27 juil.
2013

Tournai : expressions tournaisiennes (234)

Les quate chints queops.

Comme vous l'avez d'jà adveiné, j'profite acore des vacances pou ouvère tout grand l'tiroir où j'garde mes raminvrances. Je n'pinseos pos in avoir accumulées autant su eine période de près d'soixante ans. Be queu fourbi qu'i-a là-d'dins, on y pierdreot ein jeune de tchien

Aussi, i-n'feaut pos faire attintieon si j'les saque eine à eine, ainsin, in vrac, à l'volaine. Ch'est surtout des raminvrances qui datent du temps de m'n'infance

On va ein peu cafouiller et... éhné tunez, ov'là d'jà eine prumière, elle date des ainnées soixante et j'n'in sus pos bin fier !

Fred, Mich et mi, on deveot avoir alors quatorze ou bin quinze ans et l'été, su l'bord du soir, on alleot au fin feond de l'plaine pou cacher à bruants. I-d'aveot ainsin des dizaines qui voleot'ent tout douch'mint, si bin que ch'éteot pos difficile de les attraper ave nos mains. On les metteot dins eine boite d'alleumettes qu'on aveot vidée et on les écouteot bourdeonner avant d'leur rinte leu liberté. On pouveot aussi lier ein fil à eine patte et les faire voler comme des dragueons. Arlette, l'feimme du facteur, de ces paufes bruants elle aveot peur, elle les aveot même in horreur. Eine feos que l'soir i-cayeot, bin vite chez elle, elle rintreot, à vrai dire, ch'éteot aussi pire que dins les histoires d'vampires. Ein soir qu'on in aveot attrapé eine beonne vingtaine, i-nous a pris l'idée, ein peu biête, d'aller les mette... tout simplemint dins s'boîte à lettes. Malhureuse'mint, on n'saveot pos qu'elle n'éteot pos serrée et les bruants dins toute l'maseon se seont involés. Arlette elle a tell'mint berlé que l'lind'min, elle ne saveot pus parler. Pou no punitieon, on a du aller querre les bestioles dins tous les coins de s'maseon. Deux heures tout plein que cha a duré, et, croyez-me, on n'a pu orcomminché

Dix ans pus tard, j'ai à nouvieau intindu parler de ces p'tites biêtes. Ein de mes collègues d'ouvrache m'a ein jour raqueonté que dins s'classe, l'maîte aveot deonné comme sujet d'rédactieon : "Les hannetons". Ein garcheon, ein peu fate, vite contint d'li, aveot fait l'pus courte rédactieon d'tertous in écrivant : "les hannetons sont de sales bestioles pou s'in débarrasser on les rue à l'purlière". I-a eu de l'sanche c' biec-beaos, Hureus'mint pou li que Gaia n'existeot pos !

Tins... in v'là eine eaute, eine qui s'passe pindant l'été, elle-n'est pos mal neon pus, elle date aussi des mêmes ainnées !

Pindant les vacances, comme on aveot tertous ein véleo, on parteot pourméner dins les camps et les beos. Ein jour, on a eine feos décidé d'meonter l'Meont de l'Ternité, ave ses chint quarante nuef mètes d'altitude, ch'éteot leon d'ête l'Tourmalet mais on essayeot de n'pos déquinte d'véleo avant l'sommet. "Salut, je vais te dévorer, Géant du Hainaut Occidental,", in disant cha, j'pousseos su les pédales, j'fonceos tiête baissée et... j'm'arrêteos... in plein mitan de l'montée ! J'éteos total'mint lèque, comme si j'aveos les piles à sec. In ordéquindant du sommet du p'tit géant, j'ai vu passer, in pleine vitesse, m'n'amisse Christian. Ch'éteot pos ein pur grimpeu mais alors (on n'in éteot tout paf), ch'éteot ein sapré déquindeu. Quand on est arrivés in bas, on n'a vu qui n'éteot pos là, on aveot bieau raviser dins toutes les directieons, on s'a dit qu'i-aveot seûrmint passer l'mur du seon. Tout à n'ein queop, on a vu bouger ein séquoi dins l'camp d'blé, inter les épis dorés, douch'mint eine tiête a dépassé. Millards.. qu'i-éteot arringé, i-éteot tout balafré, i-éteot rimpli d'boursieaux et j'ne parle pos de l'état de s'véleo. "'Quoisqu'i-t'as pris déquinte ainsin" "Et bé, j'l'ai pos fait exprès... j'aveos pus d'freins". 

Mo bé, ov'là eine histoire que j'aveos oblié !

Pindant l'hiver de l'ainnée soixante-deux, i-a gelé pindant des jours et des jours, l'plaine éteot toute blanque et, bin seûr, les grandes flaques d'ieau éteot'ent trinsformées in véritapes miroirs. J'aimeos glicher su l'glache et j'vouleos toudis aller l'pus leon possipe. J'ai failli réussir, mais...au bout de m'richoire, j'nai pos vu ein bieau brin d'tchien, tout fraîque, acore tout fumant et... berdaf... j'sus parti l'tiête in avant. J'd'aveos jusqu'à z'orelles, du brin et de l'gelée, j'orsimbleot à ein moka glaché. Après eine parelle mésavinture, j'n'éteos pus Alain Calmat, j'éteos tout bell'mint calmé.

Mo bé l'tiroir i-est bin plein, v'la acore ein eaute évèn'mint !

Su l'plaine, i-aveot eine piste in tierre battue, au meos d'sétimpe, on y orgnaiseot des course d'qu'vieaux, i-aveot même eu des courses à véleo ave les pus grandes vedettes belges et françaises. L'anneau de l'piste feseot près d'huit chints mètes et on feseot deux feos l'tour ave no bicyclette. Ch'est là que j'ai appris que l'pépète pouveot deonner à l'feos des ailes. Ein cirque éteot v'nu s'installer à deux pas de l'Porte d'Lille et les chameaux aveot'ent été mis à pâturer, attachés à ein piquet. I-d'a ein qui est parvenu à s'détacher et i-a queuru après mi pindant tout le tour de piste, i-beffieot su m'n'épaule et m'poignet et j'veyeos toudis s'tiête quand j'orwettieos su l'côté. Pou eine feos, l'course, j'l'ai gagnée pasque les eautes i-z'aveot'ent préféré arrêter et puis j'ai pu aller m'canger, j'dégoulineos d'sueur et d'bave du camélidé. J'sus bin seûr que si les gins d'Gaya aveot'ent été là, i-z'areotent applaudi ... l'chameau pou s'queop là !

Jusse pa d'zous ceulle histoire, in continuant à visiter m'tiroir, j'viens d'ortrouver eine raminvrance du temps d'l'école primaire, eine, j'vous l'avoue honnêt'mint, qui m'fait toudis braire

A l'école de l'Porte d'Lille, pindant nos ainnées primaires, j'aveos deux comarates Claude et Pierre. Pindant les vacances, on parteot à treos, à véleo, à Froyennes, pou péquer des épinoques dins l'ruchéau. L'ieau de l'Fontaine Saint-Eloi éteot alors bin claire, on veyeot les cailloux dins l'feond et i-suffiseot d'laicher traîner eine fichelle dins l'leuger courant ave ein morcieau d'pain ou ein vier et les pisseons veneot'ent s'faire printe au pièche. On saqueot su l'ficelle et on les metteot dins ein séeau rimpli d'ieau. Pour ortourner à no maseon, i-falleot passer pa l'rue Saint-Eleuthère ave des pavés qui nous donneot'ent l'trimblote, du queop, l'ieau sorteot du séeau important les pisseons. On arriveot bredouille à l'maseon. Cha s'reot asteur j'areos Gaia su l'deos ! Quarante ainnées pus tard, Pierre est docteur, espécialisse pou réparer les ossieaux et Claude i-est parti, i-a pos bin lommint, s'orposer pou toudis au grand jardin de l'chaussée d'Willemeau.

Quand on ormonte ainsin dans l'temps, on s'rapinse aussi à l'feos des mauvais momints.

J'nai jamais été doué pou l'cascade. In mil nuef chint chinquante quate, i-aveot des travéeaux pas d'vant m'maseon, on construiseot l'nouvieau boulevard Bara. On aveot fait des treos su les trottoirs et mis des planques pa d'zeur. In sortant pou aller jeuer su l'plaine, j'ai oblié l'existince de l'tranchée et tout au feond... j'ai cai. Résultat : l'poignet cassé, un plâtre pindant six s'maines et l'bras immobilisé dins un essuie. Ch'est pétête pou cha qu'asteur quand j'vas pourméner in ville, j'vous parle de tous les chantiers ! 

On va la coper là pasque aller querre des souvenirs, ch'est pos toudis très gai, i-d'a des beons mais aussi, à l'feos, des mauvais. 

Adeon, orveneons à nos mouteons comme les ceusses qu'on a vu apparaîte dins no ciel, verdi, in début d'soirée. Pindant vingt minutes, i-a cai d'z'ours, dix-siept lites au m2, tout a été sous ieau, les rues et les caves ont été ineondées et nos brafes pompiers i-ont effectué eine soixantaine d'intervintieons. On a ormis cha saim'di au matin, à 8h, i-a fait noir qu'on a cru que l'nuit elle cayeot et on alleumé les leumières. L'orache s'a déchaîné, l'vint s'a mis à souffler, pa d'vant m'maseon, j'ai vu les arpes s'torte comme eine mamère dins les douleurs de l'infant'ment, les fuelles et les branques s'involeot'ent, à chaque craqu'mint du tonnerre, les ferniêtes vibreot'ent, i-a pleu, comme on dit à Tournai, comme vaque qui pisse et les paufes gins qui aveot'ent d'jà été victimes l'velle ont eu à nouvieau l'cave ineondée. On aveot l'impressieon d'orcommincher l'même cosse que verdi soir. A Marquain, i-a eine copure de l'elestrique, ch'est à causse du récauff'mint climatique et i-paraît que cha n'va pos aller in s'améliorant, on va finir pa vife su des batieaux !

J'vas vous laicher su eine pétite note d'humour pasqu'on arrife d'jà à l'fin du jour, ch'est Edmeond qui me l'a dit au matin quand j'l'ai rincontré au faubourg Saint-Martin. On n'peut pos dire que l'heomme i-a fort évolué, i-est toudis au temps d'Maurice Chevalier ou d'Charles Trenet, i-acoute acore Luis Mariano et Line Renaud et i-n'feaut surtout pos li parler du Tempo. I-m'a dit ainsin : "Te sais, l'amisse, i-n'va pos faire bieau surtout qu'à l'affiche i-a ein app'lé "Pascal au pisse peot" ! 


(lexique : les quate chints queops : les quatre cents coups/ adveiné : deviné / ouvère : ouvrir / les raminvrances : les souvenirs / queu fourbi : quel désordre / pierte : perdre / ein tchien : un chien / saquer : tirer / à l'volaine : sans soin, sans ordre, au hasard / l'infance : l'enfance / cafouiller : chercher sans méthode / éhné tunez : tiens, tiens / eine prumière : une première / au fin feond : au bout / les bruants : les hannetons / douch'mint : doucement / les alleumettes : les allumettes / rinte : rendre / leu : leur / des dragueons : des cerfs-volants / paufes : pauvres / cayeot : tombait / serrée : fermée / berlé : crié / querre : chercher / orcomminché : recommencé / ouvrache : travail / fate : mou, paresseux / tertous : tous / ruer : jeter : l'purlière : la fosse d'aisance, la fosse à purin / l'sanche : la chance / l'bies-beos : le balourd / eine eaute : une autre / neon pus : non plus / pourméner : promener / les camps : les champs / les beos : les bois / l'Meont de l'Ternité : le Mont de la Trinité autre nom du Mont Saint-Aubert / leon : loin / déquinte : descendre / in plein mitan : au beau milieu / lèque : épuisé, vidé / ordéquindant : redescendant / ein amisse : un ami / tout paf : tout sais / sapré : fameux / raviser : regarder / seûrmint : sûrement / Tout à n'ein queop ; tout à coup / eine séquoi : quelque chose / inter : entre / ein boursieau ; une enflure, une bosse, une ecchymose / blanque : blanche / glicher : glisser / l'glache : la glace / toudis : toujours / ein richoire : une glissade / ein brin d'tchien : une déjection canine / fraîque : fraîche / acore : encore / orsimbler : ressembler / tierre : terre / sétimpe : septembre / les qu'vieaux : les chevaux / l'pépète : la peur / à l'feos : parfois / queuru : courru / beffier : baver / orwettier : regarder / canger : changer / jusse pa d'zous : juste en dessous / braire : pleurer / les comarates : les camarades / pêcher des épinoches / l'ruchéau : le ruisseau / laicher : laisser / eine fichelle : une ficelle / leuger : léger / ein morcieau : un morceau / ein vier : un ver / les pisseons  : les poissons / printe : prendre / l'pièche : le piège / saquer : tirer / ein séeau : un seau / pa : par / l'trimblote : la tremblote, avoir des tremblements / du queop : du coup / l'deos : le dos / les ossieaux : les os /    lommint : longtemps / s'orposer : se reposer / toudis : toujours / on s'rapinse : on se rappelle / pa d'zeur : par dessus / jeuer : jouer / oblié : oublié / pétête / asteur : maintenant / coper : couper / pasque : parce que / adeon : donc / les ceusses : ceux / verdi : vendredi / i-a cai d'z'ours : il est tombé des ours, il a plu très fort / brafes : braves / ormis : remis / cayeot : tombait / alleumer les leumières : allumer les lumières / pa d'vant : devant / les fuelles : les feuilles / les branques : les branches / les ferniêtes : les fenêtres / i-a pleu : il a plu / eine vaque : une vache / l'velle : la veille / eine copure de l'élestrique : une coupure d'électricité / l'récauff'mint : le réchauffement / vife : vivre : laicher : laisser : i-acoute acore : il écoute encore / ainsin : ainsi : l'amisse : l'ami).

(S.T. juillet 2013)

17:30 Écrit par l'Optimiste dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : tournai, patois, picard |

Les commentaires sont fermés.