21 juin
2013

Tournai : expressions tournaisiennes (229)

L'patois ch'est avant tout eine lanque parlée

J'voudreos deonner eine répeonse à ein heomme qui m'a écrit pindant l'sémaine, i-trouèfe que , dins no patois, l'orthographe elle est bin différinte d'ein écrivain à ein eaute. Ch'est vrai, i-a bin raiseon pasqu'avant tout, l'faceon qu'on écrit ein meot deot permette aux gins de comprinte c'qu'on veut dire. 

Pou prumier eximpe, j'vas ichi printe no grand poète Géo Libbrecht qui a écrit aussi bin in français qu'in patois. In mille nuef chint soixante-quate, i-a orchu à l'unanimité, l'prix Biennal de Poésie dialectale pour "Les Cléokes", ch'éteot s'faceon à li de traduire l'meot qui signifie les cloches, ch'est bin rare de vir cha, on écrit l'pus souvint les "cloques". 

Dins l'Grand Possipe, i-a ainsin écrit :

"A l'rinkéont du Grand Possipe m'ov'là v'nu au rindé-vous, mais d'ù c'qui s'muche' l'Invisipe, Qwa c'qui dit l'abre du bout".

Asteur on écrireot :

"A l'rinconte du Grand Possipe, m'ov'là v'nu au rindez-vous, mais dusqu'i-s'muche l'Invisipe. Quoisqu'i-dit l'arpe du bout".

Ou acore, Dins l'Tyène (L'tienne) : "Pa n'nu' ave dé-z-wel de cat, à l'bel qui fézeot lés pokètes, j'm'é muché pour savwar ed' kwa dins n'grand'porte avèc m'n'afulète".

Aujourd'hui cette phrase serait traduite : "Pa l'nuit ave des yeux de cat, à l'belle qui feseot les poquettes, j'm'ai muché pou savoir d'quoi dins ein grand'porte ave m'n'afutieau."

In effet, nurvart on trouèfe l'meot "nu" pou nuit, l'ouel au pluriel fait les yeux ou bin le is, l'"k" n'est pos utilisé dins no langache, ch'est eine lette germanique alors que no patois i-est picard. "Savwar" est eine traductieon phonétique, in tournisien, savoir reste l'même qu'in français. On appelle cha eine forme d'aparlache, tinter de traduire les meots qu'on dit de l'façeon qu'on parle. 

Dins ses artiques, M'n'amisse Bruno Delmotte va puteôt écrire "El crape aux pinches d'or", ch'est s'dernière traductieon d'ein album de Tintin et je vous l'orcommante, l'parutieon est prévue pou l'Artifoire d'Hollain pindant l'meos d'juillet. Ch'est vrai qu'on peut aussi utiliser "el" et "al" comme dins "Al maseon de m'mopère".

Dins s'glossaire (ch'est ein bieau meot qui veut dire l'lexique espliquant les meots rares d'eine lanque), Lucien Jardez attire l'attintieon su des formes de snobisme, on écrit "Marie Pontoisse, l'cloque tournisienne" et neon "Marie Peontwasse, l'cleoke tournaizyène". 

Cha m'fait pinser à certains snobs Français qui, au lieu d'dire "Comment allez vous chère madame", dise'tent "Comment allez vous chère médéme".

Parlant d'no cathédrale, on dit, à l'feos, les "chinq clotiers", mais surtout les "cheonq clotiers" mais certain'mint pos : "les Chéonq' Clothyers". 

J'espère que l'lecteur i-ara compris m'babillarte, pasque mi aussi, à l'feos, j'sus perdu et j'ai pos peur de l'dire. 

Comme j'ai eu beauqueop d'ouvrache, j'ai pos eu l'temps d'rincontrer Edmeond et Fifinne ceulle sémaine, j'ai donc pos d'nouvelles à vous offère.

(lexique : l'lanque : la langue / i-trouèfe : il trouve / eximpe : exemple / ichi : ici / orchu : reçu / ainsin : ainsi / mais dusqu'i-s'muche : mais où se cache / l'arpe : l'arbre / les poquettes : des traces de varicelles ? / Je n'ai pas trouvé le mot afutèle, l'afutieau : la pierre à aiguiser / nurvart : nulle part / l'ouel : l'oeil / aparler : parler avec une forme d'affectation / artiques : articles / orcommante : recommande / m'babillarte : ma lettre / à l'feos : parfois / beauqueop d'ouvrache : beaucoup de travail / offère : offrir).

S.T. juin 2013 


17:45 Écrit par l'Optimiste dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : tournai, patois, picard |

Les commentaires sont fermés.