12 août
2013

Tournai : les rencontres inattendues 2013.

Il n'est pas une semaine durant la période des vacances sans que ne soit organisé un festival rassemblant des milliers de spectateurs autour d'un podium sur lequel se succèdent chanteurs et groupes populaires, c'est vrai à Floreffe, Deurne, Bruxelles mais aussi à Obigies ou à Péruwelz. 

A l'ombre des cinq clochers, les lumières se sont éteintes sur "Tournai Enchanté" du 21 juillet qui amena Herbert Léonard ou sur le "Tempo Festival" qui fut l'occasion de voir (ou de revoir) Pascal Obispo, Quentin Mossiman, Roger Hodgson ou Abbey Road. A Ere, aux portes de Tournai, "Les Gens d'Ere" ont remisé, jusqu'à l'année prochaine, leur chapiteau qui a permis de rencontrer la Bande à Basile, le groupe Goldmen et Plastic Bertrand...

A la fin du mois d'août, place cette fois à un festival culturel, c'est, en effet, à un autre type d'événement que les Tournaisiens et leurs visiteurs sont conviés : "Les Rencontres Inattendues" ou l'art d'allier la philosophie et la musique dans un décor somptueux, au coeur d'un patrimoine exceptionnel.

En 2012, lors de la première édition parrainée par le philosophe Michel Serre, les organisateurs partaient dans l'inconnu. Ils ne savaient comment serait appréhendée cette formule inédite et le succès fut inespéré, trois journées rassemblèrent la foule autour de Jordi Savall, Luc Ferry, la comédienne Marie-Chistine Barrault, le pianiste Karol Beffa, Michel Serre... et, apportant une touche marocaine à l'événement, la parade Daqqa de Marrakech.

Forts de ce succès, les organisateurs proposent la seconde édition du festival, les 30, 31 août et 1er septembre prochain. Celle-ci est riche de pas moins de vingt-trois spectacles concerts, débats, lectures où les philosophes, comédiens, musiciens, metteurs en scène se rencontrent dans des lieux patrimoniaux scénographiés.

L'ouverture du festival aura lieu le vendredi 30 août à 19h30 sur la place de l'Evêché. Ensuite, à 21h, la cathédrale Notre-Dame accueillera la création du spectacle "Al Manara", une rencontre entre musique palestinienne et occidentale sous le regard du philosophe Edgar Morin et à 23h, l'Office du Tourisme servira de cadre au ciné-concert "La Divine". Karol Beffa revient à Tournai, le pianiste-philosophe accompagne et commente le film muet chinois de Wu Yonggang réalisé en 1934.

Le samedi 31 août, dès 9h, un café-croissant-philo attendra les festivaliers sur la place de l'Evêché sur le thème "Faut-il enseigner la philo à l'école ?", un carrefour animé par Frank Pierobon, philosophe, homme de théâtre et enseignant. A 10h30, dans la cour de l'Evêché voisine, une rencontre intitulée "Pour une autre voie" rassemblera le public autour d'Egar Morin, philosophe, Ramzi Aburedwam, compositeur et violoniste, le Tournaisien Eloi Baudimont, compositeur et pianiste, Martin Legros, le modérateur.

Dans les jardins de l'Evêché, à 12 h et 15h, "Soyons philosophes" prouvera que philosophes et musiciens ne manquent pas d'humour. L'humoriste local, internationalement connu, Bruno Coppens initiera les spectateurs à la pensée inattendue sur un musique d'Eric Satie. Il sera entouré de Frank Pierobon, philosophe, Aveline Monnoyer, mezzo-soprano, Philippe Gérard et Julie Delbart, pianistes et Patricia Houyoux, récitante. 

Le Festival de Wallonie-Hainaut collabore à ces journées et propose à 14h, dans la cour de l'Evêché, "Schumann, le rêve et la douleur" ou la rencontre d'un écrivain psychanalyste, Michel Schneider, et d'une pianiste de tempérament, Dina Ciorcalie. "Ce que les hommes ne peuvent me donner, la musique me le donne, tous les hauts sentiments que je ne puis traduire, le piano les dit pour moi" déclarait le grand compositeur. 

Cette rencontre sera suivie à 16h, à la salle des Choraux, toujours avec en collaboration avec le Festival de Wallonie-Bruxelles, d'un voyage musical au pays des contes à déguster en famille "Petit Poucet, la Belle, la Bête et Cie : Il était une fois..." avec Marie-Laure Gérard-Tiberghien, narratrice, Marie Hallynck, violoncelliste, Muhiddin Dürrüoglu, pianiste et arrangeur musical, Cédric Tiberghien, pianiste, Sybille Wilson pour la mise en scène et Floriane Devigne, réalisatrice du film. 

A la même heure, dans la cour de l'Evêché, un grand débat réunira les philosophes Jacques Taminiaux, Guy Haarscher et Martine Leibovici autour du thème " D'où vient le mal ? L'Hypothèse Hanna Arendt".. A noter que pour prolonger celui-ci, le film "Hanna Harendt" de Margarethe Von Trotta sera projeté du mercredi 28 août au mardi 3 septembre, chaque soir à 20h, au cinéma Imagix dans le cadre des séances d'Art&Essai.

A 18h, en la Halle-aux-Draps, également avec la collaboration du Festival Wallonie-Bruxelles, on pourra assister à la création de "L'Art, l'Amour, la Mort" de Michel Serre qui sera entouré de Béatrice Uria Monzon, mezzo-soprano et de Jean Marc Bouget, pianiste.

A 20h, en la cathédrale Notre-Dame, création de "L'âme du temps" ou quand la musique sacrée rencontre l'esprit du jazz, un spectacle qui réunira le philosophe Bernard Stiegler, le saxophoniste et clarinettiste, Raphaël Imbert, le pianiste Karol Beffa, l'organiste André Rossi, le violoniste alto Arnaud Thorette, le contrebassiste Pierre Fenichel, la chanteuse Marion Rampal, aux claviers, Johan Farjot et au logiciel Omax, Benjamin Levy.

La journée bien remplie du samedi se terminera à 23h, sur la place de l'Evêché, une philosophe se dédoublera en chanteuse pop dans "La pop music est-elle un sujet philosophique ?" avec Agnès Gayraud, philosophe, chanteuse et guitariste électrique, Xavier Thiry aux synthés et Sébastien Dousson à la basse.

La dernière journée du festival, le dimanche 1er septembre, débutera à 9h, en la Halle-aux-Draps, par un café-croissant-philo intitulé "Petite Poucette", un nouveau monde en train d'apparaître avec Michel Serre, un débat avec le public sur le thème de la jeune génération et les nouvelles technologies.

A 10h30, dans la cour de l'Evêché, "la vie est une géniale improvisation" une lecture musicale interprétée par Bruno Abraham-Kremer, comédien,  Karol Beffa, pianiste, d'après une correspondance de Vladimir Jankélévitch.

A 12h, présentation et expérimentation, au Conservatoire de Musique, du logiciel OMax avec Benjamin Levy (chercheur à l'IRCAM), pilote OMax qui récupèrera et rejouera les propositions musicales faites par Karol Beffa, pianiste et Raphaël Imbert, saxophoniste.

A 12h30, dans les jardins de l'Evêché, un "grand pique-nique philo-musical" en présence de Bruno Coppens et des philosophes et musiciens participants aux Rencontres Inattendues.

A 14h et 17h, en la salle des Choraux, présentation d'un spectacle familial, dès 4 ans, intitulé "Comment moi je ?", pied de nez philosophique, avec la Cie Tourneboulé, à ceux qui pensent encore que les enfants ne savent pas réfléchir.

A 15h, Halle-aux-Draps, "Rire fait penser", un spectacle auquel participera l'humoriste Philippe Gelück, le philospohe-journaliste Frédéric Pagès, Karol Beffa et Raphaël Imbert.

A 16h, en la cathédrale Notre-Dame, en partenariat avec MusiCa, "Orchestre et orgue en dialogue" par l'Orchestre Royal de Chambre de Wallonie, Etienne Walhain, organiste de la cathédale et Jean Pierre Mondet, philosophe dans des œuvres de Bach, Haendel et Mozart.

A 18h, dans la cour de l'Evêché, "Sacré Sacre" ou une visite du Sacre du Printemps d'Igor Stravinsky avec Alexander Gurning et Eugène Galand au piano, Pierre Quiriny et Gabriel Laufer aux percussions et les philosophes Pascal Chabot et Frank Pierobon.

Le deuxième festival " Les Rencontres Inattendues" se clôturera, à 20h, là où il a débuté, sur la place de l'Evêché avec Xavier Sourdeau, le magicien de l'improbable.  

Un détail d'importance la billetterie en ligne se fait auprès de :

http://billetterie.maisonculturetournai.com. ou au 32 (0) 69 25 30 80.

Il existe une formule d'abonnement à partir de cinq spectacles.

(S.T. août 2013) 

 



Les commentaires sont fermés.