entouré de Béatrice Uria Monzon, mezzo-soprano et de Jean Marc Bouget, pianiste.

A 20h, en la cathédrale Notre-Dame, création de "L'âme du temps" ou quand la musique sacrée rencontre l'esprit du jazz, un spectacle qui réunira le philosophe Bernard Stiegler, le saxophoniste et clarinettiste, Raphaël Imbert, le pianiste Karol Beffa, l'organiste André Rossi, le violoniste alto Arnaud Thorette, le contrebassiste Pierre Fenichel, la chanteuse Marion Rampal, aux claviers, Johan Farjot et au logiciel Omax, Benjamin Levy.

La journée bien remplie du samedi se terminera à 23h, sur la place de l'Evêché, une philosophe se dédoublera en chanteuse pop dans "La pop music est-elle un sujet philosophique ?" avec Agnès Gayraud, philosophe, chanteuse et guitariste électrique, Xavier Thiry aux synthés et Sébastien Dousson à la basse.

La dernière journée du festival, le dimanche 1er septembre, débutera à 9h, en la Halle-aux-Draps, par un café-croissant-philo intitulé "Petite Poucette", un nouveau monde en train d'apparaître avec Michel Serre, un débat avec le public sur le thème de la jeune génération et les nouvelles technologies.

A 10h30, dans la cour de l'Evêché, "la vie est une géniale improvisation" une lecture musicale interprétée par Bruno Abraham-Kremer, comédien,  Karol Beffa, pianiste, d'après une correspondance de Vladimir Jankélévitch.

A 12h, présentation et expérimentation, au Conservatoire de Musique, du logiciel OMax avec Benjamin Levy (chercheur à l'IRCAM), pilote OMax qui récupèrera et rejouera les propositions musicales faites par Karol Beffa, pianiste et Raphaël Imbert, saxophoniste.

A 12h30, dans les jardins de l'Evêché, un "grand pique-nique philo-musical" en présence de Bruno Coppens et des philosophes et musiciens participants aux Rencontres Inattendues.

A 14h et 17h, en la salle des Choraux, présentation d'un spectacle familial, dès 4 ans, intitulé "Comment moi je ?", pied de nez philosophique, avec la Cie Tourneboulé, à ceux qui pensent encore que les enfants ne savent pas réfléchir.

A 15h, Halle-aux-Draps, "Rire fait penser", un spectacle auquel participera l'humoriste Philippe Gelück, le philospohe-journaliste Frédéric Pagès, Karol Beffa et Raphaël Imbert.

A 16h, en la cathédrale Notre-Dame, en partenariat avec MusiCa, "Orchestre et orgue en dialogue" par l'Orchestre Royal de Chambre de Wallonie, Etienne Walhain, organiste de la cathédale et Jean Pierre Mondet, philosophe dans des œuvres de Bach, Haendel et Mozart.

A 18h, dans la cour de l'Evêché, "Sacré Sacre" ou une visite du Sacre du Printemps d'Igor Stravinsky avec Alexander Gurning et Eugène Galand au piano, Pierre Quiriny et Gabriel Laufer aux percussions et les philosophes Pascal Chabot et Frank Pierobon.

Le deuxième festival " Les Rencontres Inattendues" se clôturera, à 20h, là où il a débuté, sur la place de l'Evêché avec Xavier Sourdeau, le magicien de l'improbable.  

Un détail d'importance la billetterie en ligne se fait auprès de :

http://billetterie.maisonculturetournai.com. ou au 32 (0) 69 25 30 80.

Il existe une formule d'abonnement à partir de cinq spectacles.

(S.T. août 2013) 

 



09 août
2013

18:08

Tournai :expressions tournaisiennes (236)

Les gins seont méchants. 

L'histoire que j'vas aujord'hui vous raqueonter, elle s'a passée i-a eine chinquantaine d'ainnées.

Dins l'vieux quartier Sainte-Magritte, tout l'meonte conniseot bin Victor (préneom d'emprunt comme on mettreot asteur dins l'gazette pasqu'on n'peut pus deonner l'identité des gins d'puis Mossieu Franchimont i-a dit : "on va ainsin protéger les victimes mais... du queop, pa l'même occasieon, aussi les ceusses qui feont l'mal).

Victor, ch'éteot ein m'nusier-carpintier et tous les matins, on l'veyeot partir ave s'sac à deos dins l'quel i-transporteot ses otieus. I-éteot toudis bénaisse, i-n'éteot jamais malate, i-ouvreot six jours pa sémaine et pindant les vacances quand on resteot ein peu pus lommint à no lit, i-nous éveilleot in chifflant des airs de Luis Mariano ou bin Tino Rossi. 

Les infants du quartier l'aimeot'ent bin, l'brafe Victor. Ave s'beonne tiête aux bajotes bin rouches, s'tignasse et s'barpe blanquies pa les ans, ses is qui refléteot'ent l'bonté, ch'éteot comme ein Père Noël qu'on rincontrereot tous les jours de l'ainnée. Souvint, pa l'porte ouverte de s'n'atelier, on l'raviseot ouvrer, quand Victor l'copeot, on sinteot meonter l'beonne naque du beos, on veyeot les copeaux jaillir des planques quand i-les scieot, on éteot tout ébeubis de l'vir infoncher des cléos sans jamais taper ave s'martieau su ses deogts. Dins ses moumints là, s'cancheonne préférée ch'éteot Marinella.

Inter nous, on s'diseot que si ein jour i-areot taper su ses deogts, i-areot bin fini pa canter "l'Belle de Cadix de Luis Mariano. "

Bin seûr, vous comperdez, mes gins, pourquoi on diseot cha ? Neon... allez busiez bin ? Toudis pos, cha n'vient pos... bé pasque l'orfrain i-f'seot ainsin : "Tchic à tchic à tchic... aie aie aie". 

On éteot eine bande d' petites rosses, j'vous l'ai d'jà dit !

I-porteot ses planques ou l'meublier ave eine carrette à bras jusqu'au chantier. I-falleot intinte l'boucan que chaf'seot quand su les pavés, l'carrette elle orbondisseot. 

Comme i-éteot toudis à l'heure, m'mamère saveot in intindant l'vacarme qu'i-éteot jusse passé siept heures. 

Victor viveot tout seu. Si i-diseot toudis bin bonjour aux gins, on n'aveot jamais vu perseonne rintrer à s'maseon. Eine feos qu'i-aveot oblié d'serrer s'porte, on aveot vu un couloir bin prope et bin chiré ave ein carrelache luisant comme eine patinoire. 

A dix-siept ans, en mille nuef chint quinze, i-est parti à la guerre, i-a resté chinq leonques ainnées dins les tranchées d'l'Yser et à vingt-deux ans, dins l'affaire familale, i-a orpris l'successieon de s'mopère qui aveot perdu s'feimme, morte d'ein orfroidiss'mint comme a toudis dit m'mamère. Pindant chinq ans, i-a pu bénéficier des consels et d'l'eximpe du ceu qui aveot feonder l'interprisse. Et après, i-a volé d'ses propes ailes.

L'saim'di au soir, i-alleot dins l'rue Saint-Martin boire eine pinte "A l'déquinte de l'Hôtel de Ville", ein café tenu pa Victor Dubois ou acore chez Emile et Madeleine Jacquerie, "Au café de Foy". Tirant su s'touquette, sans dire ein meot, i-resteot ainsin eine ou deux heures, à orwettier les joueus d'fier, assis pa d'vant s'verre de bière.

L'été, i-alleot su l'plaine et i-parleot des heures ave l'berger qui y pourmeneot ses mouteons. On s'a toudis d'minder quoisqu'un m'nusier pouveot bin raqueonter avec ein heomme qui f'seot l'tour de l'plaine deux feos su eine journée. 

Ein bieau matin de juillet ou bin d'août... infin à l'belle saiseon, on a vu eine camionnette d'police arrêtée pa d'vant s'maseon. On intindeot les gins qui parleot'ent à voix basse, on moutreot s'maseon du deogt, l'vielle feimme feseot même l'signe de creox. Eine ambulance est arrivée, tout douch'mint, sans faire aller s'sirène. Les infirmiers sont intrés et... su eine civière on l'a imbarqué. 

On a dit qu'au petit matin, Victor s'éteot incourru, tout nu, dins l'rue. A partir de c'jour là, on l'a pus jamais vu. On diseot dins l'quartier qu'i-aveot eu eine queop d'caleur, que l'bière de l'velle au soir li aveot deonner des vapeurs, à l'feos, i-d'aveot ein, ein peu pus compatissant, qui diseot quand même que ch'éteot ein grand malheur. Beauqueop simbleot'ent avoir oblié tout l'ouvrache qu'i-aveot fait, les queops d'main qu'i-aveot souvint deonnés, Victor éteot dev'nu ein sujet d'moquerie, je n'pouveos pos accepter qu'on parleot ainsin d'li.  

Aujord'hui acore, quand j'intinds ein ouverrier chiffler su l'toit d'eine maseon, j'pinse au temps où j'éteos ein p'tit garcheon, j'orvois l'visache tout contint d'Victor et j'me dis que l'paufe i-a bin lommint qui deot ête mort. Vous l'avez d'jà intindu, on dit, à l'feos, que l'vie est cruelle, mi, j'pinse surtout que ch'est à causse des gins qu'elle n'est pos toudis belle !

(lexique : raqueonter : raconter / chinquantaine : cinquantaine / Sainte-Magritte : Sainte-Marguerite / tout l'meonte : tout le monde / asteur : maintenant / l'gazette : le journal, le quotidien / du queop : du coup / les ceusses : ceux / ein m'nusier-carpintier : un menuisier-charpentier / ses otieus : ses outils / bénaisse : heureux, content / ouvrer : travailler / lommint : longtemps / chiffler : siffler / les bajotes : les joues / rouches : rouges / s'tignasse : sa chevelure / s'barpe : sa barbe / blanquie : blanchie / raviser : regarder / coper : couper / l'naque : l'odeur / les planques : les planches / ébeubis : ici dans le sens d'admiratifs / l'vir : le voir / infoncher : enfoncer / ein cleo : un clou / les deogts : les doigts / les moumints : les moments / l'cancheonne : la chanson / inter nous : entre nous / canter : chanter / bin seûr : bien sûr / vous comperdez; vous comprenez / busier : songer, réfléchir / l'orfrain : le refrain / l'meublier : le mobilier, les meubles / eine carrette : une charrette / jusse : juste / tout seu : seul / serrer : fermer : chiré : ciré / leonques : longues / s'mopère : son père / ein orfroidiss'mint : un refroidissement / m'mamère : ma mère / les consels (on prononce souvent cansels) : les conseils / l'eximpe : l'exemple / du ceu : de celui / l'interprisse : l'entreprise / à l'déquinte : à la descente de l'Hôtel de Ville, café situé face à l'enclos Saint-Martin / l'touquettte : la pipe / ein meot : un mot / orwettier : autre terme pour regarder / les joueus d'fier : joueurs de fer, jeu typiquement tournaisien / pourméner : promener / infin : enfin / moutrer : montrer / douch'mint : doucement / ein queop d'caleur : un coup de chaleur / l'velle : la veille / à l'feos : parfois / beauqueop : beaucoup / oblié : oublié / l'ouvrache : le travail / ainsin : ainsi / ein ouverrier : un ouvier / l'visache : le visage / l'paufe : le pauvre / mi : moi).

(S.T. juillet 2013).          


18:08 Écrit par l'Optimiste dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : tournai, patois, picard |