16 août
2013

Tournai : expressions tournaisiennes (237)

Mariache au villache.

In mille nuef-chint-chinquante-six, in plein meos d'juillet, Robert, l'unique garcheon d'ein greos cinsier a marié Valentine, eine jeone file qui d'meureot l'villache d'Havinnes. I-aveot ein peu pus d'treos ans qui aveot comminché à l'courtiser. I-aveot rincontré ceulle file, ein soir de mai, au Saleon d'l'Aiwile, au grand bal du muguet. Ch'éteot l'prumière feos qui sorteot tout seu de s'maseon, l'prumière feos aussi que s'mopère, Armand, li aveot donné l'permissieon. I-a pos à dire, l'jolie mamzelle elle li a bin vite tapé dins l'ouel. Bin seûr, au début, ch'est dins des muchettes qu'i-alleot li queompter fleurette et ch'est près d'eine pâture ave des maguettes qui li a deonné l'prumière baisse à bouquette

Ein an pus tard, Robert, tout fier, l'a présintée à s'mopère. Pou commincher, Armand aveot jeué l'rôle du saisi, comme ein à qui on n'aveot jamais rien dit. Ainsin, sans avoir l'air, d'ein ouel i-raviseot si l'file elle éteot, comme on dit, bin comme i-feaut. Comme elle éteot d'beonne famile, cha n'a pos été difficile, i-n'a pos fallu arracher l'consint'mint, elle plaiseot d'jà aux bieaux-parints. 

Armand et Robert aveot'ent rindez-vous l'lind'min, à Havinnes, au Grand Qu'min ave l'jeone file et Hortense et Martin, ses parints. Tout aveot été organisé pa Armand qui aveot obligé Robert à mette de bieaux gants blancs et l'costume acaté pou l'intierr'mint de l'gramère Germaine qui li serreot, malheureus'mint, ein peu l'boudaine.

"Prinds aussi ein bieau bouquet d'fleurs des camps, te l'deonn'ras à l'mamère, tout d'suite, in rintrant, te vas voir, cha va l'impressieonner et, ainsin, bin vite, te l'aras de t'côté".

Robert i-a seûrmint fait beonne impressieon pasque pou fréquinter leu file, Martin et Hortense li ont deonner leur autorisatieon.

Et ch'est ainsin qu'on est, tout douch'mint, arrivé à parler mariache, après quand même deux ainnées d'fréquintache et eine ainnée d'fiançailles comme ch'éteot, à l'époque, l'usache.

Au meos d'juin, on a publié les bans à l'églisse paroissiale et l'anneonche officielle a été faite à l'maseon communale.

L'velle au soir, on aveot tiré les campes à l'maseon d'Robert et brûlé ses mareonnes in buvant forche bières.

L'saim'di d'juillet, l'grand jour tant attindu pa les tourtereaux est infin arrivé, a siept heures au matin, Valentine a mis s'rope blanque d'mariée, l'coiffeusse est v'nue li faire ein chigneon pindant qu'Armand tourneot in reond dins l'maseon :

"J'espère bin qu'on a rien oblié, ein jour ainsin, tout deot ête parfait";

Rose, l'mamère, elle l'aveot a-intindue s'délaminter et li a dit, in l'orwettiant de l'tiête aux pieds :

"Te vas m'acouter, je n'sais pos si on n'a rien oblié mais te mettreos t'mareonne... te f'reos ein p'tit queop pus habillé".

Cha f'seot eine heure qu'Armand pourmeneot in leong calceon dins toutes les pièces de l'maseon.

A l'porte de l'pétite églisse, l'curé les attindeot ave ein infant d'choeur et s'bédeot. Valentine est intrée au bras de s'mopère et l'mamère a conduit à l'autel s'garcheon, Robert. A l'dernière guerre, l'orque aveot tant bin qu'mal résisté mais on saveot pos si ch'éteot li ou bin l'organisse qui éteot asteur usé. L'marche nuptiale elle a été massacrée ce qui n'a pos fait rire l'paufe curé. I-a ein annochint qui passeot pa là qui a pinsé que jeueot les "Rosses Blanques" d'Berthe Sylva. 

Ov'là l'momint suprême arrivé, vous l'avez tertous adveiné :

"Robert, voulez-vous printe pour épousse Valentine ichi présinte et pindant toute vo vie l'aider et l'aimer". 

Parlant in Latin, in Français ou in patois, on peut-dire qu'i-éteot trilingue l'Père François. 

Robert a orwettié eine dernière feos s'mopère et on a l'a à peine intindu dire "ahais'.

Quand i-seont sortis, l'vielle cloque elle a seonné, l'clothier i-a été tout ébranlé et les couleons se seont involés laichant eine carte de visite; au passache, su les mariés et leu suite.

Ch'est à pied qui seont partis à l'cinse des parints d'Robert pos bin leon de l'line du qu'min d'fier et comme l'passache à niveau i-éteot fermé, i-z'ont attindu que l'train à vapeur soiche passé. Comme i-éteot'ent les prumiers les mariés ont été tout infeumés et l'moneonque Achille, li, dins s'n'ouel, i-a ramassé eine riche escarbille.

Pindant c'temps-là, à l'cinse des parints d'Robert s'activeot'ent les quate ou chinq cuisinières. Elles éteot'ent tout in nache, cha f'seot treos jours qu'elles éteot'ent à l'ouvrache. Ch'est pa les larches tartes qu'elles aveot'ent comminché, des celles à l'crème, au risse, aux peommes ou bin ein Saint-Honoré et, su l'tape de l'cuisine, elles alleot'ent à l'grosse louque jusse pa d'zous ein rouléeau d'papier tue-mouques. Si d'aveot eine qui jamais s'décolleot, bé... ch'est dins l'pâte qu'elle caireot, si l'Afsca aveot d'jà existé, bé tout i-areot été rué. Après, elles aveot'ent fait l'bouilleon ave des carottes, des porieons, du céléri et des ogneons.

Tout i-éteot fin prêt, les invités pouveot'ent arriver. Au leon, on intindeot les rires et les cants des gins, on peut dire qu'i-aveot du lari su l'quémin. 

L'apéritif, l'bouilleon, les carottes ave l'bouli, l'poule au gras et les tartes, tout i-a été inglouti d'beon appétit.

L'vin et l'bière comminchant à faire effet, i-d'a que se seont mis à canter. En intonnant Valentine, Achille s'preneot pou Maurice Chevalier et ave s'cancheonne "Cousine", ein eaute moneonque i-a fait succès.

"Cousine, Cousine, vous v'nez tout dreot d'vo villache d'Havinnes, Cousine, Cousine, vous aviez du poil à vos babines...".

Quand Valentine sans s'ortourner a lanché l'jarretière de la mariée, ch'est ein vieux visin, Isidore qui l'a attrapée. "Mariache dins l'ainnée" tertous ont crié. Ahais, mais on oblions qu'Isidore, l'vieux célibataire, i-éteot presque... chintenaire.

Profitant d'eine danse, les jeones mariés ont dévolé et seont partis dins l'maseon qui aveot'ent louée. In arrivant, pou l'discrétieon ch'éteot raté, à l'porte eine cloque aveot été accrochée et l'lit, in portefuèle aveot été fait. On aveot même mis des cloquettes pa d'zous l'sommier et, pindant l'nuit, elles n'ont pos arrêté d'cliquer.

Au p'tit matin, i-aveot bin lommint que les deux amoureux éteot'ent dins les bras d'Morphée qu'on a serré les leumières, au départ du dernier invité, dins l'cinse à Robert. I-aveot eu ein tel tapache qu'on n'aveot pos bramint dormi dins l'ruache, au point qu'au matin, l'coq i-a hésité à faire s'n'ouvrache. A huit heures, ein infant a ortrouvé indormi, l'vieux moneonque Achille qui aveot bourlé dins ein fossé. 

L'lindi au matin, à l'gare de Tournai, nos deux jeones mariés dins un bus Georges de Péronnes i-ont imbarqués. Pou leu voyache de noce, Valentine et Robert seont partis passés eine sémaine à la mer. I seont déquindus "Chez Eugène", eine pinsieon d'famile tenue pa ein heomme originaire d'Kain, eine maseon qui éteot alors l'rindez-vous des Tournisiens. 


(lexique : mariache : mariage / villache : village / l'meos : le mois / l'garcheon : le garçon / ein cinsier : un fermier / eine jeone file : une jeune fille / comminché : commencé / l'saleon d'l'Aiwile : le salon de l'Aiguille (maison aujourd'hui disparue à Havinnes) / l'prumière : la première / tout seu : seul / s'mopère : son père / eine mamzelle : une demoiselle / l'ouel : l'oeil / bin seûr : bien sûr / les muchettes : les cachettes / eine baisse à bouquette : un baiser sur la bouche / jeué : joué / ainsin : ainsi / raviser : regarder / l'lind'min : le lendemain / l'Grand Qu'min : le Grand Chemin / acaté : acheté / l'gramère : la grand'mère / l'boudaine : le ventre / les camps : les champs / l'mamère : la mère / pasque : parce que / douch'mint : doucement / l'usache : l'usage / l'velle : la veille / tirer des campes : lancer de gros pétards / les mareonnes : les pantalons / l'rope blanque : la robe blanche / s'délaminter : se plaindre, se tourmenter / orwettier : regarder / acouter : écouter / ein p'tit queop : un petit coup, un peu / pourméner : promener / l'orque : l'orgue / asteur : maintenant /  l'paufe : le pauvre / l'annochint : l'innocent / adveiné : deviné / ahais : oui / l'clothier : le clocher / les couleons : les pigeons / laicher : laisser / leu : leur / l'cinse : la ferme / pos bin leon : pas bien loin / l'line de qu'min d'fier : la ligne de chemin de fer / soiche : soit / infeumé : enfumé / l'moneonque : l'oncle / eine riche : une fameuse / quate ou chinq : quatre ou cinq / in nache : en nage / à l'ouvrache : au travail / larches : larges / au risse : au riz / aux peommes : aux pommes / l'louque : la louche / pa d'zous : en dessous / tue-mouques : tue-mouches / caireot : tomberait / rué : jeté / des porieons : des poireaux / des ogneons : des oignons / au leon : au loin / du lari : du plaisir / l'bouli : le bouilli, le pot au feu / l'cancheonne : la chanson / les babines : les lèvres / lanché : lancé / ein visin : un voisin / tertous : tous / chintenaire : centenaire / dévoler : partir, s'éclipser / eine cloque : une cloche / in portefuèle : en portefeuille / les cloquettes : les clochettes / cliquer : tinter / lommint : longtemps / les leumières : les lumières / l'tapache : le chahut, le boucan / bramint : beaucoup / l'ruache : (populairement le quartier) bourlé : tombé /  / déquindus : descendus).

(S.T. août 2013).    

 

 

17:12 Écrit par l'Optimiste dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : tournai, patois, picard |

Commentaires

Bon dimanche Serge et merci pour tes passages fréquents sur mon blog. A bientôt.

Écrit par : Un petit Belge | 18/08/2013

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.