09 août
2013

Tournai :expressions tournaisiennes (236)

Les gins seont méchants. 

L'histoire que j'vas aujord'hui vous raqueonter, elle s'a passée i-a eine chinquantaine d'ainnées.

Dins l'vieux quartier Sainte-Magritte, tout l'meonte conniseot bin Victor (préneom d'emprunt comme on mettreot asteur dins l'gazette pasqu'on n'peut pus deonner l'identité des gins d'puis Mossieu Franchimont i-a dit : "on va ainsin protéger les victimes mais... du queop, pa l'même occasieon, aussi les ceusses qui feont l'mal).

Victor, ch'éteot ein m'nusier-carpintier et tous les matins, on l'veyeot partir ave s'sac à deos dins l'quel i-transporteot ses otieus. I-éteot toudis bénaisse, i-n'éteot jamais malate, i-ouvreot six jours pa sémaine et pindant les vacances quand on resteot ein peu pus lommint à no lit, i-nous éveilleot in chifflant des airs de Luis Mariano ou bin Tino Rossi. 

Les infants du quartier l'aimeot'ent bin, l'brafe Victor. Ave s'beonne tiête aux bajotes bin rouches, s'tignasse et s'barpe blanquies pa les ans, ses is qui refléteot'ent l'bonté, ch'éteot comme ein Père Noël qu'on rincontrereot tous les jours de l'ainnée. Souvint, pa l'porte ouverte de s'n'atelier, on l'raviseot ouvrer, quand Victor l'copeot, on sinteot meonter l'beonne naque du beos, on veyeot les copeaux jaillir des planques quand i-les scieot, on éteot tout ébeubis de l'vir infoncher des cléos sans jamais taper ave s'martieau su ses deogts. Dins ses moumints là, s'cancheonne préférée ch'éteot Marinella.

Inter nous, on s'diseot que si ein jour i-areot taper su ses deogts, i-areot bin fini pa canter "l'Belle de Cadix de Luis Mariano. "

Bin seûr, vous comperdez, mes gins, pourquoi on diseot cha ? Neon... allez busiez bin ? Toudis pos, cha n'vient pos... bé pasque l'orfrain i-f'seot ainsin : "Tchic à tchic à tchic... aie aie aie". 

On éteot eine bande d' petites rosses, j'vous l'ai d'jà dit !

I-porteot ses planques ou l'meublier ave eine carrette à bras jusqu'au chantier. I-falleot intinte l'boucan que chaf'seot quand su les pavés, l'carrette elle orbondisseot. 

Comme i-éteot toudis à l'heure, m'mamère saveot in intindant l'vacarme qu'i-éteot jusse passé siept heures. 

Victor viveot tout seu. Si i-diseot toudis bin bonjour aux gins, on n'aveot jamais vu perseonne rintrer à s'maseon. Eine feos qu'i-aveot oblié d'serrer s'porte, on aveot vu un couloir bin prope et bin chiré ave ein carrelache luisant comme eine patinoire. 

A dix-siept ans, en mille nuef chint quinze, i-est parti à la guerre, i-a resté chinq leonques ainnées dins les tranchées d'l'Yser et à vingt-deux ans, dins l'affaire familale, i-a orpris l'successieon de s'mopère qui aveot perdu s'feimme, morte d'ein orfroidiss'mint comme a toudis dit m'mamère. Pindant chinq ans, i-a pu bénéficier des consels et d'l'eximpe du ceu qui aveot feonder l'interprisse. Et après, i-a volé d'ses propes ailes.

L'saim'di au soir, i-alleot dins l'rue Saint-Martin boire eine pinte "A l'déquinte de l'Hôtel de Ville", ein café tenu pa Victor Dubois ou acore chez Emile et Madeleine Jacquerie, "Au café de Foy". Tirant su s'touquette, sans dire ein meot, i-resteot ainsin eine ou deux heures, à orwettier les joueus d'fier, assis pa d'vant s'verre de bière.

L'été, i-alleot su l'plaine et i-parleot des heures ave l'berger qui y pourmeneot ses mouteons. On s'a toudis d'minder quoisqu'un m'nusier pouveot bin raqueonter avec ein heomme qui f'seot l'tour de l'plaine deux feos su eine journée. 

Ein bieau matin de juillet ou bin d'août... infin à l'belle saiseon, on a vu eine camionnette d'police arrêtée pa d'vant s'maseon. On intindeot les gins qui parleot'ent à voix basse, on moutreot s'maseon du deogt, l'vielle feimme feseot même l'signe de creox. Eine ambulance est arrivée, tout douch'mint, sans faire aller s'sirène. Les infirmiers sont intrés et... su eine civière on l'a imbarqué. 

On a dit qu'au petit matin, Victor s'éteot incourru, tout nu, dins l'rue. A partir de c'jour là, on l'a pus jamais vu. On diseot dins l'quartier qu'i-aveot eu eine queop d'caleur, que l'bière de l'velle au soir li aveot deonner des vapeurs, à l'feos, i-d'aveot ein, ein peu pus compatissant, qui diseot quand même que ch'éteot ein grand malheur. Beauqueop simbleot'ent avoir oblié tout l'ouvrache qu'i-aveot fait, les queops d'main qu'i-aveot souvint deonnés, Victor éteot dev'nu ein sujet d'moquerie, je n'pouveos pos accepter qu'on parleot ainsin d'li.  

Aujord'hui acore, quand j'intinds ein ouverrier chiffler su l'toit d'eine maseon, j'pinse au temps où j'éteos ein p'tit garcheon, j'orvois l'visache tout contint d'Victor et j'me dis que l'paufe i-a bin lommint qui deot ête mort. Vous l'avez d'jà intindu, on dit, à l'feos, que l'vie est cruelle, mi, j'pinse surtout que ch'est à causse des gins qu'elle n'est pos toudis belle !

(lexique : raqueonter : raconter / chinquantaine : cinquantaine / Sainte-Magritte : Sainte-Marguerite / tout l'meonte : tout le monde / asteur : maintenant / l'gazette : le journal, le quotidien / du queop : du coup / les ceusses : ceux / ein m'nusier-carpintier : un menuisier-charpentier / ses otieus : ses outils / bénaisse : heureux, content / ouvrer : travailler / lommint : longtemps / chiffler : siffler / les bajotes : les joues / rouches : rouges / s'tignasse : sa chevelure / s'barpe : sa barbe / blanquie : blanchie / raviser : regarder / coper : couper / l'naque : l'odeur / les planques : les planches / ébeubis : ici dans le sens d'admiratifs / l'vir : le voir / infoncher : enfoncer / ein cleo : un clou / les deogts : les doigts / les moumints : les moments / l'cancheonne : la chanson / inter nous : entre nous / canter : chanter / bin seûr : bien sûr / vous comperdez; vous comprenez / busier : songer, réfléchir / l'orfrain : le refrain / l'meublier : le mobilier, les meubles / eine carrette : une charrette / jusse : juste / tout seu : seul / serrer : fermer : chiré : ciré / leonques : longues / s'mopère : son père / ein orfroidiss'mint : un refroidissement / m'mamère : ma mère / les consels (on prononce souvent cansels) : les conseils / l'eximpe : l'exemple / du ceu : de celui / l'interprisse : l'entreprise / à l'déquinte : à la descente de l'Hôtel de Ville, café situé face à l'enclos Saint-Martin / l'touquettte : la pipe / ein meot : un mot / orwettier : autre terme pour regarder / les joueus d'fier : joueurs de fer, jeu typiquement tournaisien / pourméner : promener / infin : enfin / moutrer : montrer / douch'mint : doucement / ein queop d'caleur : un coup de chaleur / l'velle : la veille / à l'feos : parfois / beauqueop : beaucoup / oblié : oublié / l'ouvrache : le travail / ainsin : ainsi / ein ouverrier : un ouvier / l'visache : le visage / l'paufe : le pauvre / mi : moi).

(S.T. juillet 2013).          


18:08 Écrit par l'Optimiste dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : tournai, patois, picard |

Les commentaires sont fermés.