29 juin
2013

09:25

Tournai : expressions tournaisiennes (230)

L'dernière d'Edmeond.

Ein bic à m'main, pa d'vant m'blanque fouèlle, j'sus mansé, j'ai l'larme à l'ouel.

Ch'est arrivé lindi matin, m'n'amisse i-est mort dins s'gardin. I-n'éteot pourtant pos malate, i-éteot allé querre eine salate. Ne l'veyant pos pou l'apéreo, Fifinne aveot toqué au carréau et comme elle n'a rien intindu, vite, dins l'gardin elle a queuru. I-éteot là cai ave s'louchet, jusse à côté de s'meont d'feumier. I-aveot ses is tout grand ouverts, pou li, on n'pouveot pus rien faire. On a intindu braire Fifinne dins tout l'ruache m'a dit Céline, l'belle-file d'eine de ses voisines. A l'velle de ses septante-chinq ans, Edmeond nous a laichés in plan.

A chinq heures de l'après-deîner, Mossieu Ladavid i-a seonné, ave eine heomme i-est v'nu l'querre pou l'mette dins eine campe funéraire. Là-va quanç'que j'sus allé l'vir, i-aveot comme ein leuger sourire, in mi-même, je l'veyeos s'lever pou eine dernière blaque m'raqueonter. Hélas, j'ai du m'faire eine idée, jamais pus i-n'areot parlé.

L'intierr'mint i-a eu lieu jeudi, on éteot tertous réunis.

L'curé pindant l'homélie, i-nous a raqueonté s'vie. Edmeond, ch'éteot ein infant d'file, né avant-guerre à l'chaussée d'Lille, s'mamère s'app'leot Pleuvinache, ch'éteot eine jeone file d'ein villache. I-viveot'ent dins ein taudis, eine camuche au feond d'ein roduit, ch'est à l'candelle qu'on s'éclaireot et dins ein puche qu'on preneot l'ieau. In chinquante-chinq, les Pleuvinache i-seont partis au Vert Bocache. Edmeond, bin seûr, i-aveot grandi, mais i-n'aveot jamais forchi. A l'école i-n'a rien appris, pou l'récré i-aveot l'prumier prix et, su l'quémin, i-batt'lieot ave les ceusses de Don Bosco. I-a pos à dire mais l'paufe mamère, on l'a bin souvint vu braire.

A ses vingt ans, tous les sami'dis, ch'éteot bal au Roi des Radis, i-aveot eine fan de Rock Crosy, eine bach'lette qui li f'seot invie, mais, i-n'oseot pos li parler, pa-d'vant elle, i-éteot muet.

"Feaut arrêter tes berdouillaches, on direot que t'as vu caire l'orache, mi, m'préneom ch'est Joséphine, mais on m'appelle toudis Fifinne et j'ouèfe tout l'sémaine à l'usine". I-n'éteot pus questieon d'orache, Fifinne aveot reompu l'glache. Elle l'a présinté à s'mopère et li, i-a fait l'même à s'mamère. Et i-n'feaut pos ête fort malin pou adveiner l'suite des évèn'mints. Ein capuchin, l'Père Philotée, à Saint-Lazare les a mariés.

I-pourméneot'ent toudis à deux, main dins la main comme des amoureux, hélas, i-n'eont jamais eu d'descindants, on a dit à causse d'ein mauvais sang.

Ch'éteot des fidèles de l'Unieon, in déplach'mint ou à l'maseon. Pindant l'derby, su les gradins, on n'intindeot que mes deux gins. Quervés, au soir dins l'grande buvette, i-fiêteot'ent victoires ou défaites. Tout de l'leonque du qu'min pou l'rue Montifeaut, on intindeot bin souvint Edmeond qui berleot

On n'les veyeot jamais à messe, bin seûr, acore moinse à confesse mais i-franchisseot'ent l'portail, chaque feos qu'i-aveot des funérailles. 

"Allez, Mossieu l'curé, n'vous faites pos prié, v'nez ave mi boire ein p'tit godet"

L'heomme d'églisse nous a ravisés, i-nous a ainsin avoué :

"Quand i-diseot cha, cha m'feseot toudis pinsé, au garcheon d'ein amisse qu'i-éteot cancheonnier".

"Mieux veaut l'bière dins l'corps, que l'corps dins l'bière", je m'sus rapp'lé ses paroles au momint de l'dernière prière. 

Quand l'cerqueul i-a quitté l'églisse, on a vu braire tous ces amisses, i-z'éteot'ent tertous au cimetière quand on l'a confié à l'tierre, i-orpose asteur à Navieaux pa bin leon de l'rue Montifeaut.

Cha fait près d'deux chint luméreos que ses esploits j'vous raqueonteos. Dins m'tiête i-a eine plache inoccupée comme à l'terrasse de ses cafés. Quand l'vint soufièlle dins m'n'orelle ou qu'eine eine larme coule de m'n'ouel, j'l'intinds berler :"Alors l'Optimiste, à m'mote que t'as l'air bin triste".

J'comprinds que cha deot ête dur pour les gins qui liseot'ent ses avintures mais ch'éteot pou mi ein devoir, aujord'hui, de vous l'faire savoir.

Tout à n'ein queop, ov'là qu'on seonne, l'cloquette dins m'tiête réseonne, je m'surprinds à ouvère ein ouel, j'sus ébloui pa l'solel. Quoisque cha peut ête à cette heure ? I-est beauqueop trop têot pou l'facteur ! Ouvrant l'porte de l'maseon, j'ai bin failli perte l'raiseon, pa-d'vant mi, Edmeond et Fifinne, j'ai orculé jusqu'à l'cuisine. 

"Quoique t'as, t'est pos bin portant, te m'orwettes tout biête et t'es blanc, quoisqu'i-a, bé cha alors, on direot qu'on t'a j'té ein sort ! ".

"Mo Dieu, Edmeond, te n'es pos mort ?"

"Neon, jusqu'asteur, j'vis acore".

J'n'ai pourtant pos été couché tard pou faire ein parel cauchemar, ch'est seûrmint l'morcieau d'cervelas qui m'a mis dins tous ces états. 

 

(lexique : eine blanque fouèlle : une feuille blanche / ête mansé : être oppressé, angoissé, serré / l'ouel : l'oeil / lindi : lundi / s'gardin : son jardin / malate : malade / querre : chercher / eine salate : une salade / toqué : heurté, frappé / l'carréau : la vitre / queurir : courir / cai : tombé / l'louchet : la bêche / jusse : juste / l'meont d'feumier : le mont de fumier / les is : les yeux / braire : pleurer / l'ruache : populairement un quartier, une rangée de maisons / laichés in plan : laissés en plan, abandonnés / eine campe : une chambre / quanç'que : quand / leuger : léger / eine blaque : une blague, une plaisanterie / l'intierr'mint : l'enterrement, les funérailles / tertous : tous / ein infant d'file : un enfant de fille, un enfant naturel / s'mamère : sa mère / eine camuche : un cage à lapin / ein roduit : un réduit, un endroit retiré / l'candelle : la chandelle, la bougie / eine puche : un puits / l'ieau : l'eau / l'Vert Bocache : le Vert Bocage, nouveau quartier de maisons sociales construit dans les années cinquante / bin seûr : bien sûr / forchi : étoffé, grossi / l'quémin : le chemin / les ceusses : ceux / l'paufe : la pauvre / eine bach'lette : une fille délurée / les berdouillaches : émissions de paroles peu distinctes / caire : tomber / l'orache : l'orage / toudis : toujours / j'ouèfe : je travaille / l'glache : la glace / s'mopère : son père / adveiner : deviner / ein capuchin : un père capucin / i-pourméneot'ent : ils promenaient / à causse : à cause / quervés : ivres / tout de l'leonque : tout au long / berler : crier / aller à confesse : aller se confesser / raviser : regarder / cancheonnier : chansonnier / l'cerqueul : le cerceuil / Navieaux : littéralement "navets" désigne l'un des deux cimetières de Tournai, celui situé au Nord de la ville, l'autre se nomme Mulette / leon : loin / l'luméreo : le numéro / eine plache : une place / souffièle : souffle / l'orelle : l'oreille / à m'mote : à mon idée, à mon avis, selon moi / béteôt : bientôt / tout à n'ein queop : tout à coup / l'cloquette : la clochette / orculé : reculé / orwettier : regarder).

S.T. juin 2013.  

09:25 Écrit par l'Optimiste dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : tournai, patois, picard |

27 juin
2013

10:55

Tournai : les festivités de juillet

En ce premier mois des vacances, les activités bien souvent sous chapiteaux vont nous emmener aux quatre coins de l'entité tournaisienne. De la musique, des concerts, des shows, des jeux et des barbecues...


Du vendredi 5 au Dimanche 7, Maulde, "Fête des jeunes" concert de la fanfare de Maulde, Musique 2000, Paul Severs et ses danseuses, soirée spéciale Années 80, randonnées 4x4, balades pédestres...

Du vendredi 5 au dimanche 7, Blandain-Hertain, "Gymkhana tracteurs", animations avec Jenny Johns Show, soirée techno...

Du vendredi 5 au dimanche 7, salle Chez Nous, "Saint-Martin en Fête", balade cyclo, animations diverses, repas...

Samedi 6 et dimanche 7, Warchin, salle de l'école, "Les Crazy Girls" et "le Marvis Star Show"

Dimanche 7, Tournai, le Vieux Marché aux Poteries prend "un air de Montmartre", peintres, dessinateurs, sculpteurs...

Du Vendredi 12 au dimanche 14, Melles, "week-end Mooky Toy's", trial 4x4, show transformiste, show Claude François avec Alain Dès, jeux inter-quartiers...

Dimanche 14, Mont Saint-Aubert, "Fête du pain", petits déjeuners, messe en picard, balades découvertes, concert, repas campagnard, animations diverses, bal populaire et feu d'artifice.

Dimanche 21, Grand'Place, à l'occasion de la Fête nationale, animations musicales, jeux pour enfants, orchestres, en vedette Herbert Léonard, à 23h feu d'artifice.

Dimanche 21 juillet, Blandain, "Grande Brocante" animations diverses, exposition autos-motos anciennes, bourse militaria, concert rock, balades en poneys...

Vendredi 26, Ere, "Soirée Conc'Ere" avec le groupe Goldmen (cover de Jean Jacques Goldman), Plastic Bertrand, la Bande à Basile.

A partir du 26 juillet " quai Andréï Sakharov, "Tournai la Plage", journées thématiques, festivités, jeux, soirées dansantes...

Du vendredi 26 au dimanche 28, Gaurain-Tamecroix, "Gaurain en Fête", randonnée moto, initiation à l'arbalète, tournoi de Badminton Beach, foire aux moules, foire aux steaks, The Crystal Show, Paul Severs et ses danseuses.

Samedi 27, Tournai, esplanade du Conseil de l'Europe, 17h, " Tournai Tempo Festival" avec Lilo, Wendy Nazaré, Quentin Mossiman et Pascal Obispo

Dimanche 28, Tournai, esplanade du Conseil de l'Europe, 17h,  "Tournai Tempo Festival", avec RMS, Abbey Road (cover des Beatles), Roger Hodgson (le chanteur de Supertramp). 


Pour les expositions, voir le programme paru dans l'article concernant les festivités de juin...

23 juin
2013

19:27

Tournai : l'immobilier a le vent en poupe !

Comme cela a déjà été évoqué, on peut estimer à plus de huit cents le nombre de logements neufs qui seront mis à la disposition d'acheteurs dans les quatre années à venir. La construction a donc le vent en poupe même si un promoteur a été déclaré récemment en faillite.

Dans le centre-ville, c'est-à-dire dans la partie délimitée par les boulevards périphériques, et dans les proches faubourgs, de nombreux chantiers sont en cours, programmés ou à l'état de projet.

A la place du Becquerelle, le chantier de construction du nouveau siège social de "l'intercommunale Ideta" progresse, le gros oeuvre se termine. Le projet dénommé "CIté" comprendra 2.750 m2 de bureaux répartis sur un rez-de-chaussée et quatre niveaux, il abritera la  nonantaine de collaborateurs et un centre d'entreprises dénommé "Hub Green" destiné à des entreprises spécialisées dans les énergies renouvelables. De part et d'autre de cet immeuble, on réalise, sur le quai Saint-Brice, vingt-neuf appartements de standing avec vue imprenable sur l'Escaut et les cinq clochers et dans la rue du Becquerelle, douze appartements moyens, enfin, sur la place du Becquerelle, deux crèches, dont une pour sept enfants handicapés physiques et mentaux. Le tout sera complété par un parking souterrain comprenant cent emplacements et un jardin paysager. 

A l'avenue de Troyes a débuté le chantier de construction de la "résidence du Casino", on y érige un immeuble comprenant un rez-de-chaussée commercial, trente-trois appartements de standing, quarante-deux emplacements de parking, le tout au milieu d'un espace vert à deux pas du rond-point de l'Europe, une des principales entrées de ville.

Sur la place de Lille, l'ancien hôtel "Aux Armes de Tournay" subit lui aussi un lifting et verra la création de nouveaux appartements. A quelques mètres de là, les travaux ont débuté à l'église Sainte-Marguerite, huit appartements de haut standing vont y être réalisés, celui situé sous les combles profitant d'une vue panoramique sur la cité. 

En haut de la rue des Carmes, toute proche, l'ancien couvent des soeurs franciscaines devrait être transformé sur sa partie arrière, quatre-vingt-cinq kots modernes et sécurisés pour étudiants devraient y être érigés. Ce projet a néanmoins attiré l'attention de propriétaires de kots qui y voient une concurrence qui risque de leur faire perdre leur location. 

A l'angle de la place Paul Emile Janson et de la rue de l'Hôpital Notre-Dame, l'ancien bâtiment du Courrier de l'Escaut sera bientôt démoli pour faire place à une résidence avec rez-de-chaussée commercial. Normalement, ces travaux devraient être en cours mais une modification de dernière minute a été demandée par l'administration communale à l'auteur de projet afin de mettre ce nouveau bâtiment à un gabarit plus en rapport avec les immeubles voisins et à rectifier une certaine "anarchie" apparente au niveau des toitures. Par contre, suite à la faillite du promoteur pressenti, "l'ilot Palace" voisin et l'immeuble à l'enseigne du restaurant "Chez Pietro" ne seront pas réhabilités dans l'immédiat, le terrain vague et l'immeuble, aujourd'hui vide, risquent de perdurer. 

Au boulevard du Roi Albert, à l'angle de la rue Vauban, le chantier de construction d'une petite résidence se termine. On est au stade des finitions internes. 

Sur la plaine des Manoeuvres, le long de la chaussée de Douai, s'érige actuellement la "résidence de la Corne Saint-Martin" qui doit son nom à une défense de la porte Saint-Martin détruite lors de la construction de la citadelle hollandaise et dont des vestiges ont été retrouvés lors du creusement des fondation. La première phase se termine, la seconde sort de terre, à terme cinq bâtiments, " basse énergie", sur trois ou quatre niveaux formeront un espace rectangulaire autour d'un plan d'eau central destiné à la rétention des eaux pluviales. Un vaste parking souterrain permettra d'accueillir un véhicule par appartement. 

Sur le site de l'ancien hôpital militaire Quartier major Médecin de Bongnie, "le domaine de l'Olivier" est composé de trois résidences de standing dont la construction se termine, la cinquantaine d' appartements est répartie sur quatre niveaux du côté de la rue Allard l'Olivier.

A la rue Jean Cousin, dans le quartier du faubourg Saint-Martin, la "résidence Jean Cousin" proposera 2 immeubles de trente appartements chacun. Malheureusement, la mise à disposition sera retardée par la faillite du promoteur, le chantier déjà bien avancé, devrait faire l'objet d'une prochaine reprise. Il en est de même pour le chantier de construction de dix-huit appartements à la rue Paul Pastur et pour celui de la "résidence La Tannerie" à la rue Guillaume Charlier, ce dernier devant comprendre trente et un appartements et une surface commerciale. 

A la rue Barthélémy Frison, sur plus d'un hectare, le site de l'ancienne imprimerie Campin qui a succédé à Desclée Debrouwer et a fermé ses portes à la fin du XXe siècle, va lui aussi être transformé en une résidence entièrement sécurisée dont le nom rappellera l'activité industrielle, "l'ilot Desclée", il comprendra des lofts et des appartements. Ce lieu de vie sera autonome en énergie ainsi l'électricité des communs sera produite par des panneaux photovoltaïques tandis que quatre citernes d'une capacité de 80.000 litres permettront de récupérer l'eau de pluie. 

On ne peut passer sous silence, un important projet qui devrait voir le jour, probablement durant l'année 2015, celui de la rénovation de l'îlot Cherequefosse dans le quartier Saint-Piat, les subsides viennent d'être alloués. Rappelons que cet îlot compris entre la rue Madame, la rue Cherequefosse, le quai des Poissonsceaux et la rue Saint-Piat est un lieu laissé à l'abandon par le déménagement d'entreprises (La Technique, Hubo), la fermeture de la piscine Madame et le délabrement de certaines maisons. Ideta propose d'utiliser une partie du terrain pour implanter son projet "TechniCité", un pôle d'activités économiques centrées sur le secteur tertiaire, à haute valeur ajoutée, autour de la thématique des techniques et technologies de l'image, de la communication et du design. Sur cet espace seraient également construits des logements sociaux et moyens, autour d'un espace vert et serait également érigée la Maison médicale. Une revitalisation nécessaire pour cet ancien quartier de Tournai. 

La presse a annoncé dernièrement que la faculté d'architecture Saint-Luc à Ramegnies-Chin dépendant de l'U.C.L. avait jeté son dévolu sur les immeubles occupés jusqu'il y a peu par l'entreprise "Cofidis" à la rue du Glategnies dans le quartier Saint-Jean. Après les travaux de rénovation et d'adaptation des vastes locaux (près de 7.000 m2), ceux-ci pourraient être disponibles pour la rentrée académique de 2015.

A l'avenue de Maire, l'école maternelle du "Petit Colysée" a été reconstruite, on procède actuellement aux aménagements intérieurs. L'ouverture est prévue pour la rentrée de septembre. 

Enfin, on constate chaque jour que l'immense échafaudage ceinturant les cinq tours de la cathédrale Notre-Dame montent peu à peu, dans quelques semaines ils auront atteint le sommet de l'édifice et, à la fin de l'année, les "cheonq clotiers" disparaîtront à la vue des Tournaisiens et des touristes pour se refaire une beauté, un ravalement qui durera au minimum cinq longues années.

Cet article était malheureusement déjà paru lorsqu'on a appris la concrétisation de deux nouveaux projets : la construction de deux immeubles à appartements sur un terrain s'étendant de la rue des Choraux à la rue du Marché au Jambon, un terrain abandonné depuis la seconde guerre mondiale et une ancienne quincaillerie. Un promoteur bruxellois a, en effet, décidé d'y ériger dix-huit logements, le terrain entre les deux immeubles sera, quant à lui, occupé par un parking de cinquante-deux emplacements réalisé sur trois niveaux et un espace de verdure. De même, l'Espace Pic Puce, une galerie commerciale située rue du Curé Notre-Dame changera bientôt de nom pour prendre celui d'Espace Gérard Depardieu, le comédien français qui possède une habitation à Néchin, à moins de quinze kilomètres de la cité des cinq clochers, l'ayant acquis dernièrement dans le but d'y ouvrir un bar à vins de sa production et une épicerie fine, à l'échéance de novembre 2013.

On nous dit que la crise financière est derrière nous mais que la crise économique est toujours présente, on nous a pourtant toujours enseigné que "quand le bâtiment va, tout va" !


(S.T. juin 2013). 

21 juin
2013

17:45

Tournai : expressions tournaisiennes (229)

L'patois ch'est avant tout eine lanque parlée

J'voudreos deonner eine répeonse à ein heomme qui m'a écrit pindant l'sémaine, i-trouèfe que , dins no patois, l'orthographe elle est bin différinte d'ein écrivain à ein eaute. Ch'est vrai, i-a bin raiseon pasqu'avant tout, l'faceon qu'on écrit ein meot deot permette aux gins de comprinte c'qu'on veut dire. 

Pou prumier eximpe, j'vas ichi printe no grand poète Géo Libbrecht qui a écrit aussi bin in français qu'in patois. In mille nuef chint soixante-quate, i-a orchu à l'unanimité, l'prix Biennal de Poésie dialectale pour "Les Cléokes", ch'éteot s'faceon à li de traduire l'meot qui signifie les cloches, ch'est bin rare de vir cha, on écrit l'pus souvint les "cloques". 

Dins l'Grand Possipe, i-a ainsin écrit :

"A l'rinkéont du Grand Possipe m'ov'là v'nu au rindé-vous, mais d'ù c'qui s'muche' l'Invisipe, Qwa c'qui dit l'abre du bout".

Asteur on écrireot :

"A l'rinconte du Grand Possipe, m'ov'là v'nu au rindez-vous, mais dusqu'i-s'muche l'Invisipe. Quoisqu'i-dit l'arpe du bout".

Ou acore, Dins l'Tyène (L'tienne) : "Pa n'nu' ave dé-z-wel de cat, à l'bel qui fézeot lés pokètes, j'm'é muché pour savwar ed' kwa dins n'grand'porte avèc m'n'afulète".

Aujourd'hui cette phrase serait traduite : "Pa l'nuit ave des yeux de cat, à l'belle qui feseot les poquettes, j'm'ai muché pou savoir d'quoi dins ein grand'porte ave m'n'afutieau."

In effet, nurvart on trouèfe l'meot "nu" pou nuit, l'ouel au pluriel fait les yeux ou bin le is, l'"k" n'est pos utilisé dins no langache, ch'est eine lette germanique alors que no patois i-est picard. "Savwar" est eine traductieon phonétique, in tournisien, savoir reste l'même qu'in français. On appelle cha eine forme d'aparlache, tinter de traduire les meots qu'on dit de l'façeon qu'on parle. 

Dins ses artiques, M'n'amisse Bruno Delmotte va puteôt écrire "El crape aux pinches d'or", ch'est s'dernière traductieon d'ein album de Tintin et je vous l'orcommante, l'parutieon est prévue pou l'Artifoire d'Hollain pindant l'meos d'juillet. Ch'est vrai qu'on peut aussi utiliser "el" et "al" comme dins "Al maseon de m'mopère".

Dins s'glossaire (ch'est ein bieau meot qui veut dire l'lexique espliquant les meots rares d'eine lanque), Lucien Jardez attire l'attintieon su des formes de snobisme, on écrit "Marie Pontoisse, l'cloque tournisienne" et neon "Marie Peontwasse, l'cleoke tournaizyène". 

Cha m'fait pinser à certains snobs Français qui, au lieu d'dire "Comment allez vous chère madame", dise'tent "Comment allez vous chère médéme".

Parlant d'no cathédrale, on dit, à l'feos, les "chinq clotiers", mais surtout les "cheonq clotiers" mais certain'mint pos : "les Chéonq' Clothyers". 

J'espère que l'lecteur i-ara compris m'babillarte, pasque mi aussi, à l'feos, j'sus perdu et j'ai pos peur de l'dire. 

Comme j'ai eu beauqueop d'ouvrache, j'ai pos eu l'temps d'rincontrer Edmeond et Fifinne ceulle sémaine, j'ai donc pos d'nouvelles à vous offère.

(lexique : l'lanque : la langue / i-trouèfe : il trouve / eximpe : exemple / ichi : ici / orchu : reçu / ainsin : ainsi / mais dusqu'i-s'muche : mais où se cache / l'arpe : l'arbre / les poquettes : des traces de varicelles ? / Je n'ai pas trouvé le mot afutèle, l'afutieau : la pierre à aiguiser / nurvart : nulle part / l'ouel : l'oeil / aparler : parler avec une forme d'affectation / artiques : articles / orcommante : recommande / m'babillarte : ma lettre / à l'feos : parfois / beauqueop d'ouvrache : beaucoup de travail / offère : offrir).

S.T. juin 2013 


17:45 Écrit par l'Optimiste dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : tournai, patois, picard |

17 juin
2013

11:03

Tournai : les chantiers en cours !

Le Tournaisien s'est habitué à promener parmi les engins de chantier et à appréhender la poussière soulevée par le vent aux mois d'été ou la boue fréquente durant l'hiver. C'est heureux car les chantiers ne sont pas là d'être terminés. Il faudra encore faire preuve de patience et continuer à slalomer lors de la traversée de la ville. 

Commençons notre balade à la découverte des travaux par la place de Lille.

L'important chantier de transformation de l'église Sainte-Marguerite en une salle multi-fonctions au rez-de-chaussée et en appartements de standing dans les étages a débuté. Un mur d'enceinte a été abattu dans la rue As-Pois ce qui permet de constater que deux grandes ouvertures sont actuellement pratiquées dans les murs de la nef, là où se trouvaient les vitraux. Derrière l'édifice religieux, sur un terrain reliant la rue As-Pois à la place de Lille, le gros oeuvre d'un parking sur deux étages est terminé. Sur la place de Lille, un échafaudage masque la rénovation de l'ancien hôtel à l'enseigne des "Armes de Tournay". 

Par la rue Dorez, nous aboutissons à la rue Perdue.

No Télé nous a annoncé qu'un accord était, enfin, intervenu entre le futur gestionnaire du parking souterrain et l'Administration Communale en ce qui concerne les travaux d'aménagements du parking : éclairage, signalisation, sécurisation... On peut espérer que celui-ci, dont le gros oeuvre a été terminé en janvier, sera opérationnel pour le début de l'année 2014, car il commence à manquer de places de parking dans la cité des cinq clochers et nous verrons ce que cela engendre.

Notre promenade se poursuit par la rue des Maux. Au passage, nous constatons qu'on procède à la rénovation de la façade du porche de l'ancienne abbaye Saint-Médard (aussi appelée Saint-Mard) à la place Rogier de le Pasture. C'est le seul élément qui subsiste de cet important édifice religieux. 

Sur la Grand-Place, on a rénové les jets d'eau et on a placé de nouvelles vasques fleuries pour empêcher un parking sauvage de plus en plus envahissant qui donnait une impression de désordre sur le forum tournaisien. 

Les travaux de pose d'un nouveau revêtement en pierre du la rue des Orfèvres sont terminés. Depuis quelques jours, la rue est à nouveau accessible à la circulation, il s'agit d'un espace partagé, la vitesse y est donc limitée, une simple élévation d'un côté de la rue symbolise le trottoir. Plus bas dans la rue du Four Chapitre, les automobilistes ont déjà repris leurs (mauvaises) habitudes, notamment celle de stationner n'importe où, du moment qu'un peu de place se présente à eux. Le stationnement est délimité par un marquage au sol, uniquement, sur la partie droite de cette rue en sens unique. Régulièrement la partie de gauche est "squattée" par des conducteurs peu scrupuleux. Vendredi soir, il était à peine possible de passer entre les deux rangées de voitures. Les usagers doivent également être attentifs au fait que la jonction entre cette rue terminée et la rue du Curé Notre-Dame qui fera l'objet de travaux un peu plus tard est marquée par une bordure qu'il vaut mieux aborder à très faible allure. 

La rue Dame Odile avait été rénovée sur la moitié de sa longueur entre la rue de l'Arbalète et le quai Notre-Dame. On vient de débuter le chantier de rénovation de la partie située entre la rue de l'Arbalète et la rue du Curé Notre-Dame, située presqu'en face de la rue du Four Chapitre. 

Les travaux de rénovation de la rue de l'Hôpital-Notre-Dame, parallèle à la rue Dame Odile, sont en cours, après l'intervention des divers impétrants, on a commencé la pose des dalles. 

Un peu plus loin, à l'entrée du piétonnier de la Croix du Centre, des ouvriers ont marqué récemment, sur le sol, la "dépose-minute" pour les cars de touristes. Il reste à réaliser l'importante marquise qui sera ancrée dans le bâtiment que les Tournaisiens les plus âgés ont connu sous le nom de "Vierge Noire" ou de magasin "Unic".

Rénovée également, la rue des Puits l'Eau basse est ouverte, depuis quelques semaines, à la circulation dans le sens du quai du Marché aux Poissons vers le carrefour du Dôme. Elle débouche à angle droit, au bas de la rampe du Pont-à-Pont. Ce dernier vendredi, mauvaise surprise pour un automobiliste probablement distrait, qui avait garé son véhicule à la sortie de celle-ci, bloquant toute circulation et nécessitant la venue d'un service de police pour le faire évacuer. Le long de la rampe du quai, des automobilistes continuent à stationner au-delà des places marquées au sol et se retrouvent ainsi dans une voie de circulation obligeant les autres usagers à se déporter. Cela dure depuis des semaines et ne semble pas engendrer de réactions. Est-il normal de délimiter des parkings dans le but de régler la fluidité de la circulation si on ne fait pas respecter ce qui a été décidé ? N'est-ce point faire preuve d'un certain laxisme ! 

La fin de chantier à l'avenue de Troyes, important axe de pénétration en ville pour les usagers venant de Courtrai ou de Roubaix, n'est pas encore en vue même si les travaux progressent. De part et d'autre, on a réalisé des quais d'embarquement et de débarquement pour les autobus du TEC, entre ceux-ci la voirie sera refaite. On circule sur le moment sur le fond de route.

Lors de l'arrivée du Tour de France, le 2 juillet 2012, pour éviter des chutes, on avait enlevé une partie des éléments en béton, appelé populairement "chocotofs", autour du rond-point de l'Europe. La remise en ordre n'a jamais été effectuée et les éléments provisoires plastifiés sont toujours en place, parfois un peu bousculés par des conducteurs distraits.

Les trottoirs du boulevard Léopold ont été longtemps ouverts durant l'hiver. Au début de l'année ils ont été refaits, depuis une semaine, on y pratique à nouveau des tranchées pour la pose d'autres impétrants ou pour des raccordements. Comme on dit : "faire et défaire, c'est de l'ouvrage" et on sait que dans notre pays, une coordination de chantier sera toujours totalement impossible lorsqu'elles concernera des travaux touchant l'électricité, l'eau, le gaz ou le téléphone. Pourquoi n'a-t-on jamais songé à créer un centre de coordination pour régler ces problèmes qui empoisonnent la vie des riverains ?

Cette semaine, la circulation est perturbée au quai Dumon et dans la rue du Becquerelle, des travaux de pose d'impétrants y sont réalisés et nécessitent des déviations locales. De plus, on procède au démontage d'une des grues du chantier de l'immeuble en construction d'Ideta sur le site de l'ancien hôpital Saint-Georges.

Pas bien loin, une partie de la place Verte est toujours interdite à la circulation, les dégâts provoqués par le gel durant l'hiver demandent une rénovation de la voirie. Il en est de même à la rue des Jésuites mais comme la pose d'impétrants doit y être réalisée, il a été considéré comme  inutile de commencer à repaver le site effondré !

Des travaux de rénovation de trottoirs sont en cours à Warchin, à la résidence Paul Carette, et à l'avenue du Beau Séjour à Tournai. 

Cette semaine, on a présenté les projets de rénovation de la rive droite de l'Escaut, sont concernés, la place du Becquerelle et le quai Dumon. Ceux-ci devraient débuter en 2014. Nous aurons bientôt l'occasion de présenter l'avant-projet paru dans la presse locale.

Juste avant la période des congés de la construction, nous ferons le point sur l'état d'avancement des divers chantiers immobiliers et des travaux de rénovation de la cathédrale Notre-Dame.

A l'horizon 2015-2016, près d'un millier de nouveaux logements seront realisés à Tournai, une ville où il fait encore bon vivre !

(S.T. juin 2013)

11:03 Écrit par l'Optimiste dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : tournai, chantiers, travaux, rénovation, rues |

15 juin
2013

10:09

Tournai : expressions tournaisiennes (228)

L'garcheon à s'mopère

Ein des dix p'tits garcheons de m'visin Florimeond - i-feaut dire qui aveot d'jà siept infants à s'maseon - l'ceu qui est connu dins l'famile sous l'neom d'Mimile, on peut dire que ch'est ein sapré rambile. I-est toudis à faire amarvoyer les gins, ch'est ein véritape démeon sous l'air d'ein saint. 

A s'mamère qui d'mindeot des nouvelles de l'école, i-a dit qui li éteot arrivé des bricoles. L'instituteur s'éteot foutu dins eine rache noire, quand i-aveot confondu incrier et urinoir. Je n'veos pos pourquoi j'ai orchu eine punitieon, j'éteos quand même tout seu pindant l'récréatieon, i-n'a vraimint pos eu atteinte à la pudeur, i-n'aveot pos ein bleu tchien dins l'classe à cette heure et in puque j'n'ai pos fait pipi dins m'n'incrier, ch'éteot dins l'ceu d'Arthur, m'visin d'à côté. Bin seûr s'n'incre elle éteot ein peu pus pâle, cha mucheot les feautes qui fait souvint à l'rafale.  

L'feos que l'maîte i-a d'mindé d'faire eine rédactieon, no Mimile i-a acor eu eine riche distinctieon.

"Raconter une promenade dans les rues de Tournai", ein bieau sujet qui d'veot normal'mint l'inspirer. Queompte là d'zeur et beos d' l'ieau, t'aras des clairs boyéaux, comme on dit à Tournai quand on sait que cha va rater. Alors que tous les eautes aveot'ent écrit deux paches, Mimile après deux lines, i-éteot d'jà tout in nache. I-aveot comminché s'tour à l'plache de l'Evêché, i-a mis qu'i-éteot cai dins ein treo à l'rue d'Courtrai. L'prof i-li a dit :

"Ch'est tout c'que t'as trouvé ?"

"Ahais, j'ai pos eu d'sanche dins l'prumier treos j'ai bourlé, j'ai ortourné à m'maseon, comme j'éteos sali, in veyant cha m'mamère elle m'a inveyé au lit. 

S'mopère l'a pris su ses gu'noux pou l'consoler :

"N't'in fais pos, l'mossieu, j'vas aller l'trouver" !

L'lind'main au matin, tout jusse à l'prumière heure, à l'porte d'l'école, i-attindeot l'intituteur.

"A-t-on idée d'deonner des sujets ainsin, à m'mote que vous n'devez pos ête ein tournaisien. Vous avez d'jà traversé l'ville de Tournai, cha fait asteur chinq ainnées qu'on deot slalomer. I-a quand même d'eautes sujets pou eine rédactieon, pa eximpe... quoisqu'on ravise à l'télévisieon. Cha areot été The Voice ou bin François Pirette, là, mon Mimile i-areot vraimint été à l'fiête. Aller pourméner à Tournai, vous l'avez rêvé, néon mais, in puque, vous avez vu l'temps qui fait. J'vous l'dis tout net, si comme li j'aveos été malate, j'areos aussi laicher caire m'porménate, ch'est pos pasqu'i-n'a pos, comme l'z'eautes, fait deux paches qui feaut qu'mincher ainsin à faire tout ein fromache, cha areot pu ête grafe, que t'soiches acore hureux, que quançqu'i-a cai i-n'se soiche pos blessé, fieu  ".

"Mais enfin, Monsieur, c'était une rédaction !"

"Neon, pou tous les sujets, m'garcheon i-s'deonne à feond et j'dis toudis, ch'est eine qualité qui tient d'mi, mi aussi à l'école j'éteos ein incompris, comme ceusses de m'temps, vous minquez d'psychologie, asteur on n'élève pus les infants à queops d'trique, même si ch'est pos facile vous d'vez morte su vo chique. Mimile, si vous voulez dev'nir s'n'amisse, inl'vez li l'zéreo et mettez li ein dix. Là.. ch'est arringé, je n'vous l'direz pos deux feos, mais faites bin attintieon quand j'viendrez l'prochaine feos".

Ch'éteot seûrmint mal connaîte no n'instituteur, i-éteot acor bin jeone mais i-n'aveot pos peur,  rintrant dins s'classe i-a ravisé les p'tits rotleots et i-a dit d'eine veox calme :

"Emile, au tableau !".

"Bé, à causse de l'mauvaisse note que vous m'avez mis, j'ai pos étudié, j'ai été puni dins m"lit".

"Allons, après cette très mauvaise rédaction, je te donne une chance avec une élocution, le sujet est facile, il est même ordinaire, on va t'écouter, tu vas nous décrire ton père".

Là, su l'estrade, l'pétit Mimile, i-éteot tout paf, l'bouque ouverte comme si i-aveot orchu eine baffe.

Au début, bé, i-aveot bramint d'hésitatieons, mais i-a compris l'avantache de l'situatieon.

"Adeon, m'mopère, ch'est comme on dit, ein beon garcheon, i-ouèfe pou De Bongnie, l'marchand d'carbeon, tous les jours, pindant tout l'sémaine, i-porte su s'deos des chintaines de sas qui pèsent vingt-chinq kileos. Quand elle parle d'li, m'mamère dit que s'n'heomme i-est fort, qu'i-li fait toudis  pinser, in rêve, à ein tor. Quand i-z'éteot'ent jeones et alleot'ent au bal, perseonne n'areot jamais oser faire bacchanale. Ein vrai conseil, veaut mieux pos l'avoir comme ennemi, sineon, on est rétindu, on est démoli. Tins, l'feos dernière, ch'éteot dins l'rue Vauban..."

"C'est très bien, Emile, tu peux retourner à ton banc".

On n'sara pétête jamais pourquoi l'instituteur i-aveot perdu, in chinq minutes, ses belles couleurs.

"Tu vois, Emile, que tu as des capacités, aussi, je te mets un huit bien mérité".

Grâce à l'forche de s'mopère, Mimile a réussi s'n'année scolaire, i-est toudis aussi wiseu mais l'intituteur i-est hureux, i-aveot eu jusse l'tact pou li rester... intact.

Ch'est pos mieux à s'maseon, quand i-a pus perseonne, i-sait ainsin passer eine heure au télépheone. I-cache après ein luméreo dins l'annuaire et i-appelle des gins ainsin de l'part de s'mopère. 

"Escuse-me, j'sus bin à l'boucherie Duboeuf et alors d'puis l'dernière feos quoisqu'i-a d'neuf ! Je voudreos savoir si vous avez des pieds d'pourchéaux ? et quançque vous marchez cha fait ein bruit d'chabeots".

Et in puque, i-a eine beonne mitan de c'qui fait que j'n'osereos jamais ichi vous raqueonter !


(lexique : l'garcheon : le garçon / s'mopère : son père / siept : sept / l'ceu : celui / sapré : sacré, fameux / ein rambile : un gamin espiègle / amarvoyer : tourmenter, agacer / véritape : véritable / eine rache : une rage, une colère / l'incrier : l'encrier / orchu : reçu / tout seu : tout seul / ein bleu tchien : il n'y avait pas un chien, il n'y avait vraiment personne / in puque : de plus / m'visin : mon voisin / bin seûr : bien sûr / mucher : cacher / queompte là d'zeur et beos d' l'ieau, t'aras des clairs boyéaux : expression typiquement tournaisienne, textuellement compte là-dessus et bois de l'eau, tu auras des clairs boyaux : ne croyez surtout pas cela / les eautes : les autres / des paches : des pages / ête tout in nache : être tout en nage, suer / comminché : commencé / l'plache : la place / cai : tombé / n'pos avoir d'sanche : ne pas avoir de chance / l'prumier treo : le premier trou / bourlé : tombé / les gu'noux : les genoux / tout jusse : tout juste / à m'mote : à mon avis, selon moi / asteur : maintenant / laicher : laisser : l'porménate : la promenade / qu'mincher : autre façon de dire commencer / quançque : quand / toudis : toujours / ceusses : ceux / eine trique : une raclée, une correction / morte su s'chique : mordre sur sa chique, prendre cela sur soi / jeone : jeune / ravisé : regardé / les rotleots : les roitelets, familièrement les petits enfants / ête tout paf : être interdit / l'bouque : la bouche / orchevoir eine baffe : recevoir une giffle / bramint : beaucoup / adeon : donc / i-ouèfe : il travaille / des sas : des sacs / ein tor : un taureau / rétindu : étendu (pour le compte) / pétête : peut-être / l'forche : la force / ein wiseu : un paresseux / ein luméreo : un numéro / les pourchéaux : les cochons / les chabeots : les sabots / la mitan : la moitié / ichi : ici). 

(S.T. juin 2013)

10:09 Écrit par l'Optimiste dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : tournai, patois, picard |

13 juin
2013

17:32

Tournai : Roméo Dumoulin, témoin du quotidien

Parmi les artistes tournaisiens, il en est un qui n'a pas toujours eu la place qu'il mériterait, Roméo Dumoulin, peintre, illustrateur et graveur nous a légué un grand nombre d'oeuvres représentatives d'une époque aujourd'hui révolue. Pour mieux le connaître, nous allons tenter de dresser de lui un portrait le plus complet possible.

Sa jeunesse à l'ombre des cinq clochers

Fils de Léopold, compagnon-imprimeur, et de son épouse Elise Bocquet, Roméo Dumoulin est né le 18 mars 1883, à la rue Roc Saint-Nicaise. Après les études primaires, probablement influencé par son père, il s'orientera vers une profession artistique et deviendra apprenti à la Lithographie Saint-Augustin, dont les locaux étaient situés à l'angle du boulevard Léopold et de la rue Saint-Eleuthère. Sa jeunesse sera marquée par la mort de sa mère. 

C'est à cette époque qu'il se découvrit un don certain pour le dessin qu'il allait développer en suivant les cours de l'école Saint-Luc, particulièrement en chromo-lithographie, tandis qu'une autre passion, celle de la musique, l'amènera à suivre les cours de l'académie de Musique de Tournai où il obtint, en 1905, un premier prix de violon. Il mit cette passion pour la musique au service de la "philharmonie Saint-Joseph" constituée d'ouvriers de l'imprimerie Saint-Jean l'Evangéliste et de la lithographie Saint-Augustin. Son père décède alors qu'il n'a pas encore vingt-cinq ans. Il quitte Tournai pour Cambrai et complète sa formation à l'académie des Beaux-Arts.

En 1909, il s'installe définitivement à Bruxelles. Là, il continue à travailler dans l'imprimerie commerciale et artistique mais élabore pour lui-même une oeuvre picturale et graphique qu'il présentera lors d'une première exposition organisée dans la capitale belge en 1918. 

L'artiste vu par ses contemporains.

Un de ses amis d'enfance, Armand Delvigne, dresse de lui un portrait précis :

"Sous des cheveux sombres, abondants et souples, un large front haut, clair d'intelligence et de volonté réfléchie. Sourcils épais et droits, volontaires aussi, et dans leur ombre, des yeux vifs, pénétrants, adoucis cependant par le pli large de la paupière inférieure, comme pour tempérer d'indulgence le regard posé droit sur la vie, les êtres et les choses, et qui les scrute avec la sûreté du scalpel. La courbe du visage se resserre vers la base. Le nez charnu, la lèvre inférieure épaisse, le menton haut et rond qui lui font avec la ligne nette du front, un profil beethovien, mettant dans son visage le double signe de la sensualité et de la bonté. Et pour compléter ce masque curieux, le rendre en tous points semblable à l'oeuvre, à l'âme de l'artiste, il y a cette imperceptible ironie de la bouche et ce pli de la joue droite comme un demi-sourire fait d'ironie encore, mais aussi de pitié, de douceur, d'indulgence compréhensive. Le teint est mat, la carnation claire va pourtant s'empourprer. Parlez-lui de son foyer, de sa femme, de ses enfants, parlez-lui de son art, de l'Art et des artistes, parlez-lui des vrais Maîtres, de ses aînés, de ses émules, il vous dira, avec feu, ses affections, ses sympathies, ses admirations". 

Ce long portrait permet de mieux cerner l'oeuvre de l'artiste. Remportant un considérable succès pour sa première apparition dans le monde de la peinture, il exposera par la suite à Anvers, Bruxelles, Charleroi, Liège, Cambrai, Lille, Paris, sans oublier Tournai, sa ville natale, qui occupe une place toute particulière dans son coeur. 

De lui, Walter Ravez, fondateur et premier conservateur du Musée de Floklore de Tournai, déclarait :

"Roméo Dumoulin avait quitté sa ville natale depuis sa jeunesse, mais il était resté Tournaisien de coeur et de caractère. Il y avait laissé de la famille et de nombreux amis avec lesquels il aimait à s'entretenir au cours de brèves échappées qu'il faisait dans la cité des "Cheoncq clotiers". Il éprouvait un réconfort à se plonger dans l'atmosphère de nos vieux quartiers, à circuler dans les ruelles qui lui rappelaient son enfance, à émailler sa conversation pétillante de souvenirs ou de bons mots du terroir. C'était une nature ouverte, optimiste, spontanée et toute sa peinture était imprégnée de cet esprit caustique, de cette fine ironie qui marquaient généralement l'expression de sa pensée (...). Les tableaux de kermesses, scènes villageoises, intérieurs d'églises, processions, cortèges n'avaient besoin d'aucun commentaire et parlaient un langage vivant. Chaque détail était une trouvaille et avait sa justification".

Son oeuvre.  

Roméo Dumoulin nous a apporté, au travers de son héritage, de multiples témoignages sur la vie de son époque. Il décrit avec humour mais sans jamais tomber dans la caricature, des scènes vivantes et vraies. Ainsi dans "Ite missa est", on voit le bon vieux curé tourné vers les fidèles, dont certains semblent quitter presque rapidement l'église, comme heureux d'entendre ces paroles qui les libèrent tandis que d'autres poursuivent un moment de recueillement. Dans "L'école en promenade", une dizaine de jeunes enfants précèdent toujours un bon gros prêtre, homme prudent car il s'appuie sur un parapluie. Un autre tableau, représente un épicier, sa femme et ses enfants occupés à se faire photographier sur le seuil d'entrée du magasin, sous le regard curieux ou goguenard de voisins et d'enfants, sur la vitrine du magasin, on peut lire "A. Ricot, épicier". On pourrait aussi parler de ces scènes populaires comme "Le mât de cocagne" ou encore "En ballon" où on distingue, lors d'une fête, à partir d'un ballon qui survole une place de village et le clocher de son église, une multitude de personnes, le nez en l'air, l'air admiratif.

"Communion à Wezembeek", "Couvent à Woluwé", "Berseel", "L'église Saint-Nicolas", "Soir à Stockel", entre autres, nous racontent son existence à Bruxelles tandis que "Morlaix", "Dinan en Bretagne", "Marché en Bretagne", "Au port de Camaret"... décrivent probablement un séjour effectué par le peintre dans cette région de France.  

Roméo Dumoulin nous a aussi laissé de nombreux dessins au crayon ou aquarelles représentant notre ville à son époque : "le Vieux Marché au Beurre", "La place de Lille et l'église Sainte-Marguerite", "L'heure de l'office à Saint-Brice"...

Ses portraits nous font faire connaissance avec "Mademoiselle Agnès", "Maître Demarcy", "Un vieillard de face ou de profil" ou encore "Le centenaire", "Le sonneur", "L'officiant", "L'aveugle"...

Beaucoup ignorent qu'il fut aussi l'illustrateur du livre de Claude Tillier, "Mon oncle Benjamin" paru en 1932 aux Editions du Nord. On désignait alors les illustrations sous les vocables de planches et vignettes, on ne parlait pas encore à l'époque de la Bande Dessinée.

De toutes les oeuvres, celle que j'apprécie le plus s'intitule "Enterrement en Flandre", une gravure sur bois montrant un groupe de personnes courbées, luttant contre la bise, traversant les champs enneigés pour se rendre dans un village à l'occasion de funérailles. 

Roméo Dumoulin vécut dans une maison de l'avenue Grandchamps à Stockel, c'est là qu'il mourut le 20 juillet 1944, quelques semaines avant la libération de la capitale. Un drame avait assombri les dernières années de sa vie, en mai 1940, une rétrospective de son oeuvre organisée à Amsterdam fut complètement anéantie lors des bombardements de la ville.

L'hommage de sa ville natale

Celui dont Camille Libotte avait dit : "ses conceptions trahissent son origine tournaisienne, on y découvre sa verve wallonne dans laquelle revit l'imagination de Rabelais", allait rester dans le souvenir des Tournaisiens puisqu'en 1951, l'Administration Communale a donné son nom à une rue du populaire quartier du Maroc, endroit bien choisi, lieu qui aurait pu servir de décor à bon nombre de ses oeuvres avec sa ducasse, son jeu de balle pelote, ses habitants conversant sur le pas de la porte aux soirs d'été, ses enfants jouant aux billes ou avec un ballon...

La toile "En ballon" et la gravure en couleur "La procession sur le pont" font partie des collections du Musée des Beaux Arts de Tournai, d'autres (dont celle de l'épicier) ont été exposées au Château de Trazegnies, des hommages lui ont été rendu en 1946 par une exposition qui s'est tenue au Cercle Artistique et par une autre organisée au printemps de l'année 1985 au Musée des Beaux-Arts de Tournai.

Dans le courant des années quatre-vingts, il fut le sujet d'une conférence de Serge le Bailly de Tilleghem, alors conservateur du musée des Beaux-Arts, donnée dans la salle des Colibris à Kain, dans le cadre du cycle de conférences "Tournai, Au Fil du Temps" organisé en faveur d'une institution pour jeunes handicapés. Le titre était évocateur : " Roméo Dumoulin, un Tournaisien méconnu".  

Relevons encore que le 26 juin 2010, dans le cadre de la 1ère édition de la "Rue Euraphis", le quartier Sainte-Marguerite a servi de cadre à une mise en scène des "Passeurs de Rêves". En costumes d'époque, une centaine de comédiens, de musiciens, de guides et d'habitants ont ainsi redonné vie à l'oeuvre de Roméo Dumoulin, tout au long de cette journée, on a vu s'animer un monde de petites gens, de petits métiers, de bons vieux prêtres et de jeunes galopins battant le pavé d'un des plus typiques endroits de la cité des cinq clochers, des personnages qui peuplent les tableaux de ce grand peintre, un peu oublié ou parfois snobé par les "connaisseurs" !

 

(sources : "Biographies Tournaisiennes des XIXe et XXe siècle" de Gaston lefebvre, ouvrage publié en 1990 par la Société d'Archéologie industrielle de Tournai - "Roméo Dumoulin 1883-1944", plaquette réalisée par Serge le Bailly de Tilleghem à l'occasion de l'exposition du 17 avril au 17 juin 1985 - presse locale).

17:32 Écrit par l'Optimiste dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : tournai, romée dumoulin, peintre |

11 juin
2013

17:10

Tournai : Jours de fête et cortèges

Une météo inespérée

Une froidure tenace ne voulait pas nous quitter, elle semblait même définitivement installée, on avait perdu le souvenir d'un ciel bleu, pluies, vent en avaient rendu plus d'un cafardeux. Le thermomètre ne parvenait pas à décoller, il allait bientôt geler en plein mois de juillet, mais on ne devait pas se plaindre dans notre région quand on voyait ailleurs les terribles inondations. 

Tel Zorro combattant le désespoir et la morosité, les Amis de Tournai... sont arrivés et le soleil a brillé pour les traditionnelles fêtes de Tournai. Est-ce là de la chance ou l'effet du hasard ou bien nos Amis ont-il plu à Saint-Médard ? Pour parvenir à vaincre le général Hiver ont-ils rassasié d'oeufs la brave sainte Claire ? Le fait d'avoir mis à l'honneur la place de l'Evêché juste après sa rénovation leur a-t-il fait bénéficier, en haut lieu, d'une protection ? Peu importe, "l'Beon Dieu" était tournaisien, n'en déplaise à nos amis Montois qui se l'approprient généreusement quand leur ducasse bénéficie d'un temps engageant !

Un long héritage

Depuis son origine, au début des années cinquante, on l'appelait la "Journée des Quatre Cortèges" car la cavalcade qui parcourait alors, un dimanche de juin, les rues de la cité se composait d'un cortège folklorique avec ses géants, ses sociétés de musique, ses chars fleuris et sa caravane publicitaire. 

Depuis soixante ans, les Amis de Tournai ont sans cesse innové, ajoutant rapidement une soirée de concerts, le samedi. Ceux-ci trouvaient, chaque année, un nouvel écrin pour les accueillir : la place Crombez, les quais, la place Reine Astrid, le séminaire de Choiseul...

Il y eut ensuite les grands évènements comme les parades de musiques militaires belges et étrangères, le dimanche matin, sur la Grand-Place, la venue des "Comédians de Barcelone", démons et dragons envahissant les rues de Tournai durant une mémorable retraite aux flambeaux, il y eut l'Histoire avec la présentation des bannières des corporations, il y eut la reconstitution historique sur la place de Lille, il y eut, il y eut tant de choses et également de somptueux spectacles pyrotechniques et musicaux.

Cette année, sans totalement rompre avec la tradition, les amis de Tournai ont quelque peu bouleversé l'habituel programme. L'affiche le proclamait, désormais les journées de juin allaient s'appeler "Tournai en Fête et ses cortèges". 

Une soirée musicale et estivale

Samedi soir, la place de l'Evêché rénovée servait de cadre somptueux à deux grands concerts. Tout d'abord celui donné par "l'Orchestre à vent du conservatoire de Tournai" sous la direction de Daniel Buron, professeur de trompette, un ensemble d'une septantaine de musiciens, étudiants et anciens unis par l'amour de la musique, abordant tant le répertoire classique que le moderne, touchant aussi bien le coeur des mélomanes avertis que celui des jeunes assoiffés de rythme. Ensuite, il y eut l'ensemble professionnel de la "Musique Royale de la Marine" sous la direction de Norbert Nosy, trente musiciens exceptionnels spécialisés dans la musique de jazz. Trois heures de pur bonheur !

Les spectateurs rejoignirent ensuite la Grand-Place pour le spectacle pyrotechnique et musical.

Une grasse matinée

Il n'était pas loin de minuit quand se termina cette soirée de festivités et la nuit fut courte pour les Tournaisiens et leurs invités car le programme du lendemain était si chargé qu'il débuta dès 9 h 30 par la remise des clés de la Ville aux Amis de Tournai des mains du bourgmestre Rudy Demotte, vieille tradition remise au goût du jour, il y a quelques années. Par ce geste symbolique, le premier magistrat de la Ville donne aux organisateurs tous les pouvoirs pour animer la cité des cinq clochers. La "Royale Harmonie des Volontaires Pompiers Tournaisiens" faisait son entrée sur le forum tournaisien juste avant que les porteurs de géants prêtent le serment de l'Bancloque. Avant le départ des Chevaliers de la Tour, de rouge et de blanc vêtus, pour la tenue en l'Hôtel de Ville de leur 60e concile, un ensemble écossais (venu d'Anvers) "The Borderline Pipes and Drums" tenta de réveiller une Grand'Place où malheureusement les chaises vides étaient plus nombreuses que celles occupées. Beaucoup avaient probablement prolongé la soirée de la veille et faisaient encore une grasse matinée.  

L'heure des ambassadeurs

En présence des confréries amies, "l'Ordre de Marie de Hongrie" de Binche et la "Confrérie des Chevaliers de la Tour de Saint-Amand-les Eaux" (F), dans le salon de la Reine de l'Hôtel de Ville, treize nouveaux chevaliers furent intronisés en cette année 2013 parmi lesquels Sylvain Berger, consul général de France en Belgique, Alfred Gadenne, bourgmestre de Mouscron, Louis Donat Casterman, administrateur de l'asbl Pasquier Grenier et Marjorie Bonnet, "Madame Carnaval". Lors de l'intronisation dans la confrérie des Chevaliers de la Tour, à chacun d'eux charge est donnée de continuer à servir Tournai, de porter le renom de la ville bien au-delà de ses frontières et d'être présent lors des prochains conciles. 

Sur un pas de porte ou sur la Grand'Place.

Alors que la Brass Band d'Hérinnes, ensemble musical régional dont la réputation n'est plus à faire, sous la direction d'Edouard Elekan, Tournaisien d'adoption, enchantait les nombreux spectateurs ayant pris possession des chaises ceinturant la Grand-Place, de très nombreux badauds se sont massés dans les rues, aux terrasses des cafés, sur le pas de leur porte afin d'assister au passage du cortège dans sa longue remontée vers le forum. Les géants tournaisiens et leurs suites, les bandas, la fanfare de Huissignies et ses majorettes et les chars fleuris défilèront ainsi une heure durant à la grande joie des enfants, peut-être un peu déçus de ne pouvoir faire l'habituelle chasse aux gadgets de la caravane publicitaire, celle-ci étant absente désormais. Pour beaucoup ce fut néanmoins une mesure admirable, l'air de nos rues désertées par les véhicules, devenant plus respirable. 

Personnellement, je préfère aller à la rencontre des géants alignés dans la rue de la Justice. Se réveillant d'un long sommeil, immobiles, hautains, regardant au loin, ils attendent religieusement le signal du départ. Dans quelques instants, épris de liberté, il partiront, danseront, tourneront aux sons des bandas, ivres de bonheur, profitant dans une longue année, de ces quelques heures. Pour mieux les inspecter, comme dirait Alain Souchon, je me suis laissé aller à un jeu de dupes, de Christine de Lallaing regarder sous la jupe, pour découvrir cet espace, relativement petit, réservé aux porteurs qui lui donne vie. "Cela vous arrive régulièrement ce genre de comportement" m'a dit un porteur en souriant. 

Une chute spectaculaire.  

L'édition 2013 restera dans les annales, à cause d'un incident peu banal, notre brave Jean Noté, a, comme nous tous, souffert des mauvais pavés de Tournai, une roue s'est coincée pas loin d'une bordure et le géant s'est rapidement retrouvé en mauvaise "posture", déséquilibré, de toute sa hauteur, sur la chaussée, il s'est fracassé. Le diagnostic fut vite posé, fracture ouverte de la face et pommettes enfoncées. Sur la pointe des pieds, il s'est retiré et s'il veut encore sortir dans les prochaines années, il devra être opéré. Souhaitons à ce populaire géant du quartier Sainte-Magritte un prompt et complet rétablissement. J'ai appris que pour un lifting pareil, le géant n'avait pas de mutuelle, dans ces circonstances, si vous voulez l'aider, n'hésitez pas à prendre contact avec les Amis de Tournai (voir leur blog en référence dans la colonne de droite)

Une dernière fois, sur la place, en début de soirée, les chars sont revenus pour être dépouillés. Annuellement, pour ces centaines de mains tendues, ces quelques fleurs deviennent un porte-bonheur, un bref souvenir qui fanera en quelques heures, eh oui, à Tournai aussi "ch'est fiête et ch'est ein peu comme au Doudou d'Mons où on arrache les poils de l'queue de l'bîete" !

La journée pouvait se terminer, en musique et en beauté, car avec la douceur et le soleil retrouvé, aux sons des bandas, on se serait vraiment cru au Pays Basque.

(S.T. juin 2013)

  

10 juin
2013

09:15

Tournai : Félicien Doyen, un homme d'excellence.

Un titre lu au détour d'une page dans la presse locale du samedi 8 juin : "Félicien a déposé sa baguette", quelques mots dans la rubrique nécrologique et voilà de multiples souvenirs qui remontent soudainement à la mémoire des mélomanes tournaisiens, des anciens élèves du conservatoire et des fidèles du Cabaret Wallon, car la photo balaie l'éventuel doute qui pouvait subsister, Félicien Doyen nous a quittés le 6 juin.

Félicien Doyen fait partie de ces Tournaisiens bien connus grâce à un immense talent caché derrière une toute aussi grande modestie.

Né le 22 octobre 1924, il est le fils d'un négociant en bois, choriste et généreux mécène nommé lui aussi Félicien.

Son père tient un commerce de bois au 93 de la chaussée de Bruxelles et ses qualités professionnelles en ont fait le Président de l'Union professionnelle des négociants en bois du Hainaut et l'administrateur de la fédération régionale. Dès 1904, Félicien Doyen sénior participe, en qualité de choriste, aux grands concerts organisés par la Société de Musique de Tournai et est membre de "la Lyrique" et de la chorale d'Antoing. Il prête également son concours aux chorales Saint-Michel et Saint-Eubert de Lille. En 1946, il devient le Président d'Honneur du tout jeune Cercle Choral Tornacum. En 1959, il sera élu vice-président d'honneur du Choral Nadaud, un choeur du Nord de la France. Il décède en 1965, au retour de festivités organisées à l'occasion de la Sainte-Cécile par le Cercle Choral Tornacum.

Tout jeune, son fils Félicien a été bercé par le chant mais il s'investira plus encore dans la musique en suivant les cours de violoncelle au conservatoire de Tournai avant de se perfectionner au Conservatoire Royal de Bruxelles où il obtient, en 1945, un premier prix et le diplôme supérieur de Musique de chambre.

Il sera également Premier prix de chant et Prix Jean Noté du Conservatoire de Tournai.

Juste après la guerre, il reprend le commerce paternel jusqu'en 1986.

En 1947, il est désigné comme directeur du Cercle Choral Tornacum, il le restera jusqu'en 1990, date à laquelle il cèdera la direction à Michel Jakobiec juste après l'énorme succès que fut l'interprétation, en la cathédrale Notre-Dame, de la "Cantate aux étoiles" de son ami André Waignien. Il ne quittera pas pour autant le cercle et exercera alors la fonction de Président. 

De 1952 à 1975, il sera également le directeur du Choral Nadaud de Roubaix. 

De 1958 à 1975, il va enseigner le violoncelle au conservatoire de sa ville natale. Professeur doué d'une grande patience, homme aimable, excellent pédagogue, il va inculquer l'art de cet instrument à ses élèves parmi lesquels Christiane Diricq, Marie Hallinck et à bien d'autres, des artistes connus et reconnus dans les sphères européennes de la musique. Il assume aussi la direction des choeurs de cette académie de Musique. 

Vouant une passion pour le chant, il aime aussi profondément sa ville natale et il n'est pas étonnant de le voir devenir membre de la Royale Compagnie du Cabaret Wallon Tournaisien en 1948. Il met sa remarquable voix au service du Cabaret où il interprète des oeuvres nouvelles écrites par les autres membres ou des chansons à voix laissées par les anciens. Combien furent appréciées ses interprétations de "Canteons Tournai" (Chantons Tournai), un texte de Lucien Jardez sur une musique d'Anselme Dachy, de "L'cancheon d'nos clotiers" (La chanson de nos clochers) d'Edmond Godart sur un musique de Géo Clément, "J'aime bin Tournai" d'Achille Viehard, "L'crass pinte" de Louis François et bien d'autres hymnes à la gloire de notre cité scaldéenne. Instants de pur bonheur, moments émouvants quand s'élevait sa voix forte, à la parfaite diction,  chantant la cité des cinq clochers dans un silence d'ordinaire peu présent lors des séances de cabaret où les rires et applaudissements fusent le plus souvent. Dans un programme de chansonniers destiné bien souvent à déclencher l'hilarité, il était la parenthèse enchantée !

Félicien Doyen étant le plus proche voisin d'un membre de ma famille, j'ai personnellement eu l'occasion de le rencontrer en de nombreuses occasions, je garde de lui l'image d'un homme charmant, affable, toujours prêt à vous renseigner et à vous apporter le service demandé. 

Le 14 mai 2011, un concert a été organisé en hommage à celui qui a été considéré comme un des piliers de la vie culturelle tournaisienne durant des décennies. On découvrit un programme d'une grande richesse au cours duquel on retrouva l'Orchestre à Cordes du Conservatoire de Tournai sous la direction de Christiane Diricq, les solistes Marie Hallinck et David Cohen, les deux prestigieux violoncellistes tournaisiens, le Royal Cercle Choral Tornacum et la Royale Compagnie du Cabaret Wallon Tournaisien. Magnifique cadeau car dans cet "écrin musical"on avait ainsi réuni les divers éléments de sa vie et l'homme au coeur sensible fut profondément ému de tant d'honneurs.   

Le professeur Félicien Doyen a déposé sa baguette, une voix s'est tue, un homme de choeur et Tournaisien de coeur a tiré sa révérence le 6 juin 2013, à l'âge de 88 ans. 

(sources : "L'Avenir, Le Courrier de l'Escaut", édition du 8 juin 2013 - "Biographies Tournaisiennes des XIXe et XXe siècles" de Gaston Lefebvre - "Le Florilège du Cabaret" ouvrage édité par la Royale Compagnie du Cabaret Wallon Tournaisien en 1982 à l'occasion du 75e anniversaire - le site officiel de la Ville de Tournai).

(S.T. juin 2013)   

08 juin
2013

09:30

Tournai : expressions tournaisiennes (227)

Eine riche conversatieon !

Vous avez seûrmint ormarqué que tout au leong d'leu vie, ch'est pus fort qu'eusses, i-d'a qui graine'tent toudis. Ch'est ainsin pou tout, ein rien les fout à bout. 

Ou bin i-fait treop freod, ou bin i-fait treop quieaud, i-a rien qui pousse pasqu'i-a treop d'humidité ou bin i-fait treop sec et on n'sait pos planter. Les cinsiers nous dise'tent que les légueumes vont ête tchiers, tout cha, à causse qu'on a eu ein leong hiver, mais si à partir de d'main, l'solel i-luit, i-veont dire que su les camps tout i-cuit. I-n'a qu'eine cosse su laquelle tout le meonte i-est d'accord, ch'est que les prix i-batte'tent les records. 

Edmeond i-éteot ainsin tout débalté et i-n'arrêteot pos d'berler pasque, chez l'coiffeur, i-aveot payé in prix fou, tout cha, pou li coper les treos ou quate poils qui a acor su l'caillou. 

"Avant, j'alleos chez l'pétit Planchon qui d'meureot à Saint-Brice, li au moinse, i-n'attacheot pos ses tchiens ave des saucisses, j'payeos, j'm'in rappelle, siept francs tout net et à c'prix là, m'barpe aussi elle éteot faite, à c'temps-là, j'aveos acor eine belle toiseon au point que Fifinne, elle m'appeleot, à l'feos, son Samson... asteur, ch'est bin malhureux, garcheon, car ch'est souvint elle qui-est sans seon."  

"Ahais, mais tout cha ch'éteot jusse après la guerre et on payeot vingt-chinq chintimes pou ein verre de bière. A propeos, Samson, ch'éteot pos l'pianisse qui accompagneot Dalida ?".

I-n'a même pos souri, j'pinse qui n'a rien compris, l'calembour i-voleot bas mais acore treop heaut pou l'colas, bin du contraire, Edmeond i-éteot lanché et je n'saveos pu l'arrêter. 

"I-feaut arrêter l'hémorragie, ch'est l'gouvernemint qui l'a dit et i-feaut orlancher no n'écolomie mais ch'est à l'étringer qu'on acate tout nos produits. Pou payer moins tcher nos panneaux solaires, ch'est in Chine qu'on va les querre et après les gins i-veont s'plainte, qu'ichi, i-n'a pus d'ouvrache mais tout plein d'chômache. Pou les gins, on va tertous s'ortrouver au chômache, mais, in Belgique, on cache toudis des candidats pou pus d'vingt-chinq mille plaches. In attindant, te n'as pos acore vu beauqueop d'faillites dins les aginces de voyaches". 

"Là, ave ti, je n'sus pos d'accord, hureus'mint que les gins i-partent acore, si pus perseonne parteot in voyache, i-areot acore bramint pus d'chomâche, on réduireot l'personnel dins les gares et les aéroports, i-areot pus d'batieaux d'croisière dins les ports, on n'vindreot pus eine seule carte postale moutrant no bieffreo et no cathédrale, i-n'areot pus d'touristes qui viendreot'ent à Tournai et l'nouvieau bâtimint de l'plache Janson, on pourreot d'jà l'serrer. L'tourisme, ch'est l'avenir de no cité, ch'est Roger Delcroix qui l'a déclaré. Si i-n'aveot pus d'touristes, in été l'ville elle s'reot bin triste et ch'est pa dizaines que les gins ireot'ent s'inscrire au Forem. Tins, même les bistreots i-s'reot'ent déserts et te n'sareot pus où aller boire t'verre".

Là, i-a été estoqué, i-n'saveot pus répliqué. Li qui est ein habitué des "Quate Saiseons", i-devreot rester à s'maseon. 

Pindant qu'on éteot in train d'babiéler, on a vu no Fifinne arriver.

"J'orviens jusse de l'pharmaç'rie, bé j'in sus acore tout ébeubie, vingt-chinq eureos pou de l'crème solaire, bé i-d'a qui seont seûr de n'pos caire dins l'misère". 

"Quand elle va s'alleonger dins no gardin, elle met cha su s'boudaine, elle in met tell'mint que l'boutelle elle est out in moinse d'eine quinzaine. Ch'est deux que t'areos du acater, chinquante eureos pou avoir eine couleur café, bé milliards, ch'est ein vrai loyer".

"Acoute, espèce de loleo, mi j'prinds soin de m'pieau"

"T'as d'jà prév'nue et te n'acoutes jamais t'n'heomme, si cha continue te vas attraper ein mégalome".

" Et quoisque ch'est ?" que j'li ai d'mindé.

"Ein mégalome, ch'est ein greos bouteon et ch'n'est pos fort beon, pou parler in clair, ch'est l'début d'ein cancer".

Ch'éteot pos l'peine que j'dise à m'heomme qu'on appeleot cha eine mélanome, quand ch'est ainsin, i-feaut l'laicher faire, de toutes les façeons, i-a s'prope vocabulaire. Fifinne elle éteot démolinée, elle a comminché à mouser.

"Chaque feos qu'on veot l'solel, te m'raqueontes des histoires parelles, j'comprinds pos pourquoi que t'veux que t'Fifinne, elle orsanne, tout l'ainnée, à n'ein cachet d'aspirine".

"Dins huit jours, ch'est t'n'anniversaire et au lieu de t'acater d'l'huile solaire, ch'est ein capieau d'palle que je vas t'offère et eine paire de bains d'mer".

Acater ein parasol, des nouvieaux bains d'mer, sortir l'meublier d'gardin, pinser à l'crème solaire, meonter l'barbecue, mette l'bière au frigidaire, crever d'quieaud dins l'auteo, n'pos oublier les moustiquaires et surtout éviter les courants d'air, bé on n'a pos des russes ainsin in hiver, i-a pos à dire, l'été i-coûte tcher.

J'ai l'fada, j'sus tout mou, au moindre effort j'sus su les gu'noux, j'sins l'sueur qui déquint dins m'deos, ein queop d'vint et j'attrape freod, j'ai l'niflette, toudis l'moucheo à m'main, j'ai l'nez qui trompette, quand j'éternue tout l'meonte m'intind.

J'ai ravisé l'calinderrier, l'huit juin, ch'est l'fiête de l'Saint-Médard, "s'i-pleut à la Saint-Médard, i-pleut quarante jours pus tard", adeon, si vous veyez caire des gouttes l'huit juin, pour l'dix-huit juillet, n'prévoyez rien, surtout pos ein barbecue, vous risquez d'ête tout crus mais... soyez rasseurés, l'beon Barnabé i-pourreot pétête tout arringer !

Comme vous l'veyez mes gins, mi neon pus... je n'sus jamais contint ! 

(lexique : ormarqué : remarqué / tout au leong : tout au long / eusses : eux /graigner : ronchonner / quieaud : chaud / les cinsiers : les fermiers / les légueumes : les légumes / tchiers : chers / les camps : les champs / eine cosse : une chose / débalté : exaspéré, déchaîné / berler : crier / coper : couper / li au moinse : lui au moins / les tchiens : les chiens / l'barpe : la barbe / à l'feos : parfois / garcheon : garçon / jusse : juste / l'colas : le niais / lanché : lancé / orlancher : relancer / l'écolomie : l'économie / acater : acheter / qurre : chercher / l'ouvrache : le travail / tertous : tous : les plaches : les places / bramint : beaucoup / moutrant : montrant / serrer : fermer / estoqué : abasourdi, frappé à mort / babiéler : bavarder / l'pharmaç'rie : la pharmacie / ébeubi : frappée de stupeur / caire : tomber / l'boudaine : le ventre, le nombril / out : fini / loleo : innocent / m'pieau : ma peau / acouter : écouter / laicher : laisser / prope : propre / démolinée : démoralisée / mouser : bouder / orsanne : ressemble /  ein capieau d'palle : un chapeau de paille / offère : offrir / l'meublier : le mobilier / avoir des russes :avoir des difficultés / j'ai l'fada : je suis fatigué surtout dans le sens d'être accablé par la chaleur / les gu'noux : les genoux / déquinte : descendre / eine queop d'vint : un coup de vent / j'ai l'niflette : j'ai un rhume de cerveau, une rhinite, le nez qui coule / l'moucheo : le mouchoir : l'calinderrier : le calendrier / adeon : donc / rasseurés : rassurés)

S.T. juin 2013 

09:30 Écrit par l'Optimiste dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : tournai, patois, picard |