08 juin
2013

Tournai : expressions tournaisiennes (227)

Eine riche conversatieon !

Vous avez seûrmint ormarqué que tout au leong d'leu vie, ch'est pus fort qu'eusses, i-d'a qui graine'tent toudis. Ch'est ainsin pou tout, ein rien les fout à bout. 

Ou bin i-fait treop freod, ou bin i-fait treop quieaud, i-a rien qui pousse pasqu'i-a treop d'humidité ou bin i-fait treop sec et on n'sait pos planter. Les cinsiers nous dise'tent que les légueumes vont ête tchiers, tout cha, à causse qu'on a eu ein leong hiver, mais si à partir de d'main, l'solel i-luit, i-veont dire que su les camps tout i-cuit. I-n'a qu'eine cosse su laquelle tout le meonte i-est d'accord, ch'est que les prix i-batte'tent les records. 

Edmeond i-éteot ainsin tout débalté et i-n'arrêteot pos d'berler pasque, chez l'coiffeur, i-aveot payé in prix fou, tout cha, pou li coper les treos ou quate poils qui a acor su l'caillou. 

"Avant, j'alleos chez l'pétit Planchon qui d'meureot à Saint-Brice, li au moinse, i-n'attacheot pos ses tchiens ave des saucisses, j'payeos, j'm'in rappelle, siept francs tout net et à c'prix là, m'barpe aussi elle éteot faite, à c'temps-là, j'aveos acor eine belle toiseon au point que Fifinne, elle m'appeleot, à l'feos, son Samson... asteur, ch'est bin malhureux, garcheon, car ch'est souvint elle qui-est sans seon."  

"Ahais, mais tout cha ch'éteot jusse après la guerre et on payeot vingt-chinq chintimes pou ein verre de bière. A propeos, Samson, ch'éteot pos l'pianisse qui accompagneot Dalida ?".

I-n'a même pos souri, j'pinse qui n'a rien compris, l'calembour i-voleot bas mais acore treop heaut pou l'colas, bin du contraire, Edmeond i-éteot lanché et je n'saveos pu l'arrêter. 

"I-feaut arrêter l'hémorragie, ch'est l'gouvernemint qui l'a dit et i-feaut orlancher no n'écolomie mais ch'est à l'étringer qu'on acate tout nos produits. Pou payer moins tcher nos panneaux solaires, ch'est in Chine qu'on va les querre et après les gins i-veont s'plainte, qu'ichi, i-n'a pus d'ouvrache mais tout plein d'chômache. Pou les gins, on va tertous s'ortrouver au chômache, mais, in Belgique, on cache toudis des candidats pou pus d'vingt-chinq mille plaches. In attindant, te n'as pos acore vu beauqueop d'faillites dins les aginces de voyaches". 

"Là, ave ti, je n'sus pos d'accord, hureus'mint que les gins i-partent acore, si pus perseonne parteot in voyache, i-areot acore bramint pus d'chomâche, on réduireot l'personnel dins les gares et les aéroports, i-areot pus d'batieaux d'croisière dins les ports, on n'vindreot pus eine seule carte postale moutrant no bieffreo et no cathédrale, i-n'areot pus d'touristes qui viendreot'ent à Tournai et l'nouvieau bâtimint de l'plache Janson, on pourreot d'jà l'serrer. L'tourisme, ch'est l'avenir de no cité, ch'est Roger Delcroix qui l'a déclaré. Si i-n'aveot pus d'touristes, in été l'ville elle s'reot bin triste et ch'est pa dizaines que les gins ireot'ent s'inscrire au Forem. Tins, même les bistreots i-s'reot'ent déserts et te n'sareot pus où aller boire t'verre".

Là, i-a été estoqué, i-n'saveot pus répliqué. Li qui est ein habitué des "Quate Saiseons", i-devreot rester à s'maseon. 

Pindant qu'on éteot in train d'babiéler, on a vu no Fifinne arriver.

"J'orviens jusse de l'pharmaç'rie, bé j'in sus acore tout ébeubie, vingt-chinq eureos pou de l'crème solaire, bé i-d'a qui seont seûr de n'pos caire dins l'misère". 

"Quand elle va s'alleonger dins no gardin, elle met cha su s'boudaine, elle in met tell'mint que l'boutelle elle est out in moinse d'eine quinzaine. Ch'est deux que t'areos du acater, chinquante eureos pou avoir eine couleur café, bé milliards, ch'est ein vrai loyer".

"Acoute, espèce de loleo, mi j'prinds soin de m'pieau"

"T'as d'jà prév'nue et te n'acoutes jamais t'n'heomme, si cha continue te vas attraper ein mégalome".

" Et quoisque ch'est ?" que j'li ai d'mindé.

"Ein mégalome, ch'est ein greos bouteon et ch'n'est pos fort beon, pou parler in clair, ch'est l'début d'ein cancer".

Ch'éteot pos l'peine que j'dise à m'heomme qu'on appeleot cha eine mélanome, quand ch'est ainsin, i-feaut l'laicher faire, de toutes les façeons, i-a s'prope vocabulaire. Fifinne elle éteot démolinée, elle a comminché à mouser.

"Chaque feos qu'on veot l'solel, te m'raqueontes des histoires parelles, j'comprinds pos pourquoi que t'veux que t'Fifinne, elle orsanne, tout l'ainnée, à n'ein cachet d'aspirine".

"Dins huit jours, ch'est t'n'anniversaire et au lieu de t'acater d'l'huile solaire, ch'est ein capieau d'palle que je vas t'offère et eine paire de bains d'mer".

Acater ein parasol, des nouvieaux bains d'mer, sortir l'meublier d'gardin, pinser à l'crème solaire, meonter l'barbecue, mette l'bière au frigidaire, crever d'quieaud dins l'auteo, n'pos oublier les moustiquaires et surtout éviter les courants d'air, bé on n'a pos des russes ainsin in hiver, i-a pos à dire, l'été i-coûte tcher.

J'ai l'fada, j'sus tout mou, au moindre effort j'sus su les gu'noux, j'sins l'sueur qui déquint dins m'deos, ein queop d'vint et j'attrape freod, j'ai l'niflette, toudis l'moucheo à m'main, j'ai l'nez qui trompette, quand j'éternue tout l'meonte m'intind.

J'ai ravisé l'calinderrier, l'huit juin, ch'est l'fiête de l'Saint-Médard, "s'i-pleut à la Saint-Médard, i-pleut quarante jours pus tard", adeon, si vous veyez caire des gouttes l'huit juin, pour l'dix-huit juillet, n'prévoyez rien, surtout pos ein barbecue, vous risquez d'ête tout crus mais... soyez rasseurés, l'beon Barnabé i-pourreot pétête tout arringer !

Comme vous l'veyez mes gins, mi neon pus... je n'sus jamais contint ! 

(lexique : ormarqué : remarqué / tout au leong : tout au long / eusses : eux /graigner : ronchonner / quieaud : chaud / les cinsiers : les fermiers / les légueumes : les légumes / tchiers : chers / les camps : les champs / eine cosse : une chose / débalté : exaspéré, déchaîné / berler : crier / coper : couper / li au moinse : lui au moins / les tchiens : les chiens / l'barpe : la barbe / à l'feos : parfois / garcheon : garçon / jusse : juste / l'colas : le niais / lanché : lancé / orlancher : relancer / l'écolomie : l'économie / acater : acheter / qurre : chercher / l'ouvrache : le travail / tertous : tous : les plaches : les places / bramint : beaucoup / moutrant : montrant / serrer : fermer / estoqué : abasourdi, frappé à mort / babiéler : bavarder / l'pharmaç'rie : la pharmacie / ébeubi : frappée de stupeur / caire : tomber / l'boudaine : le ventre, le nombril / out : fini / loleo : innocent / m'pieau : ma peau / acouter : écouter / laicher : laisser / prope : propre / démolinée : démoralisée / mouser : bouder / orsanne : ressemble /  ein capieau d'palle : un chapeau de paille / offère : offrir / l'meublier : le mobilier / avoir des russes :avoir des difficultés / j'ai l'fada : je suis fatigué surtout dans le sens d'être accablé par la chaleur / les gu'noux : les genoux / déquinte : descendre / eine queop d'vint : un coup de vent / j'ai l'niflette : j'ai un rhume de cerveau, une rhinite, le nez qui coule / l'moucheo : le mouchoir : l'calinderrier : le calendrier / adeon : donc / rasseurés : rassurés)

S.T. juin 2013 

09:30 Écrit par l'Optimiste dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : tournai, patois, picard |

Commentaires

Bon dimanche à toi Serge!

Écrit par : Un petit Belge | 09/06/2013

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.