31 août
2013

Tournai : expressions tournaisiennes (239)

Amoureux de l'lanque de nos parints !

Quand j'ai qu'minché ceulle rubrique des "expressieons tournisiennes", j'pinseos, au feond d'mi-même, in écrire eine pétite chintaine et nous ov'là à deux chint trinte-nuef luméreos, j'espère que pou vous ch'n'est pos ein p'tit queop d'treop. 

Ainsin, j'ai bin du plaisi de vous présinter, chaque sémaine, l'lanque qu'on parleot tertous à Tournai, dins l'temps, au soir, à l'écrienne.

Aujourd'hui, jusse avant d'commincher m'billet, j'voudreos rinte ein hommache à René Godet. Ch'éteot m'maîte, m'comarate, m'n'amisse, on parleot toudis à deux dins l'lanque de "Titisse". Quand i-a deux ans, René i-est parti au paradis des cancheonniers, j'vous l'avoue, j'ai bin cru, ein momint, que j'alleos arrêter. J'ai alors orchu des messaches et des commintaires qui v'neot'ent, ch'est bin vrai, de l'tierre intière, des Tournisiens du Midi de la France, des ortraités toudis in vacances, des gins de l'cité des cheonq clotiers qui seont partis bin leon pou ouvrer, j'in ai orchu des meots du Canada et d'Bougogne, mais aussi d'Ingleterre et d'Carcassonne. A chaque feos que je m'mets pa d'vant l'clavier, j'ai l'raminvrance du ceu qui éteot teinturier et j'l'intinds qui m'dit :"allez, si te n'as pos fort invie fais le au moinse pour mi".   

Bin seûr, quand j'écris, j'n'ai aucune prétintieon, je n'fais pos partie du Cabaret Walleon, eusses ce seont des grands espécialisses et mi je n'sus que l' pétit Optimisse, aussi j'reste toudis bin modeste pasque j'n'présinte pos d'lettes de noblesse.

J'n'ai jamais attindu l'fin de l'sémaine pou ortrouver mes racheines, j'éteos bin malhureux quand j'éteos à l'école primaire, là-va, on n'pouveot parler que dins l'lanque de Voltaire, dins l'classe, si dins no patois, on s'metteot à babiéler, on éteot considéré comme des vulgaires ou bin des grossiers. Hureus'mint, quand j'ai comminché à ouvrer ch'est ave Marcel Roland, l'Nénesse du Cabaret, l'vrai, que je m'sus ortrouvé. Pou l'fotbal, j'ai t'nu l'gazette de l'Unieon et j'aveos Pascal Winberg ave mi au comité d'rédactieon. Quand j'ai eu six ans, m'gramère elle m'a emmenée à l'Orvue, cha m'a tell'mint plus que d'puis j'les ai toutes vues. J'ai aussi été ein abonné de l'gazette  "Les Infants d'Tournai". Comme vous l'veyez, mes gins, l'patois tournisien, j'sus d'puis bin lommint cait d'dins, comme Obélix, l'gaulois sympathique, dins l'cuve de potieon magique. 

Ch'est pourquoi j'aime acore acouté, tous les lindis au soir, su Vivacité Annie Rak, qui pindant deux heures, no patois, elle l'ormet à l'honneur et Bruno Delmotte i-traduit dins no langache, d'puis quelques ainnées, bramint d'ouvraches. : "Martine à la ferme" de Marcel Marlier est dev'nu "Martine à la cinse" et, grâce à li, no Tintin, asteur, du rouche Rackham, i-cache après l'trésor ou bin i-queurre après l'voleu des "Pinderleots de l'Castafiore"

No patois, ch'est l'couvreu qui cante tout in heaut d'ein toit, ch'est l'infant d'Carbonnelle qui rambuque quand on li ormeonte les bertielles, ch'est, dins l'rue, l'feimme d'ouvrache qui berle quand on n'respecte pos s'nettiache, ch'est l'babénache du quervassin qui n'ortruèfe pus s'quémin, ch'est l'cri du supporter qui dit, fin bénaisse : "cha i-est, infin, i-est caisse". No patois, comme ein osieau sortant de s'cache s'invole d'toutes les maseons quand les ferniêtes restent ouvertes à l'belle saiseon. No patois, ch'est les cancheonnes qu'on intind dins les rulettes, pindant l'été ou bin aux jours de fiêtes. No patois, ch'est l'lanque qui unit les gins qui moute à tertous qu'on est Tournisien.

Pindant des ainnées, no lanque a été douch'mint façonnée pa les Espagnols, les Inglais, les Français et les Hollandais, elle a fait s'berche dins les quartiers qu'habiteot'ent l'p'tites gins ou les ouverriers. No patois a été canté pa Wattiez et Prayez, i-a été codifié pa Lucien Jardez. No patois est leon d'ête mort et vivra toudis tant qu'on ara, l'Bistreot et l'Royale Compagnie et que dire alors des babillartes de nos Fichelles Picartes. Vous êtes des chintaines tous les saim'dis à lire ce que j'ai écrit, cha m'incourage, cha m'deonne du coeur à l'ouvrache. Ch'est pos toudis parfait, ch'est vrai et je l'sais, cha n'mérite pétête pos ein prix au concours Prayez, mais, ch'est pou mi, ein p'tit moumint d'pur bonheur que j'rédiche toudis ave m'coeur.  

Ahais, mes gins, j'ai bin pinsé arrêter mais ch'areot été trahir no Tournai, tant qu'i-ara eine perseonne pou m'lire, sachez bin que j'continuerai à écrire.    

 

(lexique : qu'minché : commencé / eine chintaine : une centaine / luméreos : numéros / ein queop : un coup / l'lanque : la langue / tertous : tous / à l'écrienne : à la veillée, à la tombée du soir, entre chien et loup / jusse : juste / commincher : commencer (autre mot) / rinte : rendre / m'n'amisse : mon ami / cancheonnier : chansonnier / orchu : reçu / des ortraités : des retraités/ les cheonq clotiers : les cinq clochers / leon : loin / ouvrer : travailler / des meots : des mots / pa d'vant : devant / l'raminvrance : la souvenance, le souvenir / au moinse : au moins / bin  seûr : bien sûr / des lettes : des lettres / les racheines : les racines / babiéler : bavarder / m'gramère : ma grand-mère / lommint : longtemps / acouté : écouté / les lindis : les lundis / ormette : remettre / l'langache : le langage / bramint : beaucoup / rouche : rouge / cacher après : chercher / queurir : courir / l'couvreu : le couvreur / canter : chanter / rambuquer : mener grand tapage / ormeonter : remonter : les bertielles : les bretelles / berler : crier / l'nettiache : le nettoyage / l'babénache : le bavardage / ein quervassin : un ivrogne / l'quémin : le chemin / bénaisse : content, satisfait / "i-est caisse" : "c'est goal" (expressions souvent entendu sur les terrains du football tournaisiens au moment où un but est marqué) / ein osieau : un oiseau / l'cache : la cage / les maseons : les maisons / les ferniêtes : les fenêtres / les cancheonnes : les chansons / les rulettes : les ruelles / les fiêtes : les fêtes / moutrer : montrer / l'berche : le berceau / les ouverriers : les ouvriers / les babillartes : les lettres / pétête : peut-être / l'moumint : le momint / ahais : oui)

S.T. août 2013.     

 

09:18 Écrit par l'Optimiste dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (4) | Tags : tournai, patois, picard |

Commentaires

Bonjour Serge,
Je ne te dis qu' ... non ! ... ne t'écris qu'un mot : " M E R C I ! "
--- Amicalement. - Jacques du 66.RP

Écrit par : jacques DE CEUNINCK | 31/08/2013

Répondre à ce commentaire

De textes savoureux en patois en textes contenant les infos sur Tournai et Tournaisien(ne)s, ça me ferait plaisir de recevoir régulièrement des nouvelles de l'optimiste. Merci d'avance!

Écrit par : Kathleen Six | 08/09/2013

Répondre à ce commentaire

Qué plaisi d'lir' vos pasquilles! Cha pousse d's eaut's à printe l'pleume.

Écrit par : Platevoet Gérard | 08/09/2013

Répondre à ce commentaire

Je vous remercie pour ces petits mots avec deux amis de l'atelier théâtre nous faisons des lectures vivantes dans les maisons de repos , et je termine sur une petite lecture en patois , les résidents aiment beaucoup , je suis toujours en recherche de nouveaux textes , amicalement Monique

Écrit par : Beerens Monique | 08/09/2013

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.