29 juin
2013

Tournai : expressions tournaisiennes (230)

L'dernière d'Edmeond.

Ein bic à m'main, pa d'vant m'blanque fouèlle, j'sus mansé, j'ai l'larme à l'ouel.

Ch'est arrivé lindi matin, m'n'amisse i-est mort dins s'gardin. I-n'éteot pourtant pos malate, i-éteot allé querre eine salate. Ne l'veyant pos pou l'apéreo, Fifinne aveot toqué au carréau et comme elle n'a rien intindu, vite, dins l'gardin elle a queuru. I-éteot là cai ave s'louchet, jusse à côté de s'meont d'feumier. I-aveot ses is tout grand ouverts, pou li, on n'pouveot pus rien faire. On a intindu braire Fifinne dins tout l'ruache m'a dit Céline, l'belle-file d'eine de ses voisines. A l'velle de ses septante-chinq ans, Edmeond nous a laichés in plan.

A chinq heures de l'après-deîner, Mossieu Ladavid i-a seonné, ave eine heomme i-est v'nu l'querre pou l'mette dins eine campe funéraire. Là-va quanç'que j'sus allé l'vir, i-aveot comme ein leuger sourire, in mi-même, je l'veyeos s'lever pou eine dernière blaque m'raqueonter. Hélas, j'ai du m'faire eine idée, jamais pus i-n'areot parlé.

L'intierr'mint i-a eu lieu jeudi, on éteot tertous réunis.

L'curé pindant l'homélie, i-nous a raqueonté s'vie. Edmeond, ch'éteot ein infant d'file, né avant-guerre à l'chaussée d'Lille, s'mamère s'app'leot Pleuvinache, ch'éteot eine jeone file d'ein villache. I-viveot'ent dins ein taudis, eine camuche au feond d'ein roduit, ch'est à l'candelle qu'on s'éclaireot et dins ein puche qu'on preneot l'ieau. In chinquante-chinq, les Pleuvinache i-seont partis au Vert Bocache. Edmeond, bin seûr, i-aveot grandi, mais i-n'aveot jamais forchi. A l'école i-n'a rien appris, pou l'récré i-aveot l'prumier prix et, su l'quémin, i-batt'lieot ave les ceusses de Don Bosco. I-a pos à dire mais l'paufe mamère, on l'a bin souvint vu braire.

A ses vingt ans, tous les sami'dis, ch'éteot bal au Roi des Radis, i-aveot eine fan de Rock Crosy, eine bach'lette qui li f'seot invie, mais, i-n'oseot pos li parler, pa-d'vant elle, i-éteot muet.

"Feaut arrêter tes berdouillaches, on direot que t'as vu caire l'orache, mi, m'préneom ch'est Joséphine, mais on m'appelle toudis Fifinne et j'ouèfe tout l'sémaine à l'usine". I-n'éteot pus questieon d'orache, Fifinne aveot reompu l'glache. Elle l'a présinté à s'mopère et li, i-a fait l'même à s'mamère. Et i-n'feaut pos ête fort malin pou adveiner l'suite des évèn'mints. Ein capuchin, l'Père Philotée, à Saint-Lazare les a mariés.

I-pourméneot'ent toudis à deux, main dins la main comme des amoureux, hélas, i-n'eont jamais eu d'descindants, on a dit à causse d'ein mauvais sang.

Ch'éteot des fidèles de l'Unieon, in déplach'mint ou à l'maseon. Pindant l'derby, su les gradins, on n'intindeot que mes deux gins. Quervés, au soir dins l'grande buvette, i-fiêteot'ent victoires ou défaites. Tout de l'leonque du qu'min pou l'rue Montifeaut, on intindeot bin souvint Edmeond qui berleot

On n'les veyeot jamais à messe, bin seûr, acore moinse à confesse mais i-franchisseot'ent l'portail, chaque feos qu'i-aveot des funérailles. 

"Allez, Mossieu l'curé, n'vous faites pos prié, v'nez ave mi boire ein p'tit godet"

L'heomme d'églisse nous a ravisés, i-nous a ainsin avoué :

"Quand i-diseot cha, cha m'feseot toudis pinsé, au garcheon d'ein amisse qu'i-éteot cancheonnier".

"Mieux veaut l'bière dins l'corps, que l'corps dins l'bière", je m'sus rapp'lé ses paroles au momint de l'dernière prière. 

Quand l'cerqueul i-a quitté l'églisse, on a vu braire tous ces amisses, i-z'éteot'ent tertous au cimetière quand on l'a confié à l'tierre, i-orpose asteur à Navieaux pa bin leon de l'rue Montifeaut.

Cha fait près d'deux chint luméreos que ses esploits j'vous raqueonteos. Dins m'tiête i-a eine plache inoccupée comme à l'terrasse de ses cafés. Quand l'vint soufièlle dins m'n'orelle ou qu'eine eine larme coule de m'n'ouel, j'l'intinds berler :"Alors l'Optimiste, à m'mote que t'as l'air bin triste".

J'comprinds que cha deot ête dur pour les gins qui liseot'ent ses avintures mais ch'éteot pou mi ein devoir, aujord'hui, de vous l'faire savoir.

Tout à n'ein queop, ov'là qu'on seonne, l'cloquette dins m'tiête réseonne, je m'surprinds à ouvère ein ouel, j'sus ébloui pa l'solel. Quoisque cha peut ête à cette heure ? I-est beauqueop trop têot pou l'facteur ! Ouvrant l'porte de l'maseon, j'ai bin failli perte l'raiseon, pa-d'vant mi, Edmeond et Fifinne, j'ai orculé jusqu'à l'cuisine. 

"Quoique t'as, t'est pos bin portant, te m'orwettes tout biête et t'es blanc, quoisqu'i-a, bé cha alors, on direot qu'on t'a j'té ein sort ! ".

"Mo Dieu, Edmeond, te n'es pos mort ?"

"Neon, jusqu'asteur, j'vis acore".

J'n'ai pourtant pos été couché tard pou faire ein parel cauchemar, ch'est seûrmint l'morcieau d'cervelas qui m'a mis dins tous ces états. 

 

(lexique : eine blanque fouèlle : une feuille blanche / ête mansé : être oppressé, angoissé, serré / l'ouel : l'oeil / lindi : lundi / s'gardin : son jardin / malate : malade / querre : chercher / eine salate : une salade / toqué : heurté, frappé / l'carréau : la vitre / queurir : courir / cai : tombé / l'louchet : la bêche / jusse : juste / l'meont d'feumier : le mont de fumier / les is : les yeux / braire : pleurer / l'ruache : populairement un quartier, une rangée de maisons / laichés in plan : laissés en plan, abandonnés / eine campe : une chambre / quanç'que : quand / leuger : léger / eine blaque : une blague, une plaisanterie / l'intierr'mint : l'enterrement, les funérailles / tertous : tous / ein infant d'file : un enfant de fille, un enfant naturel / s'mamère : sa mère / eine camuche : un cage à lapin / ein roduit : un réduit, un endroit retiré / l'candelle : la chandelle, la bougie / eine puche : un puits / l'ieau : l'eau / l'Vert Bocache : le Vert Bocage, nouveau quartier de maisons sociales construit dans les années cinquante / bin seûr : bien sûr / forchi : étoffé, grossi / l'quémin : le chemin / les ceusses : ceux / l'paufe : la pauvre / eine bach'lette : une fille délurée / les berdouillaches : émissions de paroles peu distinctes / caire : tomber / l'orache : l'orage / toudis : toujours / j'ouèfe : je travaille / l'glache : la glace / s'mopère : son père / adveiner : deviner / ein capuchin : un père capucin / i-pourméneot'ent : ils promenaient / à causse : à cause / quervés : ivres / tout de l'leonque : tout au long / berler : crier / aller à confesse : aller se confesser / raviser : regarder / cancheonnier : chansonnier / l'cerqueul : le cerceuil / Navieaux : littéralement "navets" désigne l'un des deux cimetières de Tournai, celui situé au Nord de la ville, l'autre se nomme Mulette / leon : loin / l'luméreo : le numéro / eine plache : une place / souffièle : souffle / l'orelle : l'oreille / à m'mote : à mon idée, à mon avis, selon moi / béteôt : bientôt / tout à n'ein queop : tout à coup / l'cloquette : la clochette / orculé : reculé / orwettier : regarder).

S.T. juin 2013.  

09:25 Écrit par l'Optimiste dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : tournai, patois, picard |

Les commentaires sont fermés.