12 juil.
2013

Tournai : expressions tournaisiennes (232)

Raminvrances d'vacances

Su l'plache Verte, l'heomme i-est assis su l'pas de s'porte ravisant eine bande de p'tits rotleots qui jeue'tent à l'balle su l'terrain, pa d'vant s'maseon. A près d'soixante-siept ans, s'jeonesse est d'jà bin leon. Dins les ainnées chinquante, li, i-jeueot au mitan de l'rue A-Peos in f'sant attintieon quand i-passeot, à l'feos, eine auteo. I-n'aveot pos d'danger d'ête rinversé pasqu'ave les greos pavés comme des capieaux d'curé, l'conducteur n'alleot pos bin vite tell'mint i-éteot s'queué.   

In tirant su s'touquette et in ravisant meonter l'feumée, ov'là tout à n'ein queop qui s'ortruèfe au temps passé. 

"Batisse, dusque t'es acore m'pétit mimisse", l'veox d' s'mamère réseonne acore dins s'tiête. 

I-éteot né, pindant la guerre, dins l'quartier Sainte-Magritte comme Jean Noté que s'mopère écouteot religieus'mint su l'tourne-disque, l'soir, à l'écrienne. I-conniseot, par coeur, "l'Crédo du Paysan" ou "L'cancheonne des blés d'or". S'mamère n'aimeot que Luis Mariano et s'preneot pou Carmen Sévilla, i-falleot l'intinte canter "La belle de Cadix" et quand elle berleot "Aie aie aie", ch'éteot surtout aux orelles que cha f'seot du mal.

A s'maseon, on n'éteot pos bin riche et on n'parteot pos pou les congés. Pourtant, jamais, i-n's'a imbêté.

Dins du papier gris, s'mopère li aveot fait ein dragueon qu'i-alleot faire voler su l'plaine quand i-aveot du vint, s'mamère li aveot cousu eine grande toile et ave deux branques d'arpe i-construiseot eine tente d'indien et i-s'preneot pou Cochise. 

Comme beauqueop d'infants du quartier aveot'ent orchu ein tambour à l'fiête de Saint-Nicolas, i-aveot'ent fait ein groupe qui défileot dins l'rues et les rulettes et, li, porteot fièr'mint l'drapéeau dusqu'i-aveot écrit : "Fanfare des Infants d'Sainte-Magritte".

L'diminche, après-deîner, ave ses parints i-alleot pourméner. L'gardin d'la Reine, l'fontaine Saint-Eloi, l'Beos d'Ere ou l'écluse de Kain, ch'éteot pos fort varié mais i-aveot toudis à s'occuper. Au gardin d'la Reine, i-donneot du pain aux canards, i-raviseot les pisseons et i-s'asseyeot su ein banc pou minger l'morcieau d'podinque que l'mamère aveot importé dins s'cabas. A l'écluse de Kain, i-saveot rester des heures à orwettier les p'tits batéeaux in papier que l'mopère i-aveot fait ave l'gazette de l'velle. A l'Fontaine Saint-Eloi, à Froyennes, i-cacheot après les épinoques qu'i- essayeot d'attraper ave ein fil attaché à eine baguette. A Ere, i-z'alleot'ent aux jours de grantes caleurs, pou ête à l'fraîque, là-va, à forche d'les intinte i-pouveot orconnaîte tous les cants d'osieaux. Mais l'pus bieau des diminches, ch'est quand i-z-alleot'ent rinte visite à matante Elise qu'i-habiteot eine belle maseon au bout de l'chaussée d'Lille. Elle gardeot des galettes dins eine belle boîte in fier et elle serveot un jus d'chitreon qu'elle conserveot dins s'glacière. Bin souvint quand i-rintreot l'soir i-n'saveot pus souper, 

"Te n'sais pus acore dire flip" qu'elle li diseot s'mamère in orwettiant ave ein sourire s'mopère.

A l'feos, au meos d'juillet, l'Tour de France passeot à Tournai, ch'éteot l'époque des Coppi, Bartali ou bin Bobet. Treos heures avant l'passache de l'caravane publicitaire, no Batisse i-éteot installé su s'cayère et i-n'falleot surtout pos pinser à l'décholer. Quand l'dernier coureu i-éteot passé, on alleot écouter l'arrivée à l'radio. L'reporter, ch'éteot Mossieu Luc Varenne, ein Tournisien, qu'on diseot ein p'tit peu...chauvin. I-oblieot bin souvint Coppi, Bartali et Bobet et parleot surtout de Jean Brankart, de Rik Van Steenbergen ou de Noël Foré.

Pindant tout l'Tour de France, l'quartier Sainte-Magritte dev'neot l'Hexagone. Su des vieux véleos, les infants disputeot'ent chaque jour des étapes. L'meontée de l'rue A Peos s'transformeot ein jour in meont Ventoux et ein eaute, in Galibier ou bin in Tourmalet. Su l'boul'vard Bara, on les veyeot sprinter, l'nez dins l'guideon, comme Darrigade ou Van Looy et les pavés de l'rue Roc Saint-Nicaise éteot'ent l'arrivée à Roubaix. I-aveot toudis eine pétite file pou ormette l'bise au vainqueur, ch'éteot pétête pou ceulle raiseon que les courses éteot'ent toudis si disputées. No Batisse i-éteot bin souvint à l'dérive, on l'appeleot "lanterne rouche". I-n'queompteot les feos qu'i-aveot bourlé, l'lanterne Batisse éteot surtout rouche... d'mercurochrome !

L'pus bieau jour des vacances, ch'éteot quand Désiré, l'laitier, i-organiseot eine journée à la mer. I-metteot des banquettes dins s'camionnette et, bin teôt au matin, à sipet ou huit i-parteot'ent pou La Panne. Chint kilomètes à peine, mais eine véritape expéditieon, surtout qu'i-n'aveot pos acore d'autoroute et qui falleot passer pa l'route qui alleot d'Dottignies à Mouscron. Ch'éteot des gros pavés, des bosses et des fosses, i-falleot bin s'tenir pou n'pos taper s'tiête au plafeond de l'camionette. A Ypres, on s'arrêteot su l'Grand'Plache pou déjeuner et s'dégourdir les gampes. On arriveot à la mer presque à l'heure du deîner. Pos d'problème pou l'menu, d'avanche i-éteot connu, ch'éteot moules-frites et Rodenbach et puis de l'glache. Au soir quand on orveneot, i-aveot intérêt que l'moules-frites i-soichent passées car sur l'route de Mouscron à Dottignies et ses pavés, ch'éteot jeones de cat asseurés. Batisse et ses parints aveot'ent fait ein bieau voyache, on aveot bin mingé, bin bu, on aveot passé eine belle journée mais... on n'aveot pos eu l'temps d'vir la mer...

Quand Batisse i-orcommincheot l'école, l'prumier du meos d'sétimpe, à ses amisses, i-n'raquonteot pos, comme asteur, s'voyache in Italie ou bin in Tunisie, i-n'aveot pos vu l'cirque de Gavarny ou bin l'Aiguille du Midi mais, dins s'tiête d'infant, i-aveot l'raminvrance d'chintaines d'avintures et i-n'aveot pos vu passer les congés.

"Goal !".

Les infants su l'plache Verte aveot'ent marqué un but, i-n'aveot pos ein bleu tchien pou les applaudir mais i-salueot'ent ein public imaginaire, tout cha a ramené no Batisse à l' réalité. 

Final'mint, on éteot pos pus malhureux dins l'temps, on n'aveot pos internet, pos d'tablette, pos d'mobile, pos d'i-pod, ni d'i-pad, on n'aveot même pos l'télévisieon mais on n'aveot eine richesse qu'on est in train d'pierte, cha s'appeleot l'imaginatieon.  

 

(lexique : raminvrances : souvenirs / l'plache : la place / ravisant : regardant / les rot'leots : les roitelets, ce mot désigne les petits enfants / s'jeonesse : sa jeunesse / leon : loin / au mitan : au milieu / l'rue A Peos : la rue As-Pois / les capieaux : les chapeaux / s'touquette : sa pipe / l'feumée : la fumée / tout à n'ein queop : tout à coup /  s'ortruèfe : se retrouve / dusque t'es : ou es-tu ? / mimisse : petit mot gentil donné le plus souvent à un enfant, où... à jeune fille qu'on fréquente / l'veox : la voix / Sainte-Magritte : Sainte-Marguerite, quartier de Tournai / s'mopère : son père / à l'écrienne : à la veillée, moment situé à la tombée du jour, avant qu'on allume les chandelles, appelé aussi "l'noir quart d'heure" / s'mamère : sa mère / l'intinte canter : l'entendre chanter / berler : crier / les orelles : les oreilles / imbêté : ennuyé / ein dragueon : un cerf-volant / les branques d'arpes : les branches d'arbres / orchu : reçu / l'fiête : la fête / les rulettes : les ruelles / après-deîner : textuellement après-dîner, désigne l'après-midi / pourméner : promener / toudis : toujours / raviser : regarder / les pisseons : les poissons / l'podinque : le pudding (voir recette publiée précédemment) / orwettier : autre mot pour regarder / l'velle : la veille / cacher après : chercher / les épinoques: les épinoches, petits poissons avec des épines sur le dos / caleurs : chaleurs / à l'fraîque : au frais / à forche : à force / les cants : les chants / rinte : rendre / matante : tante / in fier : en fer / chitreon : citron / à l'feos : parfois / treos : trois / l'cayère : la chaise / pinser : penser / décholer : faire partir, déloger, faire déguerpir / oblier : oublier / pétête : peut-être / ceulle : cette / bourlé : tombé / véritape : véritable / les gampes : les jambes / l'glache : la glace / faire des jeones de cat : vomir / vir : voir / orcommincher : recommencer / sétimpe : septembre / ses amisses : ses amis / ein infant : un enfant / des chintaines : des centaines / i-n'aveot pos ein bleu tchien : textuellement il n'y avait pas un bleu chien, il n'y avait personne / pierte : perdre).

(S.T. juillet 2013)

19:00 Écrit par l'Optimiste dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (8) | Tags : tournai, patois, picard |

Commentaires

Merci Serge. Quels souvenirs tu remémores ce matin ! Merveilleuses années 50 !
C’est tout à fait ce que j’ai vécu aussi. Notamment les promenades dominicales à la Fontaine St Eloi, au bois d’Ere, au Jardin de la Reine, à l’écluse de Kain...
Il y a juste le mot “écriennes” que je ne connaissais pas. On ne disait pas ce mot là chez moi.
Figure-toi que Jean Noté a “fréquenté” mon arrière-grand-mère, Clotilde Dujardin. Mais il est parti étudier à Paris et Clotilde a fini par épouser Joseph Nef. Quand on parlait de Jean Noté, maman disait toujours : “mon grand-père raté” ! Je lui répondais que non : si Clotilde avait épousé Jean Noté, une de leurs petites-filles n’aurait absolument pas pu être maman. Mais elle a quand même continué jusqu’à sa mort à dire “mon grand-père raté” et j’y pense chaque fois que je passe devant le monument de Jean Noté au cimetière !
Continue à nous faire plaisir le plus longtemps possible par tes mots si agréables !
Jacqueline

Écrit par : Jacqueline Driesens | 13/07/2013

Répondre à ce commentaire

De retour de vacances, je viens faire un tour sur ton blog. Passe une bonne semaine et à bientôt.

Écrit par : Un petit Belge | 15/07/2013

Répondre à ce commentaire

Merci pour ces vieux souvenirs Serge. Bonnes vacances

Écrit par : V.Grimonprez | 18/07/2013

Répondre à ce commentaire

Bonsoir Serge,
Je viens de lire ceci sur FB dans un groupe de Tournai où je partage très souvent vos "expressions tournaisiennes" qui y sont plus qu'appréciées...
N'étant pas aussi douée que vous pour traduire ce menu c'est en toute amitié que je me joins à cette personne pour vous solliciter.
Bien à vous Serge. Bonnes vacances à vous et à tous ceux que vous aimez.
...

Dominique Prieels
je sollicite les "vrais tournaisiens" pour rendre service a mes voisins( personnes âgées qui n'ont pas internet). Il m'ont demandé de traduire un petit menu en patois tournaisien , mais comme je le comprends mais ne s'est pas l'écrire sans faute. Est-ce que quelqu'un m'aider, voici le texte: Menu.

Je voudrais bien un Apéro et ces amuses gueules .
Melon au jambon "Serano" .
Après cela "Paella", et pour finir quelque chose de frais, de la tarte glacée ou de la tarte maison avec les cerises du jardin.
Et si vous avez le gosier sec , il y a toutes sortes a boire.
Bon appétit et grosse "bouffe".

Je s'est que le jambon serano et la paella n'est pas très tournaisien , mais ce n'est pas moi qui est composé le menu. Je vous remercie d'avance pour eux."

Écrit par : V.Grimonprez | 26/07/2013

Répondre à ce commentaire

On sait que le Tournaisien est un bon vivant, on pourrait donc traduire le menu de Véronique comme ceci :
Pou commincher, ein apéreo ave ses misses in bouque
et pou suife du meleon au gambeon Serano
ov'là asteur l'Paella comme in Espane ave s'risse (riz), ses moules et ses guernates (crevettes)
Infin si vous avez acore de l'plache : eine tarte à l'glache ou bin eine avec des cérisses de m'gardin.
Bin seûr, pou n'pos avoir ein gosier comme ein bas d'soie (ou bin si vous avez l'gosier qui déminche), i-ara bin des cosses à boire.
Beon appétit ! L'Optimiste

Écrit par : l'Optimiste | 26/07/2013

Répondre à ce commentaire

Quel plaisir de vous lire Serge!!! Je vous remercie pour cette traduction et m'en vais de ce pas (en votre nom) partager ce menu avec cette personne.
Très bon week-end à vous et aux vôtres.
Amicalement Véro

Écrit par : V.Grimonprez | 27/07/2013

Répondre à ce commentaire

De Dominique Prieels... je vous remercie madame V.Grimonprez , ainsi que votre Serge l'optimiste... pour votre aide. Mes voisins sont enchantés, ils auront une pensée pour vous lors de l'apéro. Je leur aie conseillé de boire un verre de "tournaisien" quand même!!!!!!!!encore merci.

Écrit par : V.Grimonprez | 27/07/2013

Répondre à ce commentaire

Tournai : expressions tournaisiennes (232) : Visite virtuelle de Tournai, est quelque chose de grand. J'adore votre site.
Salutations

Écrit par : banquettes bar | 20/08/2013

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.