23 août
2013

Tournai : expressions tournaisiennes (238)

A l'feos on s'deminde dins queu meonte on vit !

Ov'là acore eine sémaine qui est oute, à m'mote que l'tierre elle tourne d'pus in pus vite et on a pus assez d'nos journées pou réaliser tout c'qu'on a invie d'faire. 

Ainsin, j'ai décidé d'mette eine couche d'protectieon su mes cassis. I-feaut faire cha au matin, à l'fraîque, mais l'solel i-arrife bin treop vite et à dix heures j'deos arrêter d'ouvrer. M'feimme, elle m'a dit :

"Bé... i-va t'falloir eine éternité pou peinte l'porte et les cassis, l'feos qui vient te comminch'ras au momint de l'fiête des mamères pou ête seûr d'avoir fini pou l'hivier".

Mi j'ai appris à ouvrer à l'tournisienne, ch'est-à-dire que l'chantier i-dure lommint comme à l'avenue d'Troyes (ein an pou repaver deux chints mètes) ou comme dins l'quartier cathédral (treos ans que ch'est comminché sans qu'on in veot l'bout) !

Dins l'avenue de Troyes, inter l'incien casino et l'gardin d'la Reine, l'chantier pou les arrêts d'bus deveot durer in tout et pour tout siept à huit s'maines. Les travéeaux ont comminché l'huit du meos d'octope... in 2012 et ch'est toudis pos fini. Deux chints mètes in ein an, i-n'a pos qu'à Namur qui seont lents. D'abord, in ouvrant l'rue, on est cait su ein riche touillache, i-a fallu ormette d'l'ordre dins tout l'câblache et pou ti avoir Ores, Belgacom et la SWDE, in suivant, su l'terrain, ch'est comme croire au Père Noël in plein meos d'juin. Puis, i-a eu l'freod des meos d'janvier et d'féverrier, l'chantier i-est resté à l'arrêt, on a pus vu d'ouverriers. Su le site internet de l'Police, in mai, on a noté que l'chantier s'reot terminé pou les congés. Les congés seont passés et on n'a pos vu ein seul ouverrier. Dins l'gazette de l'semaine passée, on a écrit que cha alleot orcomminché, qu'on alleot mette les "bouchées doubles" pou bin vite terminer. Ahais, d'puis lindi, l'rue est asteur barrée mais d'puis quate jours i-a presque rien qui a bougé, à part eine grue qui fait des treos. Ch'est sans doute eine séquoi d'nouvieau, l'Tec qui nous mène in batieau

Quand j'ai fini m'n'ouvrache, j'vas pourméner ou bin j'lis l'gazette et là j'in veos des vertes et des pos mûres. 

Si vous passez dins l'rue des Cap'liers, i-a des greos ingins qui creuse'tent des treos d'eine façate à eine eaute. Bien sêur, i-ont mis eine barrière au mitan de l'rue ave l'mintieon : "interdiction de circuler sur le chantier" (ch'est normal ch'est pou l'sécurité) et jusse pa d'zous : "commerces ouverts et accessibles", mais i-n'seont pos ouverts in soirée. J'areos voulu aller acater eine pizza au nouvieau resto qui s'a ouvert, m'feimme elle m'a dit : 

"Neon, neon, pou mi, t'es seot, si l'bulldozer i-passe, te vas ête ichi raplati comme eine crêpe !"

Du queop, j'irai acater eine pizza quand les travéeaux i-s'reont finis, si l'resto i-n'est pos serré faute d'clients.

Ch'est comme dins l'gazette, j'ai li qu'ein chef japonais i-aveot tué s'feimme et i-l'aveot copé ein p'tits morcieaux. I-les a écoulés, pindant huit jours, dins l'viante qui serveot à ses clients. Si l'feimme éteot diabétique, i-l'aveot seûrmint servi à l'sauce aigre-douce.

D'puis, mi, je n'sus pus à m'n'aisse quand j'rinte dins ein restaurant, j'deminde toudis au patreon :

"Vo feimme elle est là...j'peux l'vir";

M'feimme elle m'a dit :

"Pasque t'as vu l'feimme t'est rasseuré, t'as pos pinsé à s'belle mère ?"

I-paraît aussi qu'on truèfe d'pus in pus d'serpents dins les gardins. Ch'est les N.A.C, les nouvieaux animéeaux d'compagnie, asteur, te peux tout acater et on peut tout vinte, d'puis mille neuf chint soixante huit, "i-est interdit d'interdire", du queop, (et acore hureux), à part vinte de l'drogue ou bin ête quervé au volant ou acore rouler ein p'tit queop treop vite, on peut tout faire. 

Vous avez d'jà vu ein serpent, cha reste des heures sans bouger dins s'terrarium (ch'est ainsin qu'on appelle l'aquarium dins l'quel on l'met). I-n'remue pos, même pos l'queue (à part l'serpent à sonnettes quand i-est in rache), i-n'ferme même pos ses is et t'ravise comme si t'éteos s'deîner, au point que l'ceu qui l'a acaté i-in est bin vite mate. I-li prind alors ein idée idée d'mauvais goût d'aller l'ruer dins l'gardin du visin ou bin dins ein égoût. 

Asteur, quand j'vas à l'toilette, ch'est pétête pos normal, j'souliève douch'mint l'planque et j'orwette si tout i-est normal. Vous riez plein vo panche mes gins, ahais, mais... l'feimme de m'n'amisse, in nettiant l'carrelache, elle a vu, eine feos, eine ratte sortir pa l'plaque de l'égoût du garache. Dins tout l'quartier, on intind acore l'cri qu'elle a poussé, su nos tiêtes les ch'feux i-se seont ordressés. Elle a eu saprémint l'pépete, l'paufe..., l'paufe... (je n'me rappelle pus s'préneom mais cha d'veot rimer).

I-a des gins qui on eine passieon pos banale, i-ont chez eux eine collectieon d'mygales, mi, d'jà quand j'veos eine pétite aronne, j'm'infuis, alors, là, si j'veos eine de ces biêtes, j'queurre acore toudis...

J'ai li aussi qu'i-aveot ein mopère et s'garcheon qui éteot'ent restés près d'chinquante ans dins la brousse au Vietnam pinsant que la guerre n'éteot toudis pos finie. Cha fait quand même pus d'quarante ans qui n'deveot'ent pus intinte les bombardemints.

Ichi, ch'est acore pire, imaginez que pou écapper au fisc, ein Tournisien i-est ein bieau jour parti in plein mitan d'ein beos, à Ere ou à Howardries. I-a pos d'problème, li, i-peut rester jusqu'à s'mort et pus leon acore, pasque l'ministère des finances jamais n'démord. Veyez d'ichi qu'on ortruèfe ein tournisien disparu d'puis chinquante ans et eine rawette avec chinquante millieons d'francs belges dins eine pétite malette. I-a intérêt à avoir des grosses coupures, pasque si ch'est in pièches que s'magot i-a constitué, i-va payer pus tcher à la banque pou les écanger.

On a aussi vu ein heomme qui peseot ein peu pus d'six chints kileos. Si à Tournai, on deot conduire ein heomme ainsin à l'clinique ein bieau jour, pou l'sortir de s'maseon i-va falloir faire appel à eine grue d'chez Dufour et j'pinse qu'à l'hôpital, les lits, i-veont, tertous, ête treop p'tits.

Pas pus tard qu'hier, i-a eu ein artique su les "top managers", des gins qui ouèftent pou ein très, très greos salaire. Dins l'crisse actuelle, on a trouvé cha indécent au gouvernemint et on a décidé d'raboter ein greos queop les émolumints. L'ceu qui diriche l'Poste, i-a dit qu'i-n'ouvreot pos pou 290.000 euros par an, qui soiche rasseuré mi neon pus j'n'ai jamais ouvré pou ein parel montant. 

Dins l'gazette, on veot aussi, à l'feos, des cas, des vielles perseonnes qui ont quarante tchiens et soixantes cats. Des gins qui vif'tent, à leu maseon, dins l'pourriture mingeant et dormant au mitan des ordures. A l'heure d'internet, des tablettes et du télépheone, i-a des gins qui parvienne'tent à n'pus parler à perseonne.

J'vas vous quitter, pasque dins l'gazette, on anneonche du temps gris, j'vas pouvoir aller mette de l'peinture su mes cassis, j'espère qu'i-n'va pos pleuvoir et pou ceulle sémaine j'vous dis à r'voir !   

(lexique : à l'feos : parfois / queu meonte : quel monde / ov'là : voilà / acore : encore / oute : passée / à m'mote : selon moi / invie : envie / ainsin : ainsi / à l'fraîque : à la fraîche, pendant la fraîcheur / ouvrer : travailler / commincher : commencer / des mamères : des mères / ête seûr : être sûr / lommint : longtemps / siept : sept / octope : octobre /  cait : tombé / touillache : mélée, mélange, confusion / l'freod : le froid / féverrier : février / les ouverriers : les ouvriers / orcomminché : recommencé / eine séquoi : quelque chose / batieau : bateau /  pourméner : promener / les ingins : les engins / eine façate : une façade / au mitan : au milieu / jusse pa d'zous : juste en dessous / acater : acheter / du queop : du coup, dès lors / serré : fermé / à m'n'aisse : à mon aise / vir : voir / on truèfe : on trouve / asteur : maintenant / vinte : vendre / quervé : ivre / in rache : en rage, en colère / les is : les yeux : raviser : regarder / l'deîner : le dîner / ête mate : être fatigué / l'ruer : le jeter / l'gardin : le jardin / l'visin : le voisin / pétête : peut-être / l'planque : la planche / orwettier : regarder / vo panche : votre ventre, rire de bon coeur / ahais : oui / ein amisse : un ami / nettier : nettoyer / l'carrelache : le carrelage / saprément : sacrément / l'pépète : la peur / eine aronne : une araignée / queurir : courir / toudis : toujours / eine mopère : un père / écapper : échapper / in plein mitan : au beau milieu / ein beos : un bois / leon : loin / eine rawette : un petit supplément / des pièches : des pièces / thcer : cher / écanger : échanger  / chint : cent / ein artique : un article / vielle : vieille / les tchiens : les chiens  / les cats : les chats / anneoncher : annoncer)

S.T. août 2013. 

17:16 Écrit par l'Optimiste dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : tournai, patois, picard |

Les commentaires sont fermés.