23 juin
2013

Tournai : l'immobilier a le vent en poupe !

Comme cela a déjà été évoqué, on peut estimer à plus de huit cents le nombre de logements neufs qui seront mis à la disposition d'acheteurs dans les quatre années à venir. La construction a donc le vent en poupe même si un promoteur a été déclaré récemment en faillite.

Dans le centre-ville, c'est-à-dire dans la partie délimitée par les boulevards périphériques, et dans les proches faubourgs, de nombreux chantiers sont en cours, programmés ou à l'état de projet.

A la place du Becquerelle, le chantier de construction du nouveau siège social de "l'intercommunale Ideta" progresse, le gros oeuvre se termine. Le projet dénommé "CIté" comprendra 2.750 m2 de bureaux répartis sur un rez-de-chaussée et quatre niveaux, il abritera la  nonantaine de collaborateurs et un centre d'entreprises dénommé "Hub Green" destiné à des entreprises spécialisées dans les énergies renouvelables. De part et d'autre de cet immeuble, on réalise, sur le quai Saint-Brice, vingt-neuf appartements de standing avec vue imprenable sur l'Escaut et les cinq clochers et dans la rue du Becquerelle, douze appartements moyens, enfin, sur la place du Becquerelle, deux crèches, dont une pour sept enfants handicapés physiques et mentaux. Le tout sera complété par un parking souterrain comprenant cent emplacements et un jardin paysager. 

A l'avenue de Troyes a débuté le chantier de construction de la "résidence du Casino", on y érige un immeuble comprenant un rez-de-chaussée commercial, trente-trois appartements de standing, quarante-deux emplacements de parking, le tout au milieu d'un espace vert à deux pas du rond-point de l'Europe, une des principales entrées de ville.

Sur la place de Lille, l'ancien hôtel "Aux Armes de Tournay" subit lui aussi un lifting et verra la création de nouveaux appartements. A quelques mètres de là, les travaux ont débuté à l'église Sainte-Marguerite, huit appartements de haut standing vont y être réalisés, celui situé sous les combles profitant d'une vue panoramique sur la cité. 

En haut de la rue des Carmes, toute proche, l'ancien couvent des soeurs franciscaines devrait être transformé sur sa partie arrière, quatre-vingt-cinq kots modernes et sécurisés pour étudiants devraient y être érigés. Ce projet a néanmoins attiré l'attention de propriétaires de kots qui y voient une concurrence qui risque de leur faire perdre leur location. 

A l'angle de la place Paul Emile Janson et de la rue de l'Hôpital Notre-Dame, l'ancien bâtiment du Courrier de l'Escaut sera bientôt démoli pour faire place à une résidence avec rez-de-chaussée commercial. Normalement, ces travaux devraient être en cours mais une modification de dernière minute a été demandée par l'administration communale à l'auteur de projet afin de mettre ce nouveau bâtiment à un gabarit plus en rapport avec les immeubles voisins et à rectifier une certaine "anarchie" apparente au niveau des toitures. Par contre, suite à la faillite du promoteur pressenti, "l'ilot Palace" voisin et l'immeuble à l'enseigne du restaurant "Chez Pietro" ne seront pas réhabilités dans l'immédiat, le terrain vague et l'immeuble, aujourd'hui vide, risquent de perdurer. 

Au boulevard du Roi Albert, à l'angle de la rue Vauban, le chantier de construction d'une petite résidence se termine. On est au stade des finitions internes. 

Sur la plaine des Manoeuvres, le long de la chaussée de Douai, s'érige actuellement la "résidence de la Corne Saint-Martin" qui doit son nom à une défense de la porte Saint-Martin détruite lors de la construction de la citadelle hollandaise et dont des vestiges ont été retrouvés lors du creusement des fondation. La première phase se termine, la seconde sort de terre, à terme cinq bâtiments, " basse énergie", sur trois ou quatre niveaux formeront un espace rectangulaire autour d'un plan d'eau central destiné à la rétention des eaux pluviales. Un vaste parking souterrain permettra d'accueillir un véhicule par appartement. 

Sur le site de l'ancien hôpital militaire Quartier major Médecin de Bongnie, "le domaine de l'Olivier" est composé de trois résidences de standing dont la construction se termine, la cinquantaine d' appartements est répartie sur quatre niveaux du côté de la rue Allard l'Olivier.

A la rue Jean Cousin, dans le quartier du faubourg Saint-Martin, la "résidence Jean Cousin" proposera 2 immeubles de trente appartements chacun. Malheureusement, la mise à disposition sera retardée par la faillite du promoteur, le chantier déjà bien avancé, devrait faire l'objet d'une prochaine reprise. Il en est de même pour le chantier de construction de dix-huit appartements à la rue Paul Pastur et pour celui de la "résidence La Tannerie" à la rue Guillaume Charlier, ce dernier devant comprendre trente et un appartements et une surface commerciale. 

A la rue Barthélémy Frison, sur plus d'un hectare, le site de l'ancienne imprimerie Campin qui a succédé à Desclée Debrouwer et a fermé ses portes à la fin du XXe siècle, va lui aussi être transformé en une résidence entièrement sécurisée dont le nom rappellera l'activité industrielle, "l'ilot Desclée", il comprendra des lofts et des appartements. Ce lieu de vie sera autonome en énergie ainsi l'électricité des communs sera produite par des panneaux photovoltaïques tandis que quatre citernes d'une capacité de 80.000 litres permettront de récupérer l'eau de pluie. 

On ne peut passer sous silence, un important projet qui devrait voir le jour, probablement durant l'année 2015, celui de la rénovation de l'îlot Cherequefosse dans le quartier Saint-Piat, les subsides viennent d'être alloués. Rappelons que cet îlot compris entre la rue Madame, la rue Cherequefosse, le quai des Poissonsceaux et la rue Saint-Piat est un lieu laissé à l'abandon par le déménagement d'entreprises (La Technique, Hubo), la fermeture de la piscine Madame et le délabrement de certaines maisons. Ideta propose d'utiliser une partie du terrain pour implanter son projet "TechniCité", un pôle d'activités économiques centrées sur le secteur tertiaire, à haute valeur ajoutée, autour de la thématique des techniques et technologies de l'image, de la communication et du design. Sur cet espace seraient également construits des logements sociaux et moyens, autour d'un espace vert et serait également érigée la Maison médicale. Une revitalisation nécessaire pour cet ancien quartier de Tournai. 

La presse a annoncé dernièrement que la faculté d'architecture Saint-Luc à Ramegnies-Chin dépendant de l'U.C.L. avait jeté son dévolu sur les immeubles occupés jusqu'il y a peu par l'entreprise "Cofidis" à la rue du Glategnies dans le quartier Saint-Jean. Après les travaux de rénovation et d'adaptation des vastes locaux (près de 7.000 m2), ceux-ci pourraient être disponibles pour la rentrée académique de 2015.

A l'avenue de Maire, l'école maternelle du "Petit Colysée" a été reconstruite, on procède actuellement aux aménagements intérieurs. L'ouverture est prévue pour la rentrée de septembre. 

Enfin, on constate chaque jour que l'immense échafaudage ceinturant les cinq tours de la cathédrale Notre-Dame montent peu à peu, dans quelques semaines ils auront atteint le sommet de l'édifice et, à la fin de l'année, les "cheonq clotiers" disparaîtront à la vue des Tournaisiens et des touristes pour se refaire une beauté, un ravalement qui durera au minimum cinq longues années.

Cet article était malheureusement déjà paru lorsqu'on a appris la concrétisation de deux nouveaux projets : la construction de deux immeubles à appartements sur un terrain s'étendant de la rue des Choraux à la rue du Marché au Jambon, un terrain abandonné depuis la seconde guerre mondiale et une ancienne quincaillerie. Un promoteur bruxellois a, en effet, décidé d'y ériger dix-huit logements, le terrain entre les deux immeubles sera, quant à lui, occupé par un parking de cinquante-deux emplacements réalisé sur trois niveaux et un espace de verdure. De même, l'Espace Pic Puce, une galerie commerciale située rue du Curé Notre-Dame changera bientôt de nom pour prendre celui d'Espace Gérard Depardieu, le comédien français qui possède une habitation à Néchin, à moins de quinze kilomètres de la cité des cinq clochers, l'ayant acquis dernièrement dans le but d'y ouvrir un bar à vins de sa production et une épicerie fine, à l'échéance de novembre 2013.

On nous dit que la crise financière est derrière nous mais que la crise économique est toujours présente, on nous a pourtant toujours enseigné que "quand le bâtiment va, tout va" !


(S.T. juin 2013). 

Commentaires

Le chantier du projet Jean Cousin recommence grâce à la reprise par la société LiegeoisGroup, une entreprise solide et active en Belgique et au Luxembourg depuis plus de 15 ans. Le gros oeuvre est géré par la société Dherte et sera terminé vers la fin novembre. La livraison des appartements est estimée au second trimestre 2014.

Écrit par : vanderheyde | 09/09/2013

Répondre à ce commentaire

Merci pour ce tour d'horizon de l'immobilier à Tournai

Écrit par : agence immo méribel | 26/09/2013

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.