19 juil.
2013

Tournai :expressions tournaisiennes (233)

Au temps de l'pétite école.

Ch'est pétête ein peu biête d'profiter du meos d'juillet pou parler d'l'école mais l'ramivrance des vacances m'a fait pinser à ceulle époque de m'jeonesse dusque j'alleos à l'pétite école, ch'est ainsin qu'on appeleot l'école primaire. Ah, l'pétite école, avouez mes gins que ch'éteot ein peu pus poétique que l'école des p'tits quious comme on appeleot, dins l'temps, les maternelles.

Adeon, quand j'ai eu six ans, comme j'habiteos su l'boul'vard Bara, jusse in face de l'plaine, m'mamère elle m'a conduit à l'école communale n°3 dite de l'Porte d'Lille.

In septimpe mille nuef chint chinquante-chinq, j'ai été ainsin orchu pa l'instituteur in chef Mr. Botteman. Ein heomme qui alleot béteôt printe s'n'ortraite. I-m'a conduit dins l'classe de prumière ainnée et m'a présinté au maîte, Mossieu Hugé qui li, au contraire, éteot au début de s'carrière. J'alleos ête dins l'classe d'Mossieur Jean Pierre qui asteur, pa l'tennis, i-est connu dins l'Europe intière. 

Dins m'cartable in cuir, j'aveos mis ein pleumier in beos ave ein porte-pleume, eine gomme, eine règle ou eine latte, des crayeons, ein rapporteur pou mesurer les angles et m'mamère aveot rajouté ein grand biscuit d'soldat comme on appeleot les Betterfoods pou mi minger à l'récréatieon, ein "dix heure".

L'soir de l'rintrée, i-falleot orcouvrir les cahiers et les lifes d'papier bleu ave eine étiquette dusqu'on metteot s'neom et s'préneom.  

Tous les matins, j'parteos à 8h de m'maseon. Au début, m'mamère veneot ave mi pasqu'elle aveot peur de l'circulatieon (cha s'reot asteur, elle ne me laich'reot pus aller), après ch'est ein "grand" d'chinquième année qui sonneot pou m'printe in passant.

On peut dire qui n'éteot pos triste, l'quémin d'l'école, l'matin et l'soir, on jeueot à marpes dins les rigoles. Bin seûr, ch'éteot à l'poursuite pasqu'i-falleot bin avancher et bin souvint, au soir, on pierdeot les marpes rimportés du matin. Pindant l'hiver, quand i-aveot du noirglas, on f'seot des richoires et, à chaque feos, m'mamère éteot in colère et j'éteos sermonné pasque cha useot les semelles des sorlets.

Arrivés dins l'cour de récréatieon, on deveneot des joueus d'fotbal, des cow-boys ou bin des indiens jusqu'au momint que Mossieu Botteman feseot aller l'cloque. Alors on s'metteot in rangs et l'instituteur nous meneot à no classe. Au-dessus du tabléeau noir, i-aveot ein portrait du roi Baudouin, tout seu comme ein tchien, pasqu'à c'moumint là, i-n'conniseot pos 'cor Fabiola.

Pou commincher, Mossieu Hugé passeot dins les rangées d'bancs pou verser d'l'incre dins nos incriers blancs in porcelaine. J'veos acore les grandes boutelles de l'marque Renard. Après ch'éteot du carcul, des tapes de multiplicatieon, des dictées ou bin acore, in géographie, l'cours de l'Esqueaut dins l'traversée d'Tournai, i-falleot connaite l'neom des peonts et des quais. L'maîte i-nous poseot des questieons du genre : "Pol a siept peommes, i-in perd eine, i-in minge eine et i-in acate deux nouvelles, combin qu'i-a d'peommes in tout ? " et ch'est ainsin qu'on appreneot à faire des carculs ou bin à écrire ave Noémie qui alleot à Ninove, ave Firmin qui aveot d'bieaux lapins.

A dix heures, on sorteot à l'récréatieon, ch'éteot l'deuxième mi-temps du match et les cow-boys preneot'ent alors leur orvanche su les indiens qui éteot'ent pus nombreux au matin. Dins eine classe, l'maîte prépareot l'Horlicks, eine sorte d'cacao ave du lait in poudre et d' l'ieau. Comme i-aveot à peine dix ans que la guerre éteot finie, i-falleot boire du lait pou fortifier les esquelettes, les ossieaux. Pus tard, on alleot même créer la "Brigade M". Pou ête mimbre, i-falleot dessiner les vingt-cheonq verres de lait que t'éteos sinsé avoir avalés. Quand ein jour, j'ai vu m'comarate Pol m'moutrer fièr'mint s'carte, li qui n'aveot jamais pu avaler eine goutte de lait, je m'sus dit que l'fuelle qu'i aveot complétée ch'éteot ein ramassis d'mintiries

I-aveot eine cosse qui nous a toudis, à tertous, fait peur, ch'éteot pos l'zéreo que l'maîte i-metteot à l'feos, ch'éteot pos l'visite de l'inspecteur (pou nous mette à l'aisse, l'maîte nous diseot que ch'néteot pos pou nous eautes mais pou li qui v'neot), ch'éteot pos neon pus l'veox puissante d'Arthur Vincent, l'maîte de deuxième ainée, qui diseot "Torrrrrdu" quand l'leçeon n'éteot pos connue, ce qui nous f'seot peur, ch'éteot l'feu qui aveot au mitan de l'classe, ein monstre qui ronfleot, qui claqueot, qui souffleot. On i-metteot des boulets et eine feos, l'poêle au carbeon, i-a esplosé, cha a fait "boum", l'buse qui traverseot l'classe, elle a trimblé et l'suie elle a cait, ein véritape neuache. On a été ainsin trinsformé ein ramoneus d'queminée. On nous a inveyé à no maseon, ave ein meot du maîte et ses regrets sincères pour n'pos s'faire attraper pa l'mopère ou l'mamère.

A l'fin du prumier trimestre, jusse avant les vacances de l'Noë, on nous d'mindeot de v'nir ave ein essuie, ch'éteot pou y mette l'coquile aux rogins ave ein p'tit Jesus tout rosse, in chuque. I-aveot des galfards qui n'aveot'ent pus besoin de l'essuie pou ortourner à leu maseon, avant qu'on seonne l'fin des cours, i-z'aveot'ent d'jà tout minger. 

Pou vir si on aveot appris eine séquoi, i-aveot des compositieons à l'Noë, à Pâques et au meos d'juin. Ch'éteot des momints difficiles, on saveot si on aveot acouté, appris, étudié, ortenu et surtout compris. Su l'bulletin que les parints deveot'ent signer, i-éteot marqué : prumier sur trinte ou bin trintième su trinte. Ch'eteot l'verdict de l'ouvrache que t'aveos fait pindant l'ainnée, pos eine appréciatieon qu'on peut interprêter dins tous les sens comme asteur. I-aveot des tiêtes de classe et des baudets. Vous vous rindez queompte si asteur l'maîte ireot traiter ein infant d'baudet, bé l'lind'min pa les parints ou les mofrères i-est arringé, ch'est à l'hôpital qu'on va l'ortrouver et ein psychologues i-dépos'reot plainte pasque l'gosse i-risque d'ête traumatisé. I-feaut dire que, à c'temps-là, ch'éteot pas acore l'sièque d'infant-roi, pou beauqueop, i-a des p'tites cliques qui ont été à la base de grands déclics et si des savants ont pu inveyer ein heomme su la lune, ch'est pasqu'à l'école i-zont, à la feos, orchu eine pétite prune et aveot'ent été à l'durte école de l'vie. Asteur te deonnes tout pou ti ête tranquille et t'es saisi que les infants n'se feont pus d'bile. Pourquoi travailler, à l'fin d'l'ainnée, i-ara s'PC, pourquoi s'casser l'nénette, on finira bin pas l'abonner à internet ! Pasqu'on n'a pus d'autorité, on li acate tout ce qui a su l'marché. 

Asteur, les mintalités ont bin cangé, je n'sais pos si on peut appeler cha ein progrès. On n'veot pus ses bandes d'infants partir contints à l'école jeuant insanne tout au leong du qu'min. Les parints veont les conduire in auteo et avec, on rintrereot bin dins l'école pou les déposer près du tabléeau. Dins leu sac, i-n'ont pus d'pleumier, pus d'gomme, pus d'rapporteur mais eine calculette, ein baladeur et ein télépheone. On apprind pus l'écriture, i-feaut vir asteur les chiftures. Quand on pose eine questieon, on deonne treos solutieons faut queusir l'beonne, à l'feos, à l'intuitieon. Et après on est tout paf qui n'ont pos d'qualificatieon et qu'au lieu d'aller ouvrer i-restent à leu maseon ! I-suffit d'vir les jeux à l'téléviseon pou comprinte ceulle désolatieon

Vous veyez, je m'laiche ichi importer, ch'n'est pos bin d'ainsin parler mais j'sais bin que vous allez m'pardeonner. J'sus hureux d'avoir connu l'école d'avant, elle deonneot du corache, elle nous appreneot l'goût d'l'effort, elle nous rindeot pus fort pa d'vant les pièches de l'vie, ch'éteot vraimint ein temps béni. 

(lexique :  pétête : peut-être / l'raminvrance : le souvenir / ceulle : cette / dusque : où / les p'tits quious : les enfants en bas âge / adeon : donc / jusse : juste / m'mamère : ma mère / septimpe : septembre / orchu : reçu / béteôt : bientôt / asteur : maintenant / ein pleumier : un plumier, ustensile classique disparu au profit de la trousse fourre-tout / beos : bois / orcouvrir : recouvrir / les lifes : les livres / laicher : laisser / l'quémin : le chemin / jeuer aux marpes : jouer aux billes / bin seûr : bien sûr / avancher : avancer / on pierdeot : on perdait / le noirglas : le verglas / les richoires : les glissades / les sorlets : les souliers / l'cloque : la cloche / tout seu comme ein tchien : tout seul comme un chien (se dit souvent de celui qui est seul et à l'air malheureux) / l'incre : l'encre / l'carcul : le calcul / l'Esqueaut : l'Escaut / l'neom : le nom / l'orvanche : la revanche / les esquelettes : les squelettes / les ossieaux : les os / l'fuelle : la feuille / des mintiries : des mensonges / eine cosse : une chose / toudis : toujours / tertous : tous / ête à l'aisse : être à l'aise / nous eautes : nous autres / l'veox : la voix / l'carbeon : le charbon / cait : tombé / ein véritape neuache : un véritable nuage / l'quéminée : la cheminée / l'coquille aux rogins : la coquille aux raisons, pain-gâteau confectionné en période de Noël, de la forme d'un enfant emmailloté, aussi appelé cougnou ou cougnolle en Wallonie / rosse : rose / l'chuque : le sucre / des galfards : des gourmands / eine séquoi : quelque chose / l'Noë : la Noël / acouté : écouté / ortenu : retenu / prumier : premier / l'ouvrache : le travail / queompte : compte / l'lind'min : le lendemain / les mofrères : les frères / ortrouver : retrouver / pasque : parce que / l'sièque : le siècle / beauqueop : beaucoup / à l'feos : parfois / durte : dure / cangé : changé / contints : contents, heureux / insanne : ensemble / leong : long / chiftures : mauvaises écritures, pattes de mouche / ête tout paf : être stupéfait / ouvrer : travailler / comprinte : comprendre / acater : acheter / vous veyez : vous voyez / l'corache : le courage / pa d'vant : devant / les pièches : les pièges).

(S.T. juillet 2013).

19:00 Écrit par l'Optimiste dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (4) | Tags : tournai, patois, picard |

Commentaires

Que de souvenirs encore une fois, Serge ! Je m'y retrouve tout à fait... Je ne vais pas énumérer les nombreux points communs mais te parler uniquement du chemin de l'école : mes petites amies et moi, nous jouions aussi, entre le centre-ville et les Ursulines. Je vais me contenter de citer un des jeux personnels qui a particulièrement marqué notre mémoire : nous retournions à la maison en "galopant", nous imaginant sur des chevaux. Nous avions créé un relais à la Halle-aux-Draps où nous "changions nos chevaux". Puis comme nos routes se séparaient à la salle des Concerts, nous y laissions "nos chevaux" qu'on attachait aux colonnes. En retournant à l'école, nous nous attendions et nous reprenions nos montures ! Comme toi, tu vois, j'ai plein de souvenirs merveilleux de mon enfance dans les années 50...

Écrit par : Jacqueline | 20/07/2013

Répondre à ce commentaire

Salut "Serch'" !
Certain ! J'ai une "paire d'années" en plus que toi ... même plus qu'une paire - mais quand je lis tes "raminvrances" concernant l'école maternelle et l'école primaire, que ce soit dins les écoles de l'Ville ou bien au villache "Warchin" en l'occurrence, on a vécu les mêmes "affaires". Certes, au "villache", il y avait moins d'élèves. Je ne ferai pas ici un parallèle entre nos années d'école ... au siècle passé ( Tu te rends compte ? : "Siècle passé ! ) because j'aurais un texte aussi long que le tien ci-dessus. Au hasard : les "Betterfood" pour le "10 heures": De mon temps, ça n'existait pas ! On mangeait assez au déjeuner ( Et pos au p'tit déjeuner comme on dit pour snober les Français ! ) les grosses tartines avec du beurre de la ferme ... Maton, la ferme en face de notre maison, que Rachelle et Maurice avaient fabriqué ; et sur les tarines, ou une couche de fromage blanc fait "maison" ou une couche de confiture de groseilles rouges que ma grand-mère Esther ( ndla : DCD à Warchin à l'âge de 100 ans, 5 mois et 24 jours ) avait fabriquée et mise à "bouillir" dans sa grande marmite en cuivre, la stocker dans des pots en verre etc. etc. J'arrête parce que tu vois, comme déjà suggéré plus haut, j'en aurais encore à raconter.
Autre temps, autres moeurs, comme on dit. Les époques ont toutes leurs avantages mais aussi, leurs inconvénients. J'en profite pour faire un bonjour - J'en suis certain que de tout en haut (pour ceux qui y croient !)- il est déjà midi moins vingt et ils sont déjà réveillés - ils m'entendront : "Bonjour, Madame BREBART, vous notre "Madame" de l'école des p'tits à la rue d' Eglise et vous, Monsieur VAN OVERSCHELDE Abdon, ... de l'école des garçons ( où il y a actuellement le Comité de Quartier ), vous l'homme qui avait certainement une ... "baguette magique" toujours tenue cachée et jamais vue, pour avoir réussi à former, lancer et faire réussir dans la vie tant de vos écoliers. J'espère ne pas être sorti du sujet mais je devais rendre hommage à ces deux personnes unanimement appréciées. Si j'avais été une fille ... comme mes trois soeurs, j'aurais aussi évoqué "Mademoiselle BOURY" etc. etc.
Salut "Serch" ! A l'prochaine ! -- Jacques

Écrit par : jacques DE CEUNINCK | 22/07/2013

Répondre à ce commentaire

J'espérais secrètement que ces articles de souvenirs susciteraient des commentaires et en voici deux excellents. Si vous aussi vous avez des anecdotes concernant votre jeunesse, n'hésitez pas à me les communiquer. L'Optimiste.

Écrit par : l'Optimiste | 22/07/2013

Répondre à ce commentaire

On le vivrait presque rien qu'à vous lire même si je suis... BEAUCOUP plus jeune que vous lol. Merci Serge. Je partage

Écrit par : V.Grimonprez | 27/07/2013

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.